Thème

Nos amis les animaux

Sophie Chérer, Ma petite mésange

« Des guirlandes de cacahuètes et de lardons, des épis de millet, et une grosse boule de saindoux bien gras aux graines de tournesol, accrochés à une branche du pommier » : voilà le menu de Noël que Madame Harmand offre à ses mésanges et à tous les petits oiseaux de son jardin, pinsons, rouges-gorges et roitelets.
Cet album aux touches très seventies raconte, au fil de l’année, la vie d’une mésange, ses amours, la naissance et la croissance de ses petits. Informatif, certes, mais aussi très poétique, il invite à regarder plus souvent par la fenêtre du jardin. Tout comme le fait sûrement Gerda Muller (la maman de Marlaguette !) qui les peint avec autant de délicatesse et d’humour.

Dès 6 ans

Sophie Chérer, Ma petite mésange, illustrations de Gerda Muller, L’Ecole des Loisirs, 2020, 36 p., 12,50 €

Lydéric Landry, Polochon et le lutin

« D’un mouvement de tête, Polochon désigna le pied des arbres qui bordaient la clairière.
— Tu vois ces trous à la base des arbres ? demanda-t-il.
— Oui, on dirait de minuscules entrées de tunnels, répondit la fillette.
— Eh bien, ce sont les entrées des maisons de lutins. Ceux-ci vivent sous la terre, sous les arbres. »
Quelques coups de sabot bien rythmés – et voilà que surgissent de charmants petits êtres, un peu inquiets de rencontrer une cavalière, toute mignonne mais… humaine. C’est Xila, 8 ans, toute fière de monter son poney, Polochon, dont elle ne connaissait pas encore les vertus magiques. Son meilleur ami va lui faire découvrir le monde enchanté des lutins des bois. Xila aura bien besoin de leur soutien quand il lui faudra sauver la vie de son papa, atteint d’un mal mystérieux.
Sur cette trame, Lydéric Landry a imaginé mille péripéties, de Londres à la France, du pays des lutins à l’Australie. Un roman qui passionnera les petites cavalières bonnes lectrices, ou qui pourra être lu par épisodes à haute voix.

Dès 8 ans

Lydéric Landry, Polochon et le lutin, Ed Liber Invictus, 2020, 256 p., 11 €
En vente à la Nouvelle Librairie, 11 rue de Médicis, 75006 Paris ;  Au rayon librairie de la boutique « Racines » (2 Rue Bollaert le Gavrian, 59670 Cassel) ou par correspondance ; auprès de l’éditeur, en envoyant un courriel à contact@liberinvictus.com ; sur Amazon.

James Newman Gray et Melanie Joyce, Au clair de la lune

De la part de Sixtine R. — Petit Lapin refusant de se coucher, sa maman l’emmène donc à la découverte de la nuit. A travers cette histoire, les enfants vont, avec leurs parents, rencontrer différents habitants de la nature, oiseaux et bêtes nocturnes ou noctambules. Et si parfois le petit lapin va avoir peur, la présence rassurante de sa maman va lui permettre de s’avancer vers l’inconnu et donc mieux apprécier ce qui sera mieux connu.
A travers ces pages, non seulement le double rôle des parents de rassurer et de faire connaître est mis en valeur mais aussi l’importance de connaître pour ne plus craindre.
Les pages de dessins à la fois réalistes et attendrissants vont conduire l’enfant, avant le sommeil, dans le monde merveilleux de la nature sous la lune. Par ailleurs, le livre en lui-même est un bel objet, avec une couverture et des pages très agréables à prendre en main, permettant au tout-petit de développer par la même occasion son sens du toucher.

Dès 2 ans

James Newman Gray et Melanie Joyce, Au clair de la lune, Editions L’Imprévu, 2018, 32 p., 6,95 € — Traduit de l’anglais.

Fiona Watt, Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns

« Le soleil chauffe la savane africaine. Des oiseaux volent haut dans le ciel… et des zèbres passent près d’un baobab. Roar ! Une famille de lions royaux avance posément dans les hautes herbes. » L’entendez-vous rugir, ce lion ? Costumé, comme toute sa petite famille, il ne fait pas vraiment peur ! Après lui viennent les éléphants, les fossiles qui « tintent et cliquettent », les poissons puis les cygnes. Comme le veut la collection, une puce musicale se cache dans le dessin – une puce dont les tout-petits connaissent très vite la place pour écouter encore et encore leurs airs préférés.
Au dos de l’album, un code à scanner permet d’écouter la version complète, sous-titrée en anglais et illustrée de quelques photos animalières.

Dès 3 ans

Fiona Watt, Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, illustrations de Katie Melrose, Usborne, Livre musical, 2020, 10 p. cartonnées, puces et piles (et bouton on-off), 13,50 €. Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine.

Marcel Aymé, Le Problème

« Penchées sur leurs cahiers de brouillons, Delphine et Marinette sanglotaient. Le chien vint se planter entre leurs deux chaises et, posant ses deux pattes de devant sur la table, leur passa plusieurs fois sa langue sur les joues.
— Est-ce qu’il est vraiment si difficile, ce problème ?
— S’il est difficile ! Soupira Marinette. C’est bien simple. On n’y comprend rien.
— Si je savais de quoi il s’agit, dit le chien, j’aurais peut-être une idée. […]
— Ne vous découragez pas. Le problème a beau être difficile, on en viendra à bout. Je vais réunir toutes les bêtes de la maison. A nous tous, on finira bien par trouver la solution. »
Entre les chênes, les hêtres, les bouleaux, les bois de la commune, les ares et les hectares, comment s’y retrouver ? Voilà que la petite poule blanche a une idée…
May Angeli illustre de ses bois gravés un nouveau conte de Marcel Aymé, toujours aussi malicieux et imprévisible. Qui a donc eu la chance d’inviter dans sa classe le cheval, le cochon et le sanglier ?

Dès 8 ans

Marcel Aymé, Le Problème, illustrations de May Angeli, Les Editions des Eléphants, 2020, 44 p., 16,50 € — Imprimé au Portugal

Marcel Aymé, L’Eléphant, illustrations de May Angeli, Editions des Eléphants, 2019, 48 p., 16,50 €
Marcel Aymé, Les Boîtes de peinture, bois gravés de May Angeli, Les Editions des Elephants, 2018, 48 p., 15 €.

Isabelle Simler, Vertige

« La métamorphose s’achève. L’aventure commence. Dans le vaste monde verdoyant, la petite bête à sept points s’élance. » Première mission pour notre coccinelle : trouver la meilleure place pour pondre ses œufs ! Isabelle Simler nous fait ainsi voyager de feuille en herbe, de vieille branche en fleur… un voyage tourbillonnant au bout de ses crayons magiques ! Mais partout se cache un animal, bien camouflé mais aussi bien décidé à ne pas se laisser déloger, quitte à menacer notre bête à Bon Dieu de finir croquée. Enfin, enfin, voici une feuille habitée par une colonie de pucerons – qui ne savent pas ce qui les attendent ! À la fin de l’album, une double page documentaire présente les insectes rencontrés et une autre permet d’en apprendre plus sur la coccinelle.

Dès 4 ans

Isabelle Simler, Vertige, Editions Courtes et Longues, 2020, 56 p., 22 € — Imprimé en Bulgarie

Pierre-Emmanuel Dequest, Croc-Blanc, un monde sauvage, d’après Jack London

« Allez… Allez les chiens ! » D’une page où souffle le vent glacial du Grand Nord, émergent deux hommes, un traîneau, un attelage. Bientôt, les loups affamés rodent autour du campement à peine éclairé par le feu. Brrr… Pierre-Emmanuel Dequest plonge directement le lecteur au cœur de l’hiver et de la vie sauvage, dans ce Wild, mot intraduisible s’il en est. Cette adaptation en bandes dessinées — ou plutôt en « roman graphique » du célèbre Croc-Blanc de Jack London exprime toute l’énergie contenue dans un roman parfois édulcoré pour les jeunes lecteurs. Ici, pas de pitié, le sang coule, les pionniers sont d’une rare brutalité, la nature est violente, impitoyable. Cela donne encore plus de sens à la rencontre providentielle de Croc-Blanc et de Weedon Scott : contact de cet homme juste, l’animal va apprendre le respect et la confiance, au prix néanmoins de sa liberté. Un grand classique de la littérature américaine, entre violence et espoir d’un monde meilleur.

Adolescents

Pierre-Emmanuel Dequest, Croc-Blanc, un monde sauvage, d’après Jack London, Editions du Rocher, 2020, 56 p., 14,90 € — Imprimé en Pologne

Stéphane Kiehl, Les amis de mon amie Carla

Vos enfants (et vous) aimez les bassets, les bergers suisses, les shih tzu, les labradors, les jacks russels ? Alors cet album est pour votre famille ! Ces toutous sont les grands (ou les petits) amis de Carla – et Carla, l’avez-vous deviné ? — est une boule d’énergie sur pattes, affectueuse et aventureuse, qui tient la première place dans le cœur d’une petite fille assez délurée. Stéphane Kiehl s’est pris au jeu et propose une galerie de portraits canins pleins d’humour. Alors que le texte est vif, plein d’astuces et de trouvailles, on regrettera ici ou là quelque laisser aller (« ses vrais amis la kiffent »), mais rien n’interdit de couper à lecture. Ouaf, ouaf !

Dès 4 ans

Stéphane Kiehl, Les amis de mon amie Carla, Grasset Jeunesse, 2020, 64 p., 16 € — Imprimé en Espagne

Cécile Roumiguière, Ööfrreut la chouette

« Ils viennent tous les étés. La maison se remplit de bruits dès la lune de solstice passée. Il y a deux adultes, sans intérêt, et une petite. Celle-là m’intrigue. Pas qu’elle fasse des choses extraordinaires, non, mais elle sort beaucoup la nuit. » Et vu par une chouette depuis sa branche, voilà en effet quelque chose d’étrange… Car la fillette sait saluer les arbres et écouter les bruits de la forêt. Une drôle d’amitié va naître, faite de curiosité et de respect mutuels. Une nuit, la petite fille va être poursuivie par une laie en furie. N’écoutant que son courage, Ööfrreut, l’aidera à retrouver le chemin de sa maison. Clémence Monnet est sans doute montée se percher dans un arbre, et même, qui sait, a‑t-elle appris à y voir dans la nuit et à voler ? Car elle signe ici de superbes illustrations, pleines de cet équilibre magique de nos forêts. Les enfants apprécieront le point de vue décalé de la chouette sur les humains : elle s’inquiète, par exemple, de voir que la fillette « n’a pas de plumes pour se protéger ». Un bémol minime : le texte est imprimé un peu petit pour être lu à haute voix par un adulte qui montre en même temps les dessins. Et vous, comment le prononcez-vous, le nom de cette chouette ?

Dès 5 ans

Cécile Roumiguière, Ööfrreut la chouette, illustrations de Clémence Monnet, Seuil Jeunesse, 2020, 40 p., 13,50 € — Imprimé en Slovénie

Julie Lardon, Petit Renard

« À l’heure du réveil, où brille le soleil, Petit Renard quitte le terrier pour explorer la forêt. » Un petit renard craquant, museau au ras des herbes folles – mais aussi un hérisson un peu piquant ! Il n’en faut pas plus à Julie Lardon et à Fabienne Quintin pour nous entraîner sur un sentier de rimes légères – et tout se termine par un câlin doux.

Tout-petits

Julie Lardon, Petit Renard, illustrations de Fabienne Cinquin, La Poule qui pond, 2020, 18 p. cartonnées, 9,50 € — Imprimé en Pologne

Claire Lecoeuvre, Les insectes : 21 petites histoires naturelles

Les vers luisants ? « Ils n’ont rien de vers, ce sont des coléoptères. Le jour, ils restent cachés pour ne pas se faire manger. Et à la tombée de la nuit, ils font des folies ! La femelle grimpe sur une plante, haut, très haut, puis elle allume le bout de sa queue. Elle clignote plus ou moins vite pour émettre un code spécial. Si de loin, les mâles voient ces lumières et reconnaissent les bons signaux, c’est que leurs énormes yeux sont conçus pour ne pas les rater. » Alors, vite, éteignons les lumières ! Ils sont autrement plus poétiques que le bousier à cornes retroussées, qui se nourrit d’excréments. Et plus proches de nous que le phasme de Yen Tu, qui vit sur une montagne du Vietnam et mesure jusqu’à cinquante-quatre centimètres. Moins dangereux que le criquet pèlerin qui, au nord de l’Afrique, dévore tout sur son passage. Comment choisir parmi les 21 insectes présentés par Claire Lecoeuvre et dessinés par Capucine Mazille, dans leur cadre naturel ? Ils ont tous des caractères bien spéciaux et sont, de plus, d’excellents indicateurs de la bonne santé de leur environnement — forêts, champs, étangs ou ruisseaux.

Dès 6 ans

Claire Lecoeuvre, Les insectes : 21 petites histoires naturelles, illustrations de Capucine Mazille, Editions du Ricochet, coll. « Grands albums nature », 2020, 40 p. Imprimé en Pologne

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?

« — Zoé, quelle est la race de Jean-Louis ?
Je déglutis.
— Je ne sais pas. On nous l’avait donné il y a longtemps, mais le vétérinaire nous avait dit qu’on avait de la chance vu que c’était un… un…
Je fronce les sourcils, fouille dans mon cerveau chamboulé par tant d’espoir soudain.
— Une samobsède ? Un smayonaise ? Un sékikimède ?
— Un samoyède ! »
Et c’est ce samoyède – qui sent très, très mauvais – qu’un « petit bonhomme tout rouge en costume » est venu soustraire à l’affection de Zoé, de sa sœur et de sa maman. « Saisie exécutoire dans le cadre légal d’une mesure de recouvrement ». Car il ne reste pas grand-chose à saisir, chez Zoé… Valeur estimée de Jean-Louis : entre 1500 et 2000 €. Mise à prix lors de la vente aux enchères : 1000 €. Aidée de ses amis et de ses voisins, Zoé va tout faire, absolument tout faire, pour récupérer son chien.
Cela donne un roman drôle et touchant à la fois, où les trouvailles verbales font écho aux pires astuces des enfants. Ou comment aborder le thème de la pauvreté avec humour et générosité à la fois. Rassurez-vous, amis des bêtes, les huissiers n’ont pas le droit de saisir les animaux de compagnie.

Dès 9 ans

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?, illustrations de Zelda Zonk, Flammarion Jeunesse, 2020, 136 p., 11 € — Imprimé en Espagne