Sophie de Mullenheim, La Fleur de Saigon, tome 1, Un parfum de complot

Sophie de Mullenheim, La Fleur de Saigon, tome 1, Un parfum de complot

24 janvier 1933. « Echauffourées autour d’une fumerie à Saigon », titre le journal de la ville que parcourt l’amiral Bartelot.
« Les trafiquants ? interroge la jeune fille, qui sait combien le sujet préoccupe la communauté française en ce moment.
L’amiral Bartelot hoche la tête. Il hésite puis se lance dans un compte-rendu détaillé de la situation. Anne sourit : elle raffole de ces petits déjeuners avec son père qui lui parle de la colonie, des affaires, de la France et des nouvelles du monde. […] depuis leur arrivée à Saigon, elle a pris l’habitude de se réveiller tôt. »
Jusqu’où iront les trafiquants d’opium pour poursuivre leur commerce ? Et voilà que la police retrouve dans le sac d’Anne une petite boîte contenant cette drogue aussi convoitée que dangereuse… La jeune fille aura bien du mal à prouver son innocence. Que pourront pour elle son chaperon, la vieille mademoiselle de Kermadec, aussi sourde que fantasque ; Sinh, le fils du chauffeur, qui a remplacé son père malade sans en avoir la permission ; le jeune journaliste Philippe Couturier, qui a beau avoir proposé son aide et son silence, reste tenté par le scoop de sa vie, tandis que l’aide de camp de l’amiral est un peu trop sûr de lui…
Une plongée dans le Saigon des années 1930, avec, côté brillant, les réceptions mondaines et les marchés aux fleurs, et, côté sombre, la pauvreté et les fumeries. Avec aussi une présence française soucieuse de la santé des populations locales et respectueuse de leurs croyances ancestrales. Un roman qui donne le beau rôle à des parents affectueux, à des amis sincères et à une jeune fille franche et courageuse.

Dès 12 ans

Sophie de Mullenheim, La Fleur de Saigon, tome 1, Un parfum de complot, Mame, 2014, 254 p., 13,90 €

Clare Youngs, Détourner les pages en créations originales

Clare Youngs, Détourner les pages en créations originales

Une carte routière périmée ? Ne la jetez pas, recouvrez-en un carnet de voyage. Des journaux anciens qui traînent au grenier ? Ne les jetez pas, transformez-les en lampions. Et ce roman démodé dans sa belle couverture rouge ? N’hésitez pas à creuser dans la masse de ses pages un joli cœur qui transformera ce roman si tartignole en coffret à bijoux. 35 idées originales pour récupérer les vieux papiers et les sauver de la benne fatale en leur donnant une nouvelle vie.

Dès 8 ans et pour toute la famille

Clare Youngs, Détourner les pages en créations originales, Eyrolles, 2014, 128 p., 21 €

Anne Riolet, Evguenia, Les îles Valaam

Anne Riolet, Evguenia, Les îles Valaam

«  — J’ai quinze ans et je m’appelle Evguenia, mais tous disent Genia. Mes parents… Ils sont morts à la Loubianka. Fusillés. J’ai été arrêtée quelques semaines après eux. Mais parle encore… Comment as-tu survécu, seule, dans la rue, pendant plusieurs années ?
Olga secoue la tête, comme pour écarter un moustique importun.
[…] – Tu sais où ils nous emmènent ?
— On va pas tarder à être fixées, le train ralentit… […] Enfin, ne t’attend pas à un palace ! T’as jamais entendu parler des orphelinats créés par les bolcheviks pour rééduquer les enfants d’ennemis du peuple ? Ben, ma pauvre, t’es jamais sortie de l’œuf, toi. Reste à côté de moi, je t’aiderai à te débrouiller. »
Les deux adolescentes, devenues inséparables, n’auront qu’un but : survivre, et s’évader de cet orphelinat de Nov Vilga, en Carélie. Mais à l’issue de leur périple, leur vie restera bien précaire, car la guerre a atteint les rives du lac Ladoga…
Un roman historique qui se lit d’une traite. Oserons-nous demander à nos adolescentes si elles se sentent prêtes à vivre de telles épreuves ?

Dès 11 ans

Anne Riolet, Evguenia, Les îles Valaam, Artège, 2014, 248 p., 14,50 €

Gong Gwang-kyu et Kim Jae-hong, Nuages

Gong Gwang-kyu et Kim Jae-hong, Nuages

« Dans le ciel étoilé, un nuage se forme. Il devient un rat… une vache… un tigre… ». Qui n’a pas joué à trouver des formes aux nuages ? Kim Jae-hong, l’illustrateur de L’école des chats, a donné vie au rêve poétique de Gong Gwang-kyu : faire apparaître dans les nuages les douze animaux correspondants aux noms des mois lunaires chinois. Que de finesse dans ces évocations ! De Gong Gwang-kyu, on dit qu’il se balade pieds nus dans les champs et les montagnes, de peur d’écraser des jeunes pousses, des insectes et toutes les autres vies fragiles. Les pieds nus et les yeux dans les nuages !

Dès 4 ans

Gwang-kyu Gong et Jae-hong Kim, Nuages, Picquier Jeunesse, 2014, 38 p., 12 €

Biosphoto, Ma première bibliothèque photo, Couleurs, Formes, Chiffres, Contraires

Biosphoto, Ma première bibliothèque photo, Couleurs, Formes, Chiffres, Contraires

Blanc comme le renard des neiges – mais rouge comme… une drôle de grenouille !
Deux chouettes, cinq fourmis, mais combien de moutons ?
Une ligne comme celles des oiseaux sur le fil, un losange, comme la raie au fond de l’océan.
Lent comme l’escargot, mais rapide comme le guépard.
Les photos animalières sont superbes ! Des associations tantôt évidentes, tantôt surprenantes, parfois poétiques, toujours percutantes. Et un éventail d’animaux qui laisse deviner la grande variété et toutes les nuances de la nature !
Couleurs, Formes, Chiffres, Contraires : quatre petits albums cartonnés dans un coffret.

Tout-petits, avant 3 ans

Biosphoto, Ma première bibliothèque photo, Couleurs, Formes, Chiffres, Contraires, De La Martinière Jeunesse, 2014, 96 p., 13,90 €