Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Aventures et découvertes

Mathilde Brosset, Le bout de la ligne

Aujourd’hui « p’tit mousse » va à la pêche, tout fier de porter le seau d’asticots. « On pêche quoi aujourd’hui ? Une daurade, un turbot ? » lui demande son papa (ou l’oncle Alfred, ou le cousin Benjamin). Pêcher un turbot pour le servir au dîner, cela n’emballe guère notre bonhomme. D’autant plus qu’on a le temps de rêver, assis au bout de la jetée. Alors ? Une baleine ? Deux dragons ? Trois pieuvres ? Quatre sirènes ? Oh, ça mord ! Mais quoi ? « Un bout de pneu, peut‐être ? » La force de l’imagination aidant, que deviendra‐t‐il, ce bout de caoutchouc ? Un album cartonné qui raconte une « vraie » histoire, qui apprend à compter et qui se termine par la victoire de l’imagination – à offrir à tous les pêcheurs à venir !

Dès 2 ans

Mathilde Brosset, Le bout de la ligne, L’Atelier du poisson soluble, 2018, 32 p. cartonnées, 15 €

Loïc Le Borgne, Les Loups – La Promesse du roi

Parcourir la forêt de Brocéliande, camper sous ses grands arbres, visiter ses sites emblématiques, quoi de mieux pour des scouts ? Mais quand la patrouille des Loups apprend que l’épée du roi Arthur, la célèbre Excalibur, existe bel et bien, l’aventure du « grand jeu » devient une quête parsemée d’embûches… Il s’agira tout bonnement de la retrouver, cette épée, avant que la Guilde du chevalier noir ne mette la main dessus. Edouard, son ami Ange et Titouan font la connaissance d’Yvain, jeune garçon employé au château où résident les guides, Clémence et ses compagnes. Ami ? Ennemi ? De roman d’aventure, La Promesse du roi tourne vite au roman fantastique : car Brocéliande est un monde magique, avec ses étangs, ses pierres levées, ses cavernes… Après « Le Secret des murmureurs », Loïc Le Borgne signe un nouvel épisode des aventures de la patrouille des Loups : sera‐t‐elle à la hauteur du noble idéal qui animait les chevaliers de la Table Ronde ? Et cet idéal, aujourd’hui, comment le vivre au quotidien ?

Dès 12 ans

Loïc Le Borgne, Les Loups – La Promesse du roi, Mame, 2018, 224 p., 14,90 €

Jean‐Louis Etienne et Florence Thinard, L’enfant qui marche

« Dans la douceur de cette enfance, un désir profond bat des ailes comme un oiseau en cage : Jean‐Louis voudrait partir. Quitter son village, sa famille, ses amis. Partir ailleurs. Si possible vers un pays lointain et bien pourvu en montagnes. Dans sa chambre, il a accroché au mur une carte du massif du Mont‐Blanc. Il apprend par cœur les noms des sommets et ceux des glaciers, l’emplacement des refuges. » Et il en fera, des kilomètres, Jean‐Louis Etienne ! De Vielmur‐sur‐Agout, dans le Tarn, au pôle Nord, de Toulouse à Chamonix, de l’Everest au pôle Sud, le minot est devenu ajusteur, puis médecin et explorateur ; aujourd’hui, « Papy » se fait le défenseur des si fragiles richesses de notre belle Terre. Et on a peine à croire qu’il a passé 70 ans, ce héros de nos jeunes années, toujours aussi fringant et déterminé. Marc N’Guessan, venu de la bande dessinée, a usé de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel pour conduire le jeune lecteur tout autour du monde. Parce que « l’Aventure, c’est inventer sa vie. Que l’Aventure, c’est s’ouvrir au monde, prendre des risques, assumer ses responsabilités. Et qu’il y a un secret pour être heureux : il faut s’accrocher pour faire ce qu’on aime. Tout ce qu’on aime. Et, même si le chemin est difficile, aller au bout de ses rêves, » conclut Jean‐Louis Etienne.

Dès 10 ans

Jean‐Louis Etienne et Florence Thinard, L’enfant qui marche, illustrations de Marc N’Guessan, Plume de Carotte, 2018, 115 p., 18 €  — Imprimé en France

Dashka Slater, Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf

« Pourquoi est‐ce que certaines chansons nous rendent tristes ? Où va le soleil lorsqu’il disparaît dans l’océan ? Comment naît une amitié ? » Que de questions difficiles pour Marco le Renard ! D’autant plus que la seule réponse des autres renards tient en une phrase : « Y a‐t‐il un rapport avec la blanquette de poulet ? » Une phrase qui risque de devenir un refrain … Alors, pour y échapper, une seule solution : embarquer sur le bateau‐cerf. Un bateau magique, qui tient de la goélette et du snakkar, dont on se demande si l’équipage est sorti de l’arche de Noé – mais une arche sans Noé ni sa tribu – ou d’un bateau corsaire. Un bateau magique, donc, et un voyage onirique, conté avec fantaisie par Dashka Slater et guidé par le pinceau des Fan Brothers, Eric et Terry Fan. Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf, c’est aussi un conte philosophique, à la recherche de l’essentiel.

Dès 5 ans

Dashka Slater, Le Fabuleux Voyage du bateau‐cerf, illustrations de The Fan Brothers, Little Urban, coll. « Fabuleux voyage », 2018, 13,50 € — traduit de l’anglais par Véronique Mercier‐Gallay. Imprimé en Chine.

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint‐Arthur, Vive la culture !

Chaque élève de la classe de Brune, la narratrice de cette série, doit préparer un exposé sur un roi de France. Pour Brune, ce sera François Ier… Pour le 7e tome de ses aventures, la famille Saint‐Arthur part donc explorer les châteaux de la Loire : Chambord, Amboise, Chenonceau, Tours n’auront plus de secrets pour personne. Le circuit sera agrémenté de quelques interventions originales de Papy, ravi d’organiser à distance jeux de piste et blagues en tout genre. Et, pour finir en beauté, la famille aura droit à un survol de la Loire en montgolfière ! Des aventures toujours aussi rocambolesques, racontées tambour battant par Paul Beaupère, grand inventeur de gags et de jeux de mots.

De 9 à 12 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint‐Arthur — Vive la culture !, Mame, 2018, 160 p., 10 € — Imprimé en Italie

Rudyard Kipling, Le Phoque blanc

« Kotick, le baby de Matkah, naquit […] tout en tête et en épaules, avec de pâles yeux bleus couleur d’eau, comme sont les tout petits phoques ; mais il y avait quelque chose dans la teinte de son pelage qui le fit examiner de très près par sa mère :
— Sea Catch, dit‐elle enfin, notre baby va être blanc !
— Coquilles vides et goémon sec ! éternua Catch, il n’y a jamais eu au monde rien qui ressemblât à un phoque blanc. »
Le jeune Kotick, héros du récit, découvre un jour que les hommes abattent ses congénères par centaines, par milliers. Un long, très long voyage initiatique va lui permettre de trouver une île « où les hommes ne viennent jamais ». Reste à convaincre les autres phoques que cette île n’est pas née de son imagination, qu’elle existe vraiment, et qu’il est possible d’y couler des jours heureux… Le Phoque blanc, ce conte né dans la mer de Behring, fait partie du Livre de la Jungle – qui est loin de se réduire à la seule histoire de Mowgli. Les éditions Magellan ont eu la riche idée de republier la version originale de cette nouvelle, illustrée des somptueux bois gravés de Maurice de Becque, dans la traduction historique de Louis Fabulet et Robert d’Humières. Cet album fera un cadeau apprécié, car il est de plus relié d’une belle couverture cartonnée.

Dès 10 ans

Rudyard Kipling, Le Phoque blanc, illustrations de Maurice de Becque, Magellan et Cie, coll. « Les P’tits Magellan », 2018, 48 p., 15 €. Première traduction originale par Louis Fabulet et Robert d’Humières. Imprimé en France.

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine

« Le comte de Chanteleine, toujours au premier rang, fut pendant dix mois de toutes les victoires comme de toutes les défaites, vainqueur à Fontenay, à Thouars, à Saumur, à Bressuire, vaincu au siège de Nantes, où mourut le généralissime Cathelineau. » Quand nous faisons plus ample connaissance avec ce héros des guerres de Vendée, le 22 décembre 1793, il se bat devant Savenay, avant de prendre la tête d’une foule hétéroclite qui cherche son salut sur la route de Guérande. Que reste‐t‐il donc de cette « grande armée catholique et royale » ? Pourchassé par les Bleus, le comte de Chanteleine apprend la perte de sa femme, la saisie de son château et part à la recherche de sa fille chérie.
Jules Verne brosse ici un roman épique, épique par l’Histoire de ces glorieux vaincus, et épique par l’enchaînement des marches, contremarches, cavalcades, expéditions, tempêtes, vécues par ses personnages, dans une Bretagne à laquelle il était profondément attaché. Un roman de Jules Verne inattendu qui, paru en 1864, juste après Cinq semaines en ballon, n’avait pas été publié par Hetzel, républicain convaincu.

Dès 12 ans

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine, Magellan & Cie, 2018, 160 p., 12 €. Avec un avant‐propos de Michel Canévet. Imprimé en France

Stéphane Servant, Le Nid

« Il a suffi d’une petite blague du vent… Et hop ! Le chapeau s’est envolé. » Il s’est posé dans les branches d’un arbre « aux cheveux fous », dans un automne flamboyant. Voilà la neige, et l’oiseau accueille son oiselle, bien au chaud dans le chapeau. Les saisons passent, et de l’amour partagé va naître un oisillon. Les dessins au pochoir et à l’aérographe sont aussi légers et aériens que le texte, musical et caressant, à chuchoter pour dire tout le bonheur de la venue d’un enfant. Les jeunes lecteurs s’amuseront aussi à voir divers animaux commenter, par leurs mimiques, les événements qui se déroulent dans le chapeau. Stéphane Servant, à qui nous devons notamment « Cinq minutes et des sablés », dédie cet album « à tous les oisillons de 2019 » à qui il souhaite « bienvenue dans ce grand arbre ». Nous aussi !

Dès 2 ans

Stéphane Servant, Le Nid, illustrations de Laetitia Le Saux, Didier Jeunesse, 2018, 32 p., 12,90 € — Imprimé en France

Delphine Gosset, Sur la route de Nosy Komba

« Seul Pierre ne dormait pas. Assis bien droit, les bras grands ouverts, il prenait nonchalamment le soleil, indifférent aux températures glaciales. Il se contenta de tourner brièvement la tête vers la jeune fille à son arrivée, avant de plisser les yeux, somnolent. » Pierre serait‐il un ado comme les autres ? Non, c’est un lémurien en captivité, observé par Elizabeth, une lycéenne qui se passionne pour les primates. Un changement de direction entraîne le licenciement de son gardien préféré et la disparition de certains animaux. La jeune fille décide d’intervenir dans les affaires du zoo sans savoir que son aventure la mènera jusqu’à Madagascar, où elle parviendra à résoudre une terrible énigme, celle de la disparition de son père, un éthologue reconnu.
Delphine Gosset, qui a mené des recherches sur la communication chez les primates, a su conjuguer science et fiction, dans un roman d’aventures rondement mené. Les retours en arrière, dans la vie du père de la jeune fille, construisent un bel enchaînement de surprises. Deux personnages caricaturaux apportent, l’une, une touche d’humour, avec cette tante assez foldingue, l’autre, une touche plus noire, avec cette nouvelle directrice aux ambitions prédatrices. Aux côtés d’Elizabeth, un sympathique soigneur et un jeune Malgache riches d’une empathie vécue au quotidien. Les illustrations de Mélanie Rebolj sont pleines d’humour : on y voit même Konrad, le corbeau des tours d’Elizabeth, déchirer le coin d’une page ! Car la jeune fille a aussi un corbeau apprivoisé, ainsi baptisé en l’honneur de Konrad Lorenz.

Dès 10 ans, adolescents

Delphine Gosset, Sur la route de Nosy Komba, illustrations de Mélanie Rebolj, Lucca Editions, 218, 282 p., 14 €

Yuichi Kasano, Cueillons les feuilles de thé

« J’adore le thé vert ! Surtout celui qu’on boit quand on va voir mes grands‐parents », explique ce charmant bambin japonais. Pourquoi est‐il si délicieux ? C’est normal, répond Papa, « Papi et mamie le confectionnent eux‐mêmes ». Alors, pourquoi ne pas aller les aider à récolter le thé ? De la cueillette des jeunes pousses au passage sur le fourneau pour légèrement griller les feuilles, Yuichi Kasano invite les jeunes lecteurs à un beau voyage dans un Japon traditionnel et sobre. Une rencontre originale et chaleureuse et une initiation toute en douceur à un rituel millénaire, celui du thé partagé. Yuichi Kasano, diplômé d’agriculture, a choisi d’écrire et d’illustrer des livres pour enfants après avoir découvert les dessins de Beatrix Potter, à Boston.

Dès 6 ans

Yuichi Kasano, Cueillons les feuilles de thé, Editions Nobi Nobi, 2018, 40 p., 12 € Traduit du japonais par Fédoua Lamodière.

 

Nathalie Somers, Le Secret des O’Reilly

L’Irlande, le Connemara et les îles d’Aran, ses embruns, ses carrot cakes, ses moutons… et un trophée, celui du meilleur duo musical des moins de 18 ans sur instruments folk : violon, concertina ou tin whistle. Qui le gagnera, ce trophée, dans le petit village de Listoonvarny ? Lucy et Fiona, les cousines de Kathleen O’Reilly, ou les frères Clancy, Tom et Rory ? La compétition, loin d’être amicale, entretient et envenime de vieilles inimitiés entre les deux familles. Quel est donc le lourd secret qui les sépare ? Kathleen, du haut de ses 13 ans, va le découvrir au fil d’un roman aux nombreux rebondissements, de tempêtes en confidences. Le dénouement final permet de brosser quelques portraits d’une Irlande oubliée, celle de la pauvreté, des mariages arrangés et du rêve américain des années 1935. Un roman enraciné, qui va au‐delà des clichés pour « effacer cette haine ancestrale » et réconcilier les deux familles, en racontant « une histoire d’amour d’il y a bien longtemps ». Voilà donc une sympathique ballade irlandaise à chanter en chœur !

Dès 10 ans

Nathalie Somers, Le Secret des O’Reilly, Didier Jeunesse, 2018, 160 p., 12 €. Imprimé en France

Magdalena et Isabelle Maroger, Vite, vite !

«  — Vite vite, debout !
— Attends Maman, je cherche mon doudou », répond le petit bonhomme mal réveillé. Vite, vite, boire son chocolat, se débarbouiller, s’habiller, se chausser… bref, chaque matin, pour Maman, c’est la course – ce qui ne convient pas du tout à son rejeton. Jusqu’au coup de frein et au regard furibard du cycliste que Maman n’a pas vu venir… Une Maman qui va enfin faire une pause pour tenter de répondre à cette question existentielle : « Maman, pourquoi les gens courent ? »
Un album aux dessins aussi dynamiques et colorés que tendres inspirés par un charmant petit Arsène, si l’on en croit Isabelle Maroger sur son blog.

De 3 à 5 ans

Magdalena, Vite, vite !, illustrations d’Isabelle Maroger, Père Castor, 2018, 32 p., 12,50 € — Imprimé au Portugal.