Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2018

Dimitri Casali et Christophe Beyeler, L’Histoire de France vue par les peintres

17-12-casali beyeler - histoire de france vue par les peintres.jpgEn cent tableaux, Dimitri Casali et Christophe Beyeler déroulent sous nos yeux une histoire de France vivante, mouvementée parfois, émouvante souvent. De « Vercingétorix se rendant à César », peint en 1886 par Henri-Paul Motte à une « Scène du débarquement sur Sword Beach le 6 juin 1944 » de Richard Willis, ce sont près de 2000 ans de notre épopée nationale qui ont inspiré les artistes les plus divers. Les commentaires historiques sont complétés par une analyse fine des détails de certains tableaux : du manteau d’hermine de Philippe Auguste devant Acre, lors de la 3e croisade, au cimier garni d’une chenille écarlate porté par un carabinier de Napoléon à Winkowo , de la cocarde de Charlotte Corday  à l’aérostat qui domine le champ de bataille de Fleurus, rien n’a échappé à l’œil perspicace de deux historiens. Les lecteurs de Dimitri Casali ne seront pas étonnés de la part belle faite à l’épopée napoléonienne.
Gérôme, David, Delacroix, Meissonier, Vernet, autant de noms connus pour leurs grandes compositions devenues les « images d’Epinal » qui, il y a peu encore, illustraient les livres scolaires. Ces œuvres de commande s’inscrivent souvent dans une volonté politique que les auteurs n’occultent pas, donnant ainsi à lire la construction de notre identité nationale.  

Dès 12 ans et pour toute la famille

Dimitri Casali et Christophe Beyeler, L’Histoire de France vue par les peintres, Flammarion, 2017, 320 p., 19,90 €

27/03/2017

Guillaume Olive, Voilà le loup !

17-03-olive - voila le loup.jpgLe jeune Yang vit au cœur des montagnes de Chine, il est berger – et s’ennuie un peu à garder ses moutons. Pourquoi ne pas faire une bonne farce aux villageois en criant « au loup ! » ? Une fois, deux fois… Les paysans se lassent d’être dérangés pour rien dans leurs travaux. Jusqu’au jour, bien entendu, où le loup est vraiment là, affamé… « Le petit berger s’enfuit tandis que le loup dévorait son troupeau, payant ainsi le prix de sa tromperie pour avoir trop menti », telle est la morale de ce conte – une morale très traditionnelle, valable partout – et pas seulement en Chine. Les estampes de Zhigong He sont de vrais petits tableaux, dans la pure tradition de la calligraphie chinoise. Idéal pour faire prendre conscience aux enfants des dégâts que peuvent causer mensonges et affabulations.

Dès 5 ans

Guillaume Olive, Voilà le loup !, illustrations de Zhigong He, Flammarion, « Les p'tits albums du Père Castor », 2016, 5,50 €

23/03/2017

Lida Durdikova, Martin pêcheur

17-03-Durdikova Roja martin pècheur.jpg« Cette tige de noisetier plie juste assez sous son poids pour qu’il puisse surveiller le manège des goujons. L’un d’eux passe-t-il à sa portée : plouf ! Martin se laisse tomber dans l’eau, ailes repliées, tête en avant, et son gros bec se referme sur le petit goujon qui n’a pas le temps de comprendre ce qui lui arrive. » Il vous faudra bien de la patience pour pouvoir observer, le long d’un ruisseau ou sur les rives d’un étang, ce dynamique petit oiseau au plumage bleu, roux et blanc ! En attendant, cet album, récemment réédité, vous en apprendra beaucoup sur le martin-pêcheur – ici tout simplement prénommé… Martin. Un texte et des dessins précis, à la fois scientifiques et poétiques.

Dès 6 ans

Lida Durdikova, Martin pêcheur, illustrations de Feodor Rojankovsky, Flammarion, 2016, 9,90 € - Rééédition identique à l’originale de 1950.

11/01/2016

Hans-Christian Andersen, La Petite Sirène, illustrations de Bilibine

16-01-andersen - bilibine - petite sirène père castor.jpg« En pleine mer, l’eau est toute bleue, comme les pétales des bluets, et si transparente qu’on dirait du cristal. Et quelle profondeur ! Il faudrait poser l’un sur l’autre un nombre infini de clochers, pour que le dernier pût montrer sa pointe au-dessus des eaux. C’est tout au fond que vivent les sirènes. » Alors, pourquoi une petite sirène de quinze ans à peine vint-elle a quitter ce royaume enchanté ?
Le célèbre conte d’Andersen, donné ici dans sa version d’origine, est magnifiquement illustré par Bilibine (1876-1942), dont les décors sont riches de symboles.

Dès 6 ans (à lire tout seul dès 9 ans)

Hans-Christian Andersen, La Petite Sirène, illustrations de Bilibine, Flammarion, coll. « Père Castor », 2005, 24 p., 10,50 €

08/10/2015

Holly Webb, Maisie Hitchins, L’affaire du masque à plumes

15-10-holly web - maisie hitchins - affaire masque plume - castor poche.jpgLe professeur Tobin, l’un des locataires de la Grand-Mère de Maisie, est au désespoir : un voleur vient de lui dérober un précieux masque à plumes qu’il s’apprêtait à offrir au British Museum. Pas de chance, Maisie, pourtant alertée par les aboiements d’Eddie, a été bousculée par le voleur. Le temps de reprendre ses esprits, celui-ci avait filé… La pension de famille est de nouveau chamboulée par cet événement. Maisie va donc déployer ses talents de détective : qui a volé le masque ? Pourquoi le professeur Tobin y tient autant ? Une enquête qui mènera les jeunes lecteurs jusqu’en Amazonie !
Le quatrième tome d’une série very british, avec tea time, chapeau à plumes, bobbies et brouillard.

Dès 9 ans

Holly Webb, Maisie Hitchins, L’affaire du masque à plumes, illustrations de Marion Lindsay, traduit de l’anglais par Faustina Fiore, Flammarion, Castor Poche, 2015, 157 p., 7,10 €

28/09/2015

Alain Surget, Dieux grecs, dieux romains, comment s’y retrouver ?

15-09-surget-dieux grecs dieux romains.jpg« Fils de Zeus et d’Héra, Arès était un fou de guerre, ivre de violence et collectionneur de casques et de glaives », explique Alain Surget. « A Rome, poursuit-il, Mars était beaucoup plus populaire que Arès en Grèce ». Dieu guerrier, fondateur de Rome, père de Romulus et de Remus, Mars, le printanier, était aussi invoqué « pour assurer la bonne santé des troupeaux et des récoltes […] parce qu’il repoussait les ennemis qui dévastaient les champs et volaient ou massacraient le bétail ». Cronos et Saturne, Zeus et Jupiter, Athéna et Minerve, Hélios et Sol Invictus sont quelques-uns des 35 « binômes » présentés dans cet ouvrage. Loin de se cantonner aux exploits mythologiques des dieux et des déesses, Alain Surget explique comment les Romains ont adopté le panthéon grec, en quoi les légendes romaines diffèrent des mythes grecs, quelle était la fonction des divinités dans la cité et dans la famille, et présente les cultes qui leur étaient rendus.

Dès 11 ans

Alain Surget, Dieux grecs, dieux romains, comment s’y retrouver ?, Flammarion, coll. « Castor Doc », 2015, 127 p., 8,90 €

25/05/2015

Barry Jonsberg, Le bonheur de A à Z

2015-05-barry jonsberg - le bonheur de a à z - flammarion - chouetteunlivre.jpgDe A comme Alphabet, à Z comme 3-2-1 zéro !, la jeune Candice Phee cherche à renouer avec le bonheur. Comme sur une Carte du Tendre, il lui faudra passer par C, comme Chaos, par G, comme Gravité et Q comme Questions. Entre autres. Et cela sans pouvoir oublier F comme Frances, cette petite sœur qu’elle surnommait Sky et dont la mort subite a plongé sa famille dans le désespoir. Ajoutez à cela un oncle très riche qui a ruiné son père, un poisson rouge énigmatique et un camarade nettement bipolaire – et vous vous demanderez bien comment Candice va s’y prendre pour « améliorer l’état de bonheur général du monde ». Sa recette ? De la franchise, de l’humour, et des maladresses plus touchantes les unes que les autres. Un roman venu d’Australie, dans la droite ligne des manuels d’optimisme américains. Yes, we can !

Dès 13 ans

Barry Jonsberg, Le bonheur de A à Z, Flammarion, coll. « Tribal », 2015, 311 p., 12,50 €
A lire en anglais : My Life as an Alphabet, Allen & Unwin, 2013

12/05/2015

Maryrose Wood, Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, tome 1 : Une étrange rencontre

15-05-Maryrose Wood, Les incorrigibles enfants de la famille Ashton.jpgDe la part de Marie-Liesse (15 ans)

« -Approchez, que je puisse vous voir.
Les créatures obéirent.
Ce n’étaient pas des chiens, ni des poneys, ni aucune sorte d’animal à quatre pattes. C’étaient trois enfants, et ils fixaient Penelope avec le regard luisant et alerte des bêtes sauvages. »

Quand Penelope accepte le poste de gouvernante chez la respectable famille Ashton, celle-ci est loin de se douter qu’elle devra s’occuper d’enfants qui ont été élevés comme des loups. Loin des principes éducatifs traditionnels, sa mission consistera surtout à leur apprendre à ne pas hurler à la lune, à ne pas mordiller tout ce qu’il leur tombe sous les mains et à cesser de poursuivre les écureuils du parc. Mais surtout, la nurse devra rendre ses petits protégés présentables pour la réception de Noël des Ashton, sinon les enfants seront renvoyés. Il faudra toute la volonté de la jeune Penelope pour sauver Alexandre, Beowulf et Cassiopée, « les incorrigibles enfants » ainsi que les Ashton les ont nommés.

On s’attache très vite à la candide et courageuse Penelope et à ses adorables protégés. L’auteur nous livre ici une magnifique histoire tendre et drôle dans  l’Angleterre du XIXe siècle. Ce récit, recelant des pépites d’humour et très bien illustré, peut se lire dès 9 ans.

 Dès 9 ans

 Maryrose Wood, Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, tome 1 : Une étrange rencontre, ill. de John Klassen, Flammarion, 2015, 14 €

 

30/12/2014

Christian de Montella, Graal : la légende des chevaliers

14-12-montella-graal-flammarion-chouetteunlivre.jpg« Ces hommes du désert étaient en pleine mer, pour un voyage sans retour qui les mènerait jusqu’en Bretagne, une grande île de pluie, de verdure et de brouillard. » Partis de Jérusalem, les porteurs du Saint Graal vont accoster aux rivages d’Avalon. Etrange voyage, de l’univers biblique aux mondes de féérie… Merlin, Viviane et Morgane, Arthur, Guenièvre, Lancelot et Perceval apparaissent au fil du récit, ponctué d’illustrations oniriques très réussies.

Dès 10 ans

Christian de Montella, Graal : la légende des chevaliers, Flammarion, 2014, 92 p., 13 €

14/10/2014

Guido Sgardoli, Typos, Poison noir

guido sgardoli,typos,poison noir,flammarion« Contrairement à ce qu’on peut penser, la technologie ne représente pas l’avenir de l’homme. Essayez donc de manger une machine, pour voir. » Retour à Maximum City, où l’équipe de Typos, à savoir quatre étudiants en journalisme épaulés par des adultes, subodore une nouvelle manipulation de l’information. Il lui faut trouver au plus vite l’origine du « poison noir » une micro-bactérie qui s’en prend aux récoltes, entraînant une grave crise alimentaire et économique. Au cœur de l’enquête : AgroGen, une société qui cherche à vendre des semences prétendument transgéniques. Mais aussi les banques, la bourse, les multinationales, les gouvernements - et K-Lab, la « boîte de com’ » ennemie jurée de Typos. Qui désinforme au plus haut niveau ? Qui manipule l’opinion ? Qui tire les ficelles ? Au-delà d’un roman d’aventure au rythme haletant (brrr, l’immonde Cartablanca est de retour…), une réflexion salutaire sur la désinformation – à condition de ne pas tomber, non plus, dans les théories du complot.

Pour ce 2e tome de Typos, Pierdomenico Baccalario a laissé les manettes à Guido Sgardoli dont le scénario est d’autant plus crédible que cet écrivain reconnu (prix Andersen 2009) est aussi… vétérinaire.

Adolescents, jeunes adultes

Guido Sgardoli, Typos, Poison noir, Flammarion, 2014, 284 p., 13 €