Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Nos amis les animaux

Paul Schmid, Petit Ours rêve

« A quoi peut bien rêver Petit Ours ? Aux flocons de neige tout blancs, et aux étoiles dans la nuit noire. » Mais ce coquin peut aussi rêver, comme tous les enfants, « à un bon chocolat chaud », et même… « à une pizza glacée ». Tiens, tiens… Ce qui semble être une part de pizza devient, un peu plus loin, un chapeau pointu ? Dans les rêves, tout est possible ! Les dessins de Paul Schmid sont d’une simplicité désarmante et son Petit Ours deviendra vite un compagnon idéal au moment de se coucher.

Dès 2 ans

Paul Schmid, Petit Ours rêve, Phaidon, 2018, 40 p., 16,95 € — Traduit de l’anglais — Imprimé en Chine

Florian Pigé, Si gourmand

« Tu es gourmand », toi, le petit oiseau bleu au bec grand ouvert. « Si gourmand que tu avales tout ce qui passe » : il suffit de suivre avec son doigt la ligne pointillée pour te voir gober un papillon, une mouche, une libellule, une araignée, un ver de terre, un poisson, une autre mouche, une pomme… et, à la page suivante, des flocons de neige ! Cette gourmandise est l’occasion de surprises, bonnes ou mauvaises, de gags, d’astuces mais aussi d’amitié et de partage. Florian Pigé parvient à simplifier les formes et les couleurs tout en mettant en valeur le petit détail amusant, la mimique, le clin d’œil qui étonneront ou feront rire les petits, et cela avec beaucoup de charme.

Dès 2 ans

Florian Pigé, Si gourmand, Hongfei Culture Editions, 2018, 36 p., 11,90 €. Dans la même collection, du même auteur : Si curieux — Si petit – Imprimé en République tchèque

Frédéric Clément, Camouflages

Quels sont les points communs entre un harfang des neiges, une pieuvre, un gecko satanique à queue de feuille, et une baudroie ? Bien sûr, ils appartiennent tous au règne animal. Mais encore ? Ce sont, chacun dans son écosystème, les champions du camouflage. Que ce soit sur le blanc de la neige ou le vert éclatant des forêts malgaches, au fond des mers ou sur un fond de vase – difficile de les repérer, que vous soyez un scientifique bienveillant ou une proie à dévorer. Après Métamorphoses (2015) et Parades (2016), ce nouvel album réjouira les passionnés de nature, tant par la beauté des illustrations que par les textes, aussi drôles que bien informés.

Dès 9 ans

Frédéric Clément, Camouflages, Seuil Jeunesse, 2018, 40 p., 15,50 € — Imprimé au Portugal

Jörg Mühle, Sèche tes larmes, Petit Lapin !

«  Aïe ! Petit Lapin est tombé. Pourvu qu’il n’ait rien. Allons regarder. Oh non ! Sur le bras en plus, ça fait mal ! » Suffit‐il de souffler dessus – soufflons, soufflons… Et ça saigne ? Il faut alors mettre un joli pansement – collons, collons – et réconforter Petit Lapin. Une petite mésaventure de la vie quotidienne, que le petit « lecteur » connaît bien. Ici, en consolant Petit Lapin, il fait preuve de compassion avant de repartir, droit devant.

Dès 18 mois

Jörg Mühle, Sèche tes larmes, Petit Lapin !, Ecole des Loisirs, coll. « Pastel », 2018, 20 p. cartonnées, 8,50 €
Du même auteur, dans la même série : Au lit, Petit Lapin ! et Au bain, Petit Lapin !

Madeleine Cook, Pas de Noël cette année ?

Un album conseillé par Jean‐Luc, bibliothécaire : « Alors que je le lisais à des tout‐petits dans le cadre de l’heure du conte, l’une d’entre eux m’a fait remarquer que le petit mulot, héros de l’histoire portait un gilet jaune … la vérité sortant de la bouche des enfants, j’ai lu ce livre aux enfants avec d’autant plus de plaisir. » Mais pourquoi donc ce petit Mulot n’a-t-il aucune envie de fêter Noël ? Ses amis parviendront‐ils à le faire changer d’avis ?
Un grand merci à Jean‐Luc ! Et vous, chers lecteurs, quels sont vos coups de cœur de Noël ?

Dès 3 ans

Madeleine Cook, Pas de Noël cette année ?, illustrations de Samara Hardy, Casterman, 2017, 44 p., 13,95 € — Traduit de l’anglais.

Daniel Salmieri, Ourse et Loup

« C’était une nuit sans vent et des flocons de neige scintillants tombaient à travers les arbres de l’épaisse forêt. Ourse se promenait, quand soudain elle aperçut quelque chose se détacher sur le blanc éclatant. Au même moment, Loup se promenait… » Ils marchent l’un vers l’autre. Que va‐t‐il se passer ? D’un accord tacite, ils vont repartir, côte à côte, pour découvrir la beauté du monde : la neige, un harfang, une clairière, des poissons pris sous la glace du lac… Jusqu’au moment où l’ourse repart vers sa tanière et e loup vers sa meute. Une belle histoire servie par des illustrations superbes, à voir ici (version anglaise), dans des tonalités hivernales réveillées parfois par une touche de jaune ou de rouge, avant que le printemps n’éclate de mille couleurs.

Dès 4 ans

Daniel Salmieri, Ourse et Loup, Hélium, 2018, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé au Portugal.

ABC du Père Castor, dessins de Rojan

A, comme l’âne ; B comme le boa ; C comme le castor… jusqu’au wapiti, au xérus, au yak et au zèbre, cet abécédaire doit tout son charme aux grandes images d’animaux dessinés par Feodor Rojankovsky (1891–1970), dit Rojan. Quelle vivacité, quel sens de l’observation ! En fin de volume, des lettres détachables et des étiquettes permettent à l’enfant de se familiariser avec les lettres et les mots.
Le « père Castor », sous la plume de Paul Faucher, explique aux « mamans curieuses » qu’un abécédaire n’est pas une méthode de lecture – ce qui nous permet de ne pas y voir une application de la « méthode globale », mais de simples propositions de « jeux éducatifs ». Libre à chacun de s’en servir à sa façon ; mais ce serait trop dommage de ne pas admirer ce superbe bestiaire, réédité à l’identique par l’association des Amis du Père Castor.

Dès 4 ans

ABC du Père Castor, dessins de Rojan, Les Amis du Père Castor, réédition en fac‐similé de l’édition de 1936 parue chez Flammarion, 2018, 23,50 € —  Paru aussi chez Flammarion en 2001, à rechercher d’occasion.

Feridun Oral, La Pomme des neiges

Un petit lapin bien affamé sortit de son terrier et « la neige avait tout enseveli sous son grand manteau blanc ». Rien à se mettre sous la dent ? Si… une jolie pomme rouge, tout là‐haut dans son pommier… Comment l’attraper ? L’ours, le renard et la souris viennent à la rescousse de notre lapin, et chacun aura droit à un joli quartier de cette « grosse pomme bien juteuse ». Un joli conte d’hiver sur l’entraide et le partage, illustré de manière très classique, avec une touche d’humour et de fantaisie.

Dès 3 ans

Feridun Oral, La Pomme des neiges, Minedition, Format album : 2010, 30 p., 14,20 € ou plus petit format, 2016, 8,40 € — Traduit du turc par Julie Duteil.

Emilie Vast, Moi, j’ai peur du loup

Deux lapins discutent dans la nuit.
« Je peux te dire un secret ? Moi, j’ai peur du Loup.
– Ah oui ! Pourquoi ?
– Parce qu’il a de grandes dents !
– Mais non, c’est le… morse qui a de grandes dents ! »
Au fil des pages, l’un des lapins – oreilles baissées, yeux effarouchés — égrène les éléments qui font du loup un animal effrayant. Son compagnon – oreilles dressées et stature rassurante — attribue ces terribles yeux, dents, oreilles, queue… à un animal différent et surtout inoffensif – foi de lapin. Quand apparaît le dessin de l’animal imaginé, le collage est si drôle que la peur s’envole et laisse la place au rire. Faut‐il avoir encore peur du loup ?
Cette fable aidera les petits non seulement à surmonter leurs peurs, mais aussi à passer outre les atermoiements et autres autocensures souvent inconscientes. Les illustrations stylisées, douces et poétiques d’Emilie Vast — lignes pures, couleurs en aplat et contrastes — sont toujours aussi subtiles, comme le montre cet extrait.

Dès 3 ans

Emilie Vast, Moi, j’ai peur du loup, MeMo, 2018, 52 p., 13 €

Dashka Slater, Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf

« Pourquoi est‐ce que certaines chansons nous rendent tristes ? Où va le soleil lorsqu’il disparaît dans l’océan ? Comment naît une amitié ? » Que de questions difficiles pour Marco le Renard ! D’autant plus que la seule réponse des autres renards tient en une phrase : « Y a‐t‐il un rapport avec la blanquette de poulet ? » Une phrase qui risque de devenir un refrain … Alors, pour y échapper, une seule solution : embarquer sur le bateau‐cerf. Un bateau magique, qui tient de la goélette et du snakkar, dont on se demande si l’équipage est sorti de l’arche de Noé – mais une arche sans Noé ni sa tribu – ou d’un bateau corsaire. Un bateau magique, donc, et un voyage onirique, conté avec fantaisie par Dashka Slater et guidé par le pinceau des Fan Brothers, Eric et Terry Fan. Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf, c’est aussi un conte philosophique, à la recherche de l’essentiel.

Dès 5 ans

Dashka Slater, Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf, illustrations de The Fan Brothers, Little Urban, coll. « Fabuleux voyage », 2018, 13,50 € — traduit de l’anglais par Véronique Mercier‐Gallay. Imprimé en Chine.

Rudyard Kipling, Le Phoque blanc

« Kotick, le baby de Matkah, naquit […] tout en tête et en épaules, avec de pâles yeux bleus couleur d’eau, comme sont les tout petits phoques ; mais il y avait quelque chose dans la teinte de son pelage qui le fit examiner de très près par sa mère :
— Sea Catch, dit‐elle enfin, notre baby va être blanc !
— Coquilles vides et goémon sec ! éternua Catch, il n’y a jamais eu au monde rien qui ressemblât à un phoque blanc. »
Le jeune Kotick, héros du récit, découvre un jour que les hommes abattent ses congénères par centaines, par milliers. Un long, très long voyage initiatique va lui permettre de trouver une île « où les hommes ne viennent jamais ». Reste à convaincre les autres phoques que cette île n’est pas née de son imagination, qu’elle existe vraiment, et qu’il est possible d’y couler des jours heureux… Le Phoque blanc, ce conte né dans la mer de Behring, fait partie du Livre de la Jungle – qui est loin de se réduire à la seule histoire de Mowgli. Les éditions Magellan ont eu la riche idée de republier la version originale de cette nouvelle, illustrée des somptueux bois gravés de Maurice de Becque, dans la traduction historique de Louis Fabulet et Robert d’Humières. Cet album fera un cadeau apprécié, car il est de plus relié d’une belle couverture cartonnée.

Dès 10 ans

Rudyard Kipling, Le Phoque blanc, illustrations de Maurice de Becque, Magellan et Cie, coll. « Les P’tits Magellan », 2018, 48 p., 15 €. Première traduction originale par Louis Fabulet et Robert d’Humières. Imprimé en France.

Olivia Cosneau, Jument, que caches‐tu ?

« Que caches‐tu, la brebis ? Je cache deux agneaux » — que l’enfant découvre en soulevant un petit volet – enfin, un « flap ». Et la jument, le hibou, le chat, la cane… combien de petits cachent‐ils ? De 1 à 9, c’est selon ! Chut, c’est presque un secret. Une initiation toute douce au dénombrement, avec ces animaux blottis bien au chaud près de leur maman.

Dès 18 mois

Olivia Cosneau, Jument, que caches‐tu ?, Hélium, coll. « Un livre à flaps », 2018, 18 p. cartonnées, 11,90 € — Imprimé en Chine