Il m’arrive parfois de bien sympathiques surprises, comme ce « conte en vers », plein de fantaisie.
« Il était une fois dans une jolie chaumière,
Une petite fille qui était en colère. »
De dépit, la voilà qui part loin de chez elle, mais sa colère ne passe pas si vite… La raison profonde ? « je n’veux pas qu’on m’appelle » répond-elle à qui lui demande son nom, car son nom ne lui plaît pas du tout, il ne raconte pas d’histoire, comme Aurore, Colombe ou Ulysse…
En marchant à travers la forêt, elle rencontre Colin, Chanterelle, Romarin et un vieil homme des bois. Leur dira-t-elle pourquoi elle est fâchée ? Trouvera-t-elle les trésors qu’elle est allée chercher ?
« Pourquoi la valse rythmée des mots et des alexandrins ne serait-elle dévolue qu’aux contes anciens ? » se demande Béatrice Sonnerat. Educatrice spécialisée, enseignante, chanteuse et musicienne, elle a vraiment le rythme dans la peau. Ces nouvelles rimes et ces vers contemporains enchanteront nos bambins à qui ils seront lus à haute voix. La mise en page est soignée, les illustrations discrètes : une manière se sortir des sentiers battus en offrant une chance à l’auteur.

Dès 4 ans

Béatrice Sonnerat, La petite fille qui ne voulait pas qu’on l’appelle, autoédition, sur le site de l’auteur, 2021, 32 p., 6,50