Mot-clef

Magellan & Cie

Sophie Marvaud, Hermès détective – Ulysse a disparu (t. 3)

« — Tu sais qu’on vide ta cave et tes réserves de nourriture ? Bientôt, vous serez ruinés, Télémaque et toi !
L’adolescent, qui vient de rentrer dans la cour, se précipite vers la reine.
— Ne cède pas, Maman : Personne ne mérite de prendre la place de mon père ! »
Mais ce mari et père chéri, le célèbre Ulysse, fait-il vraiment tous les efforts nécessaires pour revenir à Ithaque, alors que la guerre de Troie est finie depuis dix ans ? C’est ce qu’Hermès, le dieu aux sandales ailées, va tenter de découvrir… avant que Pénélope ait fini son tissage. Loin de proposer un nouvel abrégé de l’Odyssée, Sophie Marvaud a choisi de mettre le lecteur dans le secret d’une filature bien spéciale, menée par Hermès : tout en restant fidèle aux sources, elle imagine certains raccourcis très astucieux dans ce « polar mythologique » destiné aux lecteurs débutants.

Dès 8 ans

Sophie Marvaud, Hermès détective – Ulysse a disparu (t. 3), illustrations de Delphine Renon, Magellan & Cie, 2020, 80 p., 9,90 € — Imprimé en France

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine

« Le comte de Chanteleine, toujours au premier rang, fut pendant dix mois de toutes les victoires comme de toutes les défaites, vainqueur à Fontenay, à Thouars, à Saumur, à Bressuire, vaincu au siège de Nantes, où mourut le généralissime Cathelineau. » Quand nous faisons plus ample connaissance avec ce héros des guerres de Vendée, le 22 décembre 1793, il se bat devant Savenay, avant de prendre la tête d’une foule hétéroclite qui cherche son salut sur la route de Guérande. Que reste-t-il donc de cette « grande armée catholique et royale » ? Pourchassé par les Bleus, le comte de Chanteleine apprend la perte de sa femme, la saisie de son château et part à la recherche de sa fille chérie.
Jules Verne brosse ici un roman épique, épique par l’Histoire de ces glorieux vaincus, et épique par l’enchaînement des marches, contremarches, cavalcades, expéditions, tempêtes, vécues par ses personnages, dans une Bretagne à laquelle il était profondément attaché. Un roman de Jules Verne inattendu qui, paru en 1864, juste après Cinq semaines en ballon, n’avait pas été publié par Hetzel, républicain convaincu.

Dès 12 ans

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine, Magellan & Cie, 2018, 160 p., 12 €. Avec un avant-propos de Michel Canévet. Imprimé en France

Jules Verne, Le Passage du nord-ouest

Jules Verne, Le Passage du nord-ouest

Christophe Colomb a découvert l’Amérique. Point. C’est indiscutable. Et ceux qui prétendent que ce sont les Vikings, conduits par Leif Erikson, sont au mieux de doux rêveurs, au pire les victimes innocentes d’affreux propagandistes. Telle était encore la vulgate enseignée dans les années 1965. Et nous, petits Normands, de nous faire rabrouer en classe devant nos condisciples…
Curieusement, cette version, aujourd’hui incontestable, était défendue dès les années 1850 par les voyageurs et les géographes que le jeune Jules Verne rencontrait chez Jacques Arago. Vous me direz que côté sérieux et scientifique, la référence vaut ce qu’elle vaut. Mais ici, la réalité dépasse la fiction ! Dans ce Passage du nord-ouest, le romancier (pas encore célèbre), aidé par un « vrai » géographe, retrace le parcours de ces héros et les aventures authentiques qui les menèrent à la rencontre de l’inconnu. Au péril de leur vie. Les trois autres volumes de la Découverte de la terre : Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs, sont du même tonneau.

Dès 10 ans

Jules Verne, Le Passage du nord-ouest, Magellan & Cie, 2005, 112 p., 10 €