Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2018

Jeanne Willis, Un livre, et plus encore…

willis un livre et plus encore.jpgUn livre peut… « te servir de chapeau… ou de tente pour ton matou », et il est « idéal pour caler une table ». De page en page, les illustrations de Tony Ross répondent parfaitement à l’imagination loufoque de Jeanne Willis, qui montrent une adorable petite coquine user de ses livres comme personne ! Mais un livre, c’est surtout « un ami, qu’on aime lire et relire à l’infini ». Et vos enfants, que font-ils de leurs livres, en cachette ?

De 3 à 5 ans

Jeanne Willis, Un livre, et plus encore…, illustrations de Tony Ross, Gallimard Jeunesse, 2018, 28 p., 13,50 € - Traduit de l’anglais.

21/03/2018

Héros de jeunesse, émission de radio du 17 mars

logo-rl-small2.jpgAu sommaire de cette chronique, trois titres:

Angela Portella, Il n’est jamais trop tôt pour dire je t’aime, illustrations de Marie Bretin, Larousse, 2018, 40 p., 12,90 €

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Un petit pois pour six, Histoires des Jean-Quelque-Chose, illustrations de Dominique Corbasson, Gallimard Jeunesse, 2018, 176 p., 12 €

Erik L’Homme, Phaenomen, Folio SF, 452 p., 10,50 €


podcast

 

18-03-portella il n'est jamais trop tot pour dire je t'aime- ok.jpg

 18-02-arrou vignod petit pois pousr six.jpgphaenomen integrale.jpg

23/02/2018

Louise Fatio, Le Lion heureux

18-02-fatio - lion heureux.jpg« Le lion heureux avait une maison au zoo, pour lui tout seul, avec un grand jardin de rochers entouré d’un fossé, au milieu d’un parc », et il avait pour meilleur ami le fils du gardien. Lequel gardien, un beau jour, laissa la porte de la cage ouverte. Une belle occasion d’aller faire un tour en ville, se dit le lion. Tellement urbain qu’il ne comprend pas pourquoi chacun se sauve, pourquoi les boutiques ferment et encore moins pourquoi les pompiers rappliquent… Une belle réédition de ce grand classique, dû aux talents conjugués de Louise Fatio (1904-1993) et de Roger Duvoisin (1900-1980, aussi « papa » de l’oie Pétunia), époux à la ville.

Dès 4 ans

Louise Fatio, Le Lion heureux, illustrations de Roger Duvoisin, Gallimard Jeunesse, 2018, 36 p., 14,90 € - Traduit de l’anglais

19/02/2018

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Un petit pois pour six, Histoires des Jean-Quelque-Chose

18-02-arrou vignod petit pois pousr six.jpgCherbourg, un jeudi après-midi des années ’60. « Opération bibli ». Quand Jean B passe l’après-midi « à la bibli », non seulement il se régale des « Langelot » ou des « Michel », mais, en plus, il « couvre » son frère aîné Jean-A qui, lui, préfère aller jouer sur le Circuit des 24 heures du Mans de son camarade de classe. Mais parfois les choses se gâtent… Surtout quand Jean B, prenant au hasard quelques livres pour son frère, rapporte à la maison « 20 sur 20 en catéchisme » ou « Je prépare le Carême » en lieu et place d’un bon « Club des Cinq ». C’est pourquoi, « à la façon dont Jean-A a jeté ses livres dans la chambre, j’ai vite compris qu’on allait avoir droit à une sacrée bataille de chaussettes sales ce soir ». Jean-Philippe Arrou-Vignod a pioché, dans ses souvenirs d’enfance, de quoi raconter treize nouveaux épisodes toujours aussi farfelus de cette brochette de bananes, ces fameux Jean Quelque-Chose. Des histoires qui feront rire les grands-parents et qui enchantent les enfants, vu le succès de la série.  

Dès 9 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Un petit pois pour six, Histoires des Jean-Quelque-Chose, illustrations de Dominique Corbasson, Gallimard Jeunesse, 2018, 176 p., 12 €

12/02/2018

David Almond, La Chanson d’Orphée

18-02-almond chanson  orphée.jpg« Le Nord ! gémissions-nous. Pourquoi faut-il vivre dans ce Nord glacial ? Pourquoi pas en Italie ? Ou en Grèce ? Nous éclations de rire. […]Tant pis, avions-nous dit. Nous inventerions notre propre Italie. Nous inventerions notre foutue Grèce à nous. Où ça ? Dans le Northumberland, bien sûr. »
Quelques grands lycéens. Du camping sauvage dans les dunes au nord de Newcastle. Des haricots tièdes dans des gamelles de fer blanc – mais aussi de la musique, des idéaux un peu flous, de très sérieuses amourettes. Et Orphée. Orphée qui passe, sa lyre en bandoulière, fascinant, envoûtant. Qui dompte les dauphins. Qui choisit Ella Grey, la meilleure amie de Claire, la narratrice. Ella mordue par une vipère, Ella descendue aux enfers. Une variation menée de main de maître sur le thème d’Orphée et d’Eurydice : romantisme, mystère, lyrisme sont au rendez-vous, sans compromis ni dans le tragique, ni dans la peinture de ces adolescents, « poètes disparus », capables de se soûler sur la plage comme de rêver aux grands mystères de la vie et de la mort.

Grands adolescents, jeunes adultes

David Almond, La Chanson d’Orphée, Gallimard Jeunesse, 2018, 288 p., 15 € - Traduit de l’anglais

11/12/2017

William Steig, Le vrai voleur

17-12-steig - le vrai voleur.jpg« Gauvain montait la garde devant le nouveau Trésor Royal, sa redoutable hallebarde étincelant au grand soleil. » Gauvain est une oie sans peur et surtout sans reproche, qui a l’entière confiance de son roi, Basil, l’ours brun. Jusqu’au jour où rubis, ducats et jusqu’au célèbre diamant Kalikak disparaissent inexplicablement du Trésor… Gauvain, diffamé, échappe au pire en s’envolant vers des cieux plus cléments. Qui est le véritable voleur ? Une toute petite souris, Derek, qui a un mal fou à comprendre que s’approprier le bien d’autrui s’appelle du vol, et que cela peut avoir de graves conséquences qui échappent au voleur lui-même. Un conte tout en finesse, à la fin duquel tout le monde se réconcilie, par l’auteur-illustrateur de Shrek.

Dès 8 ans

William Steig, Le vrai voleur, illustrations de l’auteur, traduit de l’anglais, Gallimard Jeunesse, Folio Junior, 2017, 96 p., 5 €

06/12/2017

Philippe Lechermeier, La légende de saint Nicolas

2017_12-lechermeier - saint nicolas.jpg« Ils étaient trois petits enfants, qui s’en allaient glaner aux champs… » Cette chanson enfantine, un peu passée de mode, raconte le plus grand miracle de saint Nicolas, qui a rendu la vie à trois bambins mis au saloir par un boucher mal intentionné. Dans cet album, les trois enfants se nomment Marinette, Jeanjean et Engueran, et leur histoire est contée sans rien omettre de la méchanceté dudit boucher qui, un soir d’hiver, les découpe « en tout petits bouts ». Aïe, ouille, aïe… Ils seront sauvés au printemps par le grand saint Nicolas, alerté par les « kwit kwit kwit » d’une grive bien courageuse. Une version contée avec jusque ce qu’il faut d’humour pour ne pas y croire complètement - heureusement, car le boucher dessiné par Aurélie Guillerey est assez impressionnant, avec son grand couteau !

Dès 6 ans

Philippe Lechermeier, La légende de saint Nicolas, ou la terrible histoire du grand saloir, illustrations d’Aurélie Guillerey, Gallimard Jeunesse, 2017, 28 p., 12,90 €

Ici, La Légende de saint Nicolas, chantée par Henri Dès, avec de jolies illustrations non signées.


 

 

 

 

09/11/2017

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Le Prince Sauvage et la renarde

17-11-arrou vignod le prince sauvage et la renarde.jpg« -Renarde, supplia-t-il, renarde,sauve-moi !
- Te sauver ? dit la renarde. Mais de quoi ? Ce piège n’est-il pas à toi ?
Son museau avait la finesse d’une aiguille, son pelage argenté étincelait comme le givre. S’il avait pu bouger, le prince Sauvage l’aurait volontiers dépecée pour en fourrer le col de son manteau.
- Tu sais donc qui je suis ? s’étonna le garçon.
La renarde hocha la tête.
- Tu es le prince Sauvage. »
Un jeune prince violent, barbare, dévastateur mais bientôt pitoyable, à qui jamais personne n’a osé dire non. Un jeune prince qui va vivre une terrible épreuve initiatique sous l’œil de la renarde, au cœur de la forêt et au plus profond de l’hiver. Hymne à la nature, décor médiéval, morale positive : ce grand album révèle un nouveau talent de Jean-Philippe Arrou-Vignod, qui se fait ici conteur, avec la complicité de Jean-Claude Götting, à qui l’on doit des illustrations vibrantes de couleurs.

De 9 à 13 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Le Prince Sauvage et la renarde, illustrations de Jean-Claude Götting, Gallimard Jeunesse, 2017, 48 p., 16 €

03/11/2017

Erik L’Homme, Nouvelle Sparte

17-11-erik l'homme - nouvelles sparte.jpg« Alexia prononça les paroles rituelles qu’elle n’avait pas le droit de prononcer – il n’y avait aucun serment et aucun vol avant la troisième année académienne. "Belle squaline… Je te confie ma vie… Emporte-moi dans le ciel…"La porte devant elle s’ouvrit automatiquement quand le caisson fut plein. Alexia enclencha l’aqua-mode, actionna le levier de commande. La squaline se faufila-glissa dans l’obscurité froide des profondeurs du Baïkal. Le cœur d’Alexia vibrait d’une excitance totale. » Car la jeune fille a enfreint les lois de la Nouvelle-Sparte, cette cité recréée sur les rives du Baïkal après les Grands Bouleversements qui avaient, deux siècles plus tôt, « renversé les pays du Monde-d’avant ». Aux commandes de son engin, Alexia n’a qu’un seul but : aller sauver son ami Valère, aux prises avec de dangereux personnages qui perturbent sa mission dans la sombre Occidie.
Avec leurs jeunes compagnons, Valère et Alexia sont parvenus, quelques semaines auparavant, au terme de leur formation et ont vécu les épreuves de la terrible kryptie. Ils ont entendu le discours de la grande-prêtresse d’Hestia : « La force de la Fédération ne réside ni dans ses satellites-tueurs ni dans ses féroces squalines, mais dans le caractère de ses citoyens ! Leurs vertus – courage, ruse, tempérance – sont le vent qui nous porte vers tous les rivages ! La clef de tous les trésors, le marteau qui forge les patries vivantes, le bouclier sans lequel aucune civilisation ne saurait durer ! » Il était donc temps de passer à l’action !
Erik L’Homme signe ici un roman ambitieux, où la science-fiction se nourrit de l’héritage homérique, que ce soit dans le rythme du récit, dans la création de néologismes (« ils se sourire-lumière ») ou dans les discours du philosophe Goas. Empruntant à la fois à l’Iliade – comment réagir aux attentats qui sèment le chaos dans la cité ? – et à l’Odyssée – Valère est prisonnier en Occidie des charmes d’une sulfureuse Circé -, ce trépidant roman d’aventures futuristes est aussi une belle leçon de vie pour ceux qui ont « l’âge-de-toutes-les-folies ». Rassurez-vous, inutile d’avoir planché son grec ancien au lycée pour entrer dans la Nouvelle-Sparte – mais les hellénistes y trouveront un charme supplémentaire. Les lecteurs de Sylvain Tesson ne seront pas déçus non plus, pour des raisons plus… baïkaliennes.

Adolescents, jeunes adultes

Erik L’Homme, Nouvelle Sparte, Gallimard Jeunesse, coll. « Romans Ado », 2017, 320 p., 13,50 €

17/10/2017

Sophie Humann, Marie, fiancée de Louis XV – Journal d’une future reine de France, 1724-1725

17-10-humann - marie fiancée de louis 15.jpgEn cet hiver 1724, la jeune Marie Leszcynszka se morfond dans le modeste logis que sa famille occupe à Wissembourg. Elle, dont le père est roi de Pologne – mais un roi sans royaume, contraint à l’exil -, brode au coin du feu avant d’aller confier les menus événements de sa vie quotidienne dans une série de lettres dédiées à sa défunte sœur Anna. A 21 ans, Marie est encore « fille », car aucun prétendant n’a eu la chance de plaire à Stanislas. Jusqu’à ce jour d’avril 1725 où lui arrive une incroyable nouvelle : le roi Louis XV a demandé sa main !
Maniant à merveille la forme du journal par lettres, Sophie Humann brosse un portrait touchant de cette jeune fille discrète qui, habituée à une vie aussi mouvementée que désargentée, va se trouver plongée dans les fastes de Versailles. Or chacun sait que rien n’est simple à la cour de France. Loin des romans superficiels à l’eau de rose, ce journal fictif est une mine d’informations historiques et aborde avec beaucoup de finesse la façon dont les manœuvres politico-diplomatiques régissaient les mariages princiers et royaux.

Dès 10 ans

Sophie Humann, Marie, fiancée de Louis XV – Journal d’une future reine de France, 1724-1725, Gallimard Jeunesse, coll. « Mon histoire », 2017, 130 p., 9,90 €