Thème

Mois : novembre 2016

Blaise Cendrars, Petits contes nègres pour les enfants des blancs

Blaise Cendrars, Petits contes nègres pour les enfants des blancs

« Un jour, raconte-t-on, il se passa ce qui suit :
La souris avait grignoté les vêtements du tailleur. Le tailleur alla trouver le juge qui était pour lors le babouin, toujours en train de dormir. Il le réveilla pour se plaindre de la façon suivante :
— Babouin, ouvre tes yeux ! Tiens, regarde, voilà pourquoi je viens de réveiller, il y a des trous partout ! C’est la souris qui a déchiré mes vêtements, mais elle dit que ce n’est pas vrai, elle accuse le chat. » Mais est-ce bien raisonnable d’aller réveiller le babouin ? Voici une très belle réédition de ces 12 contes, où la verve de Blaise Cendrars en remontre aux conteurs traditionnels sur les thèmes desquels il brode. Les superbes bois gravés sont en effet ceux d’un ami proche de Blaise Cendrars, Pierre Pinsard (1906–1988), à qui on devait l’édition de 1929. Et ce n’est pas parce que le titre de l’ouvrage pose quelques cas de conscience aux maîtres d’école qu’il faut se priver de ces contes drôles et malicieux !

Dès 7 ans

Blaise Cendrars, Petits contes nègres pour les enfants des blancs, avec les bois gravés originaux de Pierre Pinsard, Albin Michel Jeunesse et la BnF, 2016, 165 p., 24,90 €

Camille Chincholle et Mathilde Bréchet, Moi, j’aime Noël

Camille Chincholle et Mathilde Bréchet, Moi, j’aime Noël

« Moi, j’aime Noël et retrouver tous mes cousins. Les voilà ! Derrière les rochers… » Il suffit en effet des soulever le petit volet pour découvrir les cousins des ours. Et le bouquetin, aime-t-il aussi fêter Noël ? Quelles surprises partagera-t-il avec le lièvre, le renard et l’hermine ? Un album « tout carton » aux couleurs vives pour faire patienter les petits lecteurs !

Dès 3 ans

Camille Chincholle et Mathilde Bréchet, Moi, j’aime Noël, Gallimard Jeunesse, coll. « Mes tout premiers livres », 2016, 10 p., 15 €

André Maurois, Le pays des Trente-six mille volontés

André Maurois, Le pays des Trente-six mille volontés

Quelle fillette de sept ans n’a pas un jour rêvé de devenir fée ? de ne plus obéir du matin au soir ? d’en oublier ses tables de multiplication ?
Et voici que le corbeau Honteuzékonfu – enfin, le très respectable André Maurois (1885–1967), qui dix ans plus tard, sera académicien – propose à la petite Michelle de rejoindre le Clos Magique, où elle pourra enfin faire ses trente-six-mille volontés ! Choisir des ailes, apprendre à se servir d’une baguette magique, maîtriser le vol – et l’atterrissage — ou parfois l’apommissage quand il s’agit de se poser sur un pommier — tout cela est inattendu, délicieux, merveilleux…
Mais, à l’arrivée, il ne s’agit pas de prendre le thé avec le Lièvre de Mars ou de jouer avec Peter Pan. Pas vraiment… Car le nonsense et la fantasy se teintent vite de morale. La reine des fées « folle et charmante » se désintéresse de son petit peuple. Et quand des dizaines de petites voix crient ensemble « je veux », « je ne veux pas », la bataille devient générale… La seule « volonté » qui reste permet tout juste de rentrer chez soi.
Les illustrations colorées de l’artiste belge Alice De Page conviennent parfaitement à cette réédition au format d’un bel album cartonné- vous pouvez en voir certaines ici.

Dès 9 ans (ou dès 7 ans si le livre est lu à haute voix par un adulte)

André Maurois, Le pays des Trente-six mille volontés, illustrations d’Alice De Page, Gautier Languereau, 2016, 64 p., 14,50 €

Mon calendrier de coloriages de l’Avent

Mon calendrier de coloriages de l’Avent

Le 1er décembre, « au pôle Nord, tous les amis du Père Noël arrivent pour l’aider », comme cet ours sur sa luge. Le 7 décembre, « dans les rues, les décorations sont installées » et le 10, « Ça y est ! Le sapin est décoré ! » Pour chaque jour, une page de coloriage est proposée, avec une petite phrase pour se mettre dans l’ambiance. En bonus, 75 autocollants et un poster géant. Mais surtout, en bas de chaque page, une dédicace : « ce dessin a été réalisé par …… pour …. », qui incite l’enfant à offrir son dessin – c’est ce qui m’a fait craquer !

De 3 à 7 ans

Mon calendrier de coloriages de l’Avent, Editions 1, 2, 3 Soleil !, 2016, 52 p., 5,95 €

Fred Elola et Olivier Giommi, A l’origine des expressions françaises

Fred Elola et Olivier Giommi, A l’origine des expressions françaises

D’où vient l’expression « haut les cœurs ! » ? Origine n°1 : « ‘Haut les cœurs !’ désigne le signal donné aux marins pour effectuer les manœuvres susceptibles de faire chavirer l’estomac des passagers ou des nouvelles recrues, en guise de baptême ou de bizutage ». Hum, hum, pas si sûr… Alors, optez-vous pour l’origine n°2 ? « Le cœur désigne non pas l’organe, mais le principe. Le courage en est la manifestation. Il faut encourager (‘haut !’) l’homme de cœur à se conduire avec courage. » Cette origine vous semble plausible, mais voilà qu’une 3e origine vous est proposée : « Dans le jeu de la manille coinchée, un joueur qui annonce ‘haut les cœurs !’ prétend pouvoir ramasser tous les cœurs de la partie et ainsi gagner vingt points de bonus. » Cette origine-là est trop belle pour être honnête ! Si vous avez parié pour la 2e origine avant même de connaître la 3e, vous avez gagné 2 points – mais si vous avez attendu que le meneur de jeu ait lu la 3e possibilité, vous n’aurez gagné qu’un point pour cette même réponse n°2. Le jeu comprend ainsi 118 cartes, plus 40 autres portant sur des expressions dont l’origine est trouble. Après quelques parties ponctuées de fous rires, l’origine d’expressions telles « faire du plat », « à brûle-pourpoint », « veiller au grain » ou « filer à l’anglaise » n’auront plus de secret pour vous. Réflexion, connaissances et astuce seront les meilleurs alliés des joueurs !

Grands adolescents et adultes

Fred Elola et Olivier Giommi, A l’origine des expressions françaises, un jeu Bescherelle, Editions Hatier, 2016, 15,95 €

Marie-Claude Bérot, Pierrou de Gavarnie

Marie-Claude Bérot, Pierrou de Gavarnie

« Le mont Perdu, il le ferait bientôt. Il ne pouvait plus résister. […Son père] Antoine, en lui montrant le sommet fabuleux qui se détachait sur les arêtes vives des montagnes, lui avait promis : ‘Lorsque tu auras treize ans, je te conduirai au mont Perdu. Et même, si tu es plus solide à ce moment-là, je te ferai passer en tête !’ Il avait eu treize ans la veille. » Mais Antoine, l’un des premiers guides de Gavarnie, était mort en montagne quelques années auparavant. En ce début du XXe siècle, cela signifiait, pour l’adolescent, « devenir un homme », quitter l’école et vaquer aux travaux des champs. Mais, comme son père, Pierrou a une vocation bien chevillée au corps : il sera guide de montagne. Sa première course, cette année de ses 13 ans, ce sera, encordé avec son ami Jacques, le mont Perdu tant convoité depuis le plateau de Coumélie. Un joli roman d’initiation et d’aventure dans ce monde austère mais lumineux du cirque de Gavarnie.

Dès 9 ans

Marie-Claude Bérot, Pierrou de Gavarnie, illustrations de Léa Weber, Editions Cairn, coll. « P’tit Cairn », 2016 (1ère édition, Milan, 1995), 140 p., 6,10 €

Kazuo Iwamura, L’Hiver de la famille Souris

Kazuo Iwamura, L’Hiver de la famille Souris

« Le vent souffle. Dans la forêt une petite lumière fait un rond jaune sur la neige : c’est la fenêtre de la famille Souris. » A quoi donc peut s’occuper la famille Souris pendant le long hiver japonais ? Si elle ne prépare pas le Noël que nous aimons tous, elle ne chôme pas pour autant : les uns bricolent, fabriquent luges et jeux de petits chevaux ; les autres cuisinent de succulents chaussons à la confiture de fraise. Et après un bon goûter, rien de mieux qu’une partie de luge endiablée. Une série toujours aussi craquante !

De 3 à 5 ans

Kazuo Iwamura, L’Hiver de la famille Souris, 1998, L’Ecole des Loisirs. Deux formats : album relié, 30 p., 11,20 € et livre de poche souple (plus petit), 30 p., 5 €

Les Trois Mousquetaires au sommaire du TétrasLire de novembre

Les Trois Mousquetaires au sommaire du TétrasLire de novembre

« – Monsieur, dit Athos, j’ai fait prévenir deux de mes amis qui me serviront de seconds, mais ces deux amis ne sont point encore arrivés. Je m’étonne qu’ils tardent : ce n’est pas leur habitude.
– Je n’ai pas de seconds, moi, monsieur, dit d’Artagnan, car, arrivé d’hier seulement à Paris, je n’y connais encore personne que M. de Tréville, auquel j’ai été recommandé par mon père, qui a l’honneur d’être quelque peu de ses amis. Athos réfléchit un instant.
– Vous ne connaissez que M. de Tréville ? demanda-t-il.
– Oui, monsieur, je ne connais que lui.
– Ah çà ! mais, continua Athos parlant moitié à lui-même et moitié à d’Artagnan, ah çà ! mais, si je vous tue, j’aurai l’air d’un mangeur d’enfants, moi !
– Pas trop, monsieur, répondit d’Artagnan, avec un salut qui ne manquait pas de dignité ; pas trop, puisque vous me faites l’honneur de tirer l’épée contre moi avec une blessure dont vous devez être fort incommodé. »
En effet, d’Artagnan vient à peine d’arriver à Paris qu’il rencontre les trois mousquetaires les plus célèbres du corps de garde, Athos, Porthos et Aramis. Une rencontre qui ne se passe pas sous les meilleurs augures, puisqu’elle lui vaut deux duels d’un coup.
Dans ce numéro de novembre, le magazine TétrasLire propose les chapitres 4 et 5 du célèbre roman d’Alexandre Dumas – ce qui permet de plonger directement dans l’intrigue, qui se déploie avec autant d’énergie que les illustrations de Cyril Farudja. Le texte n’est ni coupé ni « arrangé ». Le magazine, selon sa formule habituelle, contient de nombreux tests et jeux, un documentaire sur les « vrais » mousquetaires, le mode d’emploi pour réaliser une casaque de mousquetaire et un éventail brisé. Il se termine par un conte angolais, « L’union fait la force » . Sans oublier des idées de sortie pour les Cadets de Gascogne !

De 8 à 12 ans

Tétras LireEditions Alba Verba, 20 quai Fulchiron, 69005 Lyon. 9,50 € le numéro, ou 64 € pour 11 numéros. Un beau cadeau de Noël ! Pour feuilleter quelques pages du magazine, c’est ici.

Arnaud de Cacqueray, Le gardien de Noël

Arnaud de Cacqueray, Le gardien de Noël

« Le petit Henri Kerzuel vivait dans un phare depuis qu’il était tout petit. […] Il aimait ses escaliers interminables faiblement éclairés de minces meurtrières. Il vivait au rythme des marées. » Alors, quand son père criait « Voile en vue ! », il le rejoignait vite tout là-haut pour l’aider à actionner la lanterne et la sirène qui aidaient les marins à trouver l’entrée de la passe. N’oublions pas que toutes ces manœuvres se faisaient à la main, dans le froid, la nuit et le vent. Or, un soir de Noël, ses parents trouvèrent Henri trop malade pour les accompagner à la messe de minuit. Seul dans le phare, le garçonnet entend bientôt le carillon d’un terre-neuvier aux prises avec la tempête. Et quelle tempête…
Fidèle à son rendez-vous de Noël, Arnaud de Cacqueray livre ici un nouveau conte, aux saveurs bien bretonnes, sous la haute vigilance d’un ange gardien – lequel se retrouvera au sommet du phare placé dans la crèche du village. Les illustrations de Françoise Pichard sont pleines d’énergie et donnent encore plus de relief à ce conte de Noël. Une belle lecture familiale.

Dès 7 ans

Arnaud de Cacqueray, Le gardien de Noël, illustrations de Françoise Pichard, Via Romana, 2016, 32 p., 12 €

Kirsteen Robson et Diana Florino, Je trace, j’efface – Au château fort

Kirsteen Robson et Diana Florino, Je trace, j’efface – Au château fort

Le principe de cette collection est de permettre aux enfants, grâce au feutre fourni, de tracer, puis d’effacer s’ils le souhaitent, sur des feuilles plastifiées – avant de recommencer. Les consignes sont claires, les dessins colorés et les jeux variés : « Suis les lignes en pointillé pour voir quel oiseau va se poser sur le bras d’Arthur. », « Relie les points pour compléter cette tente. »… Au Moyen Age, « les boucliers de tous les chevaliers sont ornés de marques distinctives appelées armoiries. Trace un trait entre chaque paire d’armoiries ». Bref, de quoi occuper intelligemment un jeune écuyer malade ou une petite princesse le temps d’un voyage.

Dès 5 ans

Kirsteen Robson et Diana Florino, Je trace, j’efface – Au château fort, Usborne, 2016, 22 p., 6 € — Fourni avec le feutre.

Amel Khaldi-Bonnaud, Boucle d’or au musée

Amel Khaldi-Bonnaud, Boucle d’or au musée

« A l’orée d’une forêt bordée de coquelicots vivaient une jeune fille, prénommée Boucle d’Or, et sa maman. » Pourquoi des coquelicots ? Parc que ceux de Claude Monet égaient la page en vis-à-vis. Une Boucle d’Or qui ressemble à la Vénus de Boticelli, et qui n’osera pas s’asseoir sur une chaise paillée due au pinceau de Van Gogh. Quant aux trois ours, ils laissent refroidir la Tomato Soup de Warhol… Les tableaux sont parfois recadrés pour s’intégrer au conte : ainsi, Boucle d’Or emprunte-t-elle les traits de la Vierge enfant montant les marches du Temple (Titien), ce qui fera sans doute grincer quelques parents. Toujours est-il que la démarche permet d’initier les plus jeunes à l’art, quand les plus grands s’amuseront à chercher quelles variantes l’auteur a introduites dans son récit.

Dès 5 ans

Amel Khaldi-Bonnaud, Boucle d’or au musée, Actes Sud Junior, 2016, 48 p., 14,90 €

Claudine Glot, Sur les traces du roi Arthur

Claudine Glot, Sur les traces du roi Arthur

« Arthur s’interrogeait souvent : serait-il venu à bout des épreuves qui avaient ponctué les trois années écoulées depuis le jour où il était devenu roi de Bretagne, si Merlin n’avait pas été à ses côtés ? […]
— Veux-tu savoir les secrets de ta naissance, avait attaqué l’Enchanteur, ou préfères-tu que je t’enseigne le métier de roi ?
— Ces secrets dorment depuis des années, qu’ils continuent. Apprends-moi très vite à être roi. Dehors, ils sont nombreux à m’attendre, ceux qui m’ont fait confiance au premier regard. Et ceux qui ne veulent pas de moi se regroupent, plus nombreux encore. »
Un royaume divisé, des chevaliers rebelles… et un destin légendaire, celui de la quête du Graal et de la Table ronde. Qui mieux que Claudine Glot pouvait raconter la vie de cet extraordinaire personnage ? Fondatrice de la revue Artus et du Centre de l’Imaginaire arthurien au château de Comper, elle n’a eu de cesse de faire connaître la « matière de Bretagne », aux adultes comme aux jeunes lecteurs.

Dès 10 ans

Claudine Glot, Sur les traces du roi Arthur, illustrations de Philippe Munch, Gallimard Jeunesse, coll. « Sur les traces de… », 2009, 128 p., 8,50 €