Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2016

Jean de La Varende, Contes des plaines et des bois

16-12-la varende contes plaines et bois.jpgLa Normandie est riche de forêts : Écouves, Perseigne et Bellême pour n'en citer que quelques-unes. Jean de La Varende (1887-1959), gentilhomme campagnard, évoque ici les chevaux, les chiens, la chasse à courre... Sans oublier la plaine grasse des labours d'automne d'où jaillissent les vols de l'alouette et de la perdrix rouge et les grands lièvres hauts sur jarrets qui s'ensauvent droit devant et que le regard poursuit jusqu'à la ligne de l'horizon. Dans ces Contes des plaines et des bois, l'auteur évoque ses souvenirs de jeunesse, les vieilles demeures où vivaient des personnages originaux et hauts en couleur qu'il a rencontrés durant sa vie à la campagne. Il nous fait partager son respect et son amour de la Nature et considère la chasse comme une école d'endurance et de courage, souvent même comme un certain art de vivre. A lire au coin du feu !

Adolescents – chasseurs ou fins naturalistes

Jean de La Varende, Contes des plaines et des bois, Via Romana, 176 p., 19 €

04/12/2014

Jean de La Varende, Surcouf

14-12-la-varende-surcouf-via-romana-chouetteunlivre.jpg« C’est un fameux corsaire… », chante-t-on autour des feux de camp. Et quel corsaire fut-il plus fameux que le malouin Robert Surcouf (1773-1827) ? Embarqué dès ses treize ans – il a fugué de son orphelinat en plein hiver -, Surcouf part pour les Indes, voyage à Madagascar et à Maurice. En 1795, il prend le commandement de L’Emilie, avec laquelle il réalise ses premiers abordages – il n’a pas 22 ans ! Ce n’est que le début d’aventures au parfum de sel, d’embruns… et de poudre.
Ce livre regroupe un grand nombre des écrits, parfois introuvables, de Jean La Varende sur Robert Surcouf. Surcouf, un nom « synonyme de courage, de bravoure, de dynamisme, d’héroïsme, mais aussi de présence d’esprit, d’habileté et d’ingéniosité, avec parfois un brin de roublardise », selon Patrick Delon, secrétaire général de l’association « Présence de La Varende », qui a rédigé la préface de ce recueil.

Adolescents

Jean de La Varende, Surcouf, préface de l’amiral Stanislas de La Motte, avant-propos de Patrick Delon, illustrations de Daniel Lordey, Via Romana, 2014, 112 p., 15 €

19/10/2012

Just'sous la voûte du grand canot

12-10-la-varende-contes-marins-via-romana-chouetteunlivre.jpg

 Qui mieux qu’un descendant des Vikings pouvait faire vivre, sur le même océan, de fiers officiers de la Royale, des pirates patibulaires, Charcot, Napoléon, Barberousse, un petit « bezot » du Pays d’Ouche et quelques « barbus tannés » sous le regard admiratif des « dames de Bretagne » ? Normand, Jean de La Varende l’était autant par son attachement à ses terres que par sa passion pour la mer. Passion dont il hérita de son grand-père, l’amiral Fleuriot de Langle, de plus admirable conteur. A lire un soir de tempête!

Trente-quatre récits inédits, avec une préface de l’amiral Jean-Parc Brulez, un avant-propos de Patrick Delon et des illustrations de Daniel Lordey, peintre de l’Armée.

Pour adolescents (et leurs parents)

Jean de La Varende, Mes petits contes marins, Via Romana, 2012, 175 p., 16 €

24/12/2010

Noëls en Normandie

10-11-LaVarende-Noels.jpg« L’enfance est un voyage oublié » écrivait le grand écrivain normand Jean de La Varende (1887-1959) dans Le Centaure de Dieu. La fête de Noël n’est-elle pas la destination par excellence de ces voyages où la venue de l’Enfant Dieu ouvre un temps de paix, de joie et d’espérance pour petits et grands ? Voici dans cet esprit quatorze Noëls rassemblés ici pour la première fois. Vous y découvrirez les histoires enchantées d’hommes et de femmes de toutes origines sociales, au détour d’aventures aux joyeux rebondissements, sans oublier les drôles d’escapades du Père Noël à l’heure de la Sainte Nuit.

 A partir de 10 ans, et à lire en famille

 

Jean de La Varende, Mes plus beaux Noëls, Via Romana, 2010, 117 p., 14 €