Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2011

Et Pâris ne songeait qu’à Hélène…

11-05-merveilleuse-legende-Troie-hatier-chouetteunlivre-.jpg« A l’abri d’un buisson de lentisques, les deux compagnons devisaient tristement. […]
- Je crois, disait l’un que nous nous rappellerons à tout jamais cette misérable aventure. » Ces deux compagnons, que l’on pourrait croire bergers ne sont autres que Poséidon et Apollon en personne ! Réduits en esclavage par le roi Laomédon, ils ont dû édifier les remparts de Troie.
Et en effet, elle resta à tout jamais mémorable, cette aventure troyenne dont les héros se nomment Priam, Pâris, Hélène, Agamemnon, Achille Patrocle et tant d’autres. Non seulement pour s’être déroulée sous le regard des dieux de l’Olympe, mais surtout parce que son écho résonne encore dans la littérature, la musique et les beaux-arts.
Ce beau livre revisite le mythe troyen dans la littérature grecque d’Homère à Eschyle, Sophocle et Euripide. C’est donc un livre déjà complexe qui ravira les adolescents familiers de l’Antiquité.

A partir de 12 ans

Georges Chappon, La merveilleuse légende de Troie, Hatier, 1968-1973, 152 p. A rechercher.

18/05/2011

Les avis d’Odin et autres récits

11-05-Boucher-CEL-Vikings-chouetteunlivre.jpg« Les troupeaux mourront / et la parenté mourra, / et un homme lui-même doit mourir ; / mais un nom valeureux / ne mourra jamais, / ni la gloire de celui qui l’a porté, » tel est le dernier des « dits du Grand Dieu » rapportés ici. Une leçon de sagesse qu’il n’est jamais trop tôt pour méditer, que ce soit sur les rivages des mers nordiques ou à l’ombre d’un grand frêne.

Comment fut enchaîné le loup Fenrir ? Quels bienfaits le dieu Heimdall répandit-il sur le monde au gré de ses voyages ? Pourquoi Ragnar porte-t-il le surnom de « Culotte-de-fourrure » ? Et quelles sont les solutions des énigmes de Gestumblindi ? Autant de chapitres de ces contes et légendes venus du Grand Nord.

Une fois n’est pas coutume, je citerai la 4e de couverture : ici, « la nature, les animaux, les hommes et les dieux participent à cette odyssée cosmique et guerrière empreinte d’une poésie héroïque et farouche qui, cependant, chante l’espoir d’un monde nouveau, où les hommes justes siégeront auprès des dieux, pour l’éternité. »

 

Dès 10 ans

 

Alan Boucher, Contes et Légendes des Vikings, Fernand Nathan, 1968 et rééditions, 256 p. Au hasard des brocantes et des librairies d’ancien. Une chance : 2 € chez mon bon ami Emmanuel.

16/05/2011

La laine des moutons, lonlaine

11-05-Pompons-jouets-tricotins-phildar-chouetteunlivre.jpgSur le même thème, j’aurais pu vous servir « Madame Mouton tricote, des manteaux pour ses enfants ». En revanche, laissons au placard la suite pas bien finaude de « je tricote dans mon coin » ! Car il s’agit ici d’occuper une petite tribu avec quelques pelotes de laine. Les plus jeunes apprendront à faire des pompons, et surtout à les monter en un arlequin multicolore. A 6 ans, on a assez de patience pour sortir une longue tresse de son tricotin : elle permettra d’écrire son prénom sur un coussin tout doux, tout doux. Les plus grands se verront confier des aiguilles à tricoter pour se lancer dans le point de mousse ou de jersey : et voilà un bonnet et des mitaines qui ne se trouvent pas en magasin ! Mais j’y pense : la fête des mères, c’est bientôt ! Y a-t-il un papa pour s’y coller ?

 

De 4 à 12 ans

 

Thierry Lamarre, Pompons, jouets et tricotins, 38 idées pour s’amuser avec le fil à tricoter, Ed Marie-Claire Album, 2011, 96 p., 9,95 €

13/05/2011

Lâchez les amarres !

 

11-05-Fombelle-Vango-Chouetteunlivre.jpgComment vous avouer que je n’avais pas encore pris le temps de lire ce roman qui fit événement dès sa sortie en… mars 2010 ? Je me contenterai donc de vous dire que ce roman d’initiation est remarquablement bien construit, qu’il est bourré de références et de clins d’œil – de Jules Verne à Tintin, en passant par le Prince Eric, ces « merveilleux fous volants » et tant d’autres. A chaque page, des sons, des couleurs, des odeurs, des saveurs, pour traduire ambiance et sentiments. Les aventures du jeune héros – Vango, ou Evangelisto Romano – entraînent le lecteur dans les recoins magiques et forts d’une Europe méconnue, des Lipari au loch Ness, du lac de Constance au séminaire parisien des Carmes, le tout agrémenté d’un voyage en zeppelin.

Un roman bourré de « mots de passe » qui réjouiront les adolescents. Florilège : « S’ils ont peur de s’enrhumer, qu’ils choisissent un autre boulot », « Voilà comment il faut travailler. Tu te penches sur ton livre et tu hisses les voiles », « comme deux amis qui campent sous les étoiles et partagent des paroles ordinaires », « Il avait fait semblant de se résigner. Il était passé par les façades et les toits ». Et cet immense et mystérieux « combien de royaumes nous ignorent », emprunté à Pascal. En toute ingénuité. Une très belle réussite !

 

A partir de 12 ans

 

Timothée de Fombelle, Vango, Gallimard Jeunesse, 2010, 370 p., 17 €.

09/05/2011

Les Romains sont plus religieux que les dieux eux-mêmes

11-05-monde-romain-milan-del-pup-desvaux-chouetteunlivre.jpgNous imaginons volontiers le sourire en coin, hésitant entre provocation et condescendance amusée, de l’historien grec Polybe qui tentait de dresser le portrait de tous ces dieux de la vigne, des fleurs, des semailles et des sources ! Le panthéon romain était littéralement surpeuplé ! Écoutons-les :

« Je suis Minerve, la déesse de l’intelligence et de la sagesse, protectrice de ceux qui travaillent. C’est moi qui ai enseigné aux humains l’art de transformer la laine et d’utiliser le fuseau et l’aiguille à broder. » Eh oui, quand une jeune Romaine se mettait à broder, c’était sous l’égide de Minerve !

« Je suis Neptune, le dieu des eaux, protecteur des pêcheurs, des bateliers, des meuniers et des marins ». N’y a-t-il pas de quoi être « taciturne et bougon », à protéger tous ceux qui rament ou poussent à la roue ?

Plus pédagogue que Polybe, l’historien Henri Del Pup a choisi parmi les principales divinités celles dont les domaines de compétence permettaient de dresser un tableau des divers aspects de la civilisation romaine. Sur le même principe que l’ouvrage consacré aux dieux grecs, ce livre donne la parole aux dieux romains, mais aussi aux historiens et aux archéologues.

 

Dès 9 ans

 

Henri Del Pup, Les Dieux racontent le monde romain, illustré par Olivier Desvaux, Milan, 2011, 78 p., 15,90 €

30/04/2011

Quand je serai grand, j’irai au bout du monde

11-04-métiers-extremes_.jpgLes 32 métiers « extraordinaires » présentés dans cet album, qu’ont-ils en commun ? Le goût du risque, la passion, de bonnes décharges d’adrénaline, bien sûr. Mais aussi le sens de l’effort, la ténacité, la volonté d’aller toujours plus loin. Et le courage, tout simplement.

Certains de ces hommes et de ses femmes assurent notre sécurité à tous : honneur aux pompiers et aux sauveteurs en mer. D’autres, comme les guides de montagne ou les spéléologues, accompagnent les amateurs au bout de leurs rêves. D’autres encore œuvrent en toute discrétion, loin du tapage médiatique, que ce soit sur les lignes à haute tension, les plates-formes pétrolières ou au sommet des grands arbres. Les textes de présentation sont parfois un peu "convenus", mais de superbes photos vous entraîneront au cœur de l’action – et sans doute plus loin encore !

 

Dès 9 ans

 

Anne-Marie Thomazeau, Les métiers de l’extrême racontés aux enfants, De La Martinière Jeunesse, 2011, 75 p., 14 €

26/04/2011

Sur l’hippodrome d’Olympie

11-04-Severin-Olympie-chouetteunlivre.jpg« Je guette l’arrivée des quadriges déchaînés qui jettent leurs dernières forces dans l’aventure. Le martèlement des sabots évoque le grondement de la mer. Pour impressionner l’adversaire, j’attends l’ultime seconde où ils croiront la partie gagnée. Quand l’ombre des chevaux et des cochers se profile sur le sable… »

Le jeune Athénien Philippe – celui qui aime les chevaux – a réalisé son rêve : rejoindre Olympie. Son père entraîne un superbe attelage de quatre étalons blancs pour la course de quadriges. Qui en sera l’aurige ? Un récit haletant, de la guerre avec Sparte à la trêve olympique, du serment des athlètes à la course elle-même. Une évocation très juste de la Grèce de Périclès et des enthousiasmes adolescents.

 

Dès 12 ans

 

Jean Séverin, Le Soleil d’Olympie, Pocket, 1988, 266 p. D’occasion. Broché, Robert Laffont, 1967. D’occasion.

16/04/2011

Place à Son Altesse Royale, Fou-Fou 1er, petit roi de fantaisie

11-04-Twain-Le-prince-et-le-pauvre-chouetteunlivre.jpg« Si je pouvais, une fois, une seule fois, m’habiller comme toi et m’en aller pieds nus dans la boue… sans personne pour me gronder ou m’empêcher d’en faire à ma tête… il me semble que j’en oublierais ma future couronne !

- Et moi, si je pouvais, une seule fois, être vêtu comme vous… »

Deux enfants, par jeu et par défi, échangent leurs vêtements, soieries et brocards contre nippes et haillons. L’un, Edward, est prince de Galles. L’autre, Tom Canty, né dans les rues les plus pouilleuses de Londres, est un chenapan débrouillard et fasciné par les livres que lui explique un vieux prêtre. Ce second quart du XVe siècle est une époque bien agitée, et les deux enfants vont vivre mille aventures, les quiproquos s’enchaînant de chapitres en chapitres. La traduction de Jean Muray (le père de Philippe Muray) donne un rythme haletant au récit – d’autant plus que cette version de 219 pages est abrégée. Une bonne occasion de se frotter à un vocabulaire riche et fleuri et de faire la connaissance de Londres au temps des Tudors.

 

Dès 9 ans (l’âge d’Edward VI lors de son couronnement) pour de bons lecteurs.

 

Mark Twain, Le Prince et le Pauvre, trad. de Jean Muray, Le Livre de poche jeunesse, 2008, 219 p., 4,90 €. Texte abrégé.

Diverses éditions en poche, texte intégral ou abrégé.

Texte intégral en ligne : http://marktwain.fr/Le_Prince_et_le_Pauvre

07/04/2011

Un coureur des bois en habit vert

 

 

rené bazin,souvenirs d’enfant,via romana,mayne-reid,gustave aymard,angers,nouvelles,10 ans« Nous étions grands dénicheurs de nids, grands chasseurs à la sarbacane, assoiffés d’aventures et lecteurs assidus de Mayne-Reid et de Gustave Aymard » confie René Bazin (1853-1932) à ses enfants – il en eut huit. Quelles belles vacances, quelle liberté propice à toutes les inventions ! Et, quand on court moins vite, que les soucis vous gagnent, il reste dans la mémoire le charme de cette campagne angevine où « il n’y a point de si étroite fenêtre par où n’entre une feuille de rose ». Alors, pour ne pas oublier les hauts faits de ces garnements, plongez-vous dans ces nouvelles, et filez dans les bois !

 

A partir de 10 ans

 

René Bazin, Souvenirs d’enfant, Via Romana, 2009, 108 p., 14 €

02/04/2011

Des œufs, des poussins, des lapins, en trois coups de ciseaux

 

11-04-Armani-paques-feutrine-chouetteunlivre.jpgAprès le papier, la feutrine est la matière la plus simple à travailler. Pas snob pour un sou, bonne fille, elle se laisse découper, rebroder, un bout de ruban, une ou deux perles, un point de colle… et hop ! Cet album propose 22 petits sujets (poules, poussins, œufs, lapins, cloches...), avec des patrons en taille réelle et des photos lumineuses pour mettre en scène ces créations printanières. Même les papas devraient savoir faire, c’est dire !

 

Dès 6 ans, et pour toute la famille

 

Cendrine Armani, Pâques en feutrine, Editions Didier Carpentier, mars 2011, 35 p., 7,90 €