Florence Lamy, Le Tangram magique, t 3, L’énigme du sceau de jade

Florence Lamy, Le Tangram magique, t 3, L’énigme du sceau de jade

Après L’énigme des pivoines et L’énigme du pékinois, nous retrouvons la jeune orpheline Li-Na pour une nouvelle aventure. Laquelle commencera seulement après que notre courageuse héroïne aura surmonté la perte de sa chère Grand-Mère Dong. Devenue cueilleuse des thés destinés à l’empereur, Li-Na n’a de cesse d’interroger son jeu magique : tangram, mon beau tangram, dis-moi où retrouver le sceau de jade qui authentifie les récoltes ? Aidée de son ami Cheng et du petit peuple de Hangzhou, Li-Na se montre à la fois astucieuse et dynamique, respectueuse et déterminée : toutes qualités qui en font une héroïne parfaite pour les jeunes lectrices !

De 8 à 12 ans

Florence Lamy, Le Tangram magique, t 3, L’énigme du sceau de jade, Casterman, 2015, 160 p. et un jeu de tangram, 9,95 €

Edouard Manceau, Madame Cocotte

Edouard Manceau, Madame Cocotte

« Tiens, tiens, qu’est-ce que c’est ? Un petit rond blanc ?
Non, c’est une petite maison. »
Mais pour nous aider à deviner qui l’habite, Madame Cocotte va, page après page, se défaire tour à tour de son chapeau, de son bec, de ses plumes… Nul ne nous dit que Madame Cocotte l’a pondu, cet œuf tout blanc – mais on s’en doute un peu quand Piou-Piou vient lui faire un câlin. Les enfants seront plus attirés par les couleurs vives et le comique de l’histoire que par la démarche philosophique – car enfin, de la poule et de l’œuf… Une façon très impertinente de revisiter ce paradoxe.

Tout-petits, 3 ans

Edouard Manceau, Madame Cocotte, Seuil Jeunesse, 2015, 15 p., 11,90 €

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Mimsy Pocket et les enfants sans nom

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Mimsy Pocket et les enfants sans nom

« — Bouge pas, moineau. Ne nous oblige pas à te faire du mal, grogna encore le chef, faisant tourner sa canne entre ses doigts gantés. Suis-nous sans résistance et tout ira bien.
— N’avancez pas, prévint-elle. Sinon…
L’homme-loup eu une sorte de gloussement amusé. Il n’avait qu’un pas à faire, lui si fort et si grand, pour écraser du poing cette minuscule créature, et elle osait le menacer ?
Le coup de pied lui faucha la rotule. Poussant un rugissement de douleur, il plongea sur elle. Mais la gamine, vive comme l’éclair, s’était jetée en arrière. »
La gamine en question, c’est Mimsy, dite Mimsy Pocket, enfant perdue, une sorte de petite sœur d’Oliver Twist, à qui elle emprunte les codes de survie des rues sombres de la Ville Basse.
A des kilomètres de là, un train de luxe traverse un paysage de neige. A son bord, le jeune prince de Sillyrie, Nikklas, accompagné de Magnus Million, le très riche et influent ami de Mimsy (voir « Magnus Million et le dortoir des cauchemars »). Sur ce versant du roman, nous sommes plutôt en Syldavie ou dans le Jules Verne d’« Un drame en Livonie » : faux moine, colonel à monocle et traîtres en fourrure à tous les étages ! Sans oublier les nomades Tirghiz, leur chaman et leur cerf tutélaire…
Et pourtant, malgré – plutôt à cause de – tous ces emprunts, le roman de Jean-Philippe Arrou-Vignod captive de bout en bout : aventures fantastiques, complot politique, apprentissage de la vie, quête identitaire, tout y est, dans une langue dont la verdeur ne s’embarrasse pas de fioritures pour aller droit au but. Frissons garantis.

Dès 11 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Mimsy Pocket et les enfants sans nom, Gallimard Jeunesse, 2015, 336 p., 14,90 €

Dahlov Ipcar, Nos amis les animaux sauvages

Dahlov Ipcar, Nos amis les animaux sauvages

« Avant, il y a très, très longtemps, les animaux de la Terre étaient tous sauvages. […] Pour se nourrir, les humains chassaient les animaux sauvages avec des lances et des arcs. Mais, petit à petit, ils ont réussi à en domestiquer certains. » Alors, le chat, le chien, le cheval, le buffle, le yack… partagèrent notre existence, de plus près que le loup, le renard, le lion ou la hyène ! Dahlov Ipcar, artiste américaine reconnue, signe ici un album aux couleurs de feu, avec une toute une gamme de bruns, de gris, de jaunes, d’orangés superbes. Elle s’inspire des grands modèles de l’art animalier et habille les humains de superbes costumes traditionnels.

Dès 3 ans

Dahlov Ipcar, Nos amis les animaux sauvages, Albin Michel Jeunesse, 2015, 42 p., 13,90 €