« Même s’il a encore des rayures, [Brennos] n’est plus un marcassin et il est assez grand pour se débrouiller seul. Il aime explorer la forêt pour… …se faire de nouveaux amis, reconnaître les champignons vénéneux… et surtout, échapper aux hommes qui le traquent pour le faire rôtir à la broche et le manger. Pour le débusquer, ils ont de terribles molosses qui flairent sa piste. Aouuuuh ! Les hommes, c’est ce dont Brennos a le plus peur. »
Alors, quand les Gaulois lâchent leurs chiens et le poursuivent à qui mieux mieux… Gare à celui qui quitte la profondeur des halliers et ne se méfie pas assez de leurs pièges ! À force de volonté, notre sanglier saura si bien dominer sa peur que les Gaulois le prendront comme emblème. Cette leçon de vie est illustrée avec beaucoup d’humour et de finesse par Arnaud Josselin, jeune papa de petits marcassins joueurs et curieux — à qui il convient néanmoins d’apprendre à dépasser leurs légitimes appréhensions devant le monde des grandes personnes. Le texte de JeanBaptiste Lapierre, vif et joyeux, se prête parfaitement à une lecture à haute voix. Maintenant, on en sait beaucoup plus sur l’enfance des sangliers chassés par les voisins d’Astérix !

Dès 5 ans

Jean-Baptiste Lapierre, Brennos, le sanglier de Condate, illustrations d’Arnaud Josselin, La Nouvelle Librairie Jeunesse, 2020, 32 p., 9,90 €