Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

De 5 à 6 ans

David Lichtfield, L’Ours et son orchestre

« Depuis quelques temps, tout va de travers.
— Qu’allons-nous devenir ? se demande Hector. Plus personne ne vient à mes concerts. Ils vont tous écouter l’Ours qui joue du piano !
Hugo n’est pas d’accord. Il veut y croire encore !
— Je ne jouerai plus jamais… conclut Hector. Il est temps pour moi de ranger mon violon. »
Hector prend donc sa retraite, s’enferme chez lui, pendant que son petit chien Hugo, lui… Que va‐t‐il faire, ce compagnon des bons et des mauvais jours ? Tout faire pour redonner de l’espoir à Hector, quitte à lui faire subir les affres du doute et de la jalousie. « Parce que l’amitié véritable, comme la belle musique, dure toujours », conclut cet album aux couleurs chaudes et au dessin très expressif. Une belle manière de parler sentiments sans avoir l’air de trop insister.

Dès 4 ans

David Lichtfield, L’Ours et son orchestre, Belin Jeunesse, 2018, 40 p., 12,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine

Didier Lévy, Sylvain de Sylvanie, chevalier

Sommé de ranger sa chambre, « Sylvain porte Charlemagne dans ses bras. Il est lourd, encombrant. Sylvain manque souvent de tomber avec. Dans le grenier, il lui cherche une place parmi les meubles poussiéreux quand soudain le cheval tourne la tête : “On part une dernière fois à l’aventure, Chevalier Sylvain ?” » Oh que oui ! Et, « d’un seul coup, le cheval décolle, traverse la fenêtre du grenier et file dans le ciel ! » Direction, la Sylvanie, ce royaume secret dont Sylvain est le meilleur des chevaliers. Ennemis farouches, dragons « toutes flammes dehors », terribles chutes d’eau, que d’aventures… La fin du conte est d’une rare poésie : alors que le cheval Charlemagne décide de rester en Sylvanie, Sylvain rencontre un vieil écrivain, qui lui confie un « vélo‐scarabée » pour rentrer à la maison… y faire ses devoirs et, qui sait, revenir en Sylvanie ? Le duo auteur‐illustratrice a fonctionné à merveille pour nous offrir, comme nous y invite Eloïse Scherrer, une « cure de jouvence en imaginaire ».

Dès 4 ans

Didier Lévy, Sylvain de Sylvanie, chevalier, illustrations d’Eloïse Scherrer, Sarbacane, 2018, 40 p., 17,50 € — Imprimé en France.

Auro Roselli et Laurent de Brunhoff, Les Chats de la tour Eiffel

« Oh, regardez, s’exclama-t-il, un chat !
— Ne sois pas stupide, Arthur, répliqua sa mère. Il n’y a pas de chats sur la tour Eiffel.
— N’empêche, insista Arthur, il y a un animal avec quatre pattes et une queue au milieu de toutes ces poutres, tous ces boulons et tous ces écrous ! »
Un chat ? Non, une chatte, qui a échappé à la petite Adalgise, 8 ans aux cerises. Une chatte ? Bientôt accompagnée d’un papa chat, puis de chatons, puis de petits‐chatons… Des chats qui font une concurrence tout à fait illégale aux guides touristiques. Pas de quoi fouetter un chat ? Que si… L’affaire remonte jusqu’aux plus hautes autorités, ce qui nous vaut une mise en boîte réjouissante des rouages de l’Etat, président, ministres, agent secret et conseiller tout aussi secret. Une mise en boîte, mais aussi une histoire douce, pleine de tendresse – où les grandes personnes elles‐mêmes sont invitées à réfléchir avant d’appeler leur mère.
Ce roman illustré par Laurent de Brunhoff était connu des petits Américains depuis 1967 ; il était resté inédit en France, allez savoir pourquoi… Aucun de nos présidents n’a pourtant « un grand nez et un caractère abominable », foi de matou. Mais au fait, avez‐vous vu des chats sur la tour Eiffel ?

Dès 5 ans

Auro Roselli, Les Chats de la tour Eiffel, illustrations de Laurent de Brunhoff, Hélium, 2018, 56 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé au Portugal.

Milisava Petkovic, Blanche, la panthère des cimes

Blanche est une jeune panthère des cimes, aussi vive que curieuse du monde qui l’entoure, elle et sa famille. Un monde paisible au cœur de l’Himalaya, jusqu’au jour où « un étrange bruit retentit, comme un grondement de tonnerre. Un orage ? Une avalanche ? Des cris d’homme les font tressaillir. » Des trappeurs, des fusils… Vite, vite, il faut fuir. Blanche va rencontrer de nouveaux amis et vivre des aventures passionnantes avant de retrouver son « rocher en forme d’ours » et ses parents, heureusement indemnes. Les planches de Xuan Loc Xuan, une jeune illustratrice vietnamienne, sont empreintes d’une douce poésie qui font tout le charme de cet album : que les scènes soient tristes ou gaies, agitées ou tranquilles, elle a su capter l’essentiel de la nature sauvage et le faire partager aux enfants.

Dès 5 ans

Milisava Petkovic, Blanche, la panthère des cimes, illustrations de Xuan Loc Xuan, Editions NuiNui Jeunesse, coll. « Animaux en danger », 2019, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Pologne

Marion Dane Bauer, La Danse d’hiver

« L’hiver arrive, se dit le renard. Qu’est-ce que je dois faire ? » Et de s’en aller poser la question aux animaux de sa connaissance. Les oies, par exemple, lui conseille de s’envoler « vers les nuits douces et les jours chauds ». L’ours, lui, l’invite à hiberner. Bref, rien qui ne convienne à notre goupil. Jusqu’à ce qu’il rencontre un autre renard – ou une renarde, allez savoir – qui lui propose de danser sous la neige. Richard Jones a su saisir le charme de la nature hivernale, ses couleurs rousses sur le blanc de la neige, et ses animaux enchanteront les petits.

Dès 4 ans

Marion Dane Bauer, La Danse d’hiver, illustrations de Richard Jones, Albin Michel Jeunesse, 2019, 32 p., 10,50 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en France

Françoise de Guibert, Vassilia et l’ours

« L’ours danse pour son amie, la petite Vassilia. Elle n’est pas avec lui. Elle est au village, endormie sous son gros édredon de plumes d’oie. Elle ignore qu’au milieu de la forêt, sous la lune d’argent, l’ours danse pour elle. » Quelle chance elle a, notre amie Vassilia, d’avoir un tel ami ! Mais… mais il a tout de même une drôle d’idée, cet ours : il rêve de visiter l’isba de Vassilia… Un rêve dangereux, quand on sait que les villageois ont le fusil facile. Laura Fanelli dépeint dans cet album une Russie toute enneigée, un peu mystérieuse, mais si accueillante dans la douce chaleur du poêle ! Sous la plume de Françoise de Guibert, un joli conte d’hiver sur l’amitié qui réchauffe le cœur.

Dès 5 ans

Françoise de Guibert, Vassilia et l’ours, illustrations de Laura Fanelli, Seuil Jeunesse, 2019, 40 p., 12,90 € — Imprimé en Italie

Magdalena, La Princesse Tralala

Qui se souvient des cours de chant et des chorales dont les séances commençaient par des séries de vocalises pendant lesquelles il était si difficile de garder son sérieux ? AEIOU, AEIOU, AEIOU… Ou bien CHA CHE CHI CHO CHU ? Ou bien encore RA RE RI RO RU ? Faire des vocalises, c’est la solution qu’a trouvée la princesse Tralala, qui « s’ennuyait dans son château » : en effet, elle voulait « devenir chanteuse d’opéra, en attendant qu’un prince vienne la sortir de là ». Comme le précise Magadalena, c’est une histoire « qui joue avec les voyelles », une histoire farfelue et un soupçon insolente, car le château n’en est pas vraiment un – quant au prince… D’autant plus fantaisiste que le trait de Gwen Keraval se prête à merveille aux aventures de notre petite princesse !

De 3 à 6 ans

Magdalena, La Princesse Tralala, illustrations de Gwen Keraval, Les albums du Père Castor, 2014, 32 p., 10,50 €

Charles Perrault (d’après), Cendrillon

« Elle dormait au grenier, sur une simple paillasse, tandis que ses sœurs étaient dans des chambres luxueuses et se prélassaient dans des lits moelleux. La pauvre fille souffrait tout avec patience et n’osait se plaindre à son père.
Lorsqu’elle avait fini son travail, elle allait se mettre au coin de la cheminée et s’asseyait dans les cendres, c’est pourquoi on s’était mis à l’appeler Cendrillon. »
Cette adaptation du conte de Perrault se présente sous la forme d’un livret (dont est extrait le passage cité), d’un carrousel de décors et de figurines en carton dessinés et conçus par Lucia Calfapietra : Cendrillon, le prince, la bonne fée – mais aussi le carrosse et les décors du château. Des ciseaux et un peu de colle suffiront donc à rejouer les plus belles scènes de la féerie.

Dès 5 ans

Charles Perrault (d’après), Cendrillon, illustré par Lucia Calfapietra, Seuil Jeunesse, 2018, 15,50 € — Carrousel, livret et personnages en carton.

Sara Donati, Parler avec les arbres

Cet arbre, « j’ai d’abord pensé qu’il fallait le saluer, alors j’ai dit : ‘Salut !’ ». Puis, s’approchant de plus près, notre petit personnage va toucher l’écorce, sentir le parfum de la mousse et les vibrations du tronc. Tiens, que de figures curieuses dans cette écorce… Et le voilà ours pour se gratter, chenille pour chatouiller ou encore écureuil pour aller de branche en branche. Mais voilà, petit d’homme il est, petit d’homme il reste – et sa maison l’appelle. Les aquarelles colorées de Sara Donati entraînent dans un merveilleux voyage, au pays des arbres, bien sûr, mais aussi au coeur des émotions vécues au contact de la nature.

Dès 3 ans

Sara Donati, Parler avec les arbres, Editions du Rouergue, 2018, 40 p., 15,90 €

Madeleine Cook, Pas de Noël cette année ?

Un album conseillé par Jean‐Luc, bibliothécaire : « Alors que je le lisais à des tout‐petits dans le cadre de l’heure du conte, l’une d’entre eux m’a fait remarquer que le petit mulot, héros de l’histoire portait un gilet jaune … la vérité sortant de la bouche des enfants, j’ai lu ce livre aux enfants avec d’autant plus de plaisir. » Mais pourquoi donc ce petit Mulot n’a-t-il aucune envie de fêter Noël ? Ses amis parviendront‐ils à le faire changer d’avis ?
Un grand merci à Jean‐Luc ! Et vous, chers lecteurs, quels sont vos coups de cœur de Noël ?

Dès 3 ans

Madeleine Cook, Pas de Noël cette année ?, illustrations de Samara Hardy, Casterman, 2017, 44 p., 13,95 € — Traduit de l’anglais.

Nancy Guilbert, L’Odyssée de Kumiko

Nous voici transportés au Japon, dans un jardin « rempli d’érables, de cerisiers et de magnolias blancs », chez l’empereur Nintoku. Lequel élève sa fille unique, Kumiko, dont la mère, « la douce impératrice Asuna » a disparu des années auparavant. Et nul ne sait ce qu’il est advenu d’elle… Et voici qu’à son tour, Kumiko, enlevée par un puissant sorcier, se retrouve seule au cœur de la forêt. Il lui faudra vaincre ses peurs, triompher de dures épreuves, avant de revenir au palais. Non sans l’aide d’une tortue, d’un tanuki, d’un dragon et même de fourmis. Au bout du chemin, sa maman lui tendra les bras… Un conte puissant, illustré par une série d’estampes et qui invite au rêve !

Dès 5 ans

Nancy Guilbert, L’Odyssée de Kumiko, illustrations de Marie‐Alice Harel, Gautier‐Languereau, 2018, 40 p., 14 €

Daniel Salmieri, Ourse et Loup

« C’était une nuit sans vent et des flocons de neige scintillants tombaient à travers les arbres de l’épaisse forêt. Ourse se promenait, quand soudain elle aperçut quelque chose se détacher sur le blanc éclatant. Au même moment, Loup se promenait… » Ils marchent l’un vers l’autre. Que va‐t‐il se passer ? D’un accord tacite, ils vont repartir, côte à côte, pour découvrir la beauté du monde : la neige, un harfang, une clairière, des poissons pris sous la glace du lac… Jusqu’au moment où l’ourse repart vers sa tanière et e loup vers sa meute. Une belle histoire servie par des illustrations superbes, à voir ici (version anglaise), dans des tonalités hivernales réveillées parfois par une touche de jaune ou de rouge, avant que le printemps n’éclate de mille couleurs.

Dès 4 ans

Daniel Salmieri, Ourse et Loup, Hélium, 2018, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé au Portugal.