Mot-clef

Marcelle Vérité

Marcelle Vérité, Les Céréales

Marcelle Vérité, Les Céréales

« Savez-vous qu’un grain de blé dodu ressemble à une miche en miniature, fendue en son milieu, et porte une chemise de paille ainsi que ses frères sur l’épi ? Plus celui-ci est beau, plus nombreux sont les frères grains, plus belle sera la récolte. » Chaque page raconte l’histoire d’une céréale : blé, sarrasin, seigle, avoine, riz et maïs, sans oublier l’orge. L’occasion de faire un joli tour du monde, des landes écossaises aux rizières du Tonkin, croquées par Elisabeth Ivanovsky. « Aux quatre coins du monde, le pain est aimé comme le Soleil. Vive le pain ! », conclut Marcelle Vérité, qui mêle avec talent données scientifiques et sentiment poétique devant les merveilles de la nature.

Dès 6 ans

Marcelle Vérité, Les Céréales, illustrations d’Elisabeth Ivanovsky, Desclée de Brouwer, 1940, 18 p. En brocante ou librairie ancienne.
Dans la même collection : Les Boissons, 1947 – et bien d’autres…

Marcelle Vérité, Contes du soleil

Marcelle Vérité, Contes du soleil

Le Noël du petit Bibo. Allez savoir pourquoi ce conte de Noël me fascinait quand j’avais 6 ans… Ce petit garçon malade, sa pauvre maman couturière – pauvre mais travailleuse –, la mercière au grand cœur, et tous ces animaux taillés dans des chutes de tissu, aux yeux en bouton et aux queues en pompon. Aujourd’hui, des six contes de cet album, celui que je préfère est celui qui dit « comment le hérisson prit l’habit de châtaigne ». Ou « Le vieux merle », qui ronchonne dans son arbre creux. Par bonheur, la nostalgie garde les couleurs vives de la palette d’Elisabeth Ivanovsky.

Dès 6 ans

Marcelle Vérité, Contes du soleil, illustrés par Elisabeth Ivanovsky, Casterman, 1956, 32 p. En brocante.

Marcelle Vérité, Rimes enfantines mises en musique,

Marcelle Vérité, Rimes enfantines mises en musique,

Le sabot de ma jument / fait moins de bruit que le vent ! De « Dame Capucine » au « Pompier au nez de carton », voici 24 chansons, avec leurs partitions et des illustrations au pochoir, doucement mises en couleurs. Des chansons douces, mais réalistes, où les mûres des chemins creux laissent des épines au bout des doigts. Des chansons à déguster, en compagnie d’un morceau de saucisson. Des chansons à rêver, avec un caillou blanc serré au fond de la poche, sur une balançoire digne d’un roi.
Un trésor familial que nous fait partager Marie, depuis la Finlande.
Pour ma part, je cherche une biographie de cet auteur prolixe, née en 1904, dont les poésies ont été apprises par des générations de galopins et dont les récits animaliers sont d’une indémodable fraîcheur.

Dès 3 ans, avec un adulte pour lire la partition. Ou pour de très jeunes débutants au piano.

Marcelle Vérité, Rimes enfantines mises en musique, musique de Francine Cockenpot, illustrations de Josette Boland, Desclée de Brouwer, 1952. A rechercher.

Marcelle Vérité, Alerte aux cîmes

Marcelle Vérité, Alerte aux cîmes

Dans ces montagnes pyrénéennes, il y a des hommes – des chasseurs, des bergers, des sabotiers, des gendarmes. Des animaux domestiques, des chiens, des vaches, des brebis. Des animaux sauvages, des belettes, des lièvres, des vautours, des sangliers et tant d’autres. Et il y a des isards – les cousins des chamois des Alpes. Mais, dans ce superbe roman animalier, les choses ne sont pas si simples : si l’Ecureuil est un berger un peu braconnier, les animaux, eux, ayant don et droit de parole, ont un surnom : Soulec, le vieil isard ; Maria Blanque, le faucon ; Aquilon, le loup. Et il y a celui dont on ne dit pas le nom. « Monsieur ». L’ours.
Si chacun suivait sa piste, il n’y aurait guère à raconter. Mais, en montagne, les pistes se croisent, les volontés se heurtent, les brumes abritent du danger autant qu’elles en font naître…
Née en 1904 à Pau, auteur de près de 200 titres pour la jeunesse et très impliquée dans l’univers de l’édition de jeunesse, Marcelle Vérité a le talent de faire entrer le jeune lecteur de plain pied dans les mystères de la montagne.

Dès 9 ans

Marcelle Vérité, Alerte aux cîmes, Bibliothèque Verte, Hachette, 254 p. A rechercher.