Mot-clef

Christel Espié

Marie-Aude Murail, Le Visiteur de minuit

Marie-Aude Murail, Le Visiteur de minuit

Londres, hiver 1854. Chez Dickens ? Pas tout à fait, mais… Si le vieux jardinier MacNeil a « quinze enfants, tous en vie », son patron, Jason Anderson, riche à millions, se morfond de savoir que sa fille unique, Beatrix, « s’affaiblissait d’heure en heure ». Non seulement il se morfond, mais il éprouve une méchante jalousie à l’égard de Fergus, le dernier fils du jardinier.
Mais qui frappe à la porte ? Quel est cet homme « drapé dans une cape noire dont la capuche dissimulait à demi son visage écarlate » ? Le diable ? Le diable ! Qui propose un horrible marché à M Anderson : s’il invite le petit Fergus à partager les jeux de Beatrix, lui, le diable, se charge de guérir la fillette en faisant passer la santé du garçon dans le corps de la fillette. « Au printemps, l’un des deux enfants mourra ! », tel est l’abominable marché… Rassurez-vous, les enfants, innocents et courageux, déjoueront le piège diabolique et les deux pères ne pourront que s’en réjouir. Le conte est d’autant plus émouvant que les enfants sont orphelins et les papas veufs ; aucune présence féminine adulte ne vient adoucir ces longues journées d’hiver.
Christel Espié donne ici la mesure de son talent : les illustrations pleine page de ce grand album (29,3 x 36,4 cm) créent une atmosphère aux couleurs très contrastées, aussi contrastées que les sentiments des protagonistes du conte.

Dès 6 ans

Marie-Aude Murail, Le Visiteur de minuit, illustrations de Christel Espié, Albin Michel Jeunesse, 2018, 32 p., 18 € — Imprimé en Italie. Une première version du conte a été publiée en 1988 dans la revue J’aime lire.

Arthur Conan Doyle, Les enquêtes de Sherlock Holmes, Le diadème de Béryls

Arthur Conan Doyle, Les enquêtes de Sherlock Holmes, Le diadème de Béryls

Qui donc se hâte dans Baker Street par un petit matin neigeux de février ? Et surtout, qui regarde nonchalamment par la fenêtre en devisant avec son fidèle ami Watson ? Sherlock Holmes, bien sûr ! Qui, son thé matinal à peine bu, fume déjà sa pipe légendaire…
Quel plaisir d’avoir entre les mains un grand album, dont les illustrations en pleine page plongent le lecteur dans une vieille Angleterre parfois bien inquiétante, roman policier oblige – mais si « bien comme il faut ». Bien sûr, un beau livre est plus cher qu’un poche, mais gageons que celui-ci restera en bonne place dans la bibliothèque de notre jeune lecteur.

Dès 10 ans

Arthur Conan Doyle, Les enquêtes de Sherlock Holmes, Le diadème de Béryls, illustrations de Christel Espié, traduction de Blandine Longre, Sarbacane, 2011, 64 p., 19,50 €. Texte intégral.