Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Nos amis les animaux

Milja Praagman, Le bâton de hérisson

« Oh, mais qu’est-ce qu’il y a par terre ?
Hérisson jubile.
Je vais aller voir ça de plus près !
Souris ! Merle ! Taupe !
Hérisson brandit son bâton. Regardez ! »
Qu’est-ce que ce stupide bout de bois avec lequel prétend jouer Hérisson ? Surtout quand on joue avec son téléphone portable ! Hérisson a bien du mal à convaincre ses amis… jusqu’à ce qu’une averse transforme ledit bâton en un mât de tente. Une tente sous laquelle chacun va s’abriter
Ce conte sensibilise discrètement à l’addiction aux écrans et à l’importance des relations humaines « hors connexion ». Cet album existe aussi en version « gros caractères » pour les lecteurs malvoyants ou ayant des difficultés de lecture.

Dès 5 ans

Milja Praagman, Le bâton de hérisson, Circonflexe, 2019, 26 p., 13 € — Traduit du néerlandais. Imprimé en Pologne.

Gee Eun Yi, Un fruit rouge

« Ce matin, le jeune ourson s’est réveillé tout seul, très tôt. » Et il a faim, notre ourson ! Et justement, ploc, un petit fruit rouge tombe de l’arbre… Mais là-haut, quel est cet énorme fruit rouge perché si haut ? Voilà qui, de page en page, va lui faire vivre de belles aventures ! Fidèle à la tradition de la calligraphie, Gee Eun Yi use ici d’un trait simple et chaleureux : du noir, un peu de rouge et le papier blanc invite à rêver dans les bras de maman ourse – ou de papa ours.

Avant 3 ans

Gee Eun Yi, Un fruit rouge, Rue du Monde, 2019, 64 p., 16,50 € — Adapté du coréen par Laurana Serres-Giardi – Imprimé en France

Géraldine Cosneau, Qui a mangé les carottes du potager ?

L’inspecteur Loulou est chargé de découvrir qui a grignoté les carottes du potager. « Hum, hum ! Premier indice : des petites crottes rondes. Et il y en a d’autres par là. » Les indices s’accumulent, page après page, jusqu’à la découverte du coupable… un coupable à longues oreilles. Une idée originale pour solliciter le sens de l’observation et l’humour des tout-petits, confrontés à leur premier roman policier !

Dès 2 ans

Géraldine Cosneau, Qui a mangé les carottes du potager ?, Editions Amaterra, 2019, 18 p., 12,90 € — Imprimé en Chine

Zhihong He, La rentrée de Pinpin

« Pour Pinpin, ce n’est pas un matin comme les autres : c’est son premier jour d’école. Sa maman l’accompagne en serrant fort sa main dans la sienne. » Il n’empêche, en ce jour de rentrée, Pinpin le pingouin est un peu inquiet… mais ses nouveaux amis partagent avec lui leurs « trucs » pour se sentir mieux. Pour le tigreau, se blottir contre le ventre de sa maman. Pour l’ânon, se souvenir du moment où elle frotte sa joue contre la sienne. Pour le girafeau, le moment où sa maman lui caresse les oreilles… Pinpin, à son tour, va imaginer la douce chaleur du plumage de sa maman. Les aquarelles si douces de Zhihong He sont des câlins à elles toutes seules ! Mais ce qui fait le charme incomparable de cet album, c’est l’idée de « décentrer » les soucis du personnage titre et de faire prendre conscience de la force des secrets partagés et des amitiés à venir.

Dès 3 ans

Zhihong He, La rentrée de Pinpin, Seuil Jeunesse, 2018, 32 p., 13,90 € — Imprimé en Italie

Peter Wohlleben, Le réseau secret de la nature

Loups et scolytes, saumons et grues cendrées, écureuils et nécrophores, fourmis et chevreuils, sans oublier les vers de terre et les pucerons… que de secrets nous cachent-ils donc, petits et grands, sous le couvert de nos forêts ? Quels liens complexes, et souvent étonnants, unissent animaux, plantes, forêts et rivières ? Et quand l’homme s’en mêle, fût-il inspiré des meilleures intentions possibles, ce n’est pas toujours dans le « bon sens », celui qui permettrait à la nature de vivre selon ses propres règles et de maintenir un équilibre précaire mais, ô combien !, nécessaire. Peter Wohlleben, en tant qu’ingénieur forestier, a longtemps veillé sur les forêts allemandes de l’Eifel avant de connaître un succès mondial avec La Vie secrète des arbres et La Vie secrète des animaux. Ses théories « iconoclastes » tentent de modifier le regard utilitariste, à court terme, porté sur les forêts et ont ouvert la voie à une autre façon de gérer ce patrimoine : chênes, hêtres, épicéas, bouleaux, vous ne les verrez plus de la même façon après avoir écouté ce conteur hors-pair, servi par une traduction pleine d’humour.

Adolescents, adultes

Peter Wohlleben, Le réseau secret de la nature, Les Arènes, 2019, 256 p., 20,90 € — Traduit de l’allemand par Lise Deschamps. Imprimé en France

Alicia Quillardet, Une vie de dauphin

« Regard malicieux, sourire farceur, front bombé et bec allongé… Ce sont les dauphins, bien sûr ! » Alicia Quillardet joue avec de superbes teintes de bleu, ponctuées d’orange, pour nous offrir une belle balade sur l’eau et sous l’eau, en compagnie d’adorables dauphins. Les enfants apprendront que les dauphins raffolent de maquereaux et d’anchois, qu’ils ont « un langage bien à eux » et que le bébé dauphin peut être surveillé par une « marraine » quand sa maman part chasser. Un bien joli album dans cette série animalière !

Dès 3 ans

Alicia Quillardet, Une vie de dauphin, Edition du Ricochet, 2019, 28 p., 12 €

Benji Davies, L’Enfant et la Baleine

« Noé vivait au bord de la mer avec son papa et leurs six chats. » Un papa qui passait sa journée à la pêche – c’était son métier. Et Noé, pendant ce temps-là, explorait la plage. Or, un beau jour, il fit la rencontre d’une petite baleine échouée. Quelle amie idéale ! Mais est-ce vraiment faire le bonheur d’une baleine que de l’inviter dans sa maison ? Un album tout en finesse, qui parle de solitude, d’amitié et d’affection.

Dès 3 ans

Benji Davies, L’Enfant et la Baleine, Milan – 2013, 32 p., 11,90 € ou Tout carton, 2018, 24 p., 9,90 €- Traduit de l’anglais.

Emmanuelle Grundmann, Cap sur les îles ! L’endémisme

« Si les îles dessinent de minuscules confettis éparpillés sur les mers et les océans, elles abritent pourtant une multitude d’espèces, parfois petites ou inversement géantes et qui, souvent, ne vivent qu’ici et nulle part ailleurs. » Car une île est rarement vraiment déserte ! Quelques graines venues avec le vent, des oiseaux migrateurs, et hop ! la vie s’installe.
« Etrange, étrange… Les plantes et animaux vivant sur les îles ne ressemblent aucunement à leurs cousins des continents. Isolés, sans moyen de communiquer avec les lointaines terres voisines, ils ont évolué jusqu’à devenir uniques. » Imaginez la surprise de ce petit bonhomme à la barbe blanche et en redingote dont nous suivons les voyages de page en page ! Il s’appelle Charles Darwin et a notamment étudié les tortues géantes des Galápagos pour formuler sa célèbre théorie de l’évolution.
Cet album éclatant de couleurs nous offre un merveilleux voyage parmi la flore et la faune d’îles aussi étonnantes que Madagascar, la Nouvelle-Calédonie ou Komodo. Les aquarelles de Céline Manillier sont aussi réalistes que poétiques. Idéal pour partir à la recherche du Brookesia micra, du kiwi ou du « dragon » de Komodo, ce gigantesque varan.

Dès 8 ans

Emmanuelle Grundmann, Cap sur les îles ! L’endémisme, illustrations de Céline Manillier, Editions du Ricochet, coll. « Ohé la science ! », 2019, 32 p., 13,50 €

Daniel Salmieri, Ourse et Loup

Daniel Salmieri, Ourse et Loup

« C’était une nuit sans vent et des flocons de neige scintillants tombaient à travers les arbres de l’épaisse forêt. Ourse se promenait, quand soudain elle aperçut quelque chose se détacher sur le blanc éclatant. Au même moment, Loup se promenait… » Ils marchent l’un vers l’autre. Que va-t-il se passer ? D’un accord tacite, ils vont repartir, côte à côte, pour découvrir la beauté du monde : la neige, un harfang, une clairière, des poissons pris sous la glace du lac… Jusqu’au moment où l’ourse repart vers sa tanière et e loup vers sa meute. Une belle histoire servie par des illustrations superbes, à voir ici (version anglaise), dans des tonalités hivernales réveillées parfois par une touche de jaune ou de rouge, avant que le printemps n’éclate de mille couleurs.

Dès 4 ans

Daniel Salmieri, Ourse et Loup, Hélium, 2018, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé au Portugal.

Benoît Grelaud, La jeune fille qui parlait aux singes

Benoît Grelaud, La jeune fille qui parlait aux singes

« Louise n’a pas fermé l’œil de la nuit, obnubilée par l’image de la femelle gorille se trouvant à l’écart du groupe. Elle sait ce que c’est de se sentir à part et cela l’a donc énormément touchée. » Louise, 15 ans, en vacances dans les Hautes-Pyrénées, vient de faire la connaissance de Jérôme. Le père du jeune homme a recueilli, dans un parc, quelques gorilles qui ont échappé aux braconniers africains. Dont Kiko, une jeune femelle rejetée par le groupe.
Louise, malentendante, communique soit par signes, soit en écrivant sur une ardoise blanche, soit en articulant quelques mots. A force de ténacité, bravant interdits et menaces, soutenue par Jérôme, la jeune fille parvient à enseigner la langue des signes à sa protégée. Une manière comme une autre aussi de dépasser les angoisses et les difficultés liées à sa quasi-surdité.
Mais une famille de chasseurs n’admet pas que ce parc empiète sur leur territoire. Et c’est le drame…
Ce sympathique roman de formation, sans mièvrerie aucune, met en perspective le handicap, les différences, les premiers sentiments amoureux, sur fond d’une aventure hors du commun. Les cabrioles d’un petit frère farceur viennent, ici et là, alléger les pages plus sérieuses du récit.

Dès 13 ans

Benoît Grelaud, La jeune fille qui parlait aux singes, Fleurus, coll. « Lire en grand », 2018, 286 p., 15,90 €

Katherine Rundell, Cœur de loup

Katherine Rundell, Cœur de loup

« Le poil de la louve était hérissé. Féo le lissa d’une caresse.
— Tout va bien, je crois. Chut, lapouchka. Je ne laisserai personne te faire de mal.
Elle fit se lever l’animal.
— Viens, on va te trouver un bel arbre. Je vais te montrer comment les loups construisent leur tanière. »
Quand une fillette de 12 ans doit réensauvager les loups, c’est que le monde tourne à l’envers ! Et pourtant, c’est bien à quoi s’occupent Féodora, alias Féo et sa mère Marina, dans une Russie tsariste fantasmagorique, où de riches citadins renvoient à la forêt leurs loups de compagnie. Jusqu’au jour où Marina, qui a tenu tête à un petit chef militaire local, est emprisonnée en ville. Alors que la région est agitée des premiers sursauts révolutionnaires, Féo n’aura de cesse de la libérer. La longue quête de ces adolescents peut être vue comme une sorte de révolte anarcho-libertaire – ou comme une saine reconquête d’un espace vital menacé par l’arbitraire. « Nous avons la terre dans notre sang et le feu dans nos pieds », proclame Féo, et « nous sommes aussi courageux que… que des loups ». Courageux et entraînés à courir vite, à vivre vêtus de rien et nourris de peu, dans le froid, la neige et la solitude. Et l’on se prend à penser que le plus difficile sera, un jour, pour nos enfants, de quitter la tiédeur émolliente de notre monde…

Dès 10 ans

Katherine Rundell, Cœur de loup, illustrations de Gelrev Ongbico, Gallimard Jeunesse, 2016, 336 p., 14,50 €   — Folio Junior, 2019, 288 p., 7,60 €

Emilie Vast, Le secret

Emilie Vast, Le secret

« Renarde a un secret. N’y tenant plus, elle le confie à Lapin. ‘Oh, extraordinaire’, dit Lapin. Lapin a un secret. » Et de le chuchoter à Libellule… De Libellule, le secret voyage : Ecureuil, Hibou, Chauve-souris, Aigrette, Hérisson, Pic-vert, Cerf… mais est-ce encore un secret, si bien partagé ? Eh non, car le secret de Renarde, c’est une petite boule de poils roux qui émerge du buisson. A la dernière page, tous les animaux, en cortège, viennent offrir à Renarde et à son petit une fleur cueillie dans la page où nous les avons rencontrés.
Les albums d’Emilie Vast sont toujours aussi charmants et poétiques, de vraies odes à la vie !

Dès 3 ans

Emilie Vast, Le secret, Editions MeMo, 2015, 24 p., 12 €