Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2017

Erik L’Homme, Nouvelle Sparte

17-11-erik l'homme - nouvelles sparte.jpg« Alexia prononça les paroles rituelles qu’elle n’avait pas le droit de prononcer – il n’y avait aucun serment et aucun vol avant la troisième année académienne. "Belle squaline… Je te confie ma vie… Emporte-moi dans le ciel…"La porte devant elle s’ouvrit automatiquement quand le caisson fut plein. Alexia enclencha l’aqua-mode, actionna le levier de commande. La squaline se faufila-glissa dans l’obscurité froide des profondeurs du Baïkal. Le cœur d’Alexia vibrait d’une excitance totale. » Car la jeune fille a enfreint les lois de la Nouvelle-Sparte, cette cité recréée sur les rives du Baïkal après les Grands Bouleversements qui avaient, deux siècles plus tôt, « renversé les pays du Monde-d’avant ». Aux commandes de son engin, Alexia n’a qu’un seul but : aller sauver son ami Valère, aux prises avec de dangereux personnages qui perturbent sa mission dans la sombre Occidie.
Avec leurs jeunes compagnons, Valère et Alexia sont parvenus, quelques semaines auparavant, au terme de leur formation et ont vécu les épreuves de la terrible kryptie. Ils ont entendu le discours de la grande-prêtresse d’Hestia : « La force de la Fédération ne réside ni dans ses satellites-tueurs ni dans ses féroces squalines, mais dans le caractère de ses citoyens ! Leurs vertus – courage, ruse, tempérance – sont le vent qui nous porte vers tous les rivages ! La clef de tous les trésors, le marteau qui forge les patries vivantes, le bouclier sans lequel aucune civilisation ne saurait durer ! » Il était donc temps de passer à l’action !
Erik L’Homme signe ici un roman ambitieux, où la science-fiction se nourrit de l’héritage homérique, que ce soit dans le rythme du récit, dans la création de néologismes (« ils se sourire-lumière ») ou dans les discours du philosophe Goas. Empruntant à la fois à l’Iliade – comment réagir aux attentats qui sèment le chaos dans la cité ? – et à l’Odyssée – Valère est prisonnier en Occidie des charmes d’une sulfureuse Circé -, ce trépidant roman d’aventures futuristes est aussi une belle leçon de vie pour ceux qui ont « l’âge-de-toutes-les-folies ». Rassurez-vous, inutile d’avoir planché son grec ancien au lycée pour entrer dans la Nouvelle-Sparte – mais les hellénistes y trouveront un charme supplémentaire. Les lecteurs de Sylvain Tesson ne seront pas déçus non plus, pour des raisons plus… baïkaliennes.

Adolescents, jeunes adultes

Erik L’Homme, Nouvelle Sparte, Gallimard Jeunesse, coll. « Romans Ado », 2017, 320 p., 13,50 €

26/10/2017

Jean-François Chabas, Les filles de Cùchulainn

17-10-chabas- les filles de cuchulainn.jpg« Quelle était la véritable histoire du grand Shire ? Nous autres, gens des îles, aimons les mystères ; je crois que nous n’en aurons jamais notre compte. Et à cause de cette énigme qui s’attachait à ses origines et  son acquisition, j’ai encore plus aimé Cùchulainn. » Cet immense cheval noir et borgne, « paisiblement rétif », est la seule consolation qui reste à la narratrice quand son mari périt en mer. Huit mois après cette disparition, naissent des jumelles, Esther et Rebecca, enfants miroirs, qui ne communiquent qu’entre elles et passent pour simplettes. Cùchulainn, tel le héros de la mythologie celte dont il porte le nom, est-il comme lui « doté de pouvoirs magiques et divinatoires » ? L’étrange complicité qui le lie aux jumelles sauvera la famille et l’île entière de brigands malfaisants.
Un roman qui respire les embruns, à lire un jour de tempête, blotti dans une stalle ! Une belle réflexion sur le couple, la maternité, la filiation, aussi insolite qu’originale.

Adolescents

Jean-François Chabas, Les filles de Cùchulainn, L’Ecole des loisirs, coll. Medium, 2013, 110 p., 8,50 €

16/10/2017

Jirô Taniguchi, La forêt millénaire

17-10 Taniguchi - foret millénaire.jpgWaturu, un jeune Tokyoïte de 10 ans, est recueilli par ses grands-parents dans un village de montagne. Perturbé par le divorce de ses parents et la maladie de sa mère, il ne trouve guère de compassion auprès de ses condisciples – lesquels le mettent au défi de grimper dans un arbre immense, « leur » arbre, au cœur de la forêt. Une forêt bien étrange, née d’un tremblement de terre, dans laquelle vivent de curieux animaux...
Entre album, avec un format à l’italienne, et manga, par ses codes graphiques, cet ouvrage est le dernier opus du grand maître japonais, décédé avant de l’avoir terminé. La seconde moitié du livre est consacrée à une interview de Jirô Taniguchi (1947-2017) et au storyboard des épisodes qui devaient continuer l’histoire de Waturu. Cela donne un document à part, étrange et nostalgique, qui fait revivre le Japon des années 1950 où les kodama - les hamadryades nipponnes – s’inquiètent déjà de la bonne santé de la forêt.

Adolescents

Jirô Taniguchi, La forêt millénaire, Rue de Sèvres, 2017, 72 p., 18 €

19/09/2017

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

17-09-senabre - megumi et le fantome.jpgQuel monument de Dublin va donc visiter Megumi Fujita, en ce mois de mai 1985 ? Rien de moins que la maison où vécut son arrière-arrière-arrière-grand-père, un médecin irlandais. Une maison pas comme les autres… en effet, elle est hantée ! Mais, en bonne écolière japonaise habituée aux esprits, kami, yurei et autres yôkai, Megumi ne s’enfuit pas aux premiers grincements de porte. Et voilà qu’elle va tout faire pour ramener le fantôme de son ancêtre à Tokyo. Commence alors une enquête riche en rebondissements. Megumi saura-t-elle délivrer Horatio Hearn de l’injuste malédiction qui l’a frappée ? Le roman débute donc sur les traces du Fantôme de Canterville pour continuer dans le voisinage de Mon voisin Totoro. Le tout sous la plume inspirée d’Eric Senabre qui, entre deux canulars hilarants (avis aux écoliers : un squelette peut aider à tricher), offre une belle réflexion sur l’identité, la transmission et l’amitié. Les adultes reliront en parallèle les Lettres japonaises et les Fantômes japonais de Lafcadio Hearn (1850 – 1904) à qui Eric Senabre rend ici un bel hommage.  

Dès 9 ans

Eric Senabre, Megumi et le fantôme, illustrations de Gloria Pizzilli, Didier Jeunesse, 2017, 224 p., 12 €

31/08/2017

Aventures

aventures.jpgDès 4 ans

Anne Cortey, Au fond des bois, illustrations de Julia Wauters, 2017, Sarbacane, 40 p., 15,50 €

Dès 10 ans

Judith Bouilloc, Les Maîtres du vent, Artège, 2016, 438 p., 17,90 €

Adolescents

Capitaine Caval, Feu sacré, Via Romana, 2017, 288 p., 12 €

14/07/2017

Grands auteurs (1)

grands auteurs.jpgDès 7 ans

Rudyard Kipling, Histoires comme ça, bois gravés de May Angeli, Editions du Sorbier, 2008, 360 p. Edition cartonnée : 29,40 € - Texte intégral.

Dès 9 ans (ou dès 7 ans si le livre est lu à haute voix par un adulte)

André Maurois, Le pays des Trente-six mille volontés, illustrations d’Alice De Page, Gautier Languereau, 2016, 64 p., 14,50 €

Adolescents

Jacques Prévert, Embrasse-moi, illustrations de Ronan Badel, Gallimard Jeunesse, 2016, 44 p., 14,90 €

26/06/2017

Satomi Ichikawa, Les amis du vieux château

17-06-ichikawa amis vieux chateau.jpg« Du village de Nora, on voit très bien le château de la Grillère. Depuis très longtemps, racontent les villageois, personne n’habite plus cette antique demeure. » Est-il vrai que des fantômes le hantent ? « Nora voudrait en avoir le cœur net. Alors, un jour, pendant les grandes vacances, elle part en expédition avec ses trois amis, la poupée Maggie, l’ours Pouh et Kiki le chien. » Et quelle aventure en effet, une fois les grilles poussées… Satomi Ichikawa n’a pas son pareil pour capter l’essence de nos vieilles maisons, des objets délaissés, des ambiances surannées – et tout cela en en faisant une fête, bien sûr, car la jeune Nora déborde d’imagination pour faire revivre le château !

Dès 6 ans

Satomi Ichikawa, Les amis du vieux château, L’Ecole des Loisirs, 1989, 32 p., 12,20 €

16/05/2017

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur

17-05-merle - merlin l enchanteur.jpg« Le vieil homme le déposa sur le sol, le saisit par la main, et le conduisit vers un cheval blanc attaché à un arbre, à l’orée de la forêt.
Il ne faisait aucun doute que le personnage aux allures de moine, avec sa robe de laine blanche, était l’auteur de ce phénomène miraculeux.
- Merci, Messire, articula John d’une voix étranglée. Il reçut en retour un éclair d’yeux bleus où se lisaient la malice et la tendresse.
- Sais-tu qui tu es ? demanda le vieil homme. »
Ce vieil homme n’est autre que Merlin, le magicien, l’enchanteur, le faiseur de rois – lequel annonce à John, jeune paysan poursuivi par des « tueurs sans Dieu » qu’il n’est autre que Tristan, fils et héritier du défunt duc Henry de Salisbury. Au fil d’un récit mené tambour battant, nous rencontrerons les rois Uther et Pendragon, Arthur et Morgane, des dragons et des traîtres, des Saxons et des Irlandais, la belle Ygreine et la fée Viviane, Excalibur et la Table ronde… autant dire une excursion trépidante au cœur de la matière de Bretagne. Le roman est lisible dès 9 ans, mais les histoires d’amour un peu… compliquées n’intéresseront guère les jouvenceaux avant 12 ans.

Dès 12 ans

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur, coll. « Héros de légende », Bayard, 2017, 160 p., 6,50 €

11/05/2017

Eric Senabre, Star Trip

17-05-senabre - star trip.jpg« Dans le poste de télévision, le capitaine Burke et le commander Rock, son officier en second, se figèrent dans une posture défensive à peine moins outrée que celle d’un éphèbe grec sur un tableau de la Renaissance. Leurs uniformes colorés – formés d’un sous-pull moulant en acrylique et d’un pantalon de treillis – scintillèrent un petit moment devant le décor en carton. Puis l’écran de télévision devint noir, et afficha bientôt un ciel constellé d’étoiles. […] Alors retentit une musique glorieuse et les mots STAR TRIP s’affichèrent sur toute la hauteur de l’écran. » Taratata, taratata… Nous sommes en 1968, les effets spéciaux des séries intergalactiques ne sont pas encore très au point. Cela permet à May, la grande sœur du jeune Sam, de lui construire, en cachette, une réplique de la navette spatiale USS Intrepid. Non sans l’aide de son boyfriend Will, parangon du jeune Américain à l’aise au volant d’un vieux combi. Le jeu tourne à l’aigre quand le capitaine Burke - ou plutôt l’acteur en titre Benjamin Spike - débarque dans leur grange au fin fond de l’Idaho. Commence un voyage déjanté, où la réalité rejoint et dépasse souvent la fiction. Si l’Amérique est « conquérante » quand il s’agit d’aller dans l’espace et d’en faire du cinéma, le roman s’attarde plus sur l’Amérique des paumés : hippies, révérend évangéliste insistant, patron de motel en déshérence, Indien chaman, jusqu’à cet acteur qui se révèle un pur looser… 1968 : Star Wars n’avait pas encore évincé Star Trek et la Nasa flirtait gaiement avec les extraterrestres. Cela donne un roman un peu psychédélique, mais haut en couleur et quasiment intergénérationnel. Et si la navette allait décoller, pour de bon ?

Dès 12 ans

Eric Senabre, Star Trip, Didier Jeunesse, 2017, 288 p., 15,90 €

18/04/2017

Judith Bouilloc, Les Maîtres du vent

17-04-bouilloc maitres du vent.jpg« Maître Ginkgo ?
- Oui, Yann.
- Comment devient-on Gardien comme vous ?
- En s’entraînant encore et encore.
- Oui, mais il y a beaucoup de Waldgangers qui souhaitent intégrer la Garde ! Et tous n’y arrivent pas !
- C’est Finn Shermann, le général de la Garde qui sélectionne en personne les guerriers de l’armée professionnelle de Waldgan parmi les volontaires qui ont seize ans passés. »
Or la mère de Yann, veuve d’un officier et guérisseuse de son métier, ne tient pas à lui donner la précieuse autorisation. Elle verrait mieux son fils reprendre l’atelier de sculpture de son oncle Frans.
De chapitre en chapitre, le jeune Yann suit les cours de l’école des Maîtres du vent, puis de l’école de guerre de SoenTsu. Il s’y lie d’amitié avec des adolescents venus d’autres contrées de ce continent imaginaire – une amitié qui leur permettra, le temps venu, de garantir une paix bienvenue après de terribles batailles. Un roman astucieux, où les forêts se nomment Dodone, Barento ou Verzy, et la capitale de Waldgan, Yggdrasil – et dont les chapitres sont placés sous la haute bienveillance du Cimetière marin de Paul Valéry. Un roman dynamique, dans la lignée des romans de collège et d’initiation, mais avec cette « touche française » qui le démarque des séries industrielles anglo-américaines.

Dès 10 ans

Judith Bouilloc, Les Maîtres du vent, Artège, 2016, 438 p., 17,90 €