Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie

Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie

« Sophie n’aimait plus sa poupée qui était devenue affreuse et dont ses amies se moquaient ; enfin, un dernier jour, Sophie voulut lui apprendre à grimper aux arbres ; elle la fit monter sur une branche, la fit asseoir ; mais la poupée, qui ne tenait pas bien, tomba ; sa tête frappa contre des pierres et se cassa en cent morceaux. Sophie ne pleura pas, mais elle invita ses amies à venir enterrer sa poupée. » Et voilà Camille et Madeleine conviées à cet événement très mondain… « Elles étaient enchantées ; Sophie et Paul n’en étaient pas moins heureux. »
Laissez de côté l’album du film, le roman du film, les versions allégées ou censurées ! Quitte à expliquer certains passages à vos jeunes lecteurs, il serait vraiment dommage de ne pas s’en tenir au texte original.

Dès 9 ans

Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie, Livre de poche, 2016, 256 p., 5,90 €

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven

« En somme, vous m’avez ravie à mes ravisseurs ? demanda Fauvette en se frictionnant les mains […].
La réflexion fit s’esclaffer le maître des lieux.
— Tu n’as pas perdu au change, crois-moi.
— C’est rocambolesque…
Le jeune homme tressaillit :
— Comment ? Quelle est cette expression ?
— Rocambolesque ? C’est un mot à la mode. »
Même recluse dans son orphelinat, la jeune Fauvette a lu (sous le manteau) les aventures du célèbre Rocambole, ce personnage aux mille facettes qui « tente de réparer les injustices ». Et la voilà bien malgré elle (quoique….) au centre d’une bien curieuse intrigue, qui la mène de la machine de Marly à un manoir breton.
Michel Honaker a repris à son compte le personnage de Ponson du Terrail pour toute une série de petits romans fantastiques dans la meilleure veine du feuilleton XIXe siècle. Rebondissements assurés à chaque page ! Le style lui-même se veut pastiche, et l’on y gagne des passés simples, des attitudes (eau bénite et confessionnal, duels et monocles) et quelques mots rares – cornette, camériste, gibus, grabat, malandrins…

Dès 10 ans

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven, Folio Junior, 176 p., 5,70 €

Thierry Robberecht et Grégoire Mabille, Le loup tombé du livre

Thierry Robberecht et Grégoire Mabille, Le loup tombé du livre

« La bibliothèque de Zoé était pleine de livres, tellement pleine à craquer qu’un jour, un livre est tombé à terre et que le loup de l’histoire en est sorti. Dans le livre, c’était un loup terrible, tout noir avec des dents pointues, mais tout seul dans la chambre de Zoé, une chambre inconnue, le loup de l’histoire avait très peur. » Si peur du chat qu’il essaie, par tous les moyens, de réintégrer un livre douillet. Pas de chance, personne ne veut de lui, ni les moutons, ni les princesses, encore moins les dinosaures. Jusqu’à ce qu’il aperçoive, entre deux pages, une petite fille tout de rouge vêtue…
Contrairement à de nombreux albums parodiques qui demandent, pour rire un peu, d’avoir une solide connaissance des contes de fées, celui-ci se met à la portée des jeunes lecteurs – du moins de ceux qui, comme la Zoé de l’histoire, ont déjà beaucoup lu.

Dès 5 ans

Thierry Robberecht et Grégoire Mabille, Le loup tombé du livre, Mijade, 2015, 24 p., 12 €

Michael Morpurgo, Le Roi de la forêt des brumes

Michael Morpurgo, Le Roi de la forêt des brumes

Chine, pendant la guerre sino-japonaise, disons en 1937–1938. Le jeune Ashley Anderson doit fuir la mission hôpital où officie son père. Cornaqué par Oncle Sung, un moine tibétain, le voilà parti sur les sentiers qui mènent aux contreforts de l’Himalaya. Personne ne doit découvrir qu’un Européen se cache sous le manteau – et la crasse – du pèlerin, ce qui conduit nos deux personnages à emprunter des cols de haute altitude. Quand la neige et la faim s’en mêlent, l’aventure vire au drame… C’est alors qu’Asley est recueilli par d’énormes créatures – des yétis. Le monde réel s’efface devant un monde merveilleux, une autre aventure commence alors… Qui sont donc ces « hommes des neiges » ? Ashley découvre – et nous avec lui – une étrange société mi-animale mi-humaine, sa vie quotidienne, son langage et ses rites.
Ah ! Ce yéti ! D’Hergé à Jordi Magraner, il n’a pas fini de nous faire rêver. Les aquarelles de François Place ajoutent au charme du roman : empruntant le style des croquis de voyage, elles nous entraînent de la Chine au Tibet, des sommets enneigés à la forêt des brumes.

Dès 10 ans

Michael Morpurgo, Le Roi de la forêt des brumes, illustrations de François Place, Gallimard Jeunesse, 2013, 224 p., 15,90 € — Ou sans illustrations, Folio Junior, 2008, 224 p., 8,50 €

Jean-Côme Noguès, Au bout des longues neiges

Jean-Côme Noguès, Au bout des longues neiges

Irlande, 1846. « Des pommes de terre, il n’y en avait plus. » Pour la famille O’Connell, la seule solution, c’est l’exil. Une longue traversée sur un vieux rafiot, et, à l’arrivée, des immensités à découvrir. Une concession isolée, au milieu de nulle part, une maison à bâtir, des terres à défricher, un premier hiver à supporter… Mais aussi quelques voisins avec lesquels il n’est pas facile de cohabiter : les Indiens que le gouvernement canadien dépossède de leurs territoires ancestraux.
Le lecteur partagera surtout la vie aventureuse de Finn, jeune Irlandais d’une douzaine d’années, mais il vivra aussi au sein de la famille O’Connell – un enfant de plus, après tout… Le roman s’attache en effet à montrer l’importance des liens familiaux et communautaires dans un environnement hostile. Car Plume-Noire, ce jeune Indien avec qui Finn sympathise, appartient lui aussi à une communauté dont il ne doit pas enfreindre les règles. De belles descriptions de la nature canadienne complète ce roman d’aventures et de formation.

Dès 10 ans

Jean-Côme Noguès, Au bout des longues neiges, Nathan, 2014, 256 p., 15,90 €