Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Pour rire

Sachie Hattori, Bonne nuit le monde

« — C’est l’heure d’aller dire bonne nuit à tout le monde.
— A tout le monde ?
— Oui. A papa, à tes frères, à tout le monde ! »
Tout le monde, c’est aussi « mon voisin Henri », la boulangerie et la « fontaine jolie », les bateaux, la mer, les poissons… et bien sûr la lune et les étoiles ! Après un voyage des plus oniriques, notre petit personnage et ses amis sauteront sur une douce étoile – et feront de beaux rêves. Un album coloré et délicieux, parfait pour le rituel du soir.

Avant 3 ans

Sachie Hattori, Bonne nuit le monde, Didier Jeunesse, 2020, 40 p., 12,90 € — Traduit de l’anglais et original en japonais. Imprimé en France

Roald Dahl, Petit Manuel des gros mots de Roald Dahl

Vermicieux, éboucraillure, tarabistourne… Non, ce ne sont pas des injures du capitaine Haddock, mais celles qui, ici ou là, émaillent les récits de Roald Dahl – ou dont il explique la fabrication. Un gros mot, qu’est-ce au juste ? C’est « un mot que les adultes n’aiment pas vous entendre prononcer, même s’ils sont les premiers à s’en servir », avec un lexique curieusement assez limité, « alors qu’il y en a des zillions ». Or les meilleurs jurons sont ceux que l’on invente soi-même. Mais encore faut-il en avoir la recette et les utiliser à bon escient. Car, rappelle Susan Rennie, « l’étrange pouvoir que possèdent les gros mots ne se manifeste que quand on sait s’en servir juste au bon moment ». Mots-valises, allitérations, jurons à l’ancienne, comparaisons EXPLOSIVES : à vous d’apprendre à côté du maître.

Dès 8 ans

Roald Dahl, Petit Manuel des gros mots de Roald Dahl, illustrations de Quentin Blake, compilation de Susan Rennie, Gallimard Jeunesse, 2020, 96 p., 10 € — Traduit et adapté de l’anglais par J.-F. Ménard.

Pierre Coran, Méli-mélo, 25 poèmes et comptines

« Tortue de mer ;
Tortue de terre,

Du sud au nord,
Bien malin qui connaît son âge.

La tortue est un château fort
Qui voyage. »

Cette tortue château fort qui marche à pas menus dans la nuit bleue illustre bien le ton de ce mini-recueil de poésie. Elle a aussi inspiré le graphiste de l’Atelier Saje qui en a conçu la couverture. Pierre Coran nous promène d’alphabet en étoiles, de jardins en montagnes, jouant des mots et des rimes avec son incomparable regard, espiègle et tendre. Ne reste plus qu’à faire le portrait de l’oiseau, cet oiseau de poésie qui, d’année en année, niche dans le marronnier de la cour. Entre comptines et poèmes, des textes qui s’apprendront tout seuls, pour le plaisir des écoliers.

Dès 6 ans

Pierre Coran, Méli-mélo, 25 poèmes et comptines, Didier Jeunesse, coll. « Il était une (mini)fois », 32 p., 3 € — Imprimé en France

Pierre Probst, Caroline et la galette des rois

Pierre Probst, Caroline et la galette des rois

Pour tirer les rois, autant être nombreux. Quand Caroline invite tous ses amis, les chiens Bobi, Youpi et Pipo, les chats Pouf et Noiraud, l’ourson Boum, le lionceau Kid, et la panthère Pitou, rien ne se passe tout à fait comme chez votre tante Monique… Pierre Probst a le talent de broder toute une histoire autour de chaque événement familial. Autant de rebondissements que de fèves dans ces galettes ! Mésaventures, petites chamailleries et bonnes actions : les héros de cette petite bande méritent bien leurs couronnes !

Dès 4 ans

Pierre Probst, Caroline et la galette des rois, Hachette Jeunesse, 2010, 22 p., 5,50 € — Réédition de l’album de 2003, avec une nouvelle couverture.

Cecilia Heikkilä, Le voyage de Blaireau

… « ou comment être emporté par le vent et trouver sa place ». Ou plutôt comment la retrouver ! Car notre Blaireau prenait de bien mauvaises habitudes. « Autrefois, il était capitaine de bateau et il avait bourlingué sur toutes les mers du monde. » Mais son bateau, le Lilly, restait à quai et il sentait peser le poids des ans, de l’inaction et des petites routines. Quand il découvrit un beau matin « quelque chose d’emberlificoté et d’étrange qui avait échoué sans demander la permission ». Cet « Embrouillamini » réveillé, voilà nos deux compères embarqués (au sens propre du mot !) sans le vouloir sur le Lilly, pour un voyage plein de rencontres imprévues. Histoire et dessins se répondent de page en page sur un rythme soutenu. Le trait plein d’humour de Cecilia Heikkilä n’est pas sans rappeler les Moumines (ou les Moomins) dans un style très ’70. A déguster avec des biscuits suédois !

Dès 3 ans

Cecilia Heikkilä, Le voyage de Blaireau, Cambourakis, 2019, 48 p., 14 € — Traduit du suédois. Imprimé en Lettonie.

Chloé Chauveau, La Moufle

Brr, qu’il fait froid… Et voilà qu’un galopin perd sa moufle dans la neige. « La moufle de laine rouge, encore toute chaude, fut vite repérée par une souris, qui passait en trottinant sur se petites pattes gelées.
— Oh, un abri tout chaud, quel coup de pot ! s’époustoufla-t-elle. »
Et voilà notre souris logée dans la moufle. Passent ensuite le lapin, le renard et le sanglier, et chacun, en se tassant « un peu » trouve sa place à l’abri. Jusqu’à ce qu’une petite fourmi demande aussi asile…
Ce conte russe traditionnel est ici adapté pour les toutes petites menottes, à un tout petit prix. Mais pas question pour autant de perdre ses moufles dans la neige !

Avant 3 ans

Chloé Chauveau, La Moufle, illustrations de Céline Bielak, Lito, coll. « Minicontes classiques », 2017, 12 p., 1,99 €

Mathieu Lavoie, Frouch

Un petit bonhomme suivi de son âne porteur d’un panier d’œufs, une poule sur le chemin, un oiseau dans le ciel. a, ce sont les dessins. Le texte, lui, fait Cui ! cui !, Cot ! Cot !, Hihan ! De page en page, l’œuf est vendu, puis ajouté à un gâteau par une maman dont le bébé dort, bien accroché dans son dos. Et les onomatopées de sonner de plus belle : Zwiz ! Miam ! Tic, tic, tic… Jusqu’à ce que la maman s’endorme. Zzz… Et joue de la trompette. Tut ! Tut ! Alors, ce « Frouch » ? Il est suivi d’un « Pin-pon » tonitruant, car c’est le bruit du gâteau qui brûle dans le four ! De grands à‑plats de couleur, des bruits, cela fait une histoire qui ravira les amateurs de cris d’animaux. Un drôle d’album venu du Québec, où les chats font aussi « Miaou ! », les chiens « Ouaf ! » et la pluie « Plic, ploc ! ».

Avant 3 ans

Mathieu Lavoie, Frouch, Hélium, 2019, 64 p., 13,90 € — Imprimé au Portugal

Marcel Aymé, L’Eléphant

Il pleut tant et tant que Delphine et Marinette décident de « jouer à l’arche de Noé ». Les parents partis, comme souvent, chez l’oncle Alfred, elles font entrer dans la cuisine tous les animaux de la ferme. Mais, qui va jouer l’éléphant ? Voilà une petite poule blanche bien décidée à endosser le rôle… Et par la fantaisie de Marcel Aymé, maître es formules magiques, la poule devient vraiment un éléphant. Un énorme éléphant…
Il revenait bien sûr aux Editions des Eléphants de rééditer ce Conte bleu du Chat Perché écrit en 1941 – et qui n’a pas pris une ride. D’autant plus qu’il est illustré des bois colorés et pleins d’humour de May Angeli, à qui nous devions déjà Les Boîtes de peinture .

Dès 8 ans

Marcel Aymé, L’Eléphant, illustrations de May Angeli, Editions des Eléphants, 2019, 48 p., 16,50 €

Inès de Chantérac, Abécédaire zoologique

Savez-vous qu’un diplodocus peut être diplomate ? Un kangourou, kleptomane ? Un narval, noctambule ? Un vison, vaniteux ? De l’âne attentif au zèbre zélé, de A à Z, Inès de Chantérac vous conduit dans les allées d’un zoo vivant et coloré. Les animaux y sont dépeints, à l’instar de ceux du fabuliste, avec qualités et défauts, de charmantes émotions, de plus coquines aussi. Les mots les plus compliqués sont parfois les plus cocasses et fondent dans la bouche comme des sucreries. Une joyeuse façon d’apprendre l’alphabet, avec ses majuscules et des minuscules, mais aussi le nom d’animaux moins connus, du fennec à l’unau en passant par le quetzal et le xipho. Inès de Chantérac n’a pas son pareil pour leur donner des traits malicieux et les habiller, voire les accoutrer avec une vive imagination teintée de tendresse. Quelle idée d’affubler le raton laveur d’un bermuda aux couleurs de la Bretagne !

Dès 3 ans

Inès de Chantérac, Abécédaire zoologique, Editions Pierre Téqui, 2019, 32 p., 13,90 € — Imprimé en France

Jean-Philippe Arrou-Vignod, L’élève qui n’existait pas

« J’avais une soif de tous les diables. Je suis entré sans allumer avant de boire longuement au robinet. Quand j’ai relevé la tête, il y avait un garçon en face de moi qui me regardait comme s’il avait vu un fantôme.
J’ai failli m’éborgner contre le porte-savon.
— Qu’est-ce que tu fais là ? Tu m’as fichu une sacrée trouille ! »
Il va falloir bien de l’astuce à Rémi, à Mathilde et au génial P.P. Cul-Vert pour découvrir qui est ce mystérieux garçon qui rôde la nuit dans les couloirs de l’internat. Et de tact et de gentillesse pour venir à son aide – mais je ne vous en dis pas plus, sans quoi je risque, comme ces collégiens, d’être collée, voire privée de vacances de Noël !
Un nouvel épisode d’Enquête au collège, pour fêter les trente ans de la série, Trente ans ? Vraiment ? Ce petit côté vintage permet à Jean-Philippe Arrou-Vignod d’ignorer superbement SMS et réseaux sociaux, pour notre plus grand bonheur.

Dès 9 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, L’élève qui n’existait pas, Enquête au collège, illustrations de Serge Bloch, Gallimard Jeunesse, 2019, 192 p., 13 € — Imprimé en Italie.

Comptines de la mère l’oie, illustrées par Gérard DuBois

« Humpty Dumpty sur un mur en pierre
Humpty Dumpty est tombé par terre
Ni les chevaux ni les valets du roi
Ne purent jamais remettre Humpty droit »
Partons en voyage au pays du non-sense ! Humpty Dumpty y croise Tweedledum et Tweedledee, un moineau, un corbeau, un lion, une licorne – mais tout cela ne nous dit pas « qui a tué le rouge-gorge »… Gérard DuBois a accepté les contraintes de la collection : une semaine et quatre couleurs, pour illustrer ces comptines venues d’outre-Manche. Il a choisi du bleu, du jaune, de l’orangé et un gris-brun terre d’ombre, ce qui donne un petit côté suranné à ces Nursery Rhymes parfois cocasses, parfois cruelles, toujours incongrues.

Dès 5 ans

Comptines de la mère l’oie, illustrées par Gérard DuBois, traduites et adaptées de l’anglais par Christian Demilly, Grasset Jeunesse, « La Collection », 2019, 32 p., 19,90 € — Imprimé en Espagne

Flore Vesco, 226 bébés

Le vieux Bert, allumettier et célibataire de son état, pensait couler une retraite tranquille mais, pas de chance, « sa maisonnette était située sous un couloir aérien très fréquenté », non par des avions, mais par des cigognes. Lesquelles ont la mauvaise habitude de laisser parfois tomber des nouveau-nés de leur baluchon dans son jardin. « Et c’est ainsi que Bert se retrouva avec 226 bambins sur les bras. » Avec une seule idée, s’en débarrasser au plus vite, la « compagnie 6gogne » refusant de les reprendre. Son assureur ayant répondu que « l’arrivée d’un bébé dans un foyer n’est pas considérée comme un sinistre », Monsieur Bert va parcourir la contrée avec un chargement des plus braillards. L’occasion de rencontrer au fil des pages les héros de contes de fées : de Barbe Bleue à Raiponce, leur destin en sera singulièrement modifié.
Flore Vesco a‑t‑elle croisé la route de Pierre Gripari et de sa Patrouille du conte ? Elle revient ici avec sa créativité, sa gouaille et son insolence coutumières, talents partagés avec une « couvée de jeunes lecteurs » qui, dans le cadre du « Feuilleton des Incos », ont la chance de pénétrer dans les coulisses de la création littéraire et de la fabrication d’un livre.

Dès 8 ans

Flore Vesco, 226 bébés, Didier Jeunesse, 2019, 96 p., 12 € — Imprimé en France