Thème

Découverte de la nature

Timothée Le Véel, Le renard blanc

Un petit renard quitte la steppe, curieux d’explorer le monde. La neige venue, au fin fond de la forêt, il croise un ours sur le chemin de sa tanière, tout étonné de rencontrer un renard au pelage blanc. De roux, il est devenu blanc ? Où donc est passée sa couleur ? Voilà notre renard tout désemparé ! Les animaux de la forêt auront chacun une réponse à lui apporter. Ce conte randonnée est illustré par des aquarelles très fines et pleines de surprises et de vire-voltes de Timothée Le Véel, un petit prince dont le dessin a su apprivoiser ce beau renard blanc.

Dès 4 ans

Timothée Le Véel, Le renard blanc, École des Loisirs, 2020, broché, 5 € — 2018, cartonné, 14 €

Isabelle Stock, Hermine part en camp

« – Koala… On y va !
– Mouette unie dans la… tempête !
– Toujours un oeil de… Lynx !
– Guides toujours… appela la cheftaine.
– Prêtes ! répondirent toutes les guides d’une voix claire.
Hermine observa la scène bouche bée. Tout s’était passé très vite et les filles étaient maintenant immobiles, détaillant la nouvelle venue.
– Je vous présente Hermine, déclara Sophie dans un grand silence. Je vous avais annoncé son arrivée dans notre compagnie, elle va découvrir le scoutisme avec nous toutes. Je compte sur vous pour bien l’accueillir et l’entourer pour son premier camp. »
Suivons donc Hermine pendant ces deux semaines riches en découvertes et en aventures ! Isabelle Stock présente avec talent la réalité d’un camp scout et, grâce au thème du Grand Jeu, retrace la création du scoutisme par Baden-Powell. Pas d’aventures « magiques », pas d’énigmes abracadabrantes, juste les petits soucis – entorse, lessive croquée par les vaches, pluies diluviennes, agaceries entre filles – que connaissent tous les scouts et qui sont narrés ici avec un humour bienveillant. La présence religieuse est très discrète mais conclut en beauté le roman, avec la cérémonie de la promesse de deux guides. Si, selon la formule de Baden–Powell « le bonheur ne vient pas à ceux qui l’attendent assis », après avoir lu ce roman, gageons qu’il y aura des inscriptions dans les nombreuses troupes scoutes de France et de Navarre.

Dès 8 ans

Isabelle Stock, Hermine part en camp, illustrations de Juliette Vizzaccaro,Emmanuel Jeunesse, 276 p., 14,90 € — Disponible notamment chez Livres en famille.

Mirella Tenderini, Ernest Shackleton, le boss

« Hommes requis pour voyage périlleux, bas salaire, froid intense, longs mois de ténèbres, dangers constants, retour incertain. Honneur et célébrité en cas de succès. » Même si cette annonce, contrairement à la légende, n’a jamais été publiée par le Times, elle « est cependant caractéristique de l’atmosphère de l’époque et de la fascination qu’exerçait l’exploration polaire ». Parmi ces explorateurs, Mirella Tenderini dresse ici un portrait de l’homme exceptionnel que fut le britannique Ernest Shackleton (1874 — 1922).
À 16 ans, il s’ennuie sur les bancs de l’école et s’engage dans la marine marchande. Enjoué et cultivé, il prend très vite du grade. Mais déjà cette vie de marin ne lui convient plus. Il faut toujours plus d’aventures à Ernest Shackleton.
C’est avec Robert Falcon Scott qu’il rencontre pour la première fois l’Antarctique. Dès lors, une passion est née : il organisera ses propres expéditions vers le Continent Blanc. Hélas, il ne sera pas le premier au pôle. Il s’en est pourtant approché en 1909, mais a renoncé à moins de 200 kilomètres du but. Ravalant sa déception, il imagine une traversée de l’Antarctique et, en 1914, alors que l’Europe entre en guerre, il quitte Plymouth à bord de l’Endurance. Tout ne se passera pas comme prévu et l’exploration tournera au cauchemar. Mais jamais celui que ses hommes appelaient affectueusement « Le Boss » ne lâchera son équipage. Car c’est bien ce qui fit sa popularité : plus encore que ses succès – relatifs -, c’est bien la manière dont il su choisir ses coéquipiers, leur faire partager des épreuves hors du commun et les ramener à bon port.

Grands adolescents

Mirella Tenderini, Ernest Shackleton, le boss, Paulsen, 2022, 212 p., 22 € — Traduit de l’italien par Gérard Guerrier. Avec une préface de Jean-Louis Etienne.

Timothée Le Véel, Le renard blanc

Un petit renard quitte la steppe, curieux d’explorer le monde. La neige venue, au fin fond de la forêt, il croise un ours sur le chemin de sa tanière, tout étonné de rencontrer un renard au pelage blanc. De roux, il est devenu blanc ? Où donc est passée sa couleur ? Voilà notre renard tout désemparé ! Les animaux de la forêt auront chacun une réponse à lui apporter. Ce conte randonnée est illustré par des aquarelles très fines et pleines de surprises et de vire-voltes de Timothée Le Véel, un petit prince dont le dessin a su apprivoiser ce beau renard blanc.

Dès 4 ans

Timothée Le Véel, Le renard blanc, Ecole des Loisirs, 2020, broché, 5 € — 2018, cartonné, 14 €

Claire Saxby, Iceberg

Cela vous dit, un petit voyage en Antarctique ? Voilà justement l’été, aux antipodes. Il n’y a rien à voir ? Détrompez-vous ! Si vous suiviez cet iceberg, qui vient de se détacher et de partir au gré des courants ? « Si ce monde te paraît vide, regarde-le de plus près. Tu verras des empreintes de manchots et des orques sillonnant sous la glace. » Mais aussi des léopards de mer, des pingouins, des phoques, et même, peut-être, des baleines à bosse… Cet album aux illustrations très douces invite au voyage et incite au rêve, tout en appelant à protéger et à respecter la nature.

Dès 6 ans

Claire Saxby, Iceberg, illustrations de Jess Racklyeft, Circonflexe, 2021, 16 €, 32 p. — Traduit de l’anglais. Imprimé en Pologne

Mutsumi Ishii, La petite sorcière et la forêt noire

« “Regarde, dit Grande Sorcière, on aperçoit la forêt.”
Une forêt noire se dessine au clair de lune.
“C’est là que nous allons ? demande Petite Sorcière.
— Oui. Elle est malade. Elle a besoin de moi.” »
Cette forêt, Grande Sorcière y est venue autrefois, avec sa mère, et la voilà maintenant qui montre à sa fille comment concocter dans son chaudron la recette magique qui guérira la forêt. Quand Petite Sorcière s’y essaie à son tour, le résultat n’est pas immédiat… La fillette, en bonne petite Japonaise, ne se décourage pas et recommence jusqu’au succès.
Les illustrations tout en finesse de Chiaki Okada, sombres au premier abord, font entrer de plain-pied dans un univers onirique, où les animaux apportent une jolie touche de fantaisie et d’humour.

Dès 4 ans

Mutsumi Ishii, La petite sorcière et la forêt noire, illustrations de Chiaki Okada, Seuil Jeunesse, 2021, 40 p., 13,50 € — Traduit du japonais par Mutsumi Funato. Imprimé en Italie.

Antoine Guillopé, Pleine Brume

« J’ouvre les yeux.
Je sens le froid du matin sur mon corps. L’air est humide.
A travers la brume, je reconnais cette forêt.
Petite, j’ai beaucoup joué ici. […]
Mais je dois me lever, sortir de ma cachette et avancer. »
Je ne vous dirai pas qui est la narratrice de ce bref récit et, à la limite, ce n’est pas ce qui importe le plus. Le thème de cet album au format généreux, c’est bien la brume, et sa représentation : par de savantes superpositions de calques et de papiers découpés, par des jeux de noirs, de blancs et de gris, Antoine Guillopé invite chacun à entrer dans un monde magique et secret. Ombres, transparences, flous… nous avançons à pas de loup dans la forêt, et tant pis s’il y fait un peu frisquet, chacun n’a plus qu’une seule envie, tenir l’affut pour tenter de voir passer la silhouette de quelque animal sauvage. Une réalisation poétique menée de main de maître !

Dès 5 ans, pour tous

Antoine Guillopé, Pleine Brume, Gautier Languereau, 2021, 40 p., 19,95 € — Imprimé en Chine

Romain Simon et Paul François, Chante pinson

« Ecureuil vit dans la forêt. Il a une petite maison entre les branches d’un grand arbre. » Un écureuil très occupé à faire ses réserves pour l’hiver ! De son côté, Pinson préfère chanter, sans se soucier du froid qui arrive. Est-ce une variante de la Cigale et la Fourmi ? Pas tout à fait, car Ecureuil, qui s’ennuie dans sa cahute bien chauffée, va inviter le petit pinson à partager son feu.
Paru en 1950, Chante pinson fait partie de ces titres que l’on se murmure à l’oreille, parce qu’ils nous rappellent nos lectures d’enfance, une voix, des couleurs… Qui n’a jamais cherché Ecureuil dans les arbres du parc, ou laissé quelques miettes au Pinson ? Ce fonds, les albums du Père Castor le gère au mieux, rééditant titre après titre pour notre plus grand bonheur. Alors, êtes-vous écureuil ou pinson ?

Dès 3 ans

Romain Simon et Paul François, Chante pinson, illustrations de Romain Simon, Flammarion Jeunesse Père Castor, 2020 (réédition), 32 p., 5,25 € — Imprimé en République Tchèque. Existe aussi dans des formats différents et des éditions plus anciennes

Fleur Daugey, Le réveil des volcans

Jules Verne, déjà, nous avait transporté « au centre de la Terre » ; cette année, il n’y pas de semaine sans qu’un ou deux volcans fassent l’actualité. Qui a vu les fleuves de lave du Cumbre Vieja s’en souviendra longtemps ! Le Krafla en Islande, le Nyiragongo en République démocratique du Congo, le mont Aso au Japon, l’Etna en Sicile ne sont pas en reste !
En seize chapitres, Fleur Daugey nous emmène au cœur des volcans. Ce documentaire très complet, superbement illustré de croquis et de dessins, aborde autant les questions géologiques, historiques que mythologiques. Sous l’eau, sur Terre ou bien dans l’espace, tous les volcans sont disséqués et explorés. Du monstre de l’Etna à la princesse du mont Fuji, des volcanologues Katia et Maurice Krafft au prisonnier survivant de la montagne Pelée, les histoires entourant ces forces de la nature sont rappelées. Et si les volcans n’avaient pas causé la disparition des dinosaures finalement ?

Dès 8 ans

Fleur Daugey, Le réveil des volcans, illustrations de Sandrine Thommen, Actes Sud junior, 2021, 64 p., 17,50 €

Julia Donaldson, Sous ton aile

« Cette chauve-souris a… [lève le rabat et regarde sous son aile !] 1 bébé qui s’accroche bien à elle pendant qu’elle vole à tire d’aile. » Qui a encore plus de petits ? La brebis, avec ses deux agneaux ; la maman léopard avec ses trois léopardeaux ; suivent le lycaon, la chouette, la renarde, la cane, la truie, la grenouille… A chaque fois, les petits se cachent derrière un rabat, une page en dentelle, un écran de papier. Jusqu’à l’araignée qui a tant de petits qu’ils se sont disséminés dans tout l’album : une manière vraiment drôle de recommencer depuis le début ! Les illustrations nous font passer du jour à la nuit, de la forêt à la savane, de la prairie à la mare, avec beaucoup de fleurs et de joie de vivre.

Dès 3 ans

Julia Donaldson, Sous ton aile, illustrations de Sharon King-Chai, Gründ, 2021, 48 p., 14,95 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine.

Victoria Jacob, 30 destins de marins

De Florence Arthaud, « la petite fiancée de l’Atlantique », à Franck Worsley, qui sauva l’expédition de Shackleton, Victoria Jacob propose aux jeunes aventuriers 30 portraits de marins. Certains, tels Alain Bombard, Thor Heyerdahl ou Eric Tabarly, sont entrés dans l’histoire. D’autres, plus jeunes, sont déjà célèbres parmi les surfeurs, les plongeurs ou les voileux : Clarisse Crémer, Damien Seguin ou Garrett McNamara. Certains, plus discrets, sont scientifiques ou militaires, oeuvrent à la préservation des océans ou participent à de belles aventures humanitaires. Ces 30 « destins » montrent que, si la passion de la mer les rassemble, ces hommes et ces femmes ont su chacun imaginer un chemin exceptionnel et différent. Emmanuelle Halgand a créé des illustrations très épurées, colorées et dynamiques – eh oui, la mer n’est pas toujours du même bleu !

Dès 10 ans

Victoria Jacob, 30 destins de marins, illustrations d’Emmanuelle Halgand, Paulsen Jeunesse, 2021, 136 p., 19,90 € — Imprimé en Italie
Dans la même collection : Jessica Jeffries-Britten, 30 destins d’alpinistes, illustrations d’Emmanuelle Halgand, Editions Paulsen, 2020, 127 p., 13,90 €

Guillaume Duprat, Le livre des temps

Au « Vite, dépêche-toi, on n’a pas le temps » des adultes, répond le « quand est-ce qu’on arrive ? » des enfants qui trouvent la route bien longue. Quand une abeille vit 42 jours, une tortue des Galapagos peut espérer fêter ses 150 ans. Quelle précision a atteint l’horloge atomique, face aux ombres des cadrans solaires. Quelle heure est-il à Sydney quand il est 3 heures à Paris ? Le temps de l’Histoire n’est pas celui de nos rêves – dans lesquels les variations de temps peuvent donner le tournis. Tout cela est fort bien expliqué par Guillaume Duprat, qui avait déjà concocté un coffret intitulé Univers, Des mondes grecs aux multivers, chez le même éditeur. Il a confié à l’ingénieur papier Olivier Charbonnel le soin de construire ce documentaire animé : à manipuler mécanismes, pop-ups, rabats et dépliants, gageons que les jeunes lecteurs ne verront pas le temps passer !

Dès 8 ans

Guillaume Duprat, Le livre des temps, illustrations et conception du pop-up d’Olivier Charbonnel, Saltimbanque Editions, 2021, 24 p., 24 € — Imprimé en Chine