Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Romans policiers, romans noirs, fiction

Didier Lévy, La Dame aux oiseaux

Le jeune Samuel est très impressionné : il a pris le train tout seul pour aller passer quelques jours chez sa tante Eléonore, « l’artiste de la famille », qui « compose de la musique bizarre ». Au petit matin, le voilà dans le jardin, en compagnie de sa tante. Maintenant, il « tend l’oreille. L’oiseau chante, siffle, crie, c’est un vrai feu d’artifice. Puis il s’envole. Tante Eléonore se précipite alors dans la maison. Et là, sur le piano, elle reproduit le chant du Wilson. Samuel la rejoint et la regarde, sans un mot, ébahi ». En savante émule d’Olivier Messiaen, tante Eléonore compose en effet sa musique à partir des chants d’oiseaux. « Mon secret », confie-t-elle avec modestie, « c’est juste de reconnaître les notes. D’avoir fait travailler mon ouïe et ma mémoire. » Une très belle histoire de famille, de nature et de musique, illustrée par Lisa Zordan, qui a su capter les chants d’oiseaux et la complicité qui va relier la tante et son neveu, un beau chemin vers la beauté et la liberté. Et puis, chic, il y a une cabane dans les arbres !

Dès 4 ans

Didier Lévy, La Dame aux oiseaux, illustrations de Lisa Zordan, Sarbacane, 2019, 40 p., 15,90 € — Imprimé en France

Rémy Marion, L’Ours, l’autre de l’homme

Rémy Marion fait partie de ces explorateurs enthousiastes, qui savent transmettre leur savoir avec générosité et simplicité. Comme il le précise, « plusieurs fois par an, je pars observer, étudier, photographier et filmer les ours bruns, blancs et noirs ; rencontres naturalistes parfois exceptionnelles, mais aussi humaines avec des guides, des chasseurs, des scientifiques, des géographes, tous passionnés par les plantigrades ». Et d’ajouter : « Ce qui me passionne, au-delà de l’élégance de l’ours polaire ou de la supposée bonhomie de l’ours brun, c’est l’omniprésence de ces animaux dans les cultures, l’actualité et notre imaginaire ». Alors, à défaut d’avoir croisé des ours dans la nature, vous en apprendrez beaucoup de cet homme qui, lui, a bien vu l’ours. Un récit vivant, riche d’anecdotes, pour réfléchir à la façon de faire cohabiter mondes sauvages et mondes dits civilisés. Le livre est enrichi de liens sous forme de QR-Code vers des films et des conférences.

Adolescents

Rémy Marion, L’Ours, l’autre de l’homme, préface de Lambert Wilson, Actes Sud Editions, Coll. « Mondes sauvages », 2018, 208 p., 20 € — Imprimé en France

Emilie Vast, Alphabet des plantes et des animaux

Si « l’Abeille aime l’ancolie », le Chat, lui, « chasse dans les coquelicots ». Quand « les Escargots escaladent les edelweiss », « le Wallaby swingue au-dessus du wasabi ». Et le Zyoptère ? il « zigzague entre les zinnias ». Bien sûr ! Alliant à chaque lettre un animal, un verbe et un végétal, Émilie Vast joue avec le vocabulaire pour raconter des saynètes naturelles. Inspirée par les arts graphiques du passé, amoureuse de la nature, elle met en scène plantes et animaux stylisés mais particulièrement fidèles à la réalité. La typographie n’est pas en reste : capitales et minuscules, lettres « bâtons » et cursives, chaque lettre de l’abécédaire en couleur : rien de mieux pour commencer à mémoriser.

Dès 3 ans

Emilie Vast, Alphabet des plantes et des animaux, Editions MeMo, Coll. « Tout-petits MeMômes », 2017, 60 p., 13 €

Joseph Vernot, Sorcières, Fées et Princesses

« … et de quelques charmes tour à tour envoûtants et malfaisants », précise le sous-titre. Après les contes dont les héroïnes sont des « damoiselles en détresse », Vassilissa, Blanche-Neige et La Belle au bois dormant, voici les magiciennes, celle qui cherche à faire rôtir Hansel et Gretel, mais aussi Circé, Médée, Morgane et Mélusine… Brr, elles viennent de loin, et leur souvenir même fait frémir. Mais rassurez-vous, gentes lectrices, il y a aussi des « fées de salon », celles qui errent dans le « Songe d’une nuit d’été » ou notre adorable fée Clochette. Toutes, donc, héroïnes à part entière, figures féminines aux visages et aux talents variés, qui ne s’en laissent pas conter ! Que serait en effet la beauté d’une princesse sans la volonté et la vertu ? Mais autant savoir ce qui mijote dans certains chaudrons, car une demoiselle avertie en vaut deux !

Dès 12 ans

Joseph Vernot, Sorcières, Fées et Princesses, Editions Marmaille et Cie, 2018, 120 p., 20 €

Pierre Probst, Caroline et la galette des rois

Pierre Probst, Caroline et la galette des rois

Pour tirer les rois, autant être nombreux. Quand Caroline invite tous ses amis, les chiens Bobi, Youpi et Pipo, les chats Pouf et Noiraud, l’ourson Boum, le lionceau Kid, et la panthère Pitou, rien ne se passe tout à fait comme chez votre tante Monique… Pierre Probst a le talent de broder toute une histoire autour de chaque événement familial. Autant de rebondissements que de fèves dans ces galettes ! Mésaventures, petites chamailleries et bonnes actions : les héros de cette petite bande méritent bien leurs couronnes !

Dès 4 ans

Pierre Probst, Caroline et la galette des rois, Hachette Jeunesse, 2010, 22 p., 5,50 € — Réédition de l’album de 2003, avec une nouvelle couverture.

Corinna Bille, Marietta, l’ours et le cavalier vert

Une marionnette qui s’ennuie, un ours en peluche rose qui rêve d’aventures, un minuscule cavalier vert et son cheval retrouvés lors d’un déménagement, une danseuse lilliputienne amoureuse d’une marionnette – d’une autre marionnette… , un petit singe décidé à courir le monde : les cinq nouvelles de ce recueil se passent toutes à la frontière du monde des jouets et du « vrai » monde. Cousins du Casse-Noisette de Hoffmann, nos jouets sont néanmoins… très suisses. Ils évoluent dans un décor de montagnes et de grandes personnes assez raisonnables, et rivalisent d’imagination pour s’évader. Quelle belle image que la métamorphose de la petite danseuse en une libellule ! Corinna Bille prend le temps de croquer paysages et intérieurs, sentiments et sensations, avec des mots simples qui vont droit au cœur. Idéal pour prolonger la magie de Noël !

Dès 5 ans (pour être lu) et dès 8 ans (pour lire tout seul)

Corinna Bille, Marietta, l’ours et le cavalier vert, illustrations de Mirjana Farkas, La Joie de lire, coll. « La petite bibliothèque de S. Corinna Bille », 2019, 40 p., 14,90 €

Cecilia Heikkilä, Le voyage de Blaireau

… « ou comment être emporté par le vent et trouver sa place ». Ou plutôt comment la retrouver ! Car notre Blaireau prenait de bien mauvaises habitudes. « Autrefois, il était capitaine de bateau et il avait bourlingué sur toutes les mers du monde. » Mais son bateau, le Lilly, restait à quai et il sentait peser le poids des ans, de l’inaction et des petites routines. Quand il découvrit un beau matin « quelque chose d’emberlificoté et d’étrange qui avait échoué sans demander la permission ». Cet « Embrouillamini » réveillé, voilà nos deux compères embarqués (au sens propre du mot !) sans le vouloir sur le Lilly, pour un voyage plein de rencontres imprévues. Histoire et dessins se répondent de page en page sur un rythme soutenu. Le trait plein d’humour de Cecilia Heikkilä n’est pas sans rappeler les Moumines (ou les Moomins) dans un style très ’70. A déguster avec des biscuits suédois !

Dès 3 ans

Cecilia Heikkilä, Le voyage de Blaireau, Cambourakis, 2019, 48 p., 14 € — Traduit du suédois. Imprimé en Lettonie.

Maxime Zucca, Écoute les oiseaux

« ssi-ssi, titilulit, trlrlrlrlr, tututoutitu, tididulim ». Voilà à peu près à quoi ressemble le chant du Rouge-gorge familier ; « très aigu et cristallin, son chant dure 4 à 5 secondes ; les strophes sont variées, mais un thème revient fréquemment ». Saura-t-il convaincre madame Rouge-gorge de l’épouser ? « Uèk-uèk-uèk-èk-èk-èk-èk » ? Je suis le Pic vert, et je crie quand je prends mon vol. Cet album sera fort utile pour apprendre à reconnaître le chant des oiseaux les plus familiers. Grive musicienne, fauvette à tête noire, pinson des arbres, ils sont vingt à avoir été enregistrés par Maxime Zucca, un ornithologue. En téléchargeant gratuitement l’application Birdie Memory, le livre devient interactif. Lorsque l’on passe la tablette ou le téléphone devant les illustrations du livre, les oiseaux s’animent et chantent : l’application permet ainsi d’écouter chaque chant et de s’entraîner à le mémoriser, tandis que les textes donnent des précisions sur leurs particularités et les modes de vie des oiseaux, ainsi que du conseil pour les observer.

Dès 6 ans

Maxime Zucca, Écoute les oiseaux, illustrations de Léna Mazilu, Albin Michel Jeunesse, 2019, 24 p., 19,90 € — Imprimé en Chine.

Hérodote, Histoires du monde antique

Né en Asie Mineure vers 480 avant J.-C., il a voyagé en Egypte, en Perse, en Macédoine, en Syrie, il a connu Périclès à Athènes et ses Histoires ont tellement fasciné ses contemporains, puis les Romains qu’elles nous sont parvenues. Lui ? C’est Hérodote, surnommé par Cicéron « le père de l’histoire ». « Moi, Hérodote d’Halicarnasse, je présente ici les résultats de mon enquête, afin que le temps n’abolisse pas le souvenir de ce que les hommes ont accompli, et que leurs grands exploits ne tombent pas dans l’oubli. Je raconterai en particulier la raison de la guerre qui opposa les Grecs et les Barbares. » Certes, il mélange encore un peu les genres, il rapporte des histoires de griffons, d’Amazones, d e cyclopes anthropophages. Mais sans ces Histoires, comment serait venu jusqu’à nous le déroulé de la bataille de Marathon ou celle des Thermopyles ?
Ce livre comporte ici et là des scènes violentes, reflets des mœurs de l’époque lointaine dont Hérodote parle. Instructives pour le lecteur averti, elles pourraient choquer des enfants de moins de 10 ans. Il faut saluer le travail d’adaptation réalisé par Laurent Bègue, dans une langue fluide et actuelle ; ici ou là, de brefs encarts précisent des détails ou des définitions ; des cartes replacent pays et cités. Enfin, le grand format de l’ouvrage – à feuilleter ici — laisse de la place à de nombreuses illustrations pleine page.

Dès 10 ans

Hérodote, Histoires du monde antique, adaptation de Laurent Bègue, illustrations de Laci, La Librairie des Ecoles, 2019, 220 p., 24,90 €

Nancy Guilbert, Le secret des fleurs de neige

« Ce matin-là, dans le vent frais, de minuscules perles de neige ont tourbillonné. Puis se sont déposées, légères, sur les branches nues des arbres de la forêt en une couche brillante, immaculée. » Pour la plus grande joie d’une fillette en manteau rouge. Mais comment les retenir, ces doux flocons ? Comment les admirer ? En allant retrouver, dans son laboratoire, son vieil ami Wilson Bentley (1865–1931). En effet, cet Américain a trouvé le moyen, dès 1885, de photographier les cristaux de neige en associant microscope et chambre photographique. Ce qui lui a permis de réaliser près de 5000 clichés, et de démontrer que « chaque fleur de neige a une structure identique en forme d’étoile à six branches, mais aucune de ces fleurs de neige n’est semblable à une autre ». Les illustrations pointillistes de Nina Missir nous font pénétrer de plain pied dans cette campagne du Vermont, où les fillettes croisent des renards, des biches et un vieil original penché sur son microscope à la recherche de la beauté du monde.

Dès 5 ans

Nancy Guilbert, Le secret des fleurs de neige, illustrations de Nina Missir, Editions Courtes et Longues, 2016, 48 p., 22 € — Imprimé en France

Chloé Chauveau, La Moufle

Brr, qu’il fait froid… Et voilà qu’un galopin perd sa moufle dans la neige. « La moufle de laine rouge, encore toute chaude, fut vite repérée par une souris, qui passait en trottinant sur se petites pattes gelées.
— Oh, un abri tout chaud, quel coup de pot ! s’époustoufla-t-elle. »
Et voilà notre souris logée dans la moufle. Passent ensuite le lapin, le renard et le sanglier, et chacun, en se tassant « un peu » trouve sa place à l’abri. Jusqu’à ce qu’une petite fourmi demande aussi asile…
Ce conte russe traditionnel est ici adapté pour les toutes petites menottes, à un tout petit prix. Mais pas question pour autant de perdre ses moufles dans la neige !

Avant 3 ans

Chloé Chauveau, La Moufle, illustrations de Céline Bielak, Lito, coll. « Minicontes classiques », 2017, 12 p., 1,99 €