Mot-clef

Flammarion Jeunesse

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?

« — Zoé, quelle est la race de Jean-Louis ?
Je déglutis.
— Je ne sais pas. On nous l’avait donné il y a longtemps, mais le vétérinaire nous avait dit qu’on avait de la chance vu que c’était un… un…
Je fronce les sourcils, fouille dans mon cerveau chamboulé par tant d’espoir soudain.
— Une samobsède ? Un smayonaise ? Un sékikimède ?
— Un samoyède ! »
Et c’est ce samoyède – qui sent très, très mauvais – qu’un « petit bonhomme tout rouge en costume » est venu soustraire à l’affection de Zoé, de sa sœur et de sa maman. « Saisie exécutoire dans le cadre légal d’une mesure de recouvrement ». Car il ne reste pas grand-chose à saisir, chez Zoé… Valeur estimée de Jean-Louis : entre 1500 et 2000 €. Mise à prix lors de la vente aux enchères : 1000 €. Aidée de ses amis et de ses voisins, Zoé va tout faire, absolument tout faire, pour récupérer son chien.
Cela donne un roman drôle et touchant à la fois, où les trouvailles verbales font écho aux pires astuces des enfants. Ou comment aborder le thème de la pauvreté avec humour et générosité à la fois. Rassurez-vous, amis des bêtes, les huissiers n’ont pas le droit de saisir les animaux de compagnie.

Dès 9 ans

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?, illustrations de Zelda Zonk, Flammarion Jeunesse, 2020, 136 p., 11 € — Imprimé en Espagne

Françoise Rachmuhl, Monstres et créatures de la mythologie

Un seul œil, ou cent bras, ou une queue de serpent sur un corps féminin, ou encore deux têtes, une de chèvre et une de lionne, une seule dent pour trois, un homme à tête de taureau… Le Cyclope, les Cent-Bras, Echidna, sa fille la Chimère, les Grées, le Minotaure… Brr, la mythologie grecque fourmille de monstres et de créatures repoussantes ! En face d’eux, les Olympiens, lumineux mais parfois imprévisibles et querelleurs, mais aussi des héros : Persée, Héraclès, Bellérophon, Cadmos, Ulysse. Chacun à sa manière nous raconte comment vaincre nos peurs et résister à la colère, comment mener une vie aventureuse digne d’être chantée. Françoise Rachmuhl, conteuse hors-pair, fait revivre ces monstres antiques que personne n’a vraiment envie de croiser au coin de sa rue !

Dès 11 ans

Françoise Rachmuhl, Monstres et créatures de la mythologie, Flammarion Jeunesse, 2020, 96 p., 4,20 € — Imprimé en Espagne

James Houston, Akavak

« Akavak était couché dans l’igloo de son père, au milieu de toute sa famille, sur le grand lit de neige recouvert de peaux. La lampe à huile de phoque qui éclairait et chauffait la maison était presque éteinte. Akavak regarda son souffle s’élever lentement en buée vers le dôme du plafond. » Bientôt, comme il le regrettera le doux confort de l’igloo ! Car il va accompagner son grand-père dans un périlleux voyage dans ce Grand Nord canadien hostile, lui qui n’a pas quatorze ans. Un voyage initiatique qui fera vite grandir. James Houston, né à Toronto en 1921, a partagé des années durant la vie des Inuits et aidé à faire connaître leur art et leurs traditions. Cet album donne une belle place aux images de Ronan Badel qui nous entraîne dans des paysages féériques. Qui trouvera assez de neige pour construire un igloo confortable ?

Dès 11 ans

James Houston, Akavak, illustrations de Ronan Badel, Flammarion Jeunesse, 2019, 89 p., 17,90 € — Traduit de l’anglais par Anne-Marie Chapouton. Texte intégral. Existe aussi en livre de poche

Françoise Rachmuhl, Déméter la généreuse

Françoise Rachmuhl, Déméter la généreuse

« Les paupières d’Hadès clignotent, Poséidon cherche des yeux la mer. Les trois déesses [Héra, Hestia et Déméter] sourient, conscientes de leur beauté. Déméter, surtout, rayonne, offrant à la lumière sa face encore enfantine, ses joues rondes, son regard clair, sa chevelure blonde ébouriffée. » Quelques instants auparavant, les jeunes dieux étaient encore prisonniers de Cronos, mais son estomac n’a pas digéré la potion concoctée par Zeus. La jeune Déméter a vite choisi son domaine : à elle tout ce qui pousse dans la nature, les arbres, les fleurs, le blé… Mais un triste jour, Perséphone, la fille de Déméter, a disparu. La jeune fille a été enlevée par Hadès, qui l’a épousée…  Sur terre, plus rien ne pousse, la famine menace les hommes. Rhéa, la déesse mère, trouvera un compromis : Perséphone passera l’hiver aux Enfers  auprès d’Hadès, son époux, et l’été sur terre, avec sa mère. Les saisons sont nées. Françoise Rachmuhl sait faire partager sa parfaite connaissance du monde antique. Ce roman mythologique est pétillant d’humour et de joie de vivre, et, tout primesautier qu’il est, reste d’une fidélité exemplaire aux textes anciens.

Dès 9 ans

Françoise Rachmuhl, Déméter la généreuse, Flammarion Jeunesse, 2016, 96 p., 5,90 €

Thore Hansen, La Reine des pirates

Victor a grandi « au bord d’une plage, très loin de tout, dans les Caraïbes, sur l’île d’Hispaniola », dans une très modeste cabane, avec son père et une vieille Indienne muette. De sa mère, il ne sait rien… A la mort de son père, il découvre un trésor : un véritable trésor de pièces d’or, mais aussi un livre. « La page de garde portait cette inscription :
Ce livre appartient à Victoria Reed.
“Victoria”, c’était le nom prononcé par mon père la nuit où il avait vu un navire. Le navire que lui seul avait aperçu. Un navire créé par l’espoir et l’attente.
Victoria…
Immédiatement, j’ai compris que c’était le nom de ma mère. »
Une femme pirate, au XVIIIe siècle ! Quel monde d’aventures s’ouvre alors devant le jeune Victor ! Parviendra-t-il à retrouver la trace de la reine des pirates – sa mère ? Le lecteur, lui, vit en plus les aventures rocambolesques de Victor, et découvre la vie des boucaniers. Un récit d’aventure écrit par Thore Hansen, un Norvégien qui sait ce que naviguer veut dire puisqu’il fut marin pendant sept ans avant de devenir romancier. Les premières pages sont à lire ici.

Dès 10 ans

Thore Hansen, La Reine des pirates, Flammarion jeunesse, 2019, 128 p., 5,20 € — Traduit du norvégien — Réédition de ce grand classique, déjà paru en 2004 et 2011. Imprimé en Espagne

Philippe Nessmann, Mission Apollo 13

1969 – 2019, mission Apollo 11 — cela fait 50 ans que l’Américain Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune. En avril 1970, la mission Apollo 13 avait pour projet de poser à nouveau le LEM sur la Lune. Mais le sort en décide autrement…
« Soudain, le choc.
Le vaisseau tout entier vibra.
Swigert le sentit trembler sous lui.
Lovell, qui flottait dans l’air, vit les parois bouger et entendit comme le grondement sourd du tonnerre. […]
Sur le panneau central du tableau de bord, une lumière jaune se mit à clignoter.
Puis une alarme retentit. […]
— Je crois qu’on a eu un problème ici, s’écria Swigert à l’attention de Houston. »
Ce roman met à l’honneur les trois astronautes James Lovell, Fred Haise et Jack Swigert, qui vécurent l’incroyable odyssée de cette mission où rien ne se passa comme prévu – et qui aurait pu se terminer tragiquement. Nous avons beau savoir que les trois hommes s’en sont sortis, que de rebondissements ! Philippe Nessmann s’est inspiré du livre écrit par Lovell en 1994 et adapté au cinéma en 1995. Il rend accessibles aux jeunes lecteurs les sélections, les entraînements, les simulations, jusqu’au grand jour où le lanceur Saturne V fait rugir ses moteurs. 5… 4… 3… 2… 1 !

Dès 11 ans

Philippe Nessmann, Mission Apollo 13, Flammarion Jeunesse, 2019, 224 p., 6,20 € — réédition de l’ouvrage paru en 2009.

Anne-Marie Desplat-Duc, Marie-Antoinette et ses sœurs, Premiers bals

En cette fin d’été de 1748, Antonia, 7 ans, et ses sœurs, après avoir goûté aux charmants jardins de Schönbrunn, s’apprêtent à recevoir « un petit prodige ».
« ‑Où est le prodige ? chuchote Antonia à sa sœur.
— Je crois que c’est le garçon.
— Ben… il doit avoir mon âge et il est tout ce qu’il y a de plus ordinaire. […]
— Wolfgang va vous interpréter une œuvre qu’il a lui-même composée. Sa sœur assurera la partie chantée, annonce monsieur Mozart. »
Et, que l’on soit blasé à la cour de Marie-Thérèse d’Autriche ou non, le génie du jeune Mozart est reconnu de tous. Conçu pour de toutes jeunes lectrices, ce roman historique est vraiment tourné vers les préoccupations des enfants – jeux, ballets, fanfreluches et petites disputes — mais il arrive aussi, hélas, que la mort s’invite au château. Elle emporte ainsi Jeanne-Gabrielle, à peine âgée de 12 ans, puis Isabelle, la jeune femme de Joseph, et leur bébé. Le grand sujet de conversation des demoiselles tourne autour des époux que leur choisiront leurs parents. Mais il reste un peu de temps à Antonia, pour apprendre, sans doute dans un lointain épisode, qu’elle sera mariée à un certain Louis-Auguste de France. Car Antonia, ou Madame Antoine, n’est autre, vous l’avez deviné, que notre Marie-Antoinette.

Dès 8 ans

Anne-Marie Desplat-Duc, Marie-Antoinette et ses sœurs, Premiers bals (tome 2), illustrations de Le Lapain, Flammarion Jeunesse, 2019, 128 p., 8,50 €

Jean-Marie Defossez, Face Nord

Jean-Marie Defossez, Face Nord

« Stéphane-Eric-Julie, un trio que tout unit. Au sens propre, par la corde en Kevlar qui relie leur baudrier comme un cordon ombilical. Et au figuré, par cette passion de l’escalade et par cette amitié qui les soudent depuis qu’ils sont gosses. »

Le bac en poche, tout fiérots du haut de leurs dix-sept ans, nos jeunes Chamoniards décident de se lancer dans une grande aventure : ouvrir, en trois jours, une nouvelle voie sur l’une des plus belles faces du massif, la plus raide, la plus exposée, la plus mythique : la face nord des Grandes Jorasses. Bien sûr, le beau projet va se heurter à une série d’impondérables – sans quoi il n’y aurait pas de roman. La tempête qui se déchaîne a pour pendant un coup de vent émotionnel qui déroute autant les garçons que la jeune fille. Le narrateur et Julie, qui mènent alternativement le récit, parlent en mots très justes de la montagne autant que des tourments adolescents : pudeur, altruisme, volonté et courage.

Dès 12 ans

Jean-Marie Defossez, Face Nord, Flammarion Jeunesse, 2019, 160 p., 9 € — Réédition de l’ouvrage paru en 2010 sous une autre couverture. Imprimé en Espagne.

 

Jules Renard, Poil de Carotte

Jules Renard, Poil de Carotte

« — Dieu, que je suis bête ! dit madame Lepic. Je n’y pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules !
Elle donne ce petit nom d’amour à son dernier né, parce qu’il a les cheveux roux et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité :
— Mais, maman, j’ai peur aussi, moi.
[…] Poil de Carotte, les fesses collées, les talons plantés, se met à trembler dans les ténèbres. Elles sont si épaisses qu’il se croit aveugle. Parfois une rafale l’enveloppe, comme un drap glacé, pour l’emporter. »
Quel terrible destin que celui de Poil de Carotte… Combien d’enfants ont pleuré et se sont révoltés à lire toutes les infamies qu’il a endurées.
Cet album grand format reprend le texte original. Ronan Badel a choisi deux couleurs, l’orange et le noir, pour illustrer ce roman autobiographique si cruel et si tendre à la fois, paru en 1894 — et illustré par Vallotton en 1902. Dans une courte préface, Ronan Badel se dit fier de donner un visage « à François Lepic, le petit garçon qui a réussi l’exploit de grandir avec le plus lourd fardeau du monde. Une mère sans amour. » Ses dessins offrent une respiration bienvenue au fil des courts récits qui ponctuent l’enfance de Poil de Carotte.

Dès 11 ans

Jules Renard, Poil de Carotte, illustrations de Ronan Badel, Flammarion Jeunesse, 2018, 158 p., 19,90 € — Imprimé en Espagne – Nombreuses éditions de poche.

Ruth Quayle, Un drôle de baby-sitter

Ruth Quayle, Un drôle de baby-sitter

« Papa et Maman Longoreille avaient une ribambelle d’enfants. » Sept au total ! Une famille somme toute banale… chez les lapins. Mais comment faire garder tout ce petit monde pour se rendre à un mariage ? Confier les lapereaux aux bons soins d’un baby-sitter, bien entendu. Mais quand le seul candidat est Grosours, les choses se compliquent, car notre ours, qu’il soit naïf, balourd ou complice, a une curieuse conception de ce que peuvent – ou ne peuvent pas – faire nos garnements. Cela donne une série irrésistible de bêtises en tout genre, auxquelles Grosours répond avec un flegme très britannique. Un album à confier à votre prochain baby-sitter, surtout si vous lui confiez une famille nombreuse. Ou à lire après une expérience moins heureuse que d’autres.

De 3 à 6 ans

Ruth Quayle, Un drôle de baby-sitter, illustrations d’Alison Friend, Flammarion Jeunesse, 2017, 30 p., 13 €. Traduit de l’anglais.

Anne-Marie Desplat-Duc, La Dangereuse Amie de la reine

Anne-Marie Desplat-Duc, La Dangereuse Amie de la reine

Retirée dans son château de Dampierre alors qu’elle se sent vieillir, la duchesse de Chevreuse accepte l’invitation de son amie frondeuse, la duchesse de Montpensier. L’occasion, non de parler chiffons et dentelles, mais de revenir sur les événements frappants de sa vie. Et quelle vie ! Marie-Aimée de Rohan, née en 1600, vit dans l’entourage de la reine Anne d’Autriche, complote contre Mazarin, se retrouve veuve à 21 ans, avant d’épouser le duc de Chevreuse. Et de reprendre ses intrigues… tout en voyageant de la Touraine à la Lorraine et jusqu’en l’Angleterre ! Elle jouera son rôle, bien sûr, dans l’épisode des ferrets de la reine. La matière ne manquait donc pas à Anne-Marie Desplat-Duc, qui poursuit ici les biographies romancées des grandes dames de la Cour – sans s’attarder trop néanmoins sur certaines de leurs liaisons.
Sel bémol à cette édition, une relecture un peu cavalière. Étonnant de confondre les archets et les archers (p 266) et de conjuguer « confier » comme… « confire » (p 270). En revanche, quelques termes charmants, tels les gages et les « souris » (oui, au masculin) et de beaux imparfaits du subjonctif font revivre ce XVIIe siècle frondeur et plein de charme.

Dès 11 ans

Anne-Marie Desplat-Duc, La Dangereuse amie de la reine, tome 2 de « Duchesses rebelles », Flammarion Jeunesse, 2017, 324 p., 14 €
Pour mémoire, le tome 1 : Anne-Marie Desplat-Duc, L’Intrépide Cousine du roi, tome 1 de « Duchesses rebelles », Flammarion Jeunesse, 2016, 320 p., 14 €

Catherine Kalengula, Délices et Confidences, Tous pour une ! (t 2)

Catherine Kalengula, Délices et Confidences, Tous pour une ! (t 2)

Poudre d’amandes et chocolat, extrait de vanille et pincée de sel : le club de pâtisserie créé par Chloé devrait régaler tout le voisinage. Mais, dans la « vraie vie » du collège, Maud a de trop mauvaises notes – et sa punition est terrible : plus d’entraînement de foot. Quant à Léo, le seul garçon de la bande, il est inscrit à un concours de pâtisserie parisien, où il ne  se rendre qu’un seul invité – alors, laquelle de ces demoiselles choisira-t-il ? Comme dans le premier tome, les jeunes lectrices partageront les inquiétudes, les petites disputes et les joies de cette fine équipe – et se régaleront de financiers, de moelleux au chocolat et de pain perdu. Des petits bonheurs pas compliqués, des dialogues en phase avec la vie de tous les jours, avec un fil conducteur sympathique. Parfait pour lecteurs qui rechignent devant des textes trop complexes.

Dès 9 ans

Catherine Kalengula, Délices et Confidences, Tous pour une ! (t 2), Flammarion Jeunesse, 2016, 176 p., 10 €