Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2010

Trois fils, trois flèches, trois paires de sabots…

Bilibine-Sorbier.jpgMais aussi trois sœurs, trois bonnets et trois mariages… Dans les contes, le chiffre trois tient une grande place. Face à ces trios, un prince, un faucon, un œuf d’or, un loup gris, une princesse grenouille. Et surtout, une et une seule Baba Yaga, dans sa maisonnette montée sur pattes de poule.

« Il y a bien longtemps que je protège ta maison du vent, lui répondit le bouleau [il parle à Baba Yaga], et tu ne m’as jamais noué un simple fil autour du tronc. Elle [la gentille héroïne], elle y a noué un ruban. » En nouant ce ruban, la fillette se gagne les faveurs de l’arbre tutélaire, qui, au lieu de « lui crever les yeux avec ses branches », lui permet de s’enfuir de chez la sorcière et donc d’avoir la vie sauve.

 

Bilibine-Actes Sud.jpgLa magie de ces recueils tient en grande partie aux illustrations du peintre russe Ivan Iakovlevitch Bilibine (1876-1942). Au goût de l’Art Nouveau pour l’imagerie populaire, il joint le regard de l’ethnographe désireux de sauver les traditions de la Grande Russie.

 

Dès 7 ans

 

Contes Russes, illustrés par Ivan Bilibine, Éditions du Sorbier, 1997, 23 €

Contes de Russie, illustrés par Ivan Bilibine, Actes Sud Junior, 1997, 78 p., 14 €

Ces deux éditions reprennent en un seul album les volumes publiés en 1986 par Messidor – La Farandole.

14/09/2010

Qui passe donc par les Chemins Mouillés du Bois Sauvage ?

10-09-14-Kipling-chat.gif« Cela survint et se passa du temps que nos Amies les bêtes étaient encore sauvages. Le Chien était sauvage, le Cheval était sauvage, la Vache était sauvage, le Mouton était sauvage, le Cochon était sauvage. […] Mais le plus sauvage des animaux sauvages était le Chat qui s’en allait toujours tout seul. » Quel plaisir que de varier le ton sur ces litanies, que les enfants reprennent vite en chœur ! L’un après l’autre, emberlificotés par divers sortilèges de la Femme, les animaux se laissèrent domestiquer. Tous, sauf un… car, le Chat, « ni ami, ni serviteur », préféra conserver sa liberté. Et il alla « tout doux, tout doux, à pieds de velours », « en remuant la queue et tout seul »…

May Angeli a privilégié ici des couleurs chaudes et raffinées, et joue savamment des valeurs chromatiques pour contrebalancer l’aspect rustique de la gravure sur bois. Un équilibre très félin, en somme…

 

A partir de 5 ans

 

Rudyard Kipling, Le chat qui s’en allait tout seul, avec des gravures sur bois de May Angeli, Éditions du Sorbier, 2009, 24 p., 13,50 €

13/09/2010

Un bouquet de romarin dans le vide-greniers de ce dimanche

Contes-leg-provence-couv-compr.jpgUne belle trouvaille, ce dimanche : les Contes et légendes de Provence, qui vibrent encore du chant des cigales.

De « Jean de l’Ours », à « Romieu de Villeneuve », les douze récits de ce volume entremêlent les grandes figures de la Provence païenne et celles de la Provence chrétienne. Que serait en effet la Provence sans le Drac, la Tarasque et la Cabre d’or ? Et que serait-elle sans saint Trophime, saint Césaire et sainte Marthe ? Des saints dont l’histoire, il est vrai, n’est pas toujours très conforme à l’idée que l’on se fait des saints… Quant à la délicieuse et courageuse petite Gayette, j’en chercherai le santon pour le prochain Noël !

Tout normalien, spécialiste de Dante et professeur au Collège de France qu’il fut - ou justement parce qu'il l'était -, André Pézard (1893-1984) a su trouver le ton juste pour transmettre aux plus jeunes ces contes issus de la plus ancienne tradition provençale : une langue ensoleillée, rieuse, parcourue d’une jolie brise marine et parfumée de toutes les senteurs de la garrigue…

 

Extraits

« Saint Honorat était venu jouer aux boules et se salir cordialement les mains avec ses bons amis du Suquet. Il reconnut le diable à distance. Comment l’empêcher de passer la mer ? Saint Honorat implora le ciel, du fond de l’horizon accourut un mistral brusque et glacé, un vrai mistral de capricorne. » Les Îles d’Or

La princesse « parut si adorable que sa marraine voulut l’appeler Maguelonne : c’est le nom qu’alors les riverains de la Méditerranée donnaient à Vénus, se souvenant qu’elle est l’étoile des Mages, la plus charmante des étoiles, pure comme une perle. » Pierre de Provence

 

A partir de 10 ans

 

André Pézard, Contes et légendes de Provence, Fernand Nathan

06/09/2010

Au pays des nuages

10-09-06-L'homme-contes.jpg« Chitral est un pays perdu au bout du monde, un royaume de vallées sauvages, cerné par des montagnes immenses. » Ainsi débute le conte de « Nano Begal, la Maman de Begal », dans lequel une simple paysanne en remontre au roi de son pays lors d’une partie de polo.

De pauvres villageoises comme Nano Begal, des joueurs de polo acharnés, des chasseurs comme le Roi au corbeau ne sortent pas directement de l’imagination d’Erik L’Homme, non, il les a vraiment rencontrés ! C’était lors d’une expédition au Pakistan, il y a une vingtaine d’années. Quant aux demoiselles rêveuses… ce ne sont pas leurs sourires qu’Erik, son frère Yannik et leur ami Jordi étaient partis quêter, non, ce qui passionnait alors ces trois aventuriers, c’étaient des « pas dans la neige ».

 

10-09-06-lhomme-pas-ds-la-neige.jpgDes empreintes immenses, sur des pistes insolites... Qui donc allait ainsi pieds nus ? Était-ce le barmanou, cet « abominable homme des neiges », cet homme sauvage que les montagnards disaient avoir croisé à la nuit tombante ? Le saura-t-on un jour ? Peut-être…

Si les Chitralis sont des conteurs hors pair, nul doute qu’ils ne chantent, à la veillée, les extraordinaires aventures d’Erik L’Homme au pays des nuages.

 

Dès 7 ans

Erik L’Homme, Contes d’un royaume perdu, illustré par François Place, Gallimard Jeunesse, 2003, 48 p., 12 € - Folio Cadet n° 462, 2009, 78 p., 6 €

 

Dès 10 ans

Erik L’Homme, Des pas dans la neige, Aventures au Pakistan, Gallimard, Coll.Scripto, 2010, 208 p., 9 €

03/09/2010

Cric, crac, croc, qui me goûte, qui me croque ?

10-09-03-hansel-gretel.jpgVoici un conte bien cruel, dont le thème initial semble à mille lieues des préoccupations de nos bambins trop nourris : la famine, qui contraint les adultes à se séparer de leur progéniture. Mais un conte toujours apprécié des enfants, qui jouent à se faire peur et attendent avec impatience que justice soit rendue. Quelle joie de savoir que la sorcière va rôtir dans les flammes de son propre foyer !

Face aux malheurs des temps et à la vilenie de la marâtre, il y a non seulement la ruse – comme dans le Petit Poucet –, mais aussi le soutien réciproque qui unit le frère et la sœur. Le texte de cet album est fidèle à celui des frères Grimm, jusqu’à la ritournelle finale. Il est donc assez long, mais le rythme de la traduction permet une lecture à haute voix agréable et fluide. Les illustrations sont douces et les couleurs symbolisent bien les étapes du conte : au gris bleu de la forêt sous la lune, s’opposent les couleurs du pain d’épice – doré à point. Rien n’interdit aux gourmands de rebâtir la maison de la sorcière, avec moult gâteaux et bonbons – et de la croquer de bon cœur !

 

Dès 5 ans

 

Jacob et Wilhelm Grimm, Hänsel et Gretel, illustré par Anastassija Archipowa, Albin Michel Jeunesse, 25 p., 2008, 10,50 €

25/02/2018

Le facteur y est monté, pirouette, cacahuète

12-11-Beatrix-Potter-pierre-lapin-petit-facteur-chouetteunlivre.jpgOù Pierre Lapin court-il donc si vite ? A l’épicerie du village Sawrey, avec une lettre de Madame Lapin qui règle une vieille dette « de boutons et d’infusion de camomille ». La suite de la tournée va s’avérer plus périlleuse – car M. Ernest Blaireau confie à Pierre deux invitations à déjeuner ; l’une qu’il doit remettre à son ami Tod ; l’autre à… Sophie Canétang, l’éternelle oie blanche. Heureusement, « l’agent Poupée veille »… Une grande aventure, avec de vraies lettres à ouvrir !

Dès 5 ans

D’après Beatrix Potter, Pierre Lapin, petit facteur, Gallimard Jeunesse, 2012, 36 p., 13 €