Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Eric Senabre, Star Trip

17-05-senabre - star trip.jpg« Dans le poste de télévision, le capitaine Burke et le commander Rock, son officier en second, se figèrent dans une posture défensive à peine moins outrée que celle d’un éphèbe grec sur un tableau de la Renaissance. Leurs uniformes colorés – formés d’un sous-pull moulant en acrylique et d’un pantalon de treillis – scintillèrent un petit moment devant le décor en carton. Puis l’écran de télévision devint noir, et afficha bientôt un ciel constellé d’étoiles. […] Alors retentit une musique glorieuse et les mots STAR TRIP s’affichèrent sur toute la hauteur de l’écran. » Taratata, taratata… Nous sommes en 1968, les effets spéciaux des séries intergalactiques ne sont pas encore très au point. Cela permet à May, la grande sœur du jeune Sam, de lui construire, en cachette, une réplique de la navette spatiale USS Intrepid. Non sans l’aide de son boyfriend Will, parangon du jeune Américain à l’aise au volant d’un vieux combi. Le jeu tourne à l’aigre quand le capitaine Burke - ou plutôt l’acteur en titre Benjamin Spike - débarque dans leur grange au fin fond de l’Idaho. Commence un voyage déjanté, où la réalité rejoint et dépasse souvent la fiction. Si l’Amérique est « conquérante » quand il s’agit d’aller dans l’espace et d’en faire du cinéma, le roman s’attarde plus sur l’Amérique des paumés : hippies, révérend évangéliste insistant, patron de motel en déshérence, Indien chaman, jusqu’à cet acteur qui se révèle un pur looser… 1968 : Star Wars n’avait pas encore évincé Star Trek et la Nasa flirtait gaiement avec les extraterrestres. Cela donne un roman un peu psychédélique, mais haut en couleur et quasiment intergénérationnel. Et si la navette allait décoller, pour de bon ?

Dès 12 ans

Eric Senabre, Star Trip, Didier Jeunesse, 2017, 288 p., 15,90 €

17/04/2017

José Ramón Alonso et Lucía Cobo, L’Ourse

17-04-alonso -l'ourse.jpgAutomne : l’ourse « dévore les derniers fruits de l’été »  - quelle chance, des myrtilles ! Hiver : l’ourse ne fait qu’une avec la neige. Printemps : ce n’est pas vraiment la faim qui la réveille… car, comme un secret, voilà un petit ourson tout neuf. José Ramón Alonso, biologiste de son état, nous offre ici un documentaire poétique, porté par les tableaux de l’artiste Lucía Cobo, dont les plans rivalisent de créativité pour nous faire découvrir cette ourse gigantesque. Un album somptueux.

Dès 3 ans

José Ramón Alonso, L’Ourse, illustrations de Lucía Cobo, Didier Jeunesse, 2017, 32 p., 14,20 € - Traduit de l’espagnol.

27/10/2016

Jeongwan Park, Fais dodo bébé souris

16-10-jeongwang park fais dodo bébé souris.jpeg« Quand sur le toit bleu de ma maison, la nuit descend, mon bébé va se coucher, tout doucement. » Bébé d’homme ou bébé souris ? Vrai bébé souris ou doudou ? Mais où donc son papa et maman ? Une histoire sans chichis, comme une berceuse, venue de Corée, aux couleurs douces et aux traits raffinés

Avant 3 ans

Jeongwan Park, Fais dodo bébé souris, Didier Jeunesse, 2016, 40 p., 13,10 €

04/10/2016

Pascal Ruter et Maureen Poignonec, La Famille Cerise, La Course des guignols

16-10-ruter- famille cerise course guignols.jpg« Grande course sur la rivière.
Toutes embarcations à rames autorisées
Venez nombreux tenter votre chance !
Que le meilleur gagne… »
Voilà bien l’occasion pour Zouille et Yoyo Cerise de défier leur « pire ennemie », Angèle, peste parmi les pestes. Avec les jumelles, Max et le petit Papillon, qui zozotte ferme, forment un inséparable quatuor. Mais pour gagner, il va falloir s’entraîner et ramer dur ! Un roman loufoque, dans lequel les adultes ne sont pas les derniers à inventer des tours pendables. Bon, certaines blagues sont assez scatologiques (avec une tarte à la bouse), mais pas plus que dans La Guerre des Boutons. Quant aux histoires de poux, elles ne devraient laisser personne indifférent.

Dès 8 ans

Pascal Ruter et Maureen Poignonec, La Famille Cerise, La Course des guignols, Didier Jeunesse, 2016, 144 p., 10,30 €

22/09/2016

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous

16-09vesco--louis-pasteur-contre-les-loups-garous.jpg« - Mais que diable espériez-vous voir avec votre microscope ? s’exclama M. Ragoût.
- Eh bien, je ne savais pas. C’est justement ça qui est intéressant, répondit Louis Pasteur. » Le jeune Louis Pasteur, 19 ans en cette rentrée 1842, en remontre vite à son professeur de chimie. Son seul désir : assouvir sa curiosité pour les sciences. Alors, quand des meurtres terribles et mystérieux ensanglantent l’institution royale Saint-Louis, rien ne l’empêchera de mener l’enquête. Avec ses méthodes et ses vaccins, mais aussi avec l’aide de Constance, jeune pensionnaire qui ne devrait pas quitter si souvent le bâtiment des demoiselles. Même pour s’initier à l’escrime ou pour marcher sur les toits ! Flore Vesco (voir « De cape et de mots ») revient avec un second roman « d’un genre nouveau : le policier fantastico-historico-scientifico-romantique ». Situations décalées et jeux de mots à chaque page – un régal !

Dès 12 ans

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous, Didier Jeunesse, 2016, 192 p., 15 €

PS : Les brèves et coupables « embrassades » du doyen (minable) et du médecin (un charpentier reconverti), surpris par Constance, sont irrésistibles de ridicule !

07/07/2016

Mikaël Thévenot, Flow, tome 1

16-07-thévenot - flow.jpg« La première épreuve commune de mathématiques venait de commencer.
‘’… peut-être laisser ça pour la fin…’’
Josh tourna la tête sur sa droite.
‘’… J’aurais peut-être dû y passer plus de temps…’’
La voix, légèrement plus grave et également moins forte, semblait venir de sa gauche à présent. […] Josh avait l’impression que sa tête était en ébullition et qu’elle allait exploser. […]
‘’Ça va, Josh ? C’est une migraine, c’est ça ?’’ »
Josh, jeune lycéen, a hérité de sa mère des migraines carabinées. Sa mère, une Américaine chercheur en neurobiologie, a disparu quand Josh était enfant. Pourquoi Kyle Chester, du FBI, s’est-il vu dessaisir du dossier ? Et voilà que Josh accède à des « flots » de pensées qui tournoient autour de lui. Quel est donc le mystérieux internaute qui, depuis les Etats-Unis, entre en communication avec le jeune Poitevin ? Roman fantastique, roman policier ? Un peu les deux, avec une dose d’informatique pour faire bon poids. Le style est direct, les dialogues des lycéens assez argotiques pour sonner vrai, les personnages sont astucieusement campés, bref, un roman bien ficelé pour se reposer en ce début de vacances – et même pour se croire fort en anglais, puisque Josh nous fait partager les joies du bilinguisme.

Dès 12 ans

Mikaël Thévenot, Flow, tome 1, Didier Jeunesse, 2016, 192 p., 14,20 €

11/04/2016

Jean-Pierre Kerloc’h, L’Enfant et le Masque de fer

16-03-kerloch- enfant masque de fer - didier jeunesse.jpg« Le grenier, c’était son évasion. Son Ailleurs. Dans la solitude, Marie-Anne venait y laisser s’écouler ses pensées et ses rêves. Avec une question qui sans cesse revenait : ‘Reviendra-t-il bientôt ?’
Elle y répondait par des paroles d’espérance :
- Oui, un jour, il reviendra… Il viendra nous chercher toutes les deux… Je le connaîtrai et je découvrirai la liberté. »
Enfermée avec sa mère dans un château isolé, « quelque part en Bretagne sous le règne de Louis XIV », la jeune Marie-Anne reçoit, à chacun de ses anniversaires, la visite de d’Artagnan qui - même lui ! – s’interdit de lui parler de son père. De château en couvent, de la légende du Minotaure aux partitions pour clavecin, de Paris à Chambord, de son amie Apolline à Louis XIV, Marie-Anne découvre (mais le titre du roman nous avait mis sur la voie) que son père n’est autre que le célèbre Masque de fer. Alors, roman historique ou variations sur un thème légendaire ? Jean-Pierre Kerloc’h reste sur la ligne de crête, digne successeur en cela d’Alexandre Dumas ou de Maurice Leblanc, pour ne citer que les plus célèbres romanciers dont ce mystérieux prisonnier a piqué l’imagination.

Dès 12 ans, adolescents

Jean-Pierre Kerloc’h, L’Enfant et le Masque de fer, Didier Jeunesse, 2016, 144 p., 14,20 €

04/04/2016

Eric Senabre, Le dernier songe de Lord Scriven

16-04-senabre-scriven.jpg« Dès ses premiers mots, je sus que nous allions aborder un cas plus tordu encore qu’à notre habitude.
- Monsieur Banerjee, on m’a dit le plus grand bien de vous, commença-t-il. Je pense que vous êtes l’homme de la situation.
- J’espère ne pas vous décevoir. Puis-je savoir ce qui vous amène ?
- Bien sûr, je voudrais savoir qui m’a assassiné. […]
- Vous voulez dire que quelqu’un a essayé de vous assassiner ?
- Non. J’ai été assassiné.
- Vous seriez donc mort ?
- Exactement. »
Nous sommes à Londres, au tout début du XXe siècle, et le journal de la veille a en effet annoncé le décès de Lord Scriven. Mais est-ce bien la même personne qui parle ainsi à Arjuna Banerjee, détective privé, et à son assistant, Christopher Carandini ? Ce dernier est aussi le narrateur de ce roman qui mêle enquêtes policières, courses poursuites, espionnage, fantastique et facultés étranges, à la limite du paranormal. Un roman qui se dévore à belle allure, écrit dans une langue raffinée et efficace. Eric Senabre avoue qu’il s’est bien amusé à emprunter aux uns et aux autres, voire à pasticher Dickens, Conan Doyle et leurs successeurs – sans oublier non plus la légende arthurienne (mais là, chut, n’en disons pas trop). Il reste à expliquer aux jeunes lecteurs qui sont « mesdemoiselles Remington et Olympia » remerciées « pour leur fidélité et leur efficacité » en dernière page. Cela s’appelle le savoir-vivre.

Pour en savoir plus, le mini-site du roman : http://www.sublutetia.com/scriven/

Dès 12 ans, adolescents

Eric Senabre, Le dernier songe de Lord Scriven, Didier Jeunesse, 2016, 256 p., 14,20 €

19/02/2016

Christine Kieffer, La chèvre biscornue

16-02- la chèvre biscornue.jpgUn petit lapin fatigué veut rentrer dormir dans son terrier, mais voilà qu’il est déjà occupé par une terrible chèvre biscornue ! Qui du coq, du renard, de l’ours ou de l’abeille viendra l’aider à déloger cette impudente ?! Les enfants adoreront répéter la ritournelle de la chèvre : « Je suis la chèvre biscornue et j’ai deux cornes très, très pointues, si tu t’approches tant pis pour toi, tu finiras tout raplapla ! » Un grand merci à Camille dont les garçons connaissent l’histoire par cœur !

Dès 2 ans

Christine Kieffer, La chèvre biscornue, illustrations de Ronan Badel, Didier Jeunesse, 2008, 24 p., 11,95 €

En livre-disque, avec deux autres histoires racontées par Christine Kiffer et Jean-Louis Le Craver : Bêtes pas si bêtes, Didier Jeunesse, 2010, 72 p., 22,80 €

cd pas si bêtes.jpg

10/12/2015

Stéphane Servant et Irène Bonacina, Cinq minutes et des sablés

Servant et Bonacina - Cibq minutes et de sablés - Didier jeunesse.jpgDans sa petite maison, « la Petite Vieille s’ennuyait tellement que pour tuer le temps, elle avait juste décidé d’attendre : d’attendre Madame la Mort ». Mais quand celle-ci s’invite enfin, la Petite Vieille lui demande un léger sursis : ces cinq minutes, pendant lesquelles, de tasse de thé en petits sablés au gingembre, vont s’avérer durer bien plus longtemps que ça. Entrent en scène un chat tigré, Monsieur Igor, Kenza la voisine, et toute la famille de la Petite Vieille… Qui gagnera, les derniers sablés croqués ? Une ode à la vie, une invitation à déguster les heures, avec ou sans sablés au gingembre –la recette est donnée à la fin de l’album.

Dès 6 ans

Stéphane Servant et Irène Bonacina, Cinq minutes et des sablés, Didier Jeunesse, 2015, 32 p., 13,10 €