Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Contes, légendes et fééries

Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva

« Maintenant, Kitty, si tu veux bien m’écouter, au lieu de jacasser sans arrêt, je vais te dire tout ce que j’imagine à propos de la Maison du Miroir. D’abord, il y a la pièce que tu peux voir dans la glace… Elle est exactement semblable à notre salon, mais les objets y sont inversés », explique Alice à Kitty, la minette noire. Mais était-ce vraiment de la faute de la minette si Alice a décidé de passer de l’autre côté de ce miroir ? Un autre côté intrigant, magique, déstabilisant… Elle va y croiser la route de Fleurs qui parlent, d’un Scarabée et d’un Bouc voyageant en train, de Twideuldeume et Twideldie, d’un Lion, d’une Licorne, d’Hempty Deumty et de tant d’autres ! Autant d’épisodes qui se jouent sur un échiquier dont les Rois et les Reines, tant blancs que rouges, sont prêts à tout pour faire perdre Alice !
Dans ce roman paru en 1871, Lewis Carroll joue en maître avec les mots : non-sens et humour anglais sont au rendez-vous ! N’oublions pas qu’il était mathématicien et professeur de… logique, une logique dont il prend ici le contrepied avec un talent des plus surréalistes. Ce texte étonnant sera d’autant plus apprécié des enfants qu’il leur sera lu par un adulte, qui saura prendre le temps de commenter les épisodes les plus complexes. Les joueurs d’échecs seront ravis de lire la préface de Noël 1896, avec l’explication de la partie imaginée par Lewis Carroll ! La qualité des illustrations et de la fabrication justifie le prix de cet album, grand classique s’il en est de la littérature de jeunesse anglo-saxonne.

Dès 7 ans en lecture accompagnée – Dès 10 ans en lecture indépendante

Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva, illustrations de Nicole Claveloux, Grasset Jeunesse, 2019, 98 p., 25 € — Traduit de l’anglais par Henri Parisot. Couverture reliée. Imprimé en Espagne. Réédition du texte paru en 1969 chez Flammarion.

D’après les frères Grimm, Le loup et les sept chevreaux

« Il était une fois une maman chèvre qui avait sept petits. Un jour, elle voulut aller faire des provisions.
Elle rassembla ses chevreaux et leur dit :
— Pendant mon absence, méfiez-vous du loup ! C’est un coquin qui pourrait se déguiser pour vous tromper. »
Si Maman chèvre est une maman moderne, en pantalon (petit détail qui ne change rien à l’histoire !), les ruses du loup sont toujours les mêmes : de la craie pour adoucir sa voix (beurk !), de la farine pour blanchir sa patte… Quant au petit dernier, il se cache toujours dans le ventre de l’horloge et aide sa maman à délivrer frères et soeurs. Une adaptation fidèle du conte, facile à lire à haute voix, des dessins simples (mais pas simplistes) d’Olivier Latyk, une couverture cartonnée et du papier épais et résistant : longue vie à maman chèvre et à ses chevreaux, qui, les émotions passées, profiteront du jardin pour gambader et lire – d’autres contes de Grimm ?

Dès 2 ans

D’après les frères Grimm, Le loup et les sept chevreaux, illustrations d’Olivier Latyk, adaptation d’Anne Kalicky, Père Castor, coll. « Les petits contes du Père Castor », 2019, 24 p., 5,95 €.

Françoise Rachmuhl, Déméter la généreuse

Françoise Rachmuhl, Déméter la généreuse

« Les paupières d’Hadès clignotent, Poséidon cherche des yeux la mer. Les trois déesses [Héra, Hestia et Déméter] sourient, conscientes de leur beauté. Déméter, surtout, rayonne, offrant à la lumière sa face encore enfantine, ses joues rondes, son regard clair, sa chevelure blonde ébouriffée. » Quelques instants auparavant, les jeunes dieux étaient encore prisonniers de Cronos, mais son estomac n’a pas digéré la potion concoctée par Zeus. La jeune Déméter a vite choisi son domaine : à elle tout ce qui pousse dans la nature, les arbres, les fleurs, le blé… Mais un triste jour, Perséphone, la fille de Déméter, a disparu. La jeune fille a été enlevée par Hadès, qui l’a épousée…  Sur terre, plus rien ne pousse, la famine menace les hommes. Rhéa, la déesse mère, trouvera un compromis : Perséphone passera l’hiver aux Enfers  auprès d’Hadès, son époux, et l’été sur terre, avec sa mère. Les saisons sont nées. Françoise Rachmuhl sait faire partager sa parfaite connaissance du monde antique. Ce roman mythologique est pétillant d’humour et de joie de vivre, et, tout primesautier qu’il est, reste d’une fidélité exemplaire aux textes anciens.

Dès 9 ans

Françoise Rachmuhl, Déméter la généreuse, Flammarion Jeunesse, 2016, 96 p., 5,90 €

La fabrique des contes, une exposition du Musée d’ethnographie de Genève

Connaissez-vous le conte de l’ours amoureux ? Celui de la vigne et du vin ? Celui du pantalon du diable ? Peut-être celui du pêcheur, de sa femme et du poisson d’or ? Eh oui, notre trésor de contes européens ne se limite pas à Cendrillon et au Petit Chaperon rouge ! C’est le pari réussi de l’exposition « La fabrique des contes » qui se tient au Musée d’ethnographie de Genève, jusqu’au 5 janvier 2020 : nous faire prendre conscience de notre patrimoine immatériel le plus ancien.
Il était une fois… Entrons dans ces petits « théâtres de l’imaginaire » recréés autour de ces huit contes : lanterne magique, dioramas, miroirs, illusions d’optique et changements d’échelle permettent de s’immerger véritablement dans l’histoire et de s’affranchir des règles du monde réel. Quatre illustrateurs livrent leur vision des contes à travers des dessins, des peintures et de superbes papiers découpés. Des objets tirés des collections européennes du Musée permettent de leur donner vie : fuseaux finlandais, broderies roumaines, figurines votives en pain venues de Sardaigne, jusqu’à une faux — brrrr, serait-ce celle de la Mort marraine ? De multiples écouteurs permettent d’entendre conter. Les enfants comme les parents trouveront donc beaucoup de plaisir à se laisser conduire dans ce monde enchanté des contes. Oui, les petits verront la (vraie ?) cape du Petit Chaperon rouge ! Et les adultes feront la connaissance des cantastorie siciliens.
Le catalogue, destiné aux adultes, contient des versions plus longues des contes, dans une langue actuelle (parfois un peu trop actuelle…) due au dramaturge Fabrice Melquiot. Il se termine par une série d’articles ethnologiques.

Pour toute la famille

La Fabrique des contes, une exposition du Musée d’ethnographie de Genève, jusqu’au 5 janvier 2020.
Catalogue : La Fabrique des contes, coédition du MEG et des Éditions La Joie de lire, 2019, 192 p., 39 CHF.

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours

« Le roi des ours, Léonce, était allé ramasser des champignons avec son jeune fils Tonin, deux chasseurs avaient enlevé l’enfant. Le père s’étant éloigné un instant le long d’un à‑pic, ils avaient surpris l’ourson seul et sans défense, l’avaient ligoté comme un vulgaire paquet et fait descendre, le long des précipices, jusqu’au fin fond de la vallée. » Bien penaud, Léonce n’ose pas dire que son fils lui a été volé et raconte qu’il est mort, ce qui lui laisse mauvaise conscience… Jusqu’au jour où il se décide à aller voir ce qui se passe chez les hommes. Et là, nous allons voir ce que nous allons voir ! Magicien, Troll, Croquemitaine, grand duc de Sicile lui-même, châteaux hantés, sangliers, pas le temps de s’ennuyer ! Cette nouvelle édition du célèbre roman (1945) reprend les dessins de l’auteur lui-même, en noir et blanc ou en couleurs, sous une couverture cartonnée et même dorée. L’occasion d’un beau cadeau, et d’une entrée en fanfare dans ce que la littérature classique peut avoir de réjouissant.

Dès 10 ans

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours, illustrations de l’auteur, Gallimard Jeunesse, coll. « Albums junior », 2018, 144 p., 17,50 € — disponible aussi en poche, Folio Junior, 5,80 €  — Traduit de l’italien par Hélène Pasquier

Anne-Claire Bondon, Idunn

Les dieux en Asgard, les géants en Jötunheim, certes, mais croyez-vous que le calme puisse durer à l’ombre d’Yggdrasil ? Il arriva qu’un beau jour Odin, Hoenir et Loki, parcourant le monde, se laissèrent entraîner par un beau cerf… jusqu’aux portes de Jötunheim. Colère de Thjazi, qui se métamorphose en aigle, et obtient de Loki qu’il lui livre la belle, la lumineuse Idunn, la déesse de la jeunesse éternelle. Celle dont les pommes magiques garantissent aux dieux leur immortalité. Ah, ce Loki, quel empêcheur de tourner en rond ! Anne-Claire Bondon narre ici cet épisode inspiré de l’Edda, dans une langue simple, pleine de vivacité et d’humour. Quant aux illustrations pleine page de Tristan Gion, elles nous transportent avec talent dans ces mondes nordiques où les dieux portent des casques à cornes et des peaux d’ours – les a‑t‑il visités sur les ailes d’un aigle ?

Dès 8 ans

Anne-Claire Bondon, Idunn, illustrations de Tristan Gion, Aleph éditions, 2019, 48 p., 16,90 € — Imprimé en Belgique

Daniel Salmieri, Ourse et Loup

Daniel Salmieri, Ourse et Loup

« C’était une nuit sans vent et des flocons de neige scintillants tombaient à travers les arbres de l’épaisse forêt. Ourse se promenait, quand soudain elle aperçut quelque chose se détacher sur le blanc éclatant. Au même moment, Loup se promenait… » Ils marchent l’un vers l’autre. Que va-t-il se passer ? D’un accord tacite, ils vont repartir, côte à côte, pour découvrir la beauté du monde : la neige, un harfang, une clairière, des poissons pris sous la glace du lac… Jusqu’au moment où l’ourse repart vers sa tanière et e loup vers sa meute. Une belle histoire servie par des illustrations superbes, à voir ici (version anglaise), dans des tonalités hivernales réveillées parfois par une touche de jaune ou de rouge, avant que le printemps n’éclate de mille couleurs.

Dès 4 ans

Daniel Salmieri, Ourse et Loup, Hélium, 2018, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé au Portugal.

Claude Merle, Perceval

Claude Merle, Perceval

« A seize ans [Perceval] est déjà un chasseur accompli. Selon son habitue, il s’est vêtu et équipé dans l’obscurité. Puis, laissant sa mère et ses serviteurs endormis, il a pris sa course vers l’ouest, armé d »’un épieu, de deux javelots et d’une hache au fer tranchant.
Il aime ce pays, ses étendues sauvages de collines, de forêts, de taillis et de marais. Il en connaît chaque sentier, chaque rocher, chaque torrent. » Et pourtant, cette forêt, il va bientôt la quitter, comme il quittera sa mère, pour suivre son rêve : rencontrer le roi Arthur et devenir chevalier. Une quête dont il n’aurait jamais soupçonné les difficultés… Une belle initiation à la littérature médiévale.

Dès 9 ans

Claude Merle, Perceval, Bayard Jeunesse, coll. « Héros de légende », 2015, 169 p., 6,50 €

Alex Bell, Le Club de l’Ours Polaire, Le Mont des Sorcières (t 2)

Lors de sa première expédition dans les Mondes Gelés, Stella Floccus Pearl, 12 ans, a appris qu’elle était une princesse des glaces. Quand elle coiffe son diadème, celui-ci, en échange des dons magiques qu’il lui procure, gèle son cœur – à elle, donc, de ne l’utiliser qu’en dernier recours et avec parcimonie. Mais que lui veut la marionnette de la sorcière, qui bouge toute seule ? Ajoutez à cela qu’une nouvelle expédition en dirigeable se prépare, lors de laquelle les quatre amis, Stella, Ethan, Dragigus et Shay, vont rencontrer Gideon, venu du Club du Chat de Jungle. Pour pimenter le tout, lancez dans l’aventure des lapins vénéneux, des requins volants, des fées et des cactus sauteurs ! Sans oublier le but de l’expédition : aller chercher Félix sur le terrible Mont des Sorcières… brrr… La désormais célèbre bande de copains aura fort à faire !

Dès 9 ans

Alex Bell, Le Club de l’Ours Polaire, Le Mont des Sorcières (t 2), illustrations de Tomislav Tomic, Gallimard Jeunesse, 2019, 272 p., 16,50 €- Traduit de l’anglais. Imprimé en Italie.
Du même auteur : Alex Bell, Le Club de l’Ours Polaire, Stella et les mondes gelés (t 1)

Muriel Szac, Le Feuilleton d’Artémis

Quel est le point commun entre Apollon, Chiron, Achille, Atalante et Asclépios ? Bien sûr, ce sont des dieux et des héros de la mythologie grecque, mais encore ? Ils sont tous proches d’Artémis, la déesse de la chasse mais aussi des naissances, et du passage de l’enfance à l’adolescence. En cent épisodes, comme le veut cette collection, Muriel Szac fait revivre ici « celle qui court aussi vite qu’une biche », ses compagnes et compagnons d’aventures. Elle nous rappelle ainsi que, dès l’Antiquité grecque, plusieurs déesses se partageaient la protection des jeunes filles et des femmes, leur proposant aussi des « modèles » très divers : d’Hestia, qui veille sur les foyers, à Athéna la sage guerrière, de Perséphone, déesse du printemps souriant, à Aphrodite dont la ceinture permit à Héra de duper Zeus lui-même, que de « féminités » ! Sans oublier Hélène, Atalante, Eurydice ou les Danaïdes… Les illustrations d’Olivia Sautreuil sont inspirées des techniques de la sérigraphie, avec des couleurs tranchées et des silhouettes parfois inquiétantes… Pour les plus jeunes, la présence d’un adulte est conseillée – qui saura expliquer (ou pas) certaines situations… scabreuses ou violentes, dans lesquelles dieux et déesses font assaut d’imagination.

Dès 6 ans pour une lecture adulte à voix haute – et sans limite d’âge

Muriel Szac, Le Feuilleton d’Artémis, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations d’Olivia Sautreuil, Bayard Jeunesse, 2019, 288 p., 19,90 €. Imprimé en Italie.
Muriel Szac, Le feuilleton d’Ulysse, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations de Sébastien Thibault, Bayard Jeunesse, 2015, 280 p., 19,90 €
Muriel Szac, Le feuilleton de Thésée, la mythologie grecque en cent épisodes, illustrations de Rémi Saillard, Bayard Jeunesse, 2011, 280 p., 19,90 €
Muriel Szac, Le Feuilleton d’Hermès, la mythologie grecque en cent épisodes, Bayard Jeunesse, 2006, 256 p., 19, 90 €

Marie Sellier, L’arbre de Sobo

« Tout en haut de notre colline se dresse un arbre immense qui domine toute la campagne alentour. Cet arbre, c’était l’arbre préféré de Sobo. […] Sobo était une brodeuse extraordinaire. On venait de très loin pour lui commander un kimono. » Mais Sobo est, d’abord, la grand-mère chérie de Kimi. Quand Sobo s’éteint, les parents de Kimi pensent mettre sa maison en vente. Mais si un petit renard chuchotait une autre idée à Kimi ? Un beau jour, confie la narratrice, « j’ai déplié le kimono qui se trouvait dans la corbeille à broder, j’ai enfilé une aiguillée du fil de la bobine, et je me suis mise au travail. Je devais terminer ce que Sobo avait commencé ». Une superbe histoire de secrets, de transmission, de bel ouvrage, illustrée avec délicatesse par le pinceau de Charlotte Gastaut qui n’a pas son pareil pour créer des kimonos et des paysages japonais.

Dès 6 ans

Marie Sellier, L’arbre de Sobo, illustrations de Charlotte Gastaut, RMN (Réunion des Musées nationaux), 2018, 14,50 € — Imprimé en Espagne

Luc Ferry, Thésée ou la Loi du courage

« Si mon père m’a légué des sandales, ce n’est pas pour rien. C’est un signe, il veut que je passe par la terre et non par la mer, et je comprends bien pourquoi : il veut savoir si je suis assez courageux et assez vigoureux pour affronter les brigands et les monstres dont vous me parlez », explique le jeune Thésée à sa mère Pitthée. Et des monstres, ce n’est pas ce qui va lui manquer sur la route d’Athènes. Quant à ses exploits face au Minotaure…
Sur le même principe que dans Ulysse ou l’homme aux mille ruses, Luc Ferry narre ici les aventures de Thésée au fil d’épisodes très dynamiques et invite le jeune lecteur à la réflexion sur la permanence des mythes antiques. A l’issue du récit, il revient sur des expressions telles « le fil d’Ariane », « le lit de Procuste », « le dédale de nos rues » — autant de paroles claires et jamais sibyllines. Nicolas Duffaut a dessiné des monstres terrifiants et donné des couleurs franches à un monde grec saturé de soleil.

Dès 10 ans

Luc Ferry, Thésée ou la Loi du courage, illustrations de Nicolas Duffaut, Glénat Jeunesse, coll. « La sagesse des mythes », 2019, 64 p., 12,50 € — Imprimé en Espagne
Du même auteur, dans la même collection : Ulysse ou l’homme aux mille ruses, illustrations de Nicolas Duffaut, Glénat Jeunesse, coll. « La sagesse des mythes », 2019, 64 p., 12,50 €