Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Le coin des parents et autres adultes

Nicolas Jolivot, Japon, à pied sous les volcans, carnet de voyage

Un sac à dos (prénommé Wilson), un bob, quelques boîtes de sardines, et un seul mot de japonais : « Aligatô ! » pour dire merci… Beaucoup d’énergie et de patience aussi, un sens de l’humour à toute épreuve, un bon coup de crayon et trois carnets. C’est avec ce bagage que Nicolas Jolivot nous fait découvrir un Japon bien éloigné des clichés touristiques. Pluies diluviennes, brouillard, auberges de jeunesse fermées, campings improbables, il raconte – texte et images — son périple dans sa simplicité quotidienne de routard : marcher, manger, se laver, dormir ; autant de tranches de vie qui lui permettent, jour après jour, d’observer non seulement les paysages mais aussi, et surtout, les Japonais, jeunes et vieux. Les « héros » de ce récit en images restent les volcans dont les réveils sont impressionnants. Nicolas Jolivot retrace bien l’influence que ces géants imprévisibles ont sur la vie quotidienne et sur la vision du monde des Japonais.

Adolescents

Nicolas Jolivot, Japon, à pied sous les volcans, carnet de voyage, Hongfei Culture Editions, 2018, 72 p., 23 €

Allegro, en musique avec Tétras Lire

Le numéro de février du magazine Tétras Lire est dédié à la musique. Vous y découvrirez comment le petit Baptiste Lulli quitta Florence : quelle épopée que de traverser l’Italie et la France accroché vaille que vaille au carrosse de Monseigneur de Guise ! Et quelle chance pour ce petit galopin de rencontrer la duchesse de Montpensier. Après ce « conte historique », des jeux en musique font un parfait intermède avant une belle légende sur les violons de Crémone et ce fabuleux luthier que fut Antonio Stradivari. Avant de goûter en musique, ne pas oublier de cuisiner une Schicciata alla fiorentina !

Dès 8 ans

Tétras Lire, le magazine. Sur abonnement ou au numéro. albaverba.fr

Tai-Marc Le Thanh, Buffalo Bill

« — Es-tu fier de la vie que tu as menée ? Es-tu en paix avec toi-même ?
William Cody fut incapable de lui fournir une réponse. Son souffle était court. Mais cette simple question avait déjà éveillé en sa mémoire un cortège de souvenirs. Ceux de sa vie, si bien remplie, et si riche en péripéties.
— Es-tu en paix avec toi-même ? insista le Grand Esprit du Bison. Alors William Cody se mit à raconter. »

A raconter comment le gamin est devenu convoyeur de bétail, comment il a guerroyé contre les Indiens – mais allié à d’autres Indiens -, du nord au sud, ou plutôt toujours plus à l’ouest, chevauchant avec le Pony Express, avant de monter ce spectacle sans pareil qui fit connaître la conquête de l’Ouest aux Européens…

Alors, bien sûr, au grand dam du Grand Esprit du Bison, il a joué de la carabine et du couteau, il a tué des bisons, des hommes aussi, pour se défendre, dit-il. Ou comment un gosse perdu est devenu un personnage de légende, allumant des étincelles dans les yeux des enfants – et de ceux qui leur ressemblent. Les illustrations de Lucile Piketty sont somptueuses, ajoutent au souffle épique du récit de Tai-Marc Le Thanh des couleurs éclatantes et toniques. Le Grand Ouest n’a pas fini de nous fasciner !

Dès 6 ans

Tai-Marc Le Thanh, Buffalo Bill, illustrations de Lucile Piketty, Seuil Jeunesse, 2017, 40 p., 15,50 €

Pénélope Jossen, Bucéphale

« Voici Bucéphale. Il est grand et fort. Il est si beau que l’on croirait le cheval d’un dieu. » Et pourtant, ce magnifique étalon ne se laisse pas approcher car il a peur… de son ombre. Ce que comprend vite le « petit » Alexandre, qui « se trouve aussi grand que son papa, le roi Philippe de Macédoine, et aussi courageux qu’Achille, son héros préféré ».

Bucéphale, Alexandre… que de grands exploits les attendent ! En à-plats jaunes, rouges, gris, blancs et noirs, à pleines pages, Pénélope Jossen n’a pas son pareil pour donner de l’ampleur et du mouvement au cheval et à son cavalier. Un bel album pour s’envoler sur les ailes d’un immense rêve !

Dès 4 ans

Pénélope Jossen, Bucéphale, L’Ecole des loisirs, 2017, 32 p., 12,70 €

Laurent Bègue, Louis, un soldat Poilu, le jour du 11 novembre 1918

« Il était une fois, Louis, un jeune paysan de 26 ans, un jour d’automne 1918. Quatre ans plus tôt, il avait été arraché à sa terre natale par la mobilisation du 2 août 1914. […] Avec son uniforme bleu horizon, son casque d’acier sur la tête, son fusil à l’épaule, marchant dans les tranchées boueuses, la barbe naissante, on le surnommait « le Poilu », comme tous ses autres compagnons d’armes… » Quatre ans de guerre… quatre ans pendant lesquels sa femme Jeanne avait tenu la ferme, vaille que vaille. Mais « ce matin du 11 novembre semblait différent des autres. L’assaut tardait à être donné. Louis était en première ligne. […] Et puis le coup de sifflet strident du lieutenant donna l’ordre d’avancer. Louis et ses compagnons sortirent des tranchées, le coeur serré.

C’est alors que le son d’un clairon retentit. La sonnerie était inhabituelle, mais de plus en plus forte : c’était celle du cessez-le-feu ! […] Au loin, les cloches des églises se mirent à sonner à toute volée sans plus s’arrêter. » Le cessez-le-feu, l’armistice, la démobilisation, puis les médailles, les commémorations, les premiers monuments aux morts : Laurent Bègue fait ici un travail de passeur aussi sensible que documenté, servi par les sobres illustrations de Patrick Le Borgne.

Et de préciser, à l’adresse de ses jeunes lecteurs : « Tu es sans doute l’arrière-arrière petit enfant d’un Poilu. Tu es sûrement passé devant un monument sans y prêter attention. Maintenant que tu connais son histoire, le regarderas-tu autrement ? Liras-tu les noms et les âges inscrits dessus ? Peut-être reconnaîtras-tu un nom identique au tien ? »

Dès 8 ans

Laurent Bègue, Louis, un soldat Poilu, le jour du 11 novembre 1918, illustrations de Patrick Le Borgne, Editions Belize, coll. « Il était une fois », 2017, 32 p., 9,50 €

Gaston Rébuffat, La montagne est mon domaine

« La jeunesse, pour vivre, doit avoir un grand désir. Quand j’avais 15 ans, j’étais aussi grand que maintenant et plus mince ; j’avais peu de force dans les bras, je n’arrivais qu’avec peine à faire un rétablissement. Pourtant, je désirais tellement devenir alpiniste et un jour peut-être devenir guide ! Devenir alpiniste !…
J’aimais la haute montagne. Maintes fois je l’avais entrevue d’une vallée, d’un col, d’un petit sommet ; mais cela ne me suffisait plus ! Je désirais la connaître et grimper. »
Né à Marseille en 1921, Gaston Rébuffat réussit son brevet de guide en 1942 ; les Chamoniards l’accueilleront bientôt au sein de leur compagnie. Des Calanques au massif du Mont Blanc et à l’Annapurna, encordé parfois avec des personnalités telles Maurice Baquet ou Haroun Tazieff, Gaston Rébuffat sait aussi prendre la plume pour nous raconter ses montagnes, ses passions.
Son épouse Monique a eu l’excellente idée de réunir les textes les plus célèbres  de ce grand conteur. Après les avoir lu, allez chercher les originaux dans les brocantes de montagne !

Adolescents

Gaston Rébuffat, La montagne est mon domaine, Hoëbeke, 2017, 232 p., 9 € en poche. (existe aussi broché, 16,95 €). Extraits de « Glace, neige et roc », de « Un guide raconte », de « A la rencontre du soleil », « Cervin, cime exemplaire », « Mont-Blanc, jardin féerique », « Étoiles et Tempêtes », etc.

Elisabeth de Lambilly, L’Histoire de France à colorier

« Au Ve siècle, des peuples de guerriers pénètrent dans l’Empire romain qui disparaît en 476. Au nord de la Gaule, les Francs saliens s’installent. L’un d’entre eux, Clovis, impose son autorité à l’ensemble de la Gaule. Il se fait baptiser à Reims en 496. » Telle est la présentation d’une double page de cette frise, consacrée au « premier des rois de France ». La scène est illustrée et commentée de manière claire. Il en est de même des 14 autres grandes scènes choisies, de la Préhistoire aux années 1970. Le verso de la frise reproduit les mêmes dessins, en noir et blanc, prêtes à être coloriées. Une belle manière de faire connaissance avec Jeanne d’Arc, François Ier, Louis XIV, Napoléon, et avec les taxis de la Marne.

De 8 à 10 ans

Elisabeth de Lambilly, L’Histoire de France à colorier, Larousse, 2016, 32 p., 8,95 €

Question — Léon Tolstoï au sommaire du Tétras Lire de mars

Maintenant ou demain ? Seul ou à plusieurs ? Riche ou pauvre ? Le soleil ou le vent ? Avec ou sans chemise ? Juste ou injuste ? Les personnages mis en scène dans ces contes très brefs de Léon Tolstoï se posent – et nous posent — des questions qui ne se révèlent pas anodines. Car ici, la frontière est ténue entre littérature et philosophie ! Avant de fêter Pâques à la russe (hum, la belle brioche !), n’hésitez pas à écouter Jean-Paul Mongin parler si simplement de Platon et de Socrate. Il vous restera encore du temps pour vous entraîner à quelques expériences scientifiques, que vous présenterez comme des tours de magie. A vous de poser « La bonne question », titre du dernier conte de ce numéro. Encore… des questions ?

De 8 à 12 ans

Question, Tétras Lire, mars 2017, 94 p., 9,50 € et par abonnement sur le site des éditions Alba Verba.

Chesley B. Sullenberg, Sully

« Nous avions quitté le sol depuis environ quatre-vingt-quinze secondes, et nous n’avions pas encore atteint les trois mille pieds quand je les ai aperçus. « Des oiseaux », ai-je dit à Jeff.
Une colonne volait devant nous, probablement dans une formation en V. Jeff les avait remarqués une fraction de seconde avant que j’aie prononcé le mot, mais aucun de nous n’avait le temps de réagir. » Le vol 1549 de l’US Airway vient de décoller de La Guardia, à New York, avec 150 passagers et 5 membres d’équipage. Le choc avec les oiseaux, des oies bernaches, provoque la perte de puissance des réacteurs, qui ne répondent plus. Le commandant Chesley B. Sullenberg va faire un choix risqué : poser son avion sur la rivière Hudson. L’amerrissage d’urgence est une réussite – il reste aux passagers et à l’équipage à éviter un bain forcé dans l’eau glacée de ce 15 janvier 2009, en attendant les secours. Mais pour ce pilote chevronné – ancien pilote de planeur, passé par l’US Air Force-, commencent de pénibles semaines de confrontation : s’il est bien le « héros de l’Hudson », il doit néanmoins justifier son choix devant les commissions d’enquête. Pour ceux qui ont vu le film « Sully », le livre ajoute des détails passionnants sur la formation de pilote, la sécurité et la responsabilité, ainsi que sur cette passion de l’aviation qui habite Sullenberg dès l’enfance. Il donnera envie à ceux qui n’ont pas vu la reconstitution de Clint Eastwood de voir comment cet événement a été traité au cinéma au plus près de la vérité.

Pour adolescents

Chesley B. Sullenberg, Sully, le livre qui a inspiré le film de Clint Eastwood, avec la collaboration de Jeffrey Zaslow, 2016, HarperCollins, 352 p., 18 € — Traduit de l’anglais.

Ernst Jünger, Orages d’acier

« Sur le coup de midi, notre artillerie ouvrit une violente canonnade qui se répercuta dans les gorges forestières. C’est là que, pour la première fois, nous entendîmes cette expression chargée de sens : feu roulant. Nous restions assis sur nos sacs, agités et oisifs. Un homme de liaison s’élança vers le chef de compagnie. Paroles essoufflées : ‘‘Les trois premières tranchées sont entre nos mains, nous avons capturé six pièces !’’ Un hourra jaillit comme une flamme. La passion du risque-tout s’éveillait. […] Cette fois, ça y était ! » Ce témoignage d’Ernst Jünger reste irremplaçable : le héros se double ici d’un écrivain pour témoigner de la Grande Guerre, vue du front allemand. Dans sa préface de 1960, Ernst Jünger dédie « les Orages d’acier aux combattants français de la première guerre mondiale » ; plus encore, il leur demande d’y « voir plus qu’un geste – l’accomplissement d’un vœu profond […] l’espoir d’une amitié étroite et toujours croissante entre nos deux patries ; s’élevant au-dessus des sacrifices anciens, elle est l’un des piliers qui soutiennent le monde nouveau. » Une leçon à méditer.

Adolescents

Ernst Jünger, Orages d’acier, Le Livre de Poche, 2002, 379 p., 6,60 €

Bénédicte Le Loarer et Rozenn Bothuon, Les inventions de Léonard de Vinci et de Jules Verne

Une barque volante, un planeur, une hélice volante conçus par Léonard de Vinci, accompagnés du Nautilus et d’un ballon tout droits sortis de l’imagination de Jules Verne : tels sont les 5 modèles contenus dans ce coffret. Il ne reste plus qu’à se munir de ciseaux, de colle… et de patience pour en réaliser le montage. L’intérêt de ce coffret réside dans la double approche : les maquettes sont complétées par un livret historique et technique. La barque volante, aussi nommée « ornithoptère », ou encore « machine-oiseau » a été dessinée par Léonard de Vinci dans les années 1480 à partir de ses observations de la chauve-souris. Quant au Nautilus, il était bien plus performant que les premiers sous-marins des années 1870, avec ses 70 m de long et sa propulsion électrique.

Dès 10 ans

Bénédicte Le Loarer et Rozenn Bothuon, Les inventions de Léonard de Vinci et de Jules Verne, 5 machines étonnantes à monter et à collectionner, Auzou, 2015, 17,95 € — Un livre de 20 pages et un coffret contenant 10 planches en carton.

Horacio Quiroga au sommaire du magazine Tétras Lire

« Des tigres et des tortues géantes, des coatis, des espèces de crocodiles formidables qu’on appelle des yacarés, des ours, des flamants roses, des serpents d’une taille fantastique, des raies qui ont une puissance électrique comme des torpilles. Toutes ces bêtes et d’autres encore, [Horacio Quiroga] les fit parler, comme il est probable qu’elles pensent, il les plaça dans des aventures fantastiques », explique le traducteur des Contes de la forêt vierge. J’avoue que j’ignorais tout de cet auteur argentin, dont trois contes animaliers sont proposés dans le numéro de mai du magazine Tétras Lire. Après leurs expéditions dans la forêt vierge, les jeunes lecteurs reviendront vers les douces campagnes nivernaises, celles des Histoires naturelles de Jules Renard. Reste à imaginer le dialogue entre le paon et le perroquet !

De 8 à 12 ans

Histoires naturelles, Tétras Lire, mai 2016, 94 p., 9,50 € et par abonnement sur le site des éditions Alba Verba.
Horacio Quiroga, Contes de la forêt vierge, Seuil, 1998, 137 p., 15,20 €