Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

De 7 à 8 ans

Roberto Innocenti, Mon bateau

« Voici mon bateau. Il est en train de couler », explique le narrateur, son capitaine qui, avec son équipage, a pris place dans une chaloupe bien secouée dans la tempête. « Tous les deux, nous avons fait le tour du monde. Il s’appelait le Clementine. » Et Dieu sait qu’il l’aimait son bateau… Construit dans les années 1930, il a navigué sur toutes les mers du globe, dans la guerre et dans la paix. Roberto Innocenti, à qui l’on doit notamment « La Maison », « Pinocchio » et « Casse‐Noisette », nous offre ici un beau voyage, très émouvant, à bord de ce XXe siècle encore si proche qui a parfois pris l’eau, tout comme le Clementine. Une belle réflexion sur l’amour de la mer et sur le temps qui passe.

Dès 6 ans

Roberto Innocenti, Mon bateau, Gallimard Jeunesse, 2018, 40 p., 18 € — Traduit de l’italien

Nancy Guilbert, L’Odyssée de Kumiko

Nous voici transportés au Japon, dans un jardin « rempli d’érables, de cerisiers et de magnolias blancs », chez l’empereur Nintoku. Lequel élève sa fille unique, Kumiko, dont la mère, « la douce impératrice Asuna » a disparu des années auparavant. Et nul ne sait ce qu’il est advenu d’elle… Et voici qu’à son tour, Kumiko, enlevée par un puissant sorcier, se retrouve seule au cœur de la forêt. Il lui faudra vaincre ses peurs, triompher de dures épreuves, avant de revenir au palais. Non sans l’aide d’une tortue, d’un tanuki, d’un dragon et même de fourmis. Au bout du chemin, sa maman lui tendra les bras… Un conte puissant, illustré par une série d’estampes et qui invite au rêve !

Dès 5 ans

Nancy Guilbert, L’Odyssée de Kumiko, illustrations de Marie‐Alice Harel, Gautier‐Languereau, 2018, 40 p., 14 €

Hélo‐Ita, L’Atelier biscuits

Un coup de baguette magique, quelques ingrédients et une simple pâte sablée permettent de réaliser des bonshommes, des maisons, des roulés, des poissons et autres jolis biscuits. Pour Noël, essayez donc ce « village enneigé, qui viendra, par exemple, décorer un gâteau au chocolat. Les recettes sont simples, bien illustrées et le papier ne craint pas (trop) les éclaboussures. Tous en cuisine !

Dès 5 ans

Hélo‐Ita, L’atelier biscuits, Mango Jeunesse, coll. « Les après‐midi créatifs », 2018, 56 p., 11,95 €
Dans la même collection : L’Atelier imprimerie et L’Atelier papier.

Mon premier bloc de jeux de Noël

« Quel sentier doit suivre le père Noël pour rejoindre Rodolphe, le renne au nez rouge ? » Dans la neige, quel fouillis, chacun a creusé son chemin, alors, lequel suivre ? « Y a‐t‐il assez de carottes pour que chaque renne en mange une ? » Question importante, quand on sait que les rennes du Père Noël déposent leurs cadeaux en priorité dans les maisons qui leur offrent des carottes.
Ce bloc propose près de 200 jeux et activités sur le thème de Noël : casse‐têtes, dessins, points à relier, mots mêlés, jeux des différences et jeux de logique simples. De quoi amuser les enfants pendant les vacances, lors des longs trajets ou pendant les préparatifs des fêtes de fin d’année.

Dès 6 ans

Mon premier bloc de jeux de Noël, Usborne, 2017, 95 p., 7,95 €

Marc Pouyet, Land Art d’hiver

Ephémères, la glace, la neige et l’eau ? En hiver, le froid se fait notre complice pour créer des œuvres avec ce que la nature nous offre : feuilles mortes et baies rouges prises sous un voile de glace, tiges de fougères, galets, écume de mer… Dans la forêt, mousses, écorces, feuilles, pommes sauvages permettent de créer de véritables tableaux sur fond de neige. Au potager comme en ville, fruits et légumes sont aussi les meilleurs alliés de l’imagination et… de la géométrie – car l’une des grandes constantes du Land Art réside dans la mise en ordre esthétique d’objets et de formes sauvages. Marc Pouyet livre ici conseils et astuces pour se lancer dans ces jeux graphiques. Avant de laisser le vent effacer ces créations toutes de fantaisie et de légèreté, n’oubliez pas de les prendre en photos. Celles de Marc Pouyet invitent vraiment à de belles promenades !

Dès 4 ans et pour toute la famille

Marc Pouyet, Land Art d’hiver, Editions Plume de Carotte, 2014, 144 p., 16,50 € — Imprimé en France.

Isabelle Simler, Noms d’oiseaux !

« Calao à casque plat ! Piprite chaperonné ! Pione givrée ! », en voilà des injures inconnues du capitaine Haddock. Et pour cause, ce sont des noms d’oiseaux ! Quant à « Mon serin d’Abyssinie !, Ma frégate superbe !, Ma Pénélope siffleuse ! », ce ne sont pas des mots doux sortis de l’imagination d’un amoureux, ce sont aussi des… noms d’oiseaux. « Faire le portrait d’un oiseau » : Isabelle Simler a pris Prévert au mot, elle a ouvert et la cage et les yeux pour nous régaler de dessins naturalistes d’une rare poésie. Et parce que les oiseaux aiment avoir la tête en bas, le livre a deux entrées, une sur chaque couverture.

Dès 6 ans et pour tous les amoureux des oiseaux

Isabelle Simler, Noms d’oiseaux !, Editions Courtes et Longues, 2018, 142 p., 23 €

Les contes d’Andersen illustrés par les plus grands artistes

Et quels artistes ! Le célèbre conte de la « Reine des neiges », par exemple, est ici illustré par Renoir, Goya, Rembrandt, Hoppner et bien d’autres. « La Bergère et le Ramoneur », par Helen Stratton, Alfred Bayes et, plus proche de nous, Français, par Gustave Caillebotte. En effet, les grands moments de chaque conte sont éclairés soit par les peintures ou les dessins de grands artistes soit par des illustrateurs moins connus aujourd’hui, mais de grand talent. Douze contes, douze chefs-d’œuvre intemporels, des correspondances inédites avec notre patrimoine artistique. Pour la veillée de Noël, pourquoi ne pas relire « La Petite Fille aux allumettes » ?

Dès 5 ans et pour toute la famille

Les contes d’Andersen illustrés par les plus grands artistes, Circonflexe, 2018, 192 p., 39 € — Imprimé en Slovénie

Je décore mes fenêtres pour Noël

Village illuminé, traîneau du Père Noël, étoiles, maisons de pain d’épice… cet album propose les motifs traditionnels de Noël, à colorier sur du papier calque.
Sur la page de gauche, l’image est en couleurs, sur la page de droite, les contours de la même image sont imprimés sur une feuille de papier‐calque à colorier en s’inspirant de la page de gauche ou au gré de son imagination. Au crayon de couleur pour un effet plus doux ; au feutre pour un effet plus marqué. Chaque image devient un vitrail grâce aux pages de papier‐calque détachables. Une bonne idée pour décorer les fenêtres de la maison, d’autant plus festive qu’on s’y mettra à plusieurs.

Dès 5 ans

Je décore mes fenêtres pour Noël, Usborne, 30 p. + 28 p. de papier calque, 7,95 €

Dashka Slater, Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf

« Pourquoi est‐ce que certaines chansons nous rendent tristes ? Où va le soleil lorsqu’il disparaît dans l’océan ? Comment naît une amitié ? » Que de questions difficiles pour Marco le Renard ! D’autant plus que la seule réponse des autres renards tient en une phrase : « Y a‐t‐il un rapport avec la blanquette de poulet ? » Une phrase qui risque de devenir un refrain … Alors, pour y échapper, une seule solution : embarquer sur le bateau‐cerf. Un bateau magique, qui tient de la goélette et du snakkar, dont on se demande si l’équipage est sorti de l’arche de Noé – mais une arche sans Noé ni sa tribu – ou d’un bateau corsaire. Un bateau magique, donc, et un voyage onirique, conté avec fantaisie par Dashka Slater et guidé par le pinceau des Fan Brothers, Eric et Terry Fan. Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf, c’est aussi un conte philosophique, à la recherche de l’essentiel.

Dès 5 ans

Dashka Slater, Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf, illustrations de The Fan Brothers, Little Urban, coll. « Fabuleux voyage », 2018, 13,50 € — traduit de l’anglais par Véronique Mercier‐Gallay. Imprimé en Chine.

Mim, Philémon et Baucis, Une métamorphose d’Ovide

« — Continuer à vivre à tes côtés, c’est mon vœu le plus cher… » répond chaque soir Baucis à son époux Philémon, devant la cheminée de leur modeste maison, perdue là‐haut dans la garrigue. Car s’ils ne sont pas riches, ils restent amoureux comme au premier jour. Deux vagabonds, à qui ils ouvrent leur porte et à qui ils servent pain, olives et fromage, se révèlent être Jupiter et Mercure (j’aurais attendu Zeus et Hermès, mais bon…). Après avoir échappé à un déluge, puis gardé un superbe temple de marbre où ils accueillent pèlerins et passants, Philémon et Baucis, au jour de se dire adieu, se trouvent changés en arbres. Dans le mythe raconté par Ovide, Philémon devient un chêne et Baucis un tilleul. Mim a choisi de les réunir en un seul arbre dont elle tait le nom – un olivier peut‐être ? Chloé Alméras peint avec une extrême tendresse ces deux vieillards attentifs l’un à l’autre, obéissant aux dieux et vivant sereinement leurs dernières années. Un superbe album, dont les conclusions philosophiques échapperont sans doute aux plus jeunes, mais qui sèmera dans leur cœur l’idée que la générosité, l’hospitalité et l’acceptation de son destin sont trois vertus aimées des dieux.

Dès 6 ans

Mim, Philémon et Baucis, Une métamorphose d’Ovide, illustrations de Chloé Alméras, Didier Jeunesse, 2018, 32 p., 14,20 € — Imprimé en France

Arnaud de Cacqueray, La bobine de Caroline

Ce soir, Caroline est seule au fond de son lit. Ses parents sont partis à la messe de minuit ; elle a eu beau promettre de rester sage, comment résister à l’envie « de voir enfin le petit Jésus descendre par la cheminée pour remplir les souliers disposés dans le salon, juste devant la jolie crèche » ? Et… le voilà, fort occupé et ignorant la fillette qui l’espionne, cachée derrière le rideau. Disons plutôt qu’il fait semblant de ne pas la voir… Impatiente, notre Caroline remonte se coucher avec, dans les mains, un petit paquet à son nom. Or de ce petit paquet dépasse un ruban rouge. En le dévidant, Caroline accélère le déroulement du temps. Impossible de résister… Arnaud de Cacqueray joue ici avec les inquiétudes des enfants qui se savent pris en faute : l’Enfant Jésus veille, certes, mais il faut attendre la fin du conte pour qu’il pardonne à Caroline –l’alerte a été chaude !

Dès 6 ans

Arnaud de Cacqueray, La bobine de Caroline, illustrations de Françoise Pichard, Via Romana, 2018, 26 p., 9 € — Imprimé en Europe

Yuichi Kasano, Cueillons les feuilles de thé

« J’adore le thé vert ! Surtout celui qu’on boit quand on va voir mes grands‐parents », explique ce charmant bambin japonais. Pourquoi est‐il si délicieux ? C’est normal, répond Papa, « Papi et mamie le confectionnent eux‐mêmes ». Alors, pourquoi ne pas aller les aider à récolter le thé ? De la cueillette des jeunes pousses au passage sur le fourneau pour légèrement griller les feuilles, Yuichi Kasano invite les jeunes lecteurs à un beau voyage dans un Japon traditionnel et sobre. Une rencontre originale et chaleureuse et une initiation toute en douceur à un rituel millénaire, celui du thé partagé. Yuichi Kasano, diplômé d’agriculture, a choisi d’écrire et d’illustrer des livres pour enfants après avoir découvert les dessins de Beatrix Potter, à Boston.

Dès 6 ans

Yuichi Kasano, Cueillons les feuilles de thé, Editions Nobi Nobi, 2018, 40 p., 12 € Traduit du japonais par Fédoua Lamodière.