Mot-clef

Les Demoiselles de l’Empire

Gwenaële Barussaud, Madeleine et l’île des oubliés

Gwenaële Barussaud, Madeleine et l’île des oubliés

Après Héloïse, Blanche, Léonie et Marie, héroïnes des quatre premiers romans de cette série, c’est au tour de la jeune Madeleine de vivre une aventure bien plus exaltante que la stricte routine de la Maison de la Légion d’honneur. Comme ses compagnes, elle doit à Napoléon de pouvoir étudier afin de devenir une « femme utile ». Mais à quel prix… Son père « le chirurgien-major Rochembault avait suivi la Grande Armée dans les batailles les plus sanglantes, il avait soigné les blessés, il avait même sauvé de la mort quelques combattants illustres ». Mais en 1808, à l’issue de la bataille de Bailén, en Espagne, il avait disparu – personne ne savait s’il était mort ou vivant… Madeleine va surmonter le qu’en dira-t-on, sa timidité, ses frayeurs et ses inquiétudes. Entourée d’un beau trio d’amis, elle part en 1813 pour le bout du monde : le minuscule îlot de Cabrera, dans les Baléares, devenu une île prison pour les rescapés de Bailén… Gwenaële Barussaud a exhumé l’histoire tragique de ces hommes parqués dans ce qui fut un véritable « camp de relégation ». Mêlant les données historiques à une intrigue bien menée, donnant vie à des personnages hauts en couleur, elle signe non seulement un beau roman d’aventure mais aussi un roman psychologique : Madeleine, si discrète, si « transparente », fait preuve d’un courage et d’une piété filiale remarquables.

Dès 12 ans, adolescentes

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, tome 5 : Madeleine et l’île des oubliés, Mame, 2016, 236 p., 13,90 €

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, Tome 3 : Léonie et le complot impérial

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, Tome 3 : Léonie et le complot impérial

Décembre 1812. La jeune Léonie, 16 ans, est renvoyée de la prestigieuse institution de la Légion d’honneur pour avoir osé fuguer. Indocile ? Récalcitrante ? C’est l’avis de Madame la Surintendante. Mais la jeune fille, elle, se trouve plutôt intrépide – à l’instar des héros qu’elle admire, au premier rang desquels les tirailleurs grenadiers de la Garde impériale dont son père est colonel. Et le voilà bien embarrassé, le colonel Fauvel, quand sa fille lui est rendue… Veuf et soldat, il lui faut bien placer la demoiselle à l’abri de tout danger. Léonie entre ainsi à la Malmaison, comme lectrice de l’impératrice Joséphine. Mais la place est-elle aussi tranquille que cela ? De la Malmaison, en effet, à la suite de moult péripéties, Léonie va rejoindre Schönbrunn, et y rencontrer l’Aiglon, ce bel enfant aux boucles blondes. Et bientôt, la voilà qui complote… Une héroïne attachante, cette Léonie : courageuse, dynamique mais en règle avec sa conscience et fidèle à ses convictions, tant politiques que religieuses.
Après Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur et Blanche ou la cavalcade héroïque, Gwenaële Barussaud livre ici un 3e tome tout aussi énergique et revigorant. Les trois romans peuvent être lus séparément.

Dès 12 ans

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, Tome 3 : Léonie et le complot impérial, Mame, 2014, 220 p., 12,90 €

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, t. 1 : Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, t. 1 : Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur

Février 1811. En ce jour d’hiver, la jeune Héloïse Boisseau, 15 ans, franchit la porte de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, fondée en 1805 par Napoléon. Curieuse date pour entrer à l’école ? A la Maison impériale de Saint-Denis, les jeunes élèves entrent et partent alors au gré de leurs familles. Très intimidée, notre Héloïse, et on le serait à moins ! Mais aussi curieuse de l’enseignement qu’elle va y recevoir et des compagnes qu’elle va y rencontrer. Un peu de littérature, de géographie, de musique, autant de catéchisme et beaucoup (trop) de travaux d’aiguille : tel est le programme pour ces jeunes filles en robe blanche, puis en uniforme noir sanglé de la fameuse ceinture – Héloïse est très fière d’entrer directement en classe « nacarat ». Les sorties sont rares, mais prestigieuses : baptême du Roi de Rome, bal à Saint-Cloud… Un roman historique bourré de références à la vie quotidienne d’une jeune fille sous l’Empire et la Restauration, émaillé d’anecdotes très crédibles sur la vie de l’école – avec, en filigrane, peut-être quelques souvenirs de l’auteur, ancienne élève de cette prestigieuse institution.

Dès 10 ans

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, t. 1 : Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur, Mame, 2013, 221 p., 13,90 €