Mot-clef

Coll. « Signe de Piste »

Friedrich Feld, Le Mousse de la Santa Maria

Friedrich Feld, Le Mousse de la Santa Maria

« Une demi-heure avant l’aube, l’amiral avait donné l’ordre de larguer les amarres qui attachaient les trois vaisseaux aux quais du Rio Tinto, dans le port de Palos. La brise du matin gonflait les voiles carrées de la Santa-Maria et de la Pinta et celles, triangulaires, de la petite Nina. Lentement, les navires se mirent à descendre le fleuve, vers la mer. » Trois caravelles promises à un destin fabuleux. Caché dans la cale de la Santa-Maria, Pedro, une quinzaine d’années au mieux – et qui s’est juste trompé de bateau. Devenu mousse, il va partager la vie du bord, les inquiétudes, les tempêtes, les mutineries, les sautes d’humeur de l’amiral, ce curieux aventurier nommé Cristobal Colon, notre Christophe Colomb. Jusqu’à l’arrivée dans ces îles des « Indes occidentales » qui n’étaient ni la Chine ni le Japon, mais les avant-postes d’un continent à explorer, les Amériques.
Roman historique, Le Mousse de la Santa Maria fera vibrer les jeunes aventuriers qui partageront la vie de Pedro, un jeune Espagnol qui, en 1492, rêvait de devenir orfèvre et pas du tout moussaillon !

Dès 12 ans

Friedrich Feld, Le Mousse de la Santa Maria, illustrations de Pierre Joubert, Editions Delahaye, Coll. « Signe de Piste », 2013, 198 p., 14 €. Réédition.

Jean-Louis Larochette-Prost, Miguel le Cristero

Jean-Louis Larochette-Prost, Miguel le Cristero

« Durant les quelques jours précédant le samedi au soir duquel la messe clandestine devait être célébrée, Miguel délivra encore plusieurs messages à divers villageois, artisans et autres fermiers, avec succès, fier d’assurer ses missions devant des Cristeros avertis. » Miguel, 15 ans en 1928, vit dans un Mexique en guerre : d’un côté, un gouvernement anticatholique soutenu par l’armée régulière – les federales -, de l’autre, le petit peuple mexicain, profondément croyant, qui n’hésite pas à prendre
Miguel, chassé de son collège, a rejoint ceux qui n’ont pas peur, les Cristeros, qui se battent avec ce qu’ils trouvent, pour leur Dieu, leur Eglise et leur liberté. Porteur de messages, le jeune garçon sera souvent au premier rang de combats violents.
Un récit poignant et sans concession, sur une guerre trop longtemps ignorée ou moquée…
Et une question brûlante, à la lumière de l’actualité la plus récente, et dont chacun devra trouver la réponse en lui-même : faut-il mourir à quinze ans pour sa foi ?

A partir de 12 ans

Jean-Louis Larochette-Prost, Miguel le Cristero, Ed. Delahaye, coll. « Signe de Piste », 2014, 188 p., 14 € — Disponible chez votre libraire, ou chez Carnet2bord