Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Moyen‐Age

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur

« Le vieil homme le déposa sur le sol, le saisit par la main, et le conduisit vers un cheval blanc attaché à un arbre, à l’orée de la forêt.
Il ne faisait aucun doute que le personnage aux allures de moine, avec sa robe de laine blanche, était l’auteur de ce phénomène miraculeux.
— Merci, Messire, articula John d’une voix étranglée. Il reçut en retour un éclair d’yeux bleus où se lisaient la malice et la tendresse.
— Sais‐tu qui tu es ? demanda le vieil homme. »
Ce vieil homme n’est autre que Merlin, le magicien, l’enchanteur, le faiseur de rois – lequel annonce à John, jeune paysan poursuivi par des « tueurs sans Dieu » qu’il n’est autre que Tristan, fils et héritier du défunt duc Henry de Salisbury. Au fil d’un récit mené tambour battant, nous rencontrerons les rois Uther et Pendragon, Arthur et Morgane, des dragons et des traîtres, des Saxons et des Irlandais, la belle Ygreine et la fée Viviane, Excalibur et la Table ronde… autant dire une excursion trépidante au cœur de la matière de Bretagne. Le roman est lisible dès 9 ans, mais les histoires d’amour un peu… compliquées n’intéresseront guère les jouvenceaux avant 12 ans.

Dès 12 ans

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur, coll. « Héros de légende », Bayard, 2017, 160 p., 6,50 €

Sophie Humann, Les Compagnons de la cigogne, — Tome 2 : Le Fantôme des Trois Châteaux

« De qui je parle ? a ricané l’homme. Il veut savoir de qui je parle, le gamin ! D’un fantôme, mon gars, et même que si tu l’avais vu, a‐t‐il ajouté en baissant la voix, tu ne dormirais pas plus que moi. »
Gaspard, Basile et sa sœur Margot ont quitté Strasbourg pour Ribeauvillé, la ville aux trois châteaux. Mais quel château hante le fantôme ? Le Saint‐Ulrich ou le Girsberg ? Quand deux belles coupes d’argent sont dérobées au trésor des seigneurs de Ribeaupierre, l’aventure ne fait que commencer pour notre trio… Les villageois soupçonnent le vieux Popi Hans, qui vit dans sa cabane avec Bastien, son petit‐fils à l’esprit « dérangé ». Mais à quoi peut s’occuper un certain jeune homme rencontré dans la diligence ? De plus, le « méchant » (celui qui s’était fait prendre à la fin du tome 1), le dénommé l’Anguille, s’est échappé…
S’il a pour cadre l’Alsace du XIXe siècle, ce roman d’aventure rappelle avec bonheur les séries des Clubs des Cinq, Clans des Sept et autres Michel : une intrigue à rebondissements, des lieux où se faire peur, des innocents à réhabiliter, des adolescents vifs, astucieux et attentionnés, avec juste ce qu’il faut de bons sentiments et de belles actions pour encourager à l’optimisme.

De 9 à 12 ans

Sophie Humann, Les Compagnons de la cigogne, Le Fantôme des Trois Châteaux, Gulf Stream, 2017, 224 p., 12,90 €
Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne — Tome 1 : Le Lac des Damnés, Gulf Stream, 2016, 224 p., 12,90 €

Elisabeth de Lambilly, L’Histoire de France à colorier

« Au Ve siècle, des peuples de guerriers pénètrent dans l’Empire romain qui disparaît en 476. Au nord de la Gaule, les Francs saliens s’installent. L’un d’entre eux, Clovis, impose son autorité à l’ensemble de la Gaule. Il se fait baptiser à Reims en 496. » Telle est la présentation d’une double page de cette frise, consacrée au « premier des rois de France ». La scène est illustrée et commentée de manière claire. Il en est de même des 14 autres grandes scènes choisies, de la Préhistoire aux années 1970. Le verso de la frise reproduit les mêmes dessins, en noir et blanc, prêtes à être coloriées. Une belle manière de faire connaissance avec Jeanne d’Arc, François Ier, Louis XIV, Napoléon, et avec les taxis de la Marne.

De 8 à 10 ans

Elisabeth de Lambilly, L’Histoire de France à colorier, Larousse, 2016, 32 p., 8,95 €

Lucien Bély et Pierre Joubert, Une histoire du Mont‐Saint‐Michel

Des hommes ont choisi une île, au Moyen Age, pour prier Dieu dans la plus grande solitude, et un évêque, Aubert, y fonda une abbaye en l’honneur de l’archange saint Michel. « Le lieu qui porte, de nos jours, le nom de Mont‐Saint‐Michel était alors [au début du Moyen Age] appelé le Mont‐Tombe, ce qui signifiait à la fois le « tombeau » et l’« élévation ». Cette butte a sans doute attiré des ermites, car des chrétiens, venus peut‐être d’Irlande, s’étaient installés très tôt autour de la baie et près de Dol‐de‐Bretagne. » Avez‐vous bien lu ? « Sans doute », « peut‐être » : voilà la modestie d’un véritable historien ! Cet album réunit en effet deux signatures célèbres : celle de Lucien Bély, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, professeur d’histoire moderne, et celle de Pierre Joubert (1910–2002), talentueux dessinateur. Ils vous invitent à une visite du Mont, haut lieu de prière et redoutable forteresse. Le Mont, c’est une immense page d’histoire. C’est une épopée, qui a supposé la foi et la vaillance des hommes. Le Mont, c’est une silhouette altière, une architecture exceptionnelle, qui a traversé les siècles et nous éblouit encore.

Dès 10 ans

Lucien Bély, Une histoire du Mont‐Saint‐Michel, illustrations de Pierre Joubert, Ouest France, 2017, 48 p., 9,90 € — Réédition de l’ouvrage paru en 1980, réédité en 1985.

Damien Bouet, Les Bateaux vikings

Après avoir assimilé la définition d’un drakkar, d’une esnèque et d’un langskip, les matelots dégourdis pourront monter à bord ! Ils auront bien sûr fait la connaissance du charpentier de marine et des fabricants de voile. Féru d’archéologie expérimentale, l’auteur de ce livre a reconstitué un bateau viking. En bon archéologue, il a aussi étudié les sources en bibliothèque, dans les musées et sur les différents sites d’où ont été exhumés des navires vikings. En effet, de nombreux bateaux ont été découverts sous des tumuli funéraires, comme le célèbre bateau d’Oseberg : c’est à bord de leur navire que les défunts partaient pour leur dernier voyage.

Adolescents

Damien Bouet, Les Bateaux vikings, Editions Heimdal, 2015, 80 p., 19,50 €

Joseph Vernot, Héros, Princes et Chevaliers

… « et de quelques hauts faits d’armes extraordinaires et légendaires », précise le titre. En effet, de la Chanson de Roland à Ivanhoé et Bayard, de Persée à Beowulf, Cuchulain et Sigurd, sans oublier bien sûr les grands noms arthuriens, d’Yvain à Lancelot, de Gauvain à Perceval, ils sont tous là ! Qu’ils soient sous une armure de fer ou un pourpoint, un casque d’invisibilité ou un simple heaume, les chevaliers partagent toutefois la même vertu, nichée en leur cœur : celle de la noblesse et de la bravoure.
« Sans peur et sans reproche, c’est ainsi que l’on qualifiait Pierre Terrail III, le chevalier de Bayard. Et dès sa naissance,  sans doute en 1474, parmi les vertes collines auvergnates de Pontcharra, ce fut le scintillement d’un destin illustre qui brilla à son front. » Sa généalogie déroulée, nous apprenons que « le jeune Pierre passa ses premières années sous l’aile de la vertu et du sens du devoir, les fantômes de ses nobles aïeux ayant péri durant la guerre de Cent Ans ». Un récit donc assez lyrique, avec des illustrations soignées et une belle mise en page.

Dès 9 ans

Joseph Vernot, Héros, Princes et Chevaliers, Editions Marmaille et compagnie, 2016, 128 p., 20 €

Kirsteen Robson et Diana Florino, Je trace, j’efface – Au château fort

Le principe de cette collection est de permettre aux enfants, grâce au feutre fourni, de tracer, puis d’effacer s’ils le souhaitent, sur des feuilles plastifiées – avant de recommencer. Les consignes sont claires, les dessins colorés et les jeux variés : « Suis les lignes en pointillé pour voir quel oiseau va se poser sur le bras d’Arthur. », « Relie les points pour compléter cette tente. »… Au Moyen Age, « les boucliers de tous les chevaliers sont ornés de marques distinctives appelées armoiries. Trace un trait entre chaque paire d’armoiries ». Bref, de quoi occuper intelligemment un jeune écuyer malade ou une petite princesse le temps d’un voyage.

Dès 5 ans

Kirsteen Robson et Diana Florino, Je trace, j’efface – Au château fort, Usborne, 2016, 22 p., 6 € — Fourni avec le feutre.

Claudine Glot, Sur les traces du roi Arthur

« Arthur s’interrogeait souvent : serait‐il venu à bout des épreuves qui avaient ponctué les trois années écoulées depuis le jour où il était devenu roi de Bretagne, si Merlin n’avait pas été à ses côtés ? […]
— Veux‐tu savoir les secrets de ta naissance, avait attaqué l’Enchanteur, ou préfères‐tu que je t’enseigne le métier de roi ?
— Ces secrets dorment depuis des années, qu’ils continuent. Apprends‐moi très vite à être roi. Dehors, ils sont nombreux à m’attendre, ceux qui m’ont fait confiance au premier regard. Et ceux qui ne veulent pas de moi se regroupent, plus nombreux encore. »
Un royaume divisé, des chevaliers rebelles… et un destin légendaire, celui de la quête du Graal et de la Table ronde. Qui mieux que Claudine Glot pouvait raconter la vie de cet extraordinaire personnage ? Fondatrice de la revue Artus et du Centre de l’Imaginaire arthurien au château de Comper, elle n’a eu de cesse de faire connaître la « matière de Bretagne », aux adultes comme aux jeunes lecteurs.

Dès 10 ans

Claudine Glot, Sur les traces du roi Arthur, illustrations de Philippe Munch, Gallimard Jeunesse, coll. « Sur les traces de… », 2009, 128 p., 8,50 €

Loup, y es‐tu ? Le Roman de Renart, dans le magazine TétrasLire

Voulez‐vous savoir comment Renart emporta de nuit les jambons d’Ysengrin ? Ou comment il conduisit son compère à la pêche aux anguilles ? A moins que vous ne préfériez apprendre comment Ysengrin voulut se venger de Renart et comment il le regretta amèrement ? Ces aventures du célèbre goupil et bien d’autres encore, illustrées par Nicolas Duffaut, forment le thème central du numéro d’octobre du magazine TétrasLire. Le second texte littéraire raconte l’histoire du loup de Gubbio, illustrée par Eric Puybaret. En bonus, quelques jeux, un dossier sur le loup dans les mythologies et dans la nature, et les adresses des plus beaux parcs animaliers où l’on peut observer des loups. Un numéro pour petits loups, louveteaux et louvettes !

De 8 à 12 ans

Loup, y es‐tu ? Le Roman de Renart, dans le magazine TétrasLire, n°12, octobre 2016, 96 p., 9,50 €

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Tome 1 : Le Lac des Damnés

« Lorsque j’étais petit, à l’école, j’avais entendu parler de cette histoire de lac souterrain, mais quand j’avais posé la question à mon père, celui‐ci avait ri :
— Un lac sous la cathédrale, penses‐tu ? C’est une fable que racontent les grands‐mères. S’il y en avait un, nous, les compagnons de l’Œuvre Notre‐Dame, nous le saurions depuis longtemps.
Et depuis lors, je ne m’en étais plus préoccupé. Mais les propos de Basile m’avaient troublé. »
Basile est le jeune batelier qui a aidé le narrateur, Gaspard Berg, à sauver un cigogneau tombé du nid. Alors, quoi de mieux qu’une aventure pleine de mystères pour souder une amitié ? Celle qui va réunir les deux garçons dans le Strasbourg de 1825 réunit astucieusement tous les éléments du genre : sorties nocturnes, exploration de souterrains, disparition d’une petite sœur délurée, contrebandiers… Rien ne manque à ce roman bien enraciné dans la capitale alsacienne – ni le Baeckeoffe, ni l’horloge astronomique de la cathédrale – sous la plume enlevée et toujours juste de Sophie Humann.

De 9 à 12 ans

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Tome 1 : Le Lac des Damnés, Gulf Stream, 2016, 224 p., 12,90 €

Hector Dexet, Le Chevalier

« Pour être un chevalier, il faut… un casque, une épée, une armure, un bouclier et du courage ! «  Notre petit chevalier n’en manque pas ! Des formes simples, des couleurs vives, des découpes astucieuses : tout ce qu’il faut pour donner du rythme à l’histoire. Et puis, il y a aussi un dragon…

Dès 3 ans

Hector Dexet, Le Chevalier, Amaterra, 2015, 36 p. cartonnées, 12,50 €

Charlotte M. Yonge, Le Petit Duc

« Il a l’allure de son grand‐père, le duc Rollon, et ressemble beaucoup aussi à son noble père. Qu’en dites‐vous, prince Richard ? N’est-ce pas que vous serez un digne chef de la race normande, et la conduirez un jour contre vos ennemis ?
— Oui, je le veux ! s’écria Richard, emporté par les applaudissements qu’avaient soulevés les quelques paroles qu’il venait de prononcer. Je monterai à cheval ce soir même, et je marcherai à votre tête, pour aller châtier ces traîtres Flamands.
— Vous monterez à cheval demain avec nous, Monseigneur, […] mais ce sera pour aller à Rouen, afin d’être investi de votre épée ducale et de votre manteau. »
Et quand il dut recevoir l’hommage de ses vassaux, le jeune Richard trouva le temps bien long… Nous sommes en 950, et le nouveau duc de Normandie n’a que huit ans à la mort de son père Guillaume Longue‐Épée, assassiné.
L’enfant va être l’enjeu d’un complot terrible fomenté par le roi de France, Louis IV d’outre-mer, son parrain, qui l’enleva, soi‐disant pour l’élever avec ses propres fils, en réalité pour s’annexer le duché. Richard sera sauvé par son écuyer Osmond de Centeville. Plus tard Richard épousa Emma, la sœur d’e Hugues Capet, dont il devint l’ami et le conseiller intime.
Sur une trame véridique, ce roman de chevalerie est fait de loyauté, de piété, de courage, d’aventures à rebondissements, de caractères attirants. Il est magnifiquement illustré par Marie‐Claude Monchaux, qui sait comme pas un croquer les minois enfantins et les silhouettes adolescentes.

Dès 12 ans

Charlotte M. Yonge, Le Petit Duc, illustrations de Marie‐Claude Monchaux, Editions Bulle d’Or, 2016, 224 p., 14 €  — À commander par exemple chez Livres en famille.