Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2017

Erwan Szenec, Les fondus de l’Arctique

17-10- seznec- les fondus de l'arctique.jpg« Joris a levé son index vers un point gris qui avançait à la surface de l’eau.
- Ours blanc. Ursus maritimus. Carnivore. Vu la direction du vent, il ne nous a pas encore repérés.
Effectivement, la situation pouvait être pire. »

Antoine – le narrateur -, Joris, Marie et un garçon qui se fait appeler Julien sont les heureux gagnants d’un concours publicitaire. Destination : l’Arctique, à bord de La Suspicieuse, un navire scientifique – enfin, prétendument scientifique. Car rien ne va se dérouler comme prévu – ni à bord ni aux escales, tant l’équipage est calamiteux et les événements improbables. Les collégiens arriveront-ils au Groenland avant que Marie ait fini de lire Moby Dick ? Leur amitié survivra-t-elle à cette expédition ? Un petit roman plein d’humour, parfois irrévérencieux, mais quand il s’agit de se moquer de la publicité, quel plaisir !

De 9 à 12 ans

Erwan Szenec, Les fondus de l’Arctique, illustrations de Vincent Bourgeau, L’Ecole des loisirs, 2017, 128 p., 12 €

12/10/2017

Jörg Mühle, Au bain, Petit Lapin !

17-10- Mühle au bain petit lapin.jpg« C’est le jour du bain de Petit Lapin. La baignoire est déjà remplie. Appelle donc Petit Lapin. » De page en page, nous allons aider Petit Lapin à se laver les cheveux, le consoler d’avoir de la mousse dans les yeux, lui essuyer le bout du nez, sans oublier, le peignoir enfilé, de lui mettre de la crème sur la figure ! Un récit « interactif », tout en carton, sur le modèle de Au lit, Petit Lapin !. A lire avant, ou après le bain. En évitant de mettre du shampoing dans les yeux de votre bout de chou !

Tout-petits

Jörg Mühle, Au bain, Petit Lapin !, L’Ecole des loisirs, coll. « Pastel », 2017, 20 p. cartonnées, 8,50 € - Traduit de l’allemand.

05/10/2017

Paul Beaupère, On pousse les murs, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur

17-10- beaupère - saint arthur- on-pousse-les-murs.jpg«  - C’est vrai ? Je me suis tournée vers papa et maman. On déménage ?
Il leur faut un certain temps pour retrouver leurs esprits et se remettre la mâchoire en place.
- Oui, Brune, bientôt. Mais entrer, on va vous faire visiter ! Vous allez voir, c’est super, grand, clair, spacieux… Vous allez adorer !
Et papa et maman sont entrés dans la maison aussi excités que moi un soir de Noël au pied du sapin. Alors j’ai suivi, je suis entrée… et là, je suis passée de Noël au jour du vaccin chez grand-père. » Car elle a bien triste mine, cette nouvelle maison, et Brune ne veut absolument pas quitter ses habitudes. Aller 200 m plus loin, tout en restant voisins de Mme Henriette… non, vraiment très peu pour elle. D’autant plus que Mozart, son cochon d’Inde, a disparu dans le jardin de ladite Mme Henriette. Mais, comme elle a très bon cœur, Brune raconte ce déménagement rocambolesque avec sa verve et son énergie habituelles et entraîne ses lecteurs dans une farandole de cartons et de fous rires.

Dès 8 ans

Paul Beaupère, On pousse les murs, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, illustrations d’Ariane Delrieu, Mame, 2017, 160 p., 10 €

29/09/2017

Thomas Lavachery, Tor et les garnements

2017 - lavachery - tor garnements.jpg« - Tor, bel enfant, brave cœur, quel plaisir de te voir !
- Chut ! Pas si fort, sapristi !
- Pardon.
Borigh-Borigh est un troll véritable et authentique, haut comme une tour, et c’est mon ami. » 
Et voilà ce troll porteur d’un drôle de paquet. « C’est Luztigh, mon neveu. Je voulais te le laisser quelque temps… » Comment Tor va-t-il s’y prendre pour garder, en cachette de ses parents et de ses amis, un bébé troll, « d’une laideur ravissante », sale et affamé comme le sont tous les trolls ? Une tâche d’autant plus compliquée que tout le village est en ébullition pour accueillir un acteur de cinéma. Prétentieux et snob – tout à l’opposé de la conception qu’un petit troll a de l’existence. Une nouvelle aventure de Tor, aussi enlevée, drôle et dépaysante que les précédentes.

De 7 à 10 ans

Thomas Lavachery, Tor et les garnements, L’Ecole des loisirs, coll. « Mouche », 2017, 80 p., 8 €

22/09/2017

Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 3 : Je vais le dire à l’empereur

17-09-barussaud - miss dashwood - empereur.jpgMiss Dashwood, nurse certifiée, croyait avoir tout vu : de Godefroy et Charlotte, qui s’obstinent à dresser un marcassin (tome 1) à la petite Marie-Printemps, couvée par une mère surprotectrice (tome 2), elle avait pu exercer tout à loisir ses talents de pédagogue et son flegme britannique. Dans ce 3e tome, c’est Napoléon III lui-même qui va recourir à son savoir-faire : il s’agit de mettre de l’ordre dans l’éducation de son fils Louis-Napoléon, 8 ans, dit Loulou, à qui sa mère et les courtisans passent tous les caprices. Daisy est d’autant plus motivée qu’elle doit préparer le jeune prince à la visite de la Queen – quelle responsabilité que celle de préserver l’amitié franco-britannique ! Avec ses amis Victor et Arthur, Loulou, cet enfant trop gâté, forme un trio à l’imagination débridée. Alors, quand ils investissent la Villa Eugénie, à Biarritz… Gwenaële Barussaud, pour qui l’imparfait du subjonctif et le protocole impérial n’ont aucun secret, ne se prend pas au sérieux pour autant, et dresse un catalogue de bêtises qui ont grâce à ses yeux – sauf s’il s’y cache quelque méchanceté ou sournoiserie. Avis aux coquins et coquines de tout poil !

De 9 à 12 ans, pour demoiselles

Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 3 : Je vais le dire à l’empereur, Fleurus, 2017, 236 p., 14,90 €
Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 2 : Attention, enfant fragile !, Fleurus, 2017, 240 p., 14,90 €
Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 1 : De si charmants bambins, Fleurus, 2016, 240 p., 14,90€

21/09/2017

Stéphanie Demasse-Pottier, Tant pis pour la pluie !

17-09-demasse  - tant pis pour la pluie.jpg« Tombe, tombe, tombe la pluie… aujourd’hui on s’ennuie. » Est-ce une raison pour se vautrer sur le canapé, en pyjama et en chaussettes ? L’escargot et la bergeronnette nous font signe, le chien ne tient pas en place, les petits voisins ont sorti leur vélo… « On veut sortir ! Courir dans les flaques ! » Bottes et cirés vite enfilés, nous sommes « trop contents de pouvoir jouer à chat-mouillé ». Un album qui se déroule comme une jolie comptine –qui donc ira sous la gouttière, pêcher des poissons pour toute la maison ? Allez, ouste, tout le monde dehors ! Lucia Calfapietra a choisi une palette de couleurs vives, où alternent le vert mouillé du jardin et les chaudes teintes orangées de la maison et habille les petits de cirés jaunes et de bottes rouges : un bel « arc-en-ciel pour lutter contre la grisaille ».

Dès 3 ans

Stéphanie Demasse-Pottier, Tant pis pour la pluie !, illustrations de Lucia Calfapietra, Grasset Jeunesse, 2017, 32 p., 14,90 €

07:00 Écrit par Madame la Chouette dans Aventures et découvertes, De 3 à 5 ans, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0)

19/09/2017

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

17-09-senabre - megumi et le fantome.jpgQuel monument de Dublin va donc visiter Megumi Fujita, en ce mois de mai 1985 ? Rien de moins que la maison où vécut son arrière-arrière-arrière-grand-père, un médecin irlandais. Une maison pas comme les autres… en effet, elle est hantée ! Mais, en bonne écolière japonaise habituée aux esprits, kami, yurei et autres yôkai, Megumi ne s’enfuit pas aux premiers grincements de porte. Et voilà qu’elle va tout faire pour ramener le fantôme de son ancêtre à Tokyo. Commence alors une enquête riche en rebondissements. Megumi saura-t-elle délivrer Horatio Hearn de l’injuste malédiction qui l’a frappée ? Le roman débute donc sur les traces du Fantôme de Canterville pour continuer dans le voisinage de Mon voisin Totoro. Le tout sous la plume inspirée d’Eric Senabre qui, entre deux canulars hilarants (avis aux écoliers : un squelette peut aider à tricher), offre une belle réflexion sur l’identité, la transmission et l’amitié. Les adultes reliront en parallèle les Lettres japonaises et les Fantômes japonais de Lafcadio Hearn (1850 – 1904) à qui Eric Senabre rend ici un bel hommage.  

Dès 9 ans

Eric Senabre, Megumi et le fantôme, illustrations de Gloria Pizzilli, Didier Jeunesse, 2017, 224 p., 12 €

18/09/2017

Ruth Quayle, Un drôle de baby-sitter

17-09-ruth Quayle - un drôle de baby sitter.jpg« Papa et Maman Longoreille avaient une ribambelle d’enfants. » Sept au total ! Une famille somme toute banale… chez les lapins. Mais comment faire garder tout ce petit monde pour se rendre à un mariage ? Confier les lapereaux aux bons soins d’un baby-sitter, bien entendu. Mais quand le seul candidat est Grosours, les choses se compliquent, car notre ours, qu’il soit naïf, balourd ou complice, a une curieuse conception de ce que peuvent – ou ne peuvent pas – faire nos garnements. Cela donne une série irrésistible de bêtises en tout genre, auxquelles Grosours répond avec un flegme très britannique. Un album à confier à votre prochain baby-sitter, surtout si vous lui confiez une famille nombreuse. Ou à lire après une expérience moins heureuse que d’autres.

De 3 à 6 ans

Ruth Quayle, Un drôle de baby-sitter, illustrations d’Alison Friend, Flammarion Jeunesse, 2017, 30 p., 13 €. Traduit de l’anglais.

08/09/2017

Timothy Knapman, Tu m’attraperas pas !

17-09- knapman - tu m'attraperas pas.jpg« Il était une fois Jackie, la souris la plus rapide du monde. La voilà ! Oh non… Elle vient de passer ! Vite ! On la course ! » Et nous voilà partis à suivre Jackie, laquelle va passer si vite entre les pattes de l’ours, du loup et du renard qu’elle va échapper à leurs griffes. Mais Tom, le vieux chat, a plus d’un tour dans son sac. Cric et crac… Eh oui, Jackie est vraiment… délicieuse ! Un album rythmé comme une comptine, avec des dessins tout en mouvement et une typographie à l’avenant. Pour apprendre aussi à ne pas trop se vanter, car on trouve souvent plus malin que soi. Ce bon Monsieur de La Fontaine n’aurait pas dit le contraire.

Dès 4 ans

Timothy Knapman, Tu m’attraperas pas !, illustrations de Simona Ciraolo, Ecole des Loisirs, 2017, 32 p., 13 €. Traduit de l’anglais par Alain Gnaedig.

04/09/2017

Louis Pergaud, La Guerre des boutons

17-09-pergaud- guerre des boutons.jpg« Tout était désert et silencieux. Le chef resta seul pendant que les quatre autres revenaient en arrière pour faire le guet. Alors prenant son bout de craie au fond de sa profonde, haussé sur ses orteils aussi haut que possible, Lebrac inscrivit sur le lourd panneau de chêne culotté et noirci qui fermait le saint lieu, cette inscription lapidaire qui devait faire scandale le lendemain, à l’heure de la messe, beaucoup plus par sa crudité héroïque et provocante que par son orthographe fantaisiste :
Tou lé Velrant çon dé paigne ku !
Et quand il se fut, pour ainsi dire, collé les quinquets sur le bois pour voir "si ça avait bien marqué", il revint près des quatre complices aux écoutes et, à voix basse et joyeusement, leur dit :

– Filons !
[…] ils regagnèrent Longeverne et leur domicile respectif en attendant avec confiance l’effet de leur déclaration de guerre. »

Lire ou relire cette Guerre des boutons, avec son vocabulaire cru, ses refrains, ses festins et… ses punitions décomplexées d’adultes à qui on ne la fait pas, quelle belle façon de fêter la rentrée des classes pour nos collégiens qui y découvriront ce que vivre veut dire ! Les illustrations de Vanessa Hié, cela tombe bien, sont peintes sur un support de papiers de récupération, déchirés, découpés, grattouillés, collés, repeints..., bref, à base de bouts de ficelle – mais où sont donc passés les boutons ?

Dès 12 ans

Louis Pergaud, La Guerre des boutons, roman de ma douzième année, Editions Gründ, 2011, 288 p., 9,95 €. Illustrations de Vanessa Hié. Texte intégral. Imprimé en France.