Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

De 9 à 10 ans

Les petits explorateurs, Rome

« Chaque pierre du Forum porte les traces de douze siècles d’histoire et, tout près, tu peux gravir le Palatin, la plus connue des collines de Rome. » Parce que le Forum est le cœur de la Rome antique et que ses ruines sont fascinantes ! Et qui étaient les Vestales qui « deviennent prêtresses dès l’âge de 10 ans » ? En tant que gardiennes du feu sacré, elles ne pouvaient pas se marier mais bénéficiaient de places d’honneur aux spectacles. Ou préfères-tu admirer les mosaïques de Sainte-Marie-Majeure ? Après les visites, que dirais-tu d’une assiette de fettucine ? En attendant d’être servi, tu pourras jouer aux nombreux quizz, pêle-mêle et autres devinettes proposés dans ce petit guide Michelin consacré à Rome.

Dès 8 ans

Les petits explorateurs, Rome, Editions Quelle histoire, Guide Michelin, 2016, 88 p., 9,90 € — Imprimé en France

Typographie et tapisserie, itinéraire d’un artisan aux doigts d’or

Jean-Claude Ferrer a été typographe avant que d’être lissier. Pour lui,le travail de la main et celui du cerveau vont de pair. Il vous invite à une belle démonstration tous les dimanches après-midi, à Rueil-Malmaison. Vous repartirez même avec un petit souvenir ! Profitez-en pour visiter aussi le domaine et le château de la Malmaison et pour vous promener dans les parcs environnants.

Pour toute la famille

De 14 à 18 h, le dimanche. Maison Daubigny, 49 rue du Halage, 92350 Rueil Malmaison

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse

« Cette forêt est hyper flippante. Je n’imaginais pas qu’il y avait autant d’animaux (enfin, j’espère que ce sont des animaux)…
Il faudrait que je me lève et que je me mette à marcher, mais je n’y arrive pas. Je me demande si j’ai fait le bon choix. Si je vais tenir. Survivre… »
Survivre, tel est en effet le seul but de Justin, après qu’un cataclysme s’est abattu sur la ville. Pas d’électricité, pas d’eau, des bandes de pillards dans les rues. Alors, Justin se décide à partir rejoindre les siens. Dans son sac, son carnet secret, ses griffonnages, un couteau, des allumettes, un duvet, une gourde (liste complète pages 36 et 37)… Sans oublier les conseils de son oncle Bob et les encouragements de Björn, « héros » de son manga en devenir. Plus un allié de poids : Wilson, un chien perdu aussi collant que puant.
Erik L’Homme, grand baroudeur s’il en est, se régale et nous régale. Rien de mieux que ce raid fantastique pour initier ses jeunes lecteurs aux techniques de survie : s’abreuver, allumer un feu, se protéger, se nourrir, communiquer – tout y est, mais un roman d’aventures, c’est bien plus drôle qu’un manuel de scoutisme ! Eloïse Scherrer s’est prise au jeu de Justin : ses crayonnés le plus souvent orange et noirs nous font passer par toutes les angoisses et les petits bonheurs du héros, de l’homme-à-la-hache aux recettes d’orties et de plantain. Quelle aventure !

Dès 9 ans

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse, illustrations d’Eloïse Scherrer, Gallimard Jeunesse, coll. « Romans Junior », 2019, 160 p., 14,50 € — Imprimé en Espagne

Katherine Rundell, L’Explorateur

« Quatre immenses statues de pierre et de bois, plus hautes que deux hommes superposés, bordaient le mur. Certains morceaux s’étaient détachés, mais on voyait ce qu’elles avaient représenté : un singe, une panthère, un homme et une femme.
— C’est une ville, murmura Lila.
En entendant un soudain bruit de pas, Fred se retourna tout à coup et se baissa pour chercher, comme il l’avait fait quelques jours plus tôt, quelque chose à lancer.
Un homme apparut derrière les colonnes de pierre. Il les menaçait avec un couteau.
— Je ne sais pas ce que vous pensiez faire, dit-il, mais je vous déconseille de le faire. »
Il y a déjà 176 pages – et quelques jours que Fred, Lila, Connie et le petit Max, seuls survivants du crash de leur avion, errent dans la forêt amazonienne. Ils ont déjà mangé des asticots, construit un radeau, adopté un paresseux, perdu et retrouvé Max, se sont copieusement engueulés… Leur seul but : rentrer chez eux ! Alors, quand les quatre enfants entendent cette voix humaine, comment ne seraient-ils pas partagés entre l’espoir et l’inquiétude ? Qui est exactement cet  « Explorateur » ?
Après Cœur de Loup, Katherine Rundell signe ici une robinsonnade qui a pour cadre non une île déserte, mais la luxuriante forêt amazonienne, un monde sauvage et sans pitié dont nombre d’explorateurs ne sont jamais revenus…

Dès 9 ans

Katherine Rundell, L’Explorateur, illustrations d’Hanna Horn, Gallimard Jeunesse, 2019, 384 p., 16 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Italie.

Sophie de Mullenheim, La Mère Michel a perdu son chat

« Bnjouor Yivan, Je sius dséépesrée. Mon cath a dpisaru dupies tiros jruos. » Drôle de message ! Il est vite décodé par Mathis, tout jeune apprenti détective. En effet, avec Octave, Plume et Eliott, il vient de s’inscrire au cours “Enquêtes et filatures”. Si, comme Mathis, vous avez compris qu’un chat a disparu, vous êtes sur la bonne piste ! Ce chat, c’est Pharaon, et sa maîtresse n’est autre que la Mère Michel. Non, pas celle de la chanson, mais la gardienne d’un petit immeuble sans prétention du quartier. Et voilà les quatre enfants sur la piste d’un voleur de chat… Un premier roman policier, idéal dès 9 ans : une intrigue classique, des rebondissements inattendus, de l’humour, le tout arrosé de jus d’orange et de petits gâteaux, gentiment servis par la Mère Michel.

Dès 9 ans

Sophie de Mullenheim, La Mère Michel a perdu son chat, illustrations de Marine Gosselin, Mame, 2019, 140 p., 10 € — Imprimé en Italie.

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Attachez vos ceintures (tome 8)

Comment Charlotte, Alex et Brune Saint-Arthur se sont-ils retrouvés à dévaler les ruelles du Mont-Saint-Michel accrochés au fauteuil de leur amie Caroline ? Comme d’habitude, et pour notre plus grande joie, à la suite d’événements aussi improbables et imprudents qu’incontrôlés. Le roman commence par un drôle de pari : il s’agit pour les cinq enfants d’organiser le même jour les anniversaires « surprises » de papa ET de maman avec l’aide de Grand-Père et de Grand-Mère, sans oublier les facéties pyrotechniques de Papy. Le séjour au Mont-Saint-Michel étant LE cadeau offert à toute la famille, les défis vont se succéder : char à voile, crêpes, visites de l’abbaye — cachot et loup compris ! Sous l’œil bienveillant d’oncle Arthur, carme en « robe marron au vent, cheveux rasés de près », qui veille au respect des horaires de messe. Deux conseils : ne demandez jamais si le Mont-Saint-Michel est… breton ou normand. Et ne préparez jamais de bouchées tarama Ketchup !

Dès 9 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Attachez vos ceintures, illustrations d’Ariane Delrieu, Mame, 2019, 160 p., 10 € — Imprimé en Italie

Géraldine Elschner, La petite danseuse : Edgar Degas

La petite Jeanne, éprise de musique, dessine des claviers de piano comme d’autres des marelles, et elle danse, elle danse… Comme elle danse le jour où, enfin, sa mère, simple blanchisseuse, la présente au concours des petits rats de l’Opéra. «  A l’annonce des résultats, toutes deux bondissent de joie. Réussi ! Elle a réussi ! » La voilà soumise à cet entraînement quotidien, si exigeant et si douloureux. Dans un recoin de la salle, un monsieur, lui, dessine et dessine encore… Edgar Degas. Un beau jour, il demande à Jeanne de remplacer Marie, son modèle habituel. Géraldine Elschner, qui a retrouvé ses chaussons de petite fille, a trouvé les mots justes pour évoquer la vie quotidienne des petits rats. Olivier Desvaux, lui, grand connaisseur de Degas, a passé deux saisons à peindre les répétitions de danse au Palais Garnier. Le pas de deux qu’ils nous offrent ici est éblouissant ! Quelle belle leçon de faire ainsi revivre cette Petite Danseuse ! Entre danse classique, musique, peinture et sculpture, cette histoire nous plonge dans l’art, le talent, le perfectionnisme et le travail acharné des artistes.

Dès 6 ans

Géraldine Elschner, La petite danseuse : Edgar Degas, illustrations d’Olivier Desvaux, coédition Canopé et L’Elan vert, coll. « Pont des arts », 2019, 32 p., 14,95 € — Imprimé en Chine

Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva

« Maintenant, Kitty, si tu veux bien m’écouter, au lieu de jacasser sans arrêt, je vais te dire tout ce que j’imagine à propos de la Maison du Miroir. D’abord, il y a la pièce que tu peux voir dans la glace… Elle est exactement semblable à notre salon, mais les objets y sont inversés », explique Alice à Kitty, la minette noire. Mais était-ce vraiment de la faute de la minette si Alice a décidé de passer de l’autre côté de ce miroir ? Un autre côté intrigant, magique, déstabilisant… Elle va y croiser la route de Fleurs qui parlent, d’un Scarabée et d’un Bouc voyageant en train, de Twideuldeume et Twideldie, d’un Lion, d’une Licorne, d’Hempty Deumty et de tant d’autres ! Autant d’épisodes qui se jouent sur un échiquier dont les Rois et les Reines, tant blancs que rouges, sont prêts à tout pour faire perdre Alice !
Dans ce roman paru en 1871, Lewis Carroll joue en maître avec les mots : non-sens et humour anglais sont au rendez-vous ! N’oublions pas qu’il était mathématicien et professeur de… logique, une logique dont il prend ici le contrepied avec un talent des plus surréalistes. Ce texte étonnant sera d’autant plus apprécié des enfants qu’il leur sera lu par un adulte, qui saura prendre le temps de commenter les épisodes les plus complexes. Les joueurs d’échecs seront ravis de lire la préface de Noël 1896, avec l’explication de la partie imaginée par Lewis Carroll ! La qualité des illustrations et de la fabrication justifie le prix de cet album, grand classique s’il en est de la littérature de jeunesse anglo-saxonne.

Dès 7 ans en lecture accompagnée – Dès 10 ans en lecture indépendante

Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva, illustrations de Nicole Claveloux, Grasset Jeunesse, 2019, 98 p., 25 € — Traduit de l’anglais par Henri Parisot. Couverture reliée. Imprimé en Espagne. Réédition du texte paru en 1969 chez Flammarion.

Pierre Bottero, Les aigles de Vishan Lour

Pierre Bottero, Les aigles de Vishan Lour

« Estéblan avait à peine senti Tempête se poser sur son épaule. Une vague de colère teintée de désespoir était en train de déferler sur lui. Il saisit la poignée de son épée, prit une profonde inspiration et…
— Si j’étais toi, je ne ferai pas ça.
Estéblan sursauta. La fille qui se tenait près de lui n’avait fait strictement aucun bruit en s’approchant. »
Amie ou ennemie ? Dans le palais du roi d’AnÓcour, la délégation des Chevaliers du Vent vient d’être massacrée – et Estéblan, jeune écuyer, a survécu. Quant à Plume, cette jeune acrobate, qu’est-elle venue y voler ? S’allieront-ils pour échapper à leurs poursuivants ? Du côté des héros à plume, Tempête, autour des forêts, Sillage, la chouette effraie et les grands aigles de la Confrérie ont fort à faire aussi, surtout face au banshee puant… Ce court roman de Pierre Bottero est réédité cet automne pour le plus grand plaisir de ses fans. Il offre aussi une belle porte d’entrée dans l’univers si attachant de ce grand maître de la fantasy française.

Dès 9 ans

Pierre Bottero, Les aigles de Vishan Lour, couverture de François Roca, Rageot, 2019, 96 p., 11,90 € — Imprimé en France. Réédition d’un texte paru dans le mensuel « Je Bouquine » 377 de juillet 2015.

Francesco Frangioja, Léonard de Vinci, construis ses inventions en briques Lego

Les occasions de célébrer les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci ont été nombreuses, comme en témoigne ce livre. Adultes passionnés de Lego®, l’italien Francesco Frangioja et ses comparses se sont amusés à construire quelques-uns des plus célèbres engins du génial inventeur : bateau à aubes et bateau dragueur, marteau hydraulique, char d’assaut, machine volante… Une excellente façon de s’initier aux rouages, axes et pistons ! Les modèles de mosaïques permettant de « reproduire » la Joconde ou la Belle Ferronnière sont moins convaincants, mais à l’impossible nul n’est tenu.
A vos stocks de briques, de tenons, de plaques, d’équerres et de toutes des petites pièces magiques qui mettront votre imagination d’ingénieur au défi !

Dès 8 ans et sans limite d’âge

Francesco Frangioja, Léonard de Vinci, construis ses inventions en briques LEGO, NuiNui Jeunesse, 2019, 162 p., 18,90 € — Traduit de l’italien. Imprimé en Pologne

Philippe Jalbert, Le Dico de la vie sans écran

« Pour les enfants et pas que… », précise le sous-titre. Parce que « les écrans, c’est super et quand on les range »… Eh bien, quand on les range, on peut en faire des choses ! Par exemple, « on invite des copains à la maison », « on invente ses propres jeux », « on fait encore plus de câlins à ceux qu’on aime », et même, « on lit pendant des heures », proposition qui n’arrive tout de même pas trop tôt ! Les illustrations de Philippe Jalbert mettent en scène un rhinocéros et quelques-uns de ses camarades, avec un humour suffisamment décalé pour que chacun s’interroge sans trop de culpabilité sur l’usage plus ou moins raisonnable qu’il fait des écrans. A laisser traîner sur la table basse du salon…

Dès 6 ans

Philippe Jalbert, Le Dico de la vie sans écran, Larousse Jeunesse, 2019, 90 p., 13,50 € — Imprimé en France

Gwenaële Barussaud, Le palace de Rose et Suzon, le plus bel hôtel du monde

« — Il ne faut pas seulement servir le client. Il faut devancer ses désirs. Le client de la 252 est américain ? Zou ! Tu lui apportes de la limonade avec de la glace – les Américains en sont fous. Lady Rochester occupe la 234 ? Hop ! Un thé à cinq heures, avec des biscuits à la cannelle… elle en raffole !
— Mais comment savoir ? demande Suzon en ouvrant ses mains dans un geste d’impuissance. »
Car Suzon, 11 ans, toute ouïe aux conseils de Mme Lebrac, la gouvernante, a été embauchée il y a à peine deux mois comme femme de chambre dans « le plus bel hôtel du monde », le légendaire Ritz de la place Vendôme. En cette année 1926, ce palace parisien reçoit princesses, ladies, riches Américaines… mais aussi un bien mystérieux client. Qui, sur le coup de minuit, demande des crêpes ! Et voilà notre Suzon de courir aux cuisines, un lieu interdit aux demoiselles. Et pourtant, quelqu’un s’affaire déjà à la lueur d’une bougie ! Rose, la fille du sous-directeur, bien décidée à devenir… pâtissière.
Gwenaële Barussaud met ici à l’honneur les années folles qui voient l’émancipation des jeunes filles, qu’elles soient venues de la campagne ou qu’elles soient nées avec une cuillère d’argent. Son écriture fluide, son sens des anecdotes et de la répartie sont mis en valeur par les illustrations très « ligne claire » de Lucie Durbiano, qui donne un visage très expressif à nos deux héroïnes.

Dès 9 ans

Gwenaële Barussaud, Le palace de Rose et Suzon, le plus bel hôtel du monde, illustrations de Lucie Durbiano, Rageot, 2019, 160 p., 11,90 € — Imprimé en France