Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Pour rire

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours

« Le roi des ours, Léonce, était allé ramasser des champignons avec son jeune fils Tonin, deux chasseurs avaient enlevé l’enfant. Le père s’étant éloigné un instant le long d’un à‑pic, ils avaient surpris l’ourson seul et sans défense, l’avaient ligoté comme un vulgaire paquet et fait descendre, le long des précipices, jusqu’au fin fond de la vallée. » Bien penaud, Léonce n’ose pas dire que son fils lui a été volé et raconte qu’il est mort, ce qui lui laisse mauvaise conscience… Jusqu’au jour où il se décide à aller voir ce qui se passe chez les hommes. Et là, nous allons voir ce que nous allons voir ! Magicien, Troll, Croquemitaine, grand duc de Sicile lui-même, châteaux hantés, sangliers, pas le temps de s’ennuyer ! Cette nouvelle édition du célèbre roman (1945) reprend les dessins de l’auteur lui-même, en noir et blanc ou en couleurs, sous une couverture cartonnée et même dorée. L’occasion d’un beau cadeau, et d’une entrée en fanfare dans ce que la littérature classique peut avoir de réjouissant.

Dès 10 ans

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours, illustrations de l’auteur, Gallimard Jeunesse, coll. « Albums junior », 2018, 144 p., 17,50 € — disponible aussi en poche, Folio Junior, 5,80 €  — Traduit de l’italien par Hélène Pasquier

Davide Cali et Sébastien Mourrain, Top Car

« Depuis longtemps, Jacques a toujours la même auto. C’est une petite voiture pas belle, pas rapide, mais pas mal quand même, non ? Elle est facile à garer et elle le conduit où il veut. […]
Mais la numéro 1 des voitures, la voici : la Vénus. C’est la plus belle, la plus rapide, la préférée des jolies filles. »
Oui, mais… mais comment l’obtenir quand on n’en a pas les moyens ? Notre ami Jacques, après avoir fait le tour de solutions plus ou moins avouables, va se résoudre à une activité stupide et peu rémunératrice qui va dévorer non seulement tout son temps libre mais aussi son libre arbitre. Les 99 999 pez enfin en poche, bien vite dépensés, il repart au volant de la Vénus —  et découvre illico la publicité de l’Aphrodite, qui « plaît encore plus aux jolies filles ». 199 998 pez. Et de reprendre le montage de ses modèles réduits… Les dessins de Sébastien Mourrain sont d’une redoutable efficacité : un simple trait et son petit bonhomme passe de la joie à l’inquiétude, puis à l’épuisement.
Cette fable sur l’aliénation est à la portée des enfants dès qu’ils pressentent le pouvoir de l’argent : surconsommation, travail mécanique, publicité, tout y passe. Alors, on la garde, cette petite voiture qui se gare partout et on conseille à l’ami Jacques de trouver autres moyens de drague, il y a urgence !

Dès 5 ans

Davide Cali, Top Car, illustrations de Sébastien Mourrain, Les Editions des Eléphants, 2018, 32 p., 14 €. Imprimé au Portugal.

Karina Yan Glaser, Les Vanderbeeker, On reste ici ! (tome 1)

Harlem, 141e Rue, vendredi 20 décembre. Les Vanderbeeker — soit les parents, 5 enfants, un chien, un chat et un lapin nain — devraient préparer Noël dans la joie et l’insouciance. Devraient. Devraient. Si leur propriétaire, M Beiderman, ne leur avait donné leur congé pour la fin du mois. Ce même M Beiderman qui habite au 3e étage et que personne ne voit jamais. Branle-bas de combat ! Quand les parents font les cartons, les enfants, eux, font des plans. Les jumelles Isa et Jessie, Oliver, Jacinthe et Laney la petite dernière, vont tout tenter, absolument tout, pour rester dans cette maison qu’ils aiment tant, au cœur d’un quartier où tout le monde se connaît. Karina Yan Glaser multiplie les gags, invente les situations les plus bancales, et y ajoute tant de bonne humeur et de gentillesse que le vieux M Beiderman… Ne comptez pas sur moi pour vous donner la clé de l’énigme mais sachez que le roman n’est pas sans développer les mêmes valeurs que le conte du « Géant égoïste » d’Oscar Wilde. Car l’optimisme veut que les « méchants » ne le soient pas par hasard et qu’il reste toujours possible de modifier le cours des choses.

Dès 9 ans

Karina Yan Glaser, Les Vanderbeeker, On reste ici ! (tome 1), Casterman, 2018, 300 p., 12,90 € — Traduit de l’anglais (américain). Imprimé en Espagne

Jacques Rouxel, Les Shadoks, cahier de coloriages

GA BU ZO MEU ! Avec ces Shadoks à colorier, plongez dans l’univers de Jacques Rouxel et de ses drôles de volatiles. Retrouvez l’humour délicieusement absurde et formidablement intelligent de ce créateur aux multiples talents ! Retrouvez le Chef Shadok, le professeur Shadoko, le Devin Plombier, le Marin Shadok, la vieille Légende et les Gibis… « Pour être heureux, il n’est pas nécessaire d’être con mais ça aide », et en effet, cela peut aider à créer une chaîne de télévision « par les shadoks, pour les shadoks du monde entier. » Pour ceux qui ont oublié les couleurs des Shadoks et des Gibis, voici un mémo parfait !
Plus de 60 dessins pour mettre en couleurs ces personnages fantasques au fil de leurs principales histoires.

Dès 4 ans et sans limite d’âge

Jacques Rouxel, Les Shadoks, cahier de coloriages, Editions du Chêne, 2015, 96 p., 5,90 € — Imprimé en Espagne.

Emilie Vast, Le secret

« Renarde a un secret. N’y tenant plus, elle le confie à Lapin. ‘Oh, extraordinaire’, dit Lapin. Lapin a un secret. » Et de le chuchoter à Libellule… De Libellule, le secret voyage : Ecureuil, Hibou, Chauve-souris, Aigrette, Hérisson, Pic-vert, Cerf… mais est-ce encore un secret, si bien partagé ? Eh non, car le secret de Renarde, c’est une petite boule de poils roux qui émerge du buisson. A la dernière page, tous les animaux, en cortège, viennent offrir à Renarde et à son petit une fleur cueillie dans la page où nous les avons rencontrés.
Les albums d’Emilie Vast sont toujours aussi charmants et poétiques, de vraies odes à la vie !

Dès 3 ans

Emilie Vast, Le secret, Editions MeMo, 2015, 24 p., 12 €

Sabrina Inghilterra, La Princesse super savante et la bataille d’énigmes

« Il était une fois dans un pays lointain, une petite princesse qui savait tout sur tout. Il n’y avait pas un caillou, pas une plante ou un animal qu’elle n’aurait pu nommer. […] Son père, le roi, en était très fier. » Enfermée dans la plus haute tour, la princesse avalait chaque jour « 100 pages du dictionnaire, 100 pages d’encyclopédie, 100 exercices de mathématiques et 100 exercices de grammaire. » Bref, la parfaite bêcheuse, la donneuse de leçons, la prétentieuse trois étoiles… Mais la reine, qui chérissait son enfant, « s’inquiétait de son teint pâle et de ce qu’elle était trop maigre ». Comme elle n’osait pas formuler « LA » solution, qui aurait été de marier la donzelle, la reine proposa un tournoi – ou plutôt une « bataille d’énigmes ». Qui posera la question à laquelle la princesse ne saura répondre ? A défaut du « p’tit cordonnier » de la chanson, ici, « c’est un p’tit jardinier » qui saura ouvrir les yeux et le cœur de la damoiselle. Un album plein d’humour et aux dessins fantasques pour gentiment rabattre le caquet des éternelles premières de la classe (même s’il n’y a plus ni notes ni classement, demandez à vos enfants, ils savent très bien de qui je parle).

Dès 5 ans

Sabrina Inghilterra, La Princesse Super Savante et la bataille d’énigmes, illustrations de Jules, Belin Jeunesse, 2018, 40 p., 13,90 € — Imprimé en France

Martine Perrin, Lapin malin, un livre animé à colorier

« De tous les lapins, c’est moi le plus malin, regarde bien ! Tu apparais avec tes bottes… je disparais dans les carottes. ! Tu me crois en balade… je dévore la salade ! » De page en page, suivons ce lapin orange et… malin ! Pour les autres couleurs, c’est à chacun de choisir. En plus, il y a des objets bien cachés sous des volets à ouvrir et le livre se déplie comme une frise. Décidément, un vent nouveau se lève au pays des albums à colorier, souvent concurrencés, il est vrai, par des modèles gratuits à imprimer chez soi.

Dès 4 ans

Martine Perrin, Lapin malin, une histoire à colorier, Editions des Grandes Personnes, 18 p., 13,50 €

Caryl Hart, Les bonnes manières pour les petits dragons

« Quand un dragon est invité à la maison… Est-ce qu’il rugit et pousse des cris ? Est-ce qu’il garde tous les jouets pour lui ? Sûrement pas ! Les dragons ne font pas ça. Un dragon sait… » Un dragon sait comment bien se tenir en société, ce qui est bien agréable ! Le petit dragon vert de Rosalind Beardshaw est tout à fait craquant et sera, je l’espère, adopté par les petits fripons à qui nous tentons, vaille que vaille, d’inculquer quelques notions de courtoisie élémentaire : attendre son tour, partager, remercier…

Dès 3 ans

Caryl Hart, Les bonnes manières pour les petits dragons, illustrations de Rosalind Beardshaw, Gallimard Jeunesse, 2019, 32 p., 14 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine

Bruno Gibert, Tout en rimes, 20 poèmes à compléter

Caroline « prend la carabine et vise d’abord la *** qu’elle fait tomber. Puis dégomme une *** avec la deuxième fléchette.
Au dernier tir, la championne fait valser la *** posée en équilibre.
En récompense, elle gagne un bon pour une *** et une petite *** en plastique rouge ainsi qu’un voyage en ***. »
Pour remplacer les ***, le jeune lecteur a le choix entre de nombreux mots qui, tous, riment en « ‑ine » : bobine, babine, tartine, aspirine, capucine, Chine, machine, sardine, praline, aubergine, etc. Le but du jeu est de créer le poème le plus farfelu, le plus fantaisiste, celui qui fera rire toute la classe aux éclats – car il serait bien dommage de jouer tout seul ! Rimes en –ote ou en –otte, rimes en –ain, ‑in ou-ins, rimes en –art ou en –ard, lesquelles auront la préférence ? Quant à l’écrevisse perdue en Suisse ou à la momie souffrant d’une carie, elles auront bien de la peine à rester raisonnables. Inspiré de l’Oulipo et des cadavres exquis, cet album aux illustrations fantasques répond à des règles de construction bien précises, car, « en tout cas, quel que soit ton choix, ton poème rimera ».

Dès 6 ans

Bruno Gibert, Tout en rimes, 20 poèmes à compléter, Seuil Jeunesse, 2019, 48 p., 14,50 €

Ilya Green, Mon ours

« Avec mon ours, on est très sauvages. On vit dans la forêt avec les tigres et les fourmis. » Il nous arrive des tas d’aventures ! Même Papa ne sait pas où nous nous cachons… mais, heureusement, il nous a apporté un délicieux goûter ! Les personnages d’Ilya Green nous transportent, l’air de rien, dans des pays magiques, ceux où l’imaginaire est roi, où tout peut arriver, même au fond du jardin.

Dès 2 ans

Ilya Green, Mon ours, Nathan, coll. « Albums bébé », 2019, 14 p., 8,90 € — Cartonné.

Flore Vesco, L’Estrange Malaventure de Mirella

Mirella, « des pieds à la tête de guenilles accoutrée », est porteuse d’eau dans la bonne ville d’Hamelin, sur les rives de la Weser. A une date incertaine de la fin du XIIIe siècle, sous le règne de Rodolphe de Habsbourg. Primesautière, insolente, généreuse, la jouvencelle de 15 ans ne s’en laisse pas conter, ni par les échevins, ni par les mendiants, ni par tous ceux qui se situent entre les deux. Hamelin ? N’est-ce pas cette ville envahie par les rats, dont un joueur de flûte, grugé par les autorités, emporte les enfants ? Et si les frères Grimm n’avaient pas dit toute la vérité ? Ces rats, au Moyen Age, quel mal annoncent-ils de ville en ville ? La peste, la peste, la terrifique peste… Mirella affronte moult périls : De qui est-elle réellement la fille ? Pourquoi la dit-on sorcière ? Qui est cet intrigant homme en noir ? N’est-ce pas bien dangereux de s’en éprendre ? Quant à danser avec lui… Est-ce valse ou danse macabre ? Mirella, ce sont aussi des chansons naïves – Mi, Ré, La – pour la plus grande joie des petits enfants et le réconfort de ses amis les lépreux.
Flore Vesco réinvente le conte – et joue des mots avec son talent habituel. Bien malin celui qui, sans s’aider du lexique en fin de volume, saura discerner d’un coup d’œil les termes empruntés au Moyen-Age et les créations farfelues et oh combien ! réjouissantes de Flore Vesco.

Adolescents

Flore Vesco, L’Estrange Malaventure de Mirella, L’Ecole des Loisirs, coll. « Médium + », 2019, 215 p., 15,50 € — Imprimé en France

Hector Dexet, Mon imagier rigolo des animaux

Qui se cache derrière le chat ? Un oiseau, mais aussi une souris. Et cette méduse, a‑t‑elle vu la baleine ? Quant à notre ami le chien, pauvre chien, il a été piqué par un coquin de moustique. Cet album cartonné joue avec des découpes astucieuses pour relier les animaux entre eux et raconter de petites histoires. Mais l’animal préféré des petits lecteurs reste… un adorable doudou lapin.

Dès 2 ans

Hector Dexet, Mon imagier rigolo des animaux, Amaterra, coll. « Les cartonnés d’Hector », 2019, 26 p., 12 €