Mot-clef

mame

Paul Beaupère, L’Odyssée de la Flamboyante

Après « Le Jour de l’ours » et « Le Tournoi », ce troisième tome des « Chroniques de Follebreuil » entraîne les jeunes lecteurs dans un voyage — non, dans une expédition épique et audacieuse, une vraie odyssée ! Confrontés à un hiver redoutable et à une famine bien réelle, les habitants du royaume se sont réfugiés au château de Follebreuil. Dans les archives de l’abbaye de Saint-Loup, frère Octave découvre un curieux parchemin : il existerait « une île, à l’ouest, qui paraît-il donne toute l’année plus de blé que le meilleur avril »… [Note de madame la Chouette : bravo, les mânes du Grand Jacques se réjouiront de la citation !]
Une île, donc une navigation, donc un bateau, des marins, des tempêtes, sans oublier le sire de Tristiver et ses terribles manigances… L’audacieuse princesse Colysne ne se laisse pas décourager : larguez les amarres, départ immédiat pour les îles bienheureuses où poussent les bananes et où jacassent les perroquets.

Dès 8 ans

Paul Beaupère, L’Odyssée de la Flamboyante, t. 3 des Chroniques de Follebreuil, illustrations d’Eléna Dupressoir, Mame, 2022, 240 p., 12,90 € — Imprimé en Italie

Karine-Marie Amiot, Tout feu, tout flamme

L’année n’a pas très bien commencée pour Théo, 11 ans, « petit mais sportif ». Sa famille a déménagé, quittant la Provence pour Lyon ; il entre en 6e dans un collège inconnu, sans camarades ni repères… Alors quand Arthur l’encourage lors d’un exercice de corde à nœuds, une lueur s’allume dans ses yeux. S’ils devenaient amis ?
« — Je vais à l’école des J.S.P. La corde, ça me connaît. Alors je n’ai aucun mérite !
— Les J.S.P. ? C’est quoi ?
— Les jeunes sapeurs-pompiers.
J’ouvre des yeux ronds [c’est Théo qui raconte] :
— Tu vas dans une école de pompiers ? A ton âge ?
— Oui, c’est à partir de onze ans. »
Et voilà comment Théo, un beau matin, se retrouve devant la caserne. Il va y découvrir de belles amitiés, le vrai courage et partager exploits sportifs et fous rires. Ce roman rempli d’aventures et d’émotion pour les jeunes lecteurs, est aussi une ouverture sur l’engagement et la solidarité. Karine-Marie Amiot, mère de huit enfants, capte à merveille les attitudes, les inquiétudes et le langage des adolescents ; tout en mettant adroitement en scène des éléments 100% documentés, elle sait bâtir une intrigue qui « pulse » afin de maintenir le jeune lecteur en haleine. Gageons que certains regarderont les camions rouges d’un autre œil !

Dès 7 ans

Karine-Marie Amiot, Tout feu, tout flamme, Mame, Coll. « Les petits héros », 2022, 144 p., 10 € — Imprimé en Italie

Geert de Sutter, Cherche et Trouve Sara et Simon sur les chemins de Compostelle

Que de monde au départ de Paris sur ce chemin qui n’est pas encore la rue Saint-Jacques ! Parmi la foule bigarrée, il s’agit de retrouver Sara (et sa poupée), Simon (et son lance-pierre), Félix, l’instituteur, et sa fille, Estelle – que mon petit-fils de 5 ans a nommé le papa et la maman, car il a du mal à comprendre que les enfants marchent sans surveillance ! -, sans oublier les deux chats et Quentin, le bouquetin.
Nous voilà plongés en plein Moyen Age, et, de ville fortifiée en abbaye, d’auberges en marchés, que d’aventures attendent nos amis ! Alors, quand les brigands menacent ou que la neige obstrue les cols… Douze grandes scènes très animées et riches en détails ponctuent ce pèlerinage – et nos yeux arriveront un peu fourbus au pied de la cathédrale !

Dès 5 ans

Geert de Sutter, Cherche et Trouve Sara et Simon sur les chemins de Compostelle, Mame, 2022, 32 p., 11,50 € — Imprimé en Roumanie

Charlotte Grossetête, Les cloches du maître chocolatier et autres contes inédits

« Pâques approchait. Et cette année, la fête coïnciderait avec un anniversaire : Marthe et Marie, les cloches de l’église, allaient avoir cinq cents ans. Pour célébrer l’événement, Gautier avait eu l’idée de réaliser un modèle de cloches en chocolat les reproduisant fidèlement. » Partant de cette très louable initiative, Charlotte Grossetête entraîne peu à peu le lecteur dans une autre dimension. Car il suffit parfois d’un sourire pour changer la vie… surtout quand le tendre sourire de deux saintes femmes se déploie sur des cloches en chocolat !
Les lièvres de Pâques ? Nous les retrouvons batifolant dans la nuit polaire, à la recherche de la lumière – un phénomène encore mystérieux pour ces joyeuses boules de poils. Les œufs ? Ce sera l’occasion de rencontrer une princesse russe, vieille dame aveugle si digne dans sa solitude, à qui deux enfants rapportent un œuf de pierres précieuses « volé » par une pie. Ce sera aussi le thème d’un autre conte, où un œuf en chocolat offre son plus beau sourire – et bien plus encore – à un enfant des rues. Le cinquième conte nous entraîne dans la montagne, où un berger accueille un curieux visiteur, tout de blanc vêtu, parti chercher mille cloches à Rome.
Ces cinq contes, aux illustrations intemporelles et poétiques, transmettent avec subtilité et générosité les valeurs chrétiennes du temps pascal, avec un sens du merveilleux toujours très positif.

Dès 5 ans

Charlotte Grossetête, Les cloches du maître chocolatier et autres contes inédits, illustrations de Sara Ugolotti, Mame, 2022, 64 p., 17 € — Imprimé en Slovénie

Paul Beaupère, Les Chroniques de Follebreuil – Le jour de l’ours

Paul Beaupère, Les Chroniques de Follebreuil – Le jour de l’ours

Au paisible royaume de Follebreuil, les cuisiniers préparent un festin : la princesse Colysne va fêter ses 13 ans ! Mais la jouvencelle a d’autres projets : aller tranquillement croquer des crevettes sur la plage, accompagnée d’Armoise, son fidèle destrier – enfin sa bonne vieille jument. Tranquillement, c’est vite dit car, vue par les Vikings qui viennent de débarquer, la crevette, c’est plutôt elle, notre Colysne. Bien évidemment, pour qui connaît la malice et les jeux de mots de Paul Beaupère, Colysne ne se laissera pas faire et entraînera le lecteur dans des péripéties garanties farfelues. Et puis, des Vikings, « en 1301, ou 1302, ou 4 ou peut-être 6 », vous y croyez vraiment ?

Dès 9 ans

Paul Beaupère, Les Chroniques de Follebreuil – Le jour de l’ours, Mame, 2021, 224 p., 10,90 € — Imprimé en Italie

Marie Malcurat, Félicité et le télégraphe

« “Que faites-vous là, mademoiselle ? ” demanda une voix grave.
Félicité se retourna vivement. L’homme qui se tenait devant elle ne devait pas avoir plus de trente ans. […] Félicité se ressaisit et déclara :
“Je souhaiterais m’entretenir avec monsieur Chappe. J’ai une information de la plus haute importance à lu aire parvenir.
L’homme changea d’attitude et la dévisagea avec une plus grande attention.
“Je suis Claude Chappe. Que voulez-vous ?
— Permettez-moi, monsieur, de vous dire combien j’admire votre travail. Malheureusement, il n’en est pas de même pour bon nombre de nos compatriotes qui voient en vos une menace plus qu’une aide. »
Car Claude Chappe (1763 – 1805), avec l’invention du télégraphe, va révolutionner la manière dont circule l’information : en quelques heures, un message codé peut traverser la France ! Après Guillemette et la montgolfière, Marie Malcurat plonge ses lecteurs dans la période oh combien dangereuse de la Révolution. A 17 ans, Félicité, la cadette de la famille d’Angely, est une des proches de Madame Elisabeth, la sœur du Roi, autant dire qu’elle vit des instants critiques. D’autant plus que Madame Elisabeth lui a confié une mission : retrouver Claude Chappe et l’aider à mettre en œuvre son invention, pour le bien de la nation. Le télégraphe sera-t-il royaliste ou révolutionnaire ? Car Félicité croise aussi la route de Martin, un jeune révolutionnaire qui fait vibrer son cœur… A quelles fins politiques peuvent servir les inventions scientifiques ou les avancées technologiques ?

Dès 12 ans

Marie Malcurat, Félicité et le télégraphe, illustrations de Johanna Springer, coll. « La famille d’Angely », Mame, 2021, 230 p., 11,90 € — Imprimé en Espagne

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Retour à la nature (t. 10)

Saint-Arthur, ça rime avec Nature ! Et ça tombe bien, car ce dixième épisode est placé sous le signe du jardinage, des radis et des épinards et, pour le dire dans le langage de la maîtresse, sous le signe de la « transition écologique » et de l’autosuffisance. Bien sûr, quand Papy et son copain Georges viennent à la rescousse de Brune, notre narratrice, en 5e cette année, rien ne se passe comme prévu. A vue de nez, il s’en passe de drôles avec leur engrais… Quel est l’ingrédient magique qui transforme rangs de laitue et de haricots en une jungle inextricable ? Avec son talent habituel, Paul Beaupère entraîne les jeunes lecteurs dans une sarabande déjantée, à la suite de Brune, de son frère Alex (qui préfère la malbouffe chimique au moindre radis), de sa sœur Charlotte (l’intello de la famille) et des jumeaux de cinq ans au vocabulaire survitaminé. Et si cela ne vous donne pas envie de faire pousser des épinards au printemps prochain, vous aurez au moins appris le B.A BA du parfait jardinier – même si l’engrais magique a pour première vertu d’éclipser la nécessaire vertu de patience, au profit des jeux de mots approximatifs et des fous rires.

Dès 10 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Retour à la nature (t. 10), illustrations d’Ariane Delrieu, Mame, 2021, 160 p., 10 € — Imprimé en Italie

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur — On va gagner, on vous le jure (t 9)

« — C’était peut-être pas une bonne idée de se porter volontaires pour organiser ce truc… » Ce truc, c’est la kermesse de l’école, et les parents Saint-Arthur, épuisés, font le point après une réunion aussi houleuse qu’hilarante (au moins pour les lecteurs). Mais le vrai souci, c’est celui du gros lot de la tombola ! Et papa doit trouver « une idée forte une idée nouvelle, une idée… » La solution se trouvera-t-elle dans le colis envoyé par papy ? Mais un collier en cuir avec une petite plaque dorée et une cloche en cuivre, est-ce vraiment un gros lot ? Que nenni, « le reste sera livré le jour de la kermesse, tout est prévu ». Les prévisions de papy se conjuguant parfaitement avec l’imprévu, voilà que cette histoire de gros lot occupe les nuits de papa, les cauchemars de la directrice et les fantasmes de toute l’école…
En mineure, les lecteurs apprécieront les efforts de Brune et de ses camarades pour aider Pénélope à avoir des bonnes notes et à retrouver l’estime d’elle-même – même si certaines méthodes ne sont pas des plus honnêtes !
Comme toujours – nous en sommes au 9e tome – la famille Saint-Arthur vit à 100 à l’heure, et comme toujours, qui lâcherait le roman en route ? Même pour une course en sac ou une barbe à papa !

Dès 8 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur — On va gagner, on vous le jure (t 9), Mame, 2020, 160 p., 10 € — Imprimé en Italie

Florence Givelet de Lespinay, Louis et Aimée à l’école de la vie

Ce matin, en plus de son cartable, Louis « agrippe un immense sac qu’il glisse péniblement sur son dos, sous les yeux ébahis de son amie », Aimée. Que contient-il ? Mystère ! Que savons-nous de cet adorable garçonnet ? Qu’il « aime construire des circuits automobiles, […] observer des oiseaux aux jumelles » et surtout « rêver dans le silence de son cœur ». Ça, c’est sa maman, l’auteur de l’album, qui nous le dit avec son cœur de maman. Les dessins, eux, sous le trait tendre et délicat de by.bm, nous montrent que Louis porte une chaussure orthopédique, un appareil respiratoire, qu’il apprend à ses camarades le langage des signes… et qu’aujourd’hui, il accompagne ses camarades à la piscine. Au bord du bassin, il déploie enfin le contenu de son sac : il en sort un superbe bateau gonflable. « Tous à l’eau ! hurlent de joie les enfants. » Une rencontre extraordinaire avec un jeune garçon plein de vie, « qui aime ne pas être trop différent ». Un album idéal dans sa simplicité pour aider les enfants à dépasser leurs craintes face à un enfant porteur d’un handicap, quel qu’il soit.

Dès 4 ans, puis à lire tout seul

Florence Givelet de Lespinay, Louis et Aimée à l’école de la vie, illustrations de by.bm, Mame, 2021, 32 p., 12,50 € — Imprimé en Pologne
Du même auteur, dans la même collection : Louis et Aimée, une rencontre extraordinaire, illustrations de by.bm, Mame, 2019, 32 p., 12,50 € -

Cyril Lepeigneux, Le manteau de saint Martin

Jeanne, François, Louis et leur chien Bushmills, en vacances chez leurs grands-parents, descendent dans le gouffre de Proumeyssac, lorsque soudain, la nacelle les dépêche dans un monde étrange… L’hiver y est frisquet, les cachettes risquées et mieux vaut éviter les quelques humains encore dehors. Au petit matin, les voilà aux portes d’un bourg, en quête d’un médecin pour soigner les yeux de Jeanne. Les trois enfants découvrent qu’ils sont à Ambianorum, ville de garnison gallo-romaine ! Leurs ennuis, ou plutôt leurs aventures ne font que commencer… Réussiront-ils à sauver Martinus, soldat dans l’armée romaine, du piège tendu par les Alamans ? Car ils savent, eux, que son manteau blanc deviendra le symbole du partage et du don aux plus pauvres.
Ce roman d’aventures est écrit dans une langue très accessible et la police a été choisie avec soin pour les jeunes lecteurs qui se lancent tout seuls.

Dès 8 ans

Cyril Lepeigneux, Le manteau de saint Martin, illustrations d’Alban Marilleau, Mame, coll. « Les disciples invisibles », 2020, 137 p. Prix de lancement : 10,90 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 11,90 € — Imprimé en Italie

Dans la même série, du même auteur :
Cyril Lepeigneux, Les Orphelins de Paris, illustrations d’Alban Marilleau, Mame, coll. « Les disciples invisibles », 2017, 142 p., 10,90 €

Anna de Laforcade, Le Noël du maître verrier et autres contes inédits

Le Noël du maître verrier” raconte l’histoire d’un artisan qui s’endort sur le vitrail qu’il est en train de façonner le soir de Noël. Mais une petite voix le tire brusquement de son sommeil : celle d’un ange du vitrail qui voudrait bien que le maître verrier lui termine ses ailes, afin d’aller annoncer Noël ! “La rumeur du grand roi” nous fait sillonner la terre en compagnie du vent, qui annonce aux hommes la venue d’un grand roi ; tous les habitants se mettent en branle pour l’accueillir, mais sauront-ils le reconnaître ? “Le Pays de Nuit” narre la vie des habitants d’un pays plongé dans le silence et la nuit, où l’on vit à la lueur des bougies ; un vieux conteur annonce pourtant qu’un jour, le matin se lèvera… mais personne ne le croit, sauf une petite fille, Yuuki. “Kibo, sa flûte et son drôle d’oiseau” nous emmène à la rencontre d’un jeune garçon aveugle, flûtiste talentueux qui reproduit tout ce qu’il entend autour de lui ; invité à jouer à la cour d’un roi mondain, il perd peu à peu son talent à mesure que la gloire l’environne ; le retrouvera-t-il au pied du petit roi d’humilité qui vient de naître ? “Le voyage de Noémie” achève cette série de contes en nous replaçant dans le contexte réel de la Nativité. Noémie, une vieille femme de Nazareth au cœur d’or, aperçoit par hasard l’ange qui visite sa voisine Marie à l’Annonciation. Elle se promet d’être là lorsque le petit naîtra, fusse au prix d’un grand voyage…
Ces cinq contes chrétiens inédits ne manqueront pas de toucher petits et grands ! Pleins de couleur, de gaieté, de joie et de profondeur, ils nous font voyager à travers le monde et revivre l’émerveillement de Noël et de la Nativité. Espiègles et tendres, textes et illustrations se font écho pour faire de cet album un vrai joyau !

Dès 7 ans

Anna de Laforcade, Le Noël du maître verrier et autres contes inédits, illustrations de Marthe Poizat, Mame, 2020, 64 p., 17 € — Imprimé en Pologne

Anne-Marie Pol, Défenseur des oubliés

Fin novembre 1793. Quelle idée de s’embarquer par un froid pareil pour Chausey, cet archipel battu par les vents au large de la Normandie ! Mais Sébastien de Rocadour, dit l’Esquirol, doit remplir sa mission : transmettre des lettres des princes émigrés à un agent contre-révolutionnaire. Car le temps presse : à la Conciergerie, la princesse Marie-Thérèse, sa tante Madame Elisabeth et surtout le petit Louis XVII sont en réel danger. Cette dernière mission, l’Esquirol la mène aux côtés de sa si jolie Saphire – mais réussira-t-elle ? De Chausey à Paris, de Paris à Rocadour, les routes sont semées d’embûches, de traîtres et de lâches… Ce 3e et dernier tome est un peu pessimiste – mais si réaliste : « Peut-on empêcher le cours du temps ? » — d’autant moins que la fin de l’histoire est connue. Mais cela n’interdit pas de cultiver un certain panache !

Dès 10 ans

Anne-Marie Pol, Défenseur des oubliés, Le destin de l’Esquirol, tome 3, Mame, 2020, 240 p., 14,90 € — Imprimé en Italie

Anne-Marie Pol, Le Baladin de la Reine, Le destin de l’Esquirol, tome 1, Mame, 2018, 254 p., 14,90 €
Anne-Marie Pol, Chevalier du Roi captif, Mame, 2019, 240 p., 14,90 €