Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2018

May Angeli, Caruso

18-02- may angeli caruso.jpgLe vent a soufflé si fort qu’un petit corbeau est tombé du nid – vite recueilli par Jean qui le surnomme Caruso – mais oui, rien moins que Caruso, du nom du célèbre ténor napolitain. Un drôle de corbillon qui, comme nombre de ses congénères, est vite capable de répéter de petites phrases.
« Croa, croa, croa… Pain pas cuit, pain pas cuit ! » ose s’écrier Caruso à la boulangère, avant d’aller semer la pagaille dans le village par ses interventions peu amènes. Jusqu’au jour où… Croa, croa, croa, le feu a pris à la grange et le corbillon d’appeler au secours. May Angeli, dont on connait les alphabets et autres imagiers, raconte ici avec beaucoup d’humour une histoire qui finit bien.

Dès 4 ans

May Angeli, Caruso, Les Éditions des Élephants, 2018, 14 €

05/02/2018

Isabelle Wlodarczyk, Argos, le compagnon d’Ulysse

18-02-Wlodarczyk - Argos le compagnon d'Ulysse.jpg« En s’éloignant Ulysse a crié : "Et toi, Argos, prends soin de Télémaque !" J’ai aboyé une seule fois : promis ! » Et vingt ans ont passé ; c’est long, vingt ans, dans la vie d’un bon chien… Le jeune chiot agile et prompt à lever les lièvres dans les garrigues d’Ithaque a veillé sur le palais et ses habitants, sur Pénélope et sur Télémaque, puis il est devenu un bien vieux chien au poil grisonnant. Lorsqu’un jour, nous raconte-t-il, il le devine, « ce vieillard aux yeux ternes, au dos voûté par les années, c’est Ulysse. Pénélope ignore que l’homme qu’elle attend depuis toujours est de retour. Moi je le sens dans tous mes poils, dans mon cœur fatigué, dans mon âme de chien. C’est lui, Ulysse. » Une ultime caresse et Argos, après tant d’années, peut s’endormir « pour toujours, repu et heureux. Ulysse est rentré ». Quelle belle leçon de patience et de fidélité nous a donnée Homère ! Isabelle Wlodarczyk donne ici la parole à Argos qui, à sa façon, nous raconte ce qu’il a compris de l’odyssée de son maître. Les illustrations d’Alice Beniero, d’un trait fort et énergique, nous font découvrir à ras de truffe le palais et ses habitants, les criques et les campagnes d’Ithaque. Emotions garanties.

Dès 6 ans

Isabelle Wlodarczyk, Argos, le compagnon d’Ulysse, illustrations d’Alice Beniero, Editions Amaterra, 2018, 40 p., 12,90 €

02/02/2018

Tai-Marc Le Thanh, Buffalo Bill

18-02-Le Thanh - buffalo bill.jpg« - Es-tu fier de la vie que tu as menée ? Es-tu en paix avec toi-même ?
William Cody fut incapable de lui fournir une réponse. Son souffle était court. Mais cette simple question avait déjà éveillé en sa mémoire un cortège de souvenirs. Ceux de sa vie, si bien remplie, et si riche en péripéties.
- Es-tu en paix avec toi-même ? insista le Grand Esprit du Bison. Alors William Cody se mit à raconter. »
A raconter comment le gamin est devenu convoyeur de bétail, comment il a guerroyé contre les Indiens – mais allié à d’autres Indiens -, du nord au sud, ou plutôt toujours plus à l’ouest, chevauchant avec le Pony Express, avant de monter ce spectacle sans pareil qui fit connaître la conquête de l’Ouest aux Européens… Alors, bien sûr, au grand dam du Grand Esprit du Bison, il a joué de la carabine et du couteau, il a tué des bisons, des hommes aussi, pour se défendre, dit-il. Ou comment un gosse perdu est devenu un personnage de légende, allumant des étincelles dans les yeux des enfants – et de ceux qui leur ressemblent. Les illustrations de Lucile Piketty sont somptueuses, ajoutent au souffle épique du récit de Tai-Marc Le Thanh des couleurs éclatantes et toniques. Le Grand Ouest n’a pas fini de nous fasciner !

Dès 6 ans

Tai-Marc Le Thanh, Buffalo Bill, illustrations de Lucile Piketty, Seuil Jeunesse, 2017, 40 p., 15,50 €

01/02/2018

Jim Helmore, Mon lion blanc

18-02-helmore - mon lion blanc.jpgDans la nouvelle maison de Margot, tout est blanc, du sol au plafond – mais elle s’y trouve bien seule. « Un jour, elle entendit un bruit tout près d’elle.
- Que dirais-tu d’une partie de cache-cache ? fit une voix grave et douce.
Margot se retourna. Devant elle se tenait un lion blanc comme neige.
- D’où viens-tu ? demanda Margot.
- Oh, d’ici et là… répondit le lion. »
Aussi gigantesque qu’énigmatique, ce superbe lion blanc va se révéler le meilleur ami secret de la fillette, surgissant ici d’un mur, ailleurs d’un rêve. Et le jour où les amis de Margot viendront peindre sa maison de toutes les couleurs, elle saura retrouver son lion complice. A vous de découvrir où !
Un album tendre et poétique, sans mièvrerie, où les allusions restent légères et où la bienveillance est aussi douce que la fourrure de ce lion blanc.

Dès 4 ans

Jim Helmore, Mon lion blanc, illustrations de Richard Jones, Albin Michel Jeunesse, 2017, 32 p., 13,50 € - Traduit de l’anglais.

30/01/2018

Emily Bone et Laura Cowan, Histoire de la mode

18-01-histoire mode usborne.jpgDes fourrures portées par Œtzi il y a 5000 ans aux pattes d’éléphant des années 1970, cet album propose un vaste panorama de la mode vestimentaire. Chiton et péplos, braies et torques, vertugadins, franges, tournures et lamé, que d’inventivité dans l’art de se vêtir ! Loin de se limiter aux modes aristocratiques et coûteuses, les auteurs présentent aussi les vêtements simples et pratiques des paysans et quelques tenues bien amusantes, comme les costumes de bain 1900. Les explications sont claires et détaillées, et les illustrations élégantes et de bon goût.

Chez le même éditeur, les fashionatas en herbe sauront aussi trouver albums à colorier, autocollants et figurines de papier à habiller pour stimuler leur créativité.

Dès 8 ans

Emily Bone et Laura Cowan, Histoire de la mode, Usborne, 2017, 111 p., 12,95 € - Traduit de l’anglais.

29/01/2018

Le Labyrinthe du Minotaure, le jeu

18-01-labyrinthe minotaure jeu.jpgQue vous soyez Thésée, Ariane ou l’un de leurs compagnons, il vous faudra user de réflexion et d’ingéniosité pour sortir le premier de ce labyrinthe, qui se construit au fur et à mesure du jeu, avec ou contre vous. Le Minotaure guette, et seul le tirage du dé saura vous avantager – ou vous renvoyer au cœur du plateau de jeu. Une seconde manière de jouer réunit tous les joueurs, sauf un, qui incarne le Minotaure.
Les parties durent de 15 à 45 minutes. Elles sont assez variées pour donner envie de rejouer et pour que chacun ait la chance de gagner. Ne perdez pas le dé, qui n’a pas de face 5 et 6, mais deux faces 2 et deux faces 4.

Dès 7 ans, de 2 à 7 joueurs

Le Labyrinthe du Minotaure, le jeu, d’après l’univers d’Yvan Pommaux, L’Ecole des loisirs et PlayBac, 2017, 19,90 €

26/01/2018

Les Métiers dans la Malle aux mille trésors

18-01-métiers 1000 trésors - Couverture.jpgApiculteur, luthier, imprimeur, pâtissier, infirmière, jardinier, charpentier… ils ont répondu avec autant de professionnalisme que de sollicitude aux rédacteurs de la revue pour enfants « La Malle aux mille trésors », qui présentent ainsi dix-neuf « vrais » métiers. L’occasion d’en apprendre plus sur les formations, l’outillage, les relations avec les clients, mais aussi de partager la joie de ceux qui exercent un beau métier.
Si certains métiers nous viennent d’une longue tradition, du Moyen Age ou de plus loin encore, l’album propose aussi une incursion – ou une excursion ? – dans l’univers méconnu des plates-formes pétrolières et un entretien avec un chef d’atelier de l’aéronautique.
La maquette est un peu serrée, la malle est remplie « jusqu’au bord » mais chacun avait beaucoup à dire pour faire partager sa passion et susciter des vocations.

Dès 10 ans

Les Métiers dans la Malle aux mille trésors, Editions du Mouvement catholique des familles, 2017, 100 p., 19 €

25/01/2018

James Fenimore Cooper, Le Dernier des Mohicans

18-01-cooper - dernier des Mohicans.jpg« - Voit-on souvent dans les bois des apparitions semblables, Heyward ?
- Cet Indien est un coureur de notre armée, répondit le jeune officier. Il s’est offert pour nous conduire au lac par un sentier peu connu, mais plus court que le chemin que nous serions obligés de prendre en suivant la marche des troupes.
- Cet homme ne me plaît pas, répondit la jeune dame. Sans doute le connaissez-vous bien, Duncan, sans quoi vous ne vous seriez pas si entièrement confié à lui ?
- Oui, je le connais. Il est Canadien de naissance, et cependant il a servi avec nos amis les Mohawks. »
Ami ? Ennemi ? La guerre de Sept Ans fait rage, Anglais et Français s’affrontent sur ces terres du Nouveau Monde. Un jeune officier anglais a pour délicate mission de conduire Cora et Alice, les deux jeunes filles du général Munro, à fort William-Henry, assiégé par les Français de Montcalm. Mais les tribus indiennes, alliées ou ennemies, ne sont jamais loin… Des tribus indiennes que Cooper décrit avec une certaine nostalgie, soixante-dix ans à peine après ces événements.
« Cette version présente le texte original traduit par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret en 1839, révisé pour rendre la lecture plus fluide aujourd’hui », précise l’éditeur. Elle est illustrée avec talent par Patrick Prugne, à qui l’on ne fera pas prendre un Mohican pour un Huron !

Adolescents

James Fenimore Cooper, Le Dernier des Mohicans, illustrations de Patrick Prugne, Editions Margot, 2017, 176 p., 25 €

23/01/2018

Mutsuko Watari et Iku Dekune, Les Quatre Lapins et les écharpes fantastiques

18-01-watari - les 4 lapins et les écharpes fantastiques.jpgQuatre petits lapins sont fous de joie : dans le paquet envoyé par Mamie, voilà quatre belles écharpes tricotées à la main – une rouge, une bleue, une blanche et une jaune, qui vont briller de tout leur éclat dans le froid de l’hiver. Surtout quand Papi Hêtre, le plus vieil arbre de la forêt, remercie à sa façon nos quatre lapereaux de leur visite affectueuse. Tout le charme japonais, autant dans le trait délicat et espiègle, que dans le texte, qui chante en douceur l’entraide et la fraternité.

Dès 3 ans

Mutsuko Watari et Iku Dekune, Les Quatre Lapins et les écharpes fantastiques, Nobi Nobi, 2017, 48 p., 12, 50 €

22/01/2018

Gwenaële Barussaud, Léo, Mon secret est une chance

18-01- barussaud-  léo t 1.jpg« Pas de rêves où m’évader, pas même un sommeil de brute dans lequel je me perdrais pour tout oublier. Non, j’ai la conscience bien éveillée au contraire, je sens parfaitement cette crevasse dans mon cœur, qui fissure mes certitudes, ébranle mes convictions. Mes parents ne sont pas mes parents. […] C’était donc ça mon prénom d’aristo, mon teint pâle, mes cheveux blonds ? »
Autant de questions que se pose Léonore, dite Léo, dix-huit ans, ouvrière de la chocolaterie Menier en cette fin du Second Empire, quand ses parents lui révèlent le secret de sa naissance. Et notre héroïne de « monter » à Paris, et de se faire embaucher comme petite bonne dans l’immeuble chic où sont censés habiter ses parents afin d’y mener son enquête.
Gwenaële Barussaud signe là un roman d’aventure et d’initiation donc, où ne manque ni la « croix-de-ma-mère » sous la forme d’un monogramme de batiste, ni le « gentil garçon » protecteur, plein d’avenir – et un peu amoureux. Mais Léo, comme les autres héroïnes de Gwenaële Barussaud, n’est pas une « oie blanche » : volontaire, énergique, elle n’hésite pas à prendre des décisions courageuses. Elle assiste ainsi aux obsèques de Victor Noir, au procès de Pierre-Napoléon Bonaparte, avant de prendre seule le train pour Saint-Malo et le bateau pour Guernesey, haut lieu de l’exil sous le Second Empire, où elle renoue avec son histoire. Je vous laisse la surprise de ce premier dénouement, en attendant le tome 2, annoncé pour juillet.

Dès 12 ans

Gwenaële Barussaud, Léo, Mon secret est une chance, Rageot, 2018, 256 p., 13,90 €