Mot-clef

Joe Todd-Stanton

Joe Todd-Stanton, La Comète

Adieu, les grands arbres, le chant des oiseaux, les milliers d’étoiles dans le ciel. Le père de Mila change de travail, il faut déménager. Bonjour la grande ville et la foule… Mais « ici, ce n’est pas chez moi. Il y a de grandes tours grises et je ne peux compter que sept étoiles », constate la fillette. Et « dans ma nouvelle école, il y a plein de bêtes sauvages » (tiens, tiens !). Mais un souvenir magnifique berce son cœur : un jour, avant, elle avait vu une comète. Et voilà qu’elle revient !
Le récit bascule alors dans le rêve, pour notre plus grand bonheur – même si Papa ne comprend pas tout de suite la magie des couleurs… Un tendre duo père-fille pour apprivoiser un nouvel environnement. L’album adopte tout en douceur les codes du roman graphique, il faut même faire faire un quart de tour à l’album pour que se dévoile la conclusion : « On a dû venir habiter ici. Mais ensemble, on va en faire notre nouveau chez-nous. »

Dès 4 ans

Joe Todd-Stanton, La Comète, L’Ecole des Loisirs, 2023, 40 p., 14 € — Imprimé en Lettonie. Traduit de l’anglais par Isabelle Reinharez.

Alexandra Stewart, Everest

« La véritable histoire d’Edmund Hillary et Tenzing Norgay », précise la couverture de cet album. Et comment ne pas vibrer au récit de cette aventure hors du commun ? Le 29 mai 1953, Edmund Hillary et Tenzing Norgay, le Néo-Zélandais et le Népalais, l’apiculteur et le sherpa, furent les premiers hommes à atteindre le sommet de l’Everest, à 8 849 mètres. Un immense exploit. Si la technologie permit à Hillary de réaliser des photos, Norgay, lui, « creusa un trou dans la neige et y plaça des bonbons, du chocolat et un crayon de couleur que sa fille lui avait donnés. Ils constituaient des offrandes aux dieux de l’Everest, les remerciant de les avoir gardés en vie jusqu’au bout ».
Cet album aux dessins « faussement » naïfs évoque aussi le « bas de la pyramide », tous les obscurs et les sans-grades, tous les camarades qui ont permis de réaliser ce rêve un peu fou : gravir une montagne, simplement « parce qu’elle était là ». Plus qu’un documentaire, donc, un vibrant hommage à la montagne et aux hommes qui les gravissent avec respect.
L’album est préfacé par Ranulph Fiennes, un explorateur anglais qui a lui-même gravi l’Everest dans les années 1960.

Dès 9 ans

Alexandra Stewart, Everest, illustrations de Joe Todd-Stanton, Delachaux et Niestlé, 2022, 64 p., 20,90 € — Traduit de l’anglais par Fanny Bouilly. Imprimé en Italie