Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Eric Senabre, Star Trip

17-05-senabre - star trip.jpg« Dans le poste de télévision, le capitaine Burke et le commander Rock, son officier en second, se figèrent dans une posture défensive à peine moins outrée que celle d’un éphèbe grec sur un tableau de la Renaissance. Leurs uniformes colorés – formés d’un sous-pull moulant en acrylique et d’un pantalon de treillis – scintillèrent un petit moment devant le décor en carton. Puis l’écran de télévision devint noir, et afficha bientôt un ciel constellé d’étoiles. […] Alors retentit une musique glorieuse et les mots STAR TRIP s’affichèrent sur toute la hauteur de l’écran. » Taratata, taratata… Nous sommes en 1968, les effets spéciaux des séries intergalactiques ne sont pas encore très au point. Cela permet à May, la grande sœur du jeune Sam, de lui construire, en cachette, une réplique de la navette spatiale USS Intrepid. Non sans l’aide de son boyfriend Will, parangon du jeune Américain à l’aise au volant d’un vieux combi. Le jeu tourne à l’aigre quand le capitaine Burke - ou plutôt l’acteur en titre Benjamin Spike - débarque dans leur grange au fin fond de l’Idaho. Commence un voyage déjanté, où la réalité rejoint et dépasse souvent la fiction. Si l’Amérique est « conquérante » quand il s’agit d’aller dans l’espace et d’en faire du cinéma, le roman s’attarde plus sur l’Amérique des paumés : hippies, révérend évangéliste insistant, patron de motel en déshérence, Indien chaman, jusqu’à cet acteur qui se révèle un pur looser… 1968 : Star Wars n’avait pas encore évincé Star Trek et la Nasa flirtait gaiement avec les extraterrestres. Cela donne un roman un peu psychédélique, mais haut en couleur et quasiment intergénérationnel. Et si la navette allait décoller, pour de bon ?

Dès 12 ans

Eric Senabre, Star Trip, Didier Jeunesse, 2017, 288 p., 15,90 €

24/04/2017

Capitaine Caval, Feu sacré

17-04-caval-feu-sacre.jpg« Dans la radio, le chef de corps du groupement annonça qu’il prenait le commandement des opérations de secours. Il donna les axes logistiques : accès des véhicules par la rue Lamarck, évacuation des victimes par la rue Lepic, point de concentration des vecteurs de secours à victimes sur l’esplanade du Sacré-Cœur, zone de déploiement initial sur la rue Caulaincourt (« juste devant son studio ! » pensa Flamme)… Le bilan provisoire était déjà de onze morts et de plusieurs dizaines de blessés dont de nombreux enfants. […] la France venait d’être frappée une nouvelle fois par un attentat des plus meurtriers, au cœur de la capitale, dans la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. » Une nouvelle aventure pour Flamme, jeune sergent à la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris, une aventure qui va le mener de Paris à Rome, sur les traces de personnages étranges et dangereux. Services secrets contre sociétés secrètes, la lutte sera rude !
Père de famille, le capitaine Caval a été officier à la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris qu’il a servie notamment en banlieue difficile.

Adolescents

Capitaine Caval, Feu sacré, Via Romana, 2017, 288 p., 12 €

Pour retrouver le sergent Flamme dans ses aventures précédentes :
Code Delta
Les Cités interdites
L’Affaire Vladimir
Place Vendôme

13/10/2016

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Tome 1 : Le Lac des Damnés

16-10-humann compagnons cigogne.jpg« Lorsque j’étais petit, à l’école, j’avais entendu parler de cette histoire de lac souterrain, mais quand j’avais posé la question à mon père, celui-ci avait ri :
- Un lac sous la cathédrale, penses-tu ? C’est une fable que racontent les grands-mères. S’il y en avait un, nous, les compagnons de l’Œuvre Notre-Dame, nous le saurions depuis longtemps.
Et depuis lors, je ne m’en étais plus préoccupé. Mais les propos de Basile m’avaient troublé. »
Basile est le jeune batelier qui a aidé le narrateur, Gaspard Berg, à sauver un cigogneau tombé du nid. Alors, quoi de mieux qu’une aventure pleine de mystères pour souder une amitié ? Celle qui va réunir les deux garçons dans le Strasbourg de 1825 réunit astucieusement tous les éléments du genre : sorties nocturnes, exploration de souterrains, disparition d’une petite sœur délurée, contrebandiers… Rien ne manque à ce roman bien enraciné dans la capitale alsacienne – ni le Baeckeoffe, ni l’horloge astronomique de la cathédrale – sous la plume enlevée et toujours juste de Sophie Humann.

De 9 à 12 ans

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Tome 1 : Le Lac des Damnés, Gulf Stream, 2016, 224 p., 12,90 €

22/09/2016

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous

16-09vesco--louis-pasteur-contre-les-loups-garous.jpg« - Mais que diable espériez-vous voir avec votre microscope ? s’exclama M. Ragoût.
- Eh bien, je ne savais pas. C’est justement ça qui est intéressant, répondit Louis Pasteur. » Le jeune Louis Pasteur, 19 ans en cette rentrée 1842, en remontre vite à son professeur de chimie. Son seul désir : assouvir sa curiosité pour les sciences. Alors, quand des meurtres terribles et mystérieux ensanglantent l’institution royale Saint-Louis, rien ne l’empêchera de mener l’enquête. Avec ses méthodes et ses vaccins, mais aussi avec l’aide de Constance, jeune pensionnaire qui ne devrait pas quitter si souvent le bâtiment des demoiselles. Même pour s’initier à l’escrime ou pour marcher sur les toits ! Flore Vesco (voir « De cape et de mots ») revient avec un second roman « d’un genre nouveau : le policier fantastico-historico-scientifico-romantique ». Situations décalées et jeux de mots à chaque page – un régal !

Dès 12 ans

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous, Didier Jeunesse, 2016, 192 p., 15 €

PS : Les brèves et coupables « embrassades » du doyen (minable) et du médecin (un charpentier reconverti), surpris par Constance, sont irrésistibles de ridicule !

31/08/2016

Polars et romans noirs, 2

Dirigeable03.jpgDès 10 ans

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven, Folio Junior, 176 p., 5,70 €

Dès 11 ans

Timothée de Fombelle, Vango, t. 2, Un prince sans royaume, Gallimard Jeunesse, Folio Junior, 452 p., 7,30 €

Dès 13 ans

Sophie de Mullenheim, La Fleur de Saigon, tome 2 : L’enfant du Têt, Mame, 2015, 272 p., 13,90 €

08/08/2016

Polars et romans noirs, 1

sticker-detective.jpgDès 9 ans

Holly Webb, Maisie Hitchins, L’affaire du masque à plumes, illustrations de Marion Lindsay, traduit de l’anglais par Faustina Fiore, Flammarion, Castor Poche, 2015, 157 p., 7,10 €

Dès 10 ans

Boileau-Narcejac, Sans Atout dans la gueule du loup, Folio Junior, 2009, 168 p., 6,60 € (1ère édition : 1984) – Ou d’occasion en brocante.

Dès 12 ans, adolescents

Eric Senabre, Le dernier songe de Lord Scriven, Didier Jeunesse, 2016, 256 p., 14,20 €

07/07/2016

Mikaël Thévenot, Flow, tome 1

16-07-thévenot - flow.jpg« La première épreuve commune de mathématiques venait de commencer.
‘’… peut-être laisser ça pour la fin…’’
Josh tourna la tête sur sa droite.
‘’… J’aurais peut-être dû y passer plus de temps…’’
La voix, légèrement plus grave et également moins forte, semblait venir de sa gauche à présent. […] Josh avait l’impression que sa tête était en ébullition et qu’elle allait exploser. […]
‘’Ça va, Josh ? C’est une migraine, c’est ça ?’’ »
Josh, jeune lycéen, a hérité de sa mère des migraines carabinées. Sa mère, une Américaine chercheur en neurobiologie, a disparu quand Josh était enfant. Pourquoi Kyle Chester, du FBI, s’est-il vu dessaisir du dossier ? Et voilà que Josh accède à des « flots » de pensées qui tournoient autour de lui. Quel est donc le mystérieux internaute qui, depuis les Etats-Unis, entre en communication avec le jeune Poitevin ? Roman fantastique, roman policier ? Un peu les deux, avec une dose d’informatique pour faire bon poids. Le style est direct, les dialogues des lycéens assez argotiques pour sonner vrai, les personnages sont astucieusement campés, bref, un roman bien ficelé pour se reposer en ce début de vacances – et même pour se croire fort en anglais, puisque Josh nous fait partager les joies du bilinguisme.

Dès 12 ans

Mikaël Thévenot, Flow, tome 1, Didier Jeunesse, 2016, 192 p., 14,20 €

02/07/2016

Richard Normandon, Les Enquêtes d’Hermès, tome 1 : Le Mystère Dédale

16-07-normandon dédale.jpg« Gagnée par la lumière du soleil, la peau du cadavre étincelait étrangement.
Hermès s’agenouilla, passa un doigt sur l’épaule de Dédale. C’était de l’or. L’architecte en était presque entièrement couvert, sur les bras et les jambes, dans les replis de sa tunique, sur les joues aussi où les croûtes de sang noir se pailletaient à leur tour. Une très fine poussière d’or. »
Las des querelles de l’Olympe, Hermès est parvenu, de quelques coups d’aile, aux colonnes d’Hercule – notre détroit de Gibraltar. Mais point de repos : une énigme l’attend. Qui donc savait que Dédale, le célèbre architecte, était venu se cacher si loin de la Crète ? Et surtout, qui l’a tué ?
Hermès va mener une enquête digne de Sherlock Holmes – son Watson n’étant autre que ce coquin d’Eros. Le lecteur, parti des côtes africaines, ira en Sicile, à Cumes, à Naxos, bien sûr en Crète – et jusque dans les Enfers. Pour finir à Athènes, dans le temple d'Athéna, où Hermès réunit les témoins et les suspects et dévoile le résultat de son enquête.
Curieusement, l’auteur a donné au jeune élève africain de Dédale le prénom arabo-musulman d’Hicham, alors que la région n’a été islamisée qu’au VIIe siècle. Bien sûr, nous sommes dans un roman mythologique et non historique, donc hors des contingences temporelles – mais, à tout prendre, un prénom berbère n’aurait-il pas mieux convenu ?

Dès 10 ans

Richard Normandon, Les Enquêtes d’Hermès, tome 1 : Le Mystère Dédale, Gallimard Jeunesse, 2016, 176 p., 10 €

26/04/2016

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven

16-04-honaker- rocambole.jpg« En somme, vous m’avez ravie à mes ravisseurs ? demanda Fauvette en se frictionnant les mains […].
La réflexion fit s’esclaffer le maître des lieux.
- Tu n’as pas perdu au change, crois-moi.
- C’est rocambolesque…
Le jeune homme tressaillit :
- Comment ? Quelle est cette expression ?
- Rocambolesque ? C’est un mot à la mode. »
Même recluse dans son orphelinat, la jeune Fauvette a lu (sous le manteau) les aventures du célèbre Rocambole, ce personnage aux mille facettes qui « tente de réparer les injustices ». Et la voilà bien malgré elle (quoique….) au centre d’une bien curieuse intrigue, qui la mène de la machine de Marly à un manoir breton.
Michel Honaker a repris à son compte le personnage de Ponson du Terrail pour toute une série de petits romans fantastiques dans la meilleure veine du feuilleton XIXe siècle. Rebondissements assurés à chaque page ! Le style lui-même se veut pastiche, et l’on y gagne des passés simples, des attitudes (eau bénite et confessionnal, duels et monocles) et quelques mots rares – cornette, camériste, gibus, grabat, malandrins…

Dès 10 ans

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven, Folio Junior, 176 p., 5,70 €

04/04/2016

Eric Senabre, Le dernier songe de Lord Scriven

16-04-senabre-scriven.jpg« Dès ses premiers mots, je sus que nous allions aborder un cas plus tordu encore qu’à notre habitude.
- Monsieur Banerjee, on m’a dit le plus grand bien de vous, commença-t-il. Je pense que vous êtes l’homme de la situation.
- J’espère ne pas vous décevoir. Puis-je savoir ce qui vous amène ?
- Bien sûr, je voudrais savoir qui m’a assassiné. […]
- Vous voulez dire que quelqu’un a essayé de vous assassiner ?
- Non. J’ai été assassiné.
- Vous seriez donc mort ?
- Exactement. »
Nous sommes à Londres, au tout début du XXe siècle, et le journal de la veille a en effet annoncé le décès de Lord Scriven. Mais est-ce bien la même personne qui parle ainsi à Arjuna Banerjee, détective privé, et à son assistant, Christopher Carandini ? Ce dernier est aussi le narrateur de ce roman qui mêle enquêtes policières, courses poursuites, espionnage, fantastique et facultés étranges, à la limite du paranormal. Un roman qui se dévore à belle allure, écrit dans une langue raffinée et efficace. Eric Senabre avoue qu’il s’est bien amusé à emprunter aux uns et aux autres, voire à pasticher Dickens, Conan Doyle et leurs successeurs – sans oublier non plus la légende arthurienne (mais là, chut, n’en disons pas trop). Il reste à expliquer aux jeunes lecteurs qui sont « mesdemoiselles Remington et Olympia » remerciées « pour leur fidélité et leur efficacité » en dernière page. Cela s’appelle le savoir-vivre.

Pour en savoir plus, le mini-site du roman : http://www.sublutetia.com/scriven/

Dès 12 ans, adolescents

Eric Senabre, Le dernier songe de Lord Scriven, Didier Jeunesse, 2016, 256 p., 14,20 €