Mot-clef

Editions La Joie de Lire

La fabrique des contes, une exposition du Musée d’ethnographie de Genève

Connaissez-vous le conte de l’ours amoureux ? Celui de la vigne et du vin ? Celui du pantalon du diable ? Peut-être celui du pêcheur, de sa femme et du poisson d’or ? Eh oui, notre trésor de contes européens ne se limite pas à Cendrillon et au Petit Chaperon rouge ! C’est le pari réussi de l’exposition « La fabrique des contes » qui se tient au Musée d’ethnographie de Genève, jusqu’au 5 janvier 2020 : nous faire prendre conscience de notre patrimoine immatériel le plus ancien.
Il était une fois… Entrons dans ces petits « théâtres de l’imaginaire » recréés autour de ces huit contes : lanterne magique, dioramas, miroirs, illusions d’optique et changements d’échelle permettent de s’immerger véritablement dans l’histoire et de s’affranchir des règles du monde réel. Quatre illustrateurs livrent leur vision des contes à travers des dessins, des peintures et de superbes papiers découpés. Des objets tirés des collections européennes du Musée permettent de leur donner vie : fuseaux finlandais, broderies roumaines, figurines votives en pain venues de Sardaigne, jusqu’à une faux — brrrr, serait-ce celle de la Mort marraine ? De multiples écouteurs permettent d’entendre conter. Les enfants comme les parents trouveront donc beaucoup de plaisir à se laisser conduire dans ce monde enchanté des contes. Oui, les petits verront la (vraie ?) cape du Petit Chaperon rouge ! Et les adultes feront la connaissance des cantastorie siciliens.
Le catalogue, destiné aux adultes, contient des versions plus longues des contes, dans une langue actuelle (parfois un peu trop actuelle…) due au dramaturge Fabrice Melquiot. Il se termine par une série d’articles ethnologiques.

Pour toute la famille

La Fabrique des contes, une exposition du Musée d’ethnographie de Genève, jusqu’au 5 janvier 2020.
Catalogue : La Fabrique des contes, coédition du MEG et des Éditions La Joie de lire, 2019, 192 p., 39 CHF.

Thomas Gerbeaux et Pauline Kerleroux, L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école

Thomas Gerbeaux et Pauline Kerleroux, L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école

Paris : le ministre de l’Education nationale décide, pour raisons d’économie, que seront fermées toutes les classes primaires de moins de 30 élèves.
Moutonville, dans l’île des Moutons, le jour de la rentrée : la maîtresse de la classe unique a beau compter et recompter, sous le regard pincée de l’inspectrice, la classe ne compte que… 29 élèves.
Commence une « incroyable histoire », où l’absurdité de l’administration va se heurter à la détermination des habitants de l’île aux Moutons. Et si la solution venait d’un certain Vincent, mouton de son état ? Une jolie fable, rédigée et illustrée – est-ce un hasard ? – par un duo de Bretons : les mots de Thomas Gerbeaux sentent les embruns et la laine drue ; les couleurs de Pauline Kerleroux claquent, en bleu et orange, comme celles des bouées de sauvetage.
Et, en plus, « cette histoire est vraie, les journaux en ont parlé ». Rassurez-vous, à Ouessant, la classe n’a pas fermé !

De 9 à 12 ans

Thomas Gerbeaux et Pauline Kerleroux, L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école, Editions La Joie de Lire, coll. « Hibouk », 2018, 96 p., 9,90 € ou 14 CHF – Imprimé en Pologne