Mot-clef

Bayard Jeunesse

Christophe Lambert, Yakari, Les pierres qui parlent (t 10)

Graine-de-Bison, le camarade de Yakari, fait de mauvais rêves : son grand-père lui demande de retrouver un mystérieux objet. Or, « pour les Sioux, les rêves sont à prendre très au sérieux. Yakari a écouté sans rien dire, mais, lorsque le récit est terminé, il se lance :
— Je crois que la corne du bison se trouve dans les parages de la grande barrière, au pied de laquelle les troupeaux se regroupent chaque année avant la migration.
— La grande barrière ? De quoi s’agit-il ?
— Ce sont les parois très raides qui surplombent une petite vallée.
— Eh bien, allons‑y ! propose Graine-de-Bison. »
L’aventure peut commencer ! Les jeunes lecteurs se régaleront de ce nouvel épisode – le 10e ! – des exploits du petit Indien et de ses amis. Le texte romancé, facile à déchiffrer, est illustré par des images de la série télévisée dont est issu le scénario, lui-même inspiré par la bande dessinée originale.

Dès 6 ans

Christophe Lambert, Yakari, Les pierres qui parlent (t 10), Bayard Jeunesse, coll. « Yakari », 2020, 64 p., 5,90 € — Imprimé en France

Pascale Perrier, La véritable histoire de Charlotte qui rêvait de découvrir Versailles

« Je m’appelle Charlotte et j’ai douze ans. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de chance. Pour la première fois de ma vie, je suis à Versailles, dans le château du roi. » Avec une lourde responsabilité : s’occuper de la petite Esprit-Madeleine, trois ans, la fille de Molière et de la comédienne « Mademoiselle Molière », sa maman. Mais la fillette est bien espiègle, et la voilà qui a disparu ! A la suite de Charlotte, le lecteur visite le château et ses jardins et assiste même à une représentation théâtrale. Un roman historique facile d’accès et joliment illustré pour très jeunes lecteurs.

Dès 6 ans

Pascale Perrier, La véritable histoire de Charlotte qui rêvait de découvrir Versailles, illustrations de Cléo Germain, Bayard Jeunesse, coll. « Youpi, j’aime l’Histoire », 2019, 48 p., 6,50 €
Du même auteur, dans la même collection : La véritable histoire de Carantos qui survécut à Alésia, illustrations de Célia Nilès, Bayard poche, 2017, 48 p., 6,50 €

Claire Bertholet, Disparition mystérieuse au refuge !

« Oh là là, les enfants, il est presque midi, il faut rentrer. Luigi m’a dit que son plat n’attendait pas. Puis il se met à nous compter.
— Il en manque un !
[…] Samuel recompte son troupeau. Même constat. C’est Paul qui manque à l’appel. »
Panique à bord ! Ce « troupeau », ce sont les enfants d’un centre aéré venus passer quelques jours au refuge des Campanules. Clara, la fille de la gardienne, se lance alors à la recherche de Paul, accompagnée de son meilleur ami Walter et de son loup Kanala. Les heures passent, le danger croît, chaque indice compte ! Une intrigue « policière » entre 1000 et 2500 m d’altitude qui donnera sans doute aux plus téméraires l’envie d’aller dormir dans un refuge – avec ou sans « brave » loup dans les environs. Claire Bertholet habite en Chartreuse, et elle a bien de la chance de pouvoir s’inspirer de ses belles montagnes – un amour qu’elle fait partager aux plus jeunes.

Dès 7 ans

Claire Bertholet, Disparition mystérieuse au refuge !, illustrations de Maud Riemann, Bayard Jeunesse, coll. « Enquêtes à la montagne », 2019, 64 p., 6,50 € — Imprimé en France

Claude Merle, Perceval

Claude Merle, Perceval

« A seize ans [Perceval] est déjà un chasseur accompli. Selon son habitue, il s’est vêtu et équipé dans l’obscurité. Puis, laissant sa mère et ses serviteurs endormis, il a pris sa course vers l’ouest, armé d »’un épieu, de deux javelots et d’une hache au fer tranchant.
Il aime ce pays, ses étendues sauvages de collines, de forêts, de taillis et de marais. Il en connaît chaque sentier, chaque rocher, chaque torrent. » Et pourtant, cette forêt, il va bientôt la quitter, comme il quittera sa mère, pour suivre son rêve : rencontrer le roi Arthur et devenir chevalier. Une quête dont il n’aurait jamais soupçonné les difficultés… Une belle initiation à la littérature médiévale.

Dès 9 ans

Claude Merle, Perceval, Bayard Jeunesse, coll. « Héros de légende », 2015, 169 p., 6,50 €

Muriel Szac, Le Feuilleton d’Artémis

Quel est le point commun entre Apollon, Chiron, Achille, Atalante et Asclépios ? Bien sûr, ce sont des dieux et des héros de la mythologie grecque, mais encore ? Ils sont tous proches d’Artémis, la déesse de la chasse mais aussi des naissances, et du passage de l’enfance à l’adolescence. En cent épisodes, comme le veut cette collection, Muriel Szac fait revivre ici « celle qui court aussi vite qu’une biche », ses compagnes et compagnons d’aventures. Elle nous rappelle ainsi que, dès l’Antiquité grecque, plusieurs déesses se partageaient la protection des jeunes filles et des femmes, leur proposant aussi des « modèles » très divers : d’Hestia, qui veille sur les foyers, à Athéna la sage guerrière, de Perséphone, déesse du printemps souriant, à Aphrodite dont la ceinture permit à Héra de duper Zeus lui-même, que de « féminités » ! Sans oublier Hélène, Atalante, Eurydice ou les Danaïdes… Les illustrations d’Olivia Sautreuil sont inspirées des techniques de la sérigraphie, avec des couleurs tranchées et des silhouettes parfois inquiétantes… Pour les plus jeunes, la présence d’un adulte est conseillée – qui saura expliquer (ou pas) certaines situations… scabreuses ou violentes, dans lesquelles dieux et déesses font assaut d’imagination.

Dès 6 ans pour une lecture adulte à voix haute – et sans limite d’âge

Muriel Szac, Le Feuilleton d’Artémis, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations d’Olivia Sautreuil, Bayard Jeunesse, 2019, 288 p., 19,90 €. Imprimé en Italie.
Muriel Szac, Le feuilleton d’Ulysse, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations de Sébastien Thibault, Bayard Jeunesse, 2015, 280 p., 19,90 €
Muriel Szac, Le feuilleton de Thésée, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations de Rémi Saillard, Bayard Jeunesse, 2011, 280 p., 19,90 €
Muriel Szac, Le Feuilleton d’Hermès, la mythologie grecque en cent épisodes, Bayard Jeunesse, 2006, 256 p., 19, 90 €

Juliette Mellon-Poline, La véritable histoire de Léonie qui vit construire la Tour Eiffel

« Tout doucement, je chuchote à l’oreille de maman :
— S’il te plaît, laisse-moi y aller !
Maman sait bien de quoi je parle. Elle me répond sans même arrêter de coudre :
— Léonie, tu passes ta vie sur le chantier de la Tour Eiffel ! »
En effet, Léonie et son ami Armand sont attirés comme des aimants par ce gigantesque chantier qui se termine bientôt. Mais où trouver de quoi s’offrir un billet quand on aide sa maman dans son atelier de chapelière ? D’autant plus que de riches clientes attendent avec impatience le jour de l’inauguration… Une « première lecture » pleine de suspens, avec un cahier documentaire pour en savoir plus sur la Dame de fer.

Dès 7 ans

Juliette Mellon-Poline, La véritable histoire de Léonie qui vit construire la Tour Eiffel, illustrations d’Aurélie Abolivier, Bayard Jeunesse, 2018, 48 p., 6,50 € — Imprimé en France

Claudia Rueda, Saute, Lapin !

Claudia Rueda, Saute, Lapin !

« Mais… où est la neige ? Peut-être qu’on peut en fabriquer ? Tu veux bien secouer le livre ? Là voilà ! Est-ce que  tu peux secouer le livre plus fort ?  Eh oui, la neige va tomber et, à force de pencher le livre de ci de là, Petit Lapin va apprendre à skier. Pas de « boule à neige » pourtant, ni d’artifices exotiques, mais seulement du papier et des couleurs. Les manipulations proposées permettent au tout jeune enfant d’entrer dans l’histoire – c’est tout simple et ça fonctionne !

Avant 3 ans

Claudia Rueda, Saute, Lapin !, traduit de l’espagnol, Bayard Jeunesse, 2017, 11,90 €

Nicholas Oldland, Un castor très occupé

Nicholas Oldland, Un castor très occupé

A force de travailler comme un fou, notre ami castor finit par se faire tomber un arbre sur la tête. Le voilà à l’hôpital avec « une queue tordue, deux pattes cassées, trois côtes brisées, quatre gros bleus, cinq doigts foulés, six orteils retournés »… jusqu’à « dix méchantes échardes ». Bien obligé de regarder le plafond… A force de s’ennuyer, la réflexion et un début de sagesse lui viennent – tiens, tiens… Il n’aura de cesse, une fois raccommodé, de réparer les dégâts causés par son hyperactivité débridée. Le plus délicat ? « S’exercer à dire ‘’je suis désolé’’ » afin de présenter ses excuses. Une fable amusante, très morale mais pas moralisatrice, pour se demander à quoi sert de courir tous azimuts, sans but réel. Autant apprendre à goûter les bons moments de la vie avec de vrais amis.

Dès 3 ans

Nicholas Oldland, Un castor très occupé, traduit par Alice Boucher, Bayard Jeunesse, 2016, 10,90 €

Eliacer Cansino, Le Mystère Velasquez

Eliacer Cansino, Le Mystère Velasquez

Le maître « s’enfermait jour et nuit dans son atelier, se livrant à d’intenses séances de travail […]. José Nieto s’attacha à le seconder, en échange de quoi, à ma grande surprise, Velásquez lui promit qu’il figurerait sur le tableau. […] Le roi et la reine vinrent lui rendre visite et ils furent d’abord déconcertés par l’intention de don Diego de les placer dans le miroir, au fond de la salle ». Cette représentation de Philippe IV et de Marie-Anne d’Autriche est aujourd’hui une des plus célèbres qui soit, tout comme le tableau lui-même, ces Ménines de la cour d’Espagne.
Le héros de ce roman n’est autre que le nain Nicolás Pertusato (env. 1635 ‑1710). Arrivé dès l’âge de 7 ans à Madrid, il sut, par son habileté, se concilier les grâces des Grands, mais surtout celles du peintre. C’est donc lui que nous voyons tout à droite du tableau, vêtu d’un pourpoint rouge, et qui, du pied, agace le chien.
Ce roman complexe, très bien traduit, est autant un roman d’apprentissage qu’une réflexion sur l’art. Avec une pointe de fantastique – qui est en effet le personnage qui, dans l’ombre, semble ne pas écouter la dame de compagnie de l’Infante ? Un simple « garde du corps » ? Pas sûr…
Un seul regret : la couverture du livre ne montre pas le tableau dans son entier ; et sa reproduction, en page 159, est en noir et blanc, ce qui nuit à sa lisibilité.

Dès 12 ans

Eliacer Cansino, Le Mystère Velasquez, traduction d’Isabelle Gugnon, Bayard Jeunesse, 2015, 163 p., 12,90 €

Muriel Szac, Le Feuilleton d’Ulysse, la mythologie grecque en cent épisodes

Muriel Szac, Le Feuilleton d’Ulysse, la mythologie grecque en cent épisodes

« La victoire avait un goût de cendres. Ulysse regardait le jour se lever sur les ruines fumantes de Troie. Il était bien vivant. Mais l’oracle qui lui avait annoncé encore dix ans d’errance avant de retrouver Ithaque avait-il dit vrai ? » Fidèle à sa construction en cent épisodes, ce « Feuilleton d’Ulysse » en consacre quarante à la guerre de Troie, de ses préparatifs à son issue ; puis soixante au retour mouvementé d’Ulysse dans son île d’Ithaque. Après « Le Feuilleton d’Hermès » et « Le Feuilleton de Thésée », ce troisième volume reprend donc les épisodes majeurs de l’Iliade et de l’Odyssée, avec quelques emprunts aussi aux tragiques grecs et à Virgile.
Qui dit guerre, dit violence, et Muriel Szac a choisi de ne rien cacher des assauts, des blessures, des morts, et encore moins du caractère des hommes – guerriers courageux, certes mais aussi chicaneurs, lâches, menteurs, pusillanimes… De même, quand il s’agit de passion amoureuse, d’Hélène, de Calypso ou de Circé, des captives ou des épouses, l’auteur n’édulcore pas les textes anciens qui, s’ils ne sont jamais indécents, citent volontiers « caresses et baisers ». Il conviendra donc, dans le cadre d’une lecture à haute voix devant un jeune public, de se tenir prêt à répondre à des questions délicates sur le monde des adultes : fût-il légendaire, il nous est si proche…
Les illustrations du canadien Sébastien Thibault empruntent à la technique de Magritte. Ses images « en creux » accentuent le côté onirique et parfois inquiétant du récit : les visages se lisent dans les flammes et les silhouettes dans les nuages…

Dès 6 ans (à lire par un adulte), pour tous les âges, pour toute la famille

Muriel Szac, Le feuilleton d’Ulysse, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations de Sébastien Thibault, Bayard Jeunesse, 2015, 280 p., 19,90 €

Claude Merle, Spartacus

Claude Merle, Spartacus

De la part de Nathalie I. : Le personnage de Spartacus est abordé de manière assez subtile, ce qui donne de la profondeur au récit. Le personnage présente de multiples facettes qui rendent compte de la complexité de la situation. Chef de guerre, grand guerrier, fin stratège, meneur d’hommes… par touches, l’homme affleure derrière les batailles. Il est toujours lucide, responsable, mais il ne se laisse jamais dépasser par ses doutes. C’est un hymne à la liberté, un refus de l’esclavage de tous ces hommes qui revendiquent une vie libre, debout, fier… Paradoxalement, choisir la mort était choisir de vivre…
Pour les aspects guerriers, l’auteur ne fait pas dans le sanguinolent. Quelques phrases bien tournées, quelques adjectifs choisis avec soin suffisent à rendre compte de la dure réalité des combats. Malgré tout, c’est dur. La discipline était impitoyable, les punitions l’étaient tout autant… Les ambitions des chefs romains ne sont pas toujours très glorieuses. La conception de l’esclavage et la valeur de la vie des hommes peuvent choquer, mais cela correspond à une réalité historique !
Autre point à souligner, il y a beaucoup de vocabulaire, notamment militaire romain. Un petit lexique de deux pages en fin de livre permet de comprendre les mots et de mieux comprendre les batailles pour peu qu’on se donne la peine de les lire.

Extraits :
“Quelques semaines de liberté valent mieux qu’une vie de servitude.”
“Les esclaves ont lutté comme des lions. Il suffit de voir leurs dépouilles : aucun n’a été frappé dans le dos. Pas de fugitifs !”

Dès 10 ans

Claude Merle, Spartacus, Collection “Héros de légende”, Bayard Jeunesse, 2009, 182 p., 5,90 €