Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2016

Gwenaële Barussaud, Madeleine et l’île des oubliés

16-05-barussaud-madeleine.jpgAprès Héloïse, Blanche, Léonie et Marie, héroïnes des quatre premiers romans de cette série, c’est au tour de la jeune Madeleine de vivre une aventure bien plus exaltante que la stricte routine de la Maison de la Légion d’honneur. Comme ses compagnes, elle doit à Napoléon de pouvoir étudier afin de devenir une « femme utile ». Mais à quel prix… Son père « le chirurgien-major Rochembault avait suivi la Grande Armée dans les batailles les plus sanglantes, il avait soigné les blessés, il avait même sauvé de la mort quelques combattants illustres ». Mais en 1808, à l’issue de la bataille de Bailén, en Espagne, il avait disparu – personne ne savait s’il était mort ou vivant… Madeleine va surmonter le qu’en dira-t-on, sa timidité, ses frayeurs et ses inquiétudes. Entourée d’un beau trio d’amis, elle part en 1813 pour le bout du monde : le minuscule îlot de Cabrera, dans les Baléares, devenu une île prison pour les rescapés de Bailén… Gwenaële Barussaud a exhumé l’histoire tragique de ces hommes parqués dans ce qui fut un véritable « camp de relégation ». Mêlant les données historiques à une intrigue bien menée, donnant vie à des personnages hauts en couleur, elle signe non seulement un beau roman d’aventure mais aussi un roman psychologique : Madeleine, si discrète, si « transparente », fait preuve d’un courage et d’une piété filiale remarquables.

Dès 12 ans, adolescentes

Gwenaële Barussaud, Madeleine et l’île des oubliés, coll. « Les demoiselles de l’Empire », Mame, 2016, 236 p., 13,90 €

07:02 Écrit par Madame la Chouette dans A partir de 12 ans, Adolescents, Romans historiques | Lien permanent | Commentaires (0)

04/05/2016

Marie Malcurat, Vacances hongroises

16-05-malcurat- vacances hongroises.jpgCet été, Lucie, Pierre, Max et Théo, sans oublier la petite Eglantine, sont en vacances à Budapest, chez leur cousine Katerine. Pendant que leur tante Franczeska leur fait découvrir la ville et ses trésors, leur oncle Rémi met la dernière main à une invention « top secret ». Emus par la solitude d’un petit voisin, Pablo, coincé dans son fauteuil roulant, les enfants Jousseau ne doutent pas que ce nouvel ami va les entraîner dans une aventure riche en péripéties. Le tout sur un air de violon tsigane… Les jeunes lecteurs vont apprendre à connaître et à aimer Budapest – ce qui leur donnera sûrement l’envie d’y aller s’y promener !

De 9 à 12 ans

Marie Malcurat, Vacances hongroises, Editions Artège Jeunesse, 2016, 148 p., 10,90 €
Du même auteur, dans la même collection « La famille Jousseau » :
Marie Malcurat, Le secret de Gloria, Editions Artège Jeunesse, 2012, 176 p., 10,90 €
Marie Malcurat, Le cheval de jade, Editions Artège Jeunesse, 2013, 168 p., 10,90 €

02/05/2016

Anne-Marie Desplat-Duc, L’intrépide cousine du roi

16-04-desplat duc intrépide cousine du roi.jpgSon exil à Saint-Fargeau lui pesant, Anne-Marie-Louise, duchesse de Montpensier, rédige ses mémoires. Nous sommes en 1652, elle a donc 25 ans, et derrière elle déjà, une vie bien remplie. Petite-fille d’Henri IV, cousine de Louis XIV, la Grande Mademoiselle joue un rôle non négligeable dans la Fronde. Assez disgracieuse mais richissime, elle est l’objet de nombreuses tractations de mariage, qui échouent les unes après les autres. Après sa série des « Colombes du Roi Soleil », Anne-Marie Desplat-Duc a choisi de raconter des « histoires vraies, celles de demoiselles ayant vécu au cours de ce fabuleux XVIIe siècle et qui ont eu des destins exceptionnels ». Si Anne-Marie-Louise s'inquiète souvent des maris qu'on voudrait lui faire épouser, nous sommes loin des "amourettes" adolescentes un peu folâtres... Au fil des épisodes, les complexités de la Fronde et de la politique (pas seulement matrimoniale) sont bien rendues.
La visite du château de Saint-Fargeau (c’est ici) rendra plus présente encore cette jeune fille énergique, altesse royale en conflit ouvert avec « le » Mazarin.
Petit bémol, la couverture du livre ne reflète pas vraiment le visage, certes peu avenant mais énergique, de la jeune duchesse de Montpensier...

Dès 11 ans

Anne-Marie Desplat-Duc, L’intrépide cousine du roi, tome 1 de « Duchesses rebelles », Flammarion Jeunesse, 2016, 320 p., 14 €

26/04/2016

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven

16-04-honaker- rocambole.jpg« En somme, vous m’avez ravie à mes ravisseurs ? demanda Fauvette en se frictionnant les mains […].
La réflexion fit s’esclaffer le maître des lieux.
- Tu n’as pas perdu au change, crois-moi.
- C’est rocambolesque…
Le jeune homme tressaillit :
- Comment ? Quelle est cette expression ?
- Rocambolesque ? C’est un mot à la mode. »
Même recluse dans son orphelinat, la jeune Fauvette a lu (sous le manteau) les aventures du célèbre Rocambole, ce personnage aux mille facettes qui « tente de réparer les injustices ». Et la voilà bien malgré elle (quoique….) au centre d’une bien curieuse intrigue, qui la mène de la machine de Marly à un manoir breton.
Michel Honaker a repris à son compte le personnage de Ponson du Terrail pour toute une série de petits romans fantastiques dans la meilleure veine du feuilleton XIXe siècle. Rebondissements assurés à chaque page ! Le style lui-même se veut pastiche, et l’on y gagne des passés simples, des attitudes (eau bénite et confessionnal, duels et monocles) et quelques mots rares – cornette, camériste, gibus, grabat, malandrins…

Dès 10 ans

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven, Folio Junior, 176 p., 5,70 €

22/04/2016

Michael Morpurgo, Le Roi de la forêt des brumes

16-04-morpurgo roi foret brumes -.jpgChine, pendant la guerre sino-japonaise, disons en 1937-1938. Le jeune Ashley Anderson doit fuir la mission hôpital où officie son père. Cornaqué par Oncle Sung, un moine tibétain, le voilà parti sur les sentiers qui mènent aux contreforts de l’Himalaya. Personne ne doit découvrir qu’un Européen se cache sous le manteau – et la crasse – du pèlerin, ce qui conduit nos deux personnages à emprunter des cols de haute altitude. Quand la neige et la faim s’en mêlent, l’aventure vire au drame… C’est alors qu’Asley est recueilli par d’énormes créatures – des yétis. Le monde réel s’efface devant un monde merveilleux, une autre aventure commence alors… Qui sont donc ces « hommes des neiges » ? Ashley découvre – et nous avec lui – une étrange société mi-animale mi-humaine, sa vie quotidienne, son langage et ses rites.
Ah ! Ce yéti ! D’Hergé à Jordi Magraner, il n’a pas fini de nous faire rêver. Les aquarelles de François Place ajoutent au charme du roman : empruntant le style des croquis de voyage, elles nous entraînent de la Chine au Tibet, des sommets enneigés à la forêt des brumes.

Dès 10 ans

Michael Morpurgo, Le Roi de la forêt des brumes, illustrations de François Place, Gallimard Jeunesse, 2013, 224 p., 15,90 € - Ou sans illustrations, Folio Junior, 2008, 224 p., 8,50 €

21/04/2016

Jean-Côme Noguès, Au bout des longues neiges

16-04-Nogues- longues neiges.jpgIrlande, 1846. « Des pommes de terre, il n’y en avait plus. » Pour la famille O’Connell, la seule solution, c’est l’exil. Une longue traversée sur un vieux rafiot, et, à l’arrivée, des immensités à découvrir. Une concession isolée, au milieu de nulle part, une maison à bâtir, des terres à défricher, un premier hiver à supporter… Mais aussi quelques voisins avec lesquels il n’est pas facile de cohabiter : les Indiens que le gouvernement canadien dépossède de leurs territoires ancestraux.
Le lecteur partagera surtout la vie aventureuse de Finn, jeune Irlandais d’une douzaine d’années, mais il vivra aussi au sein de la famille O’Connell – un enfant de plus, après tout… Le roman s’attache en effet à montrer l’importance des liens familiaux et communautaires dans un environnement hostile. Car Plume-Noire, ce jeune Indien avec qui Finn sympathise, appartient lui aussi à une communauté dont il ne doit pas enfreindre les règles. De belles descriptions de la nature canadienne complète ce roman d’aventures et de formation.

Dès 10 ans

Jean-Côme Noguès, Au bout des longues neiges, Nathan, 2014, 256 p., 15,90 €

18/04/2016

Martin de Halleux, L’inconnu du Pacifique

16-04-halleux- inconnu pacifique.jpg« Le capitaine Cook hurlait si fort qu’on pouvait l’entendre jusqu’au fond des cales du Resolution… ‘La yole ! Ils m’ont volé la yole ! Ils m’ont fait ça à moi !’ Les pas de ses bottes claquaient sur le plancher de sa cabine, il était furieux. Pour la première fois, je l’entendais se laisser emporter par la colère. Puis il s’est apaisé et s’est assis à son pupitre. J’ai su ensuite qu’il avait passé la nuit à écrire, jusqu’au matin de cette funeste journée. » Ce roman d’aventures est donc construit sur le modèle d’un journal de bord – fictif – retrouvé par le second du capitaine. Les quatre années durant lesquelles Cook et son équipage font ce tour du monde, de 1776 à 1779, passent à grande vitesse, de tempêtes en bonaces, de banquise en palmiers, de rencontres pacifiques en drames, dont le plus cruel, à Hawaii, coûta la vie à James Cook. Marins, soldats, savants, nous partageons tout de leur vie quotidienne, de l'Angleterre au pôle Nord, via le sud de l'Afrique, l'Antarctique, et le Pacifique sud. L’auteur n’a pas (trop) édulcoré la violence qui règne autant à bord que chez certaines peuplades de cet océan « Pacifique ». Alors, petit mousse, prêt à embarquer ?

Dès 10 ans

Martin de Halleux, L’inconnu du Pacifique – L’extraordinaire voyage du Capitaine Cook, Le Livre de poche Jeunesse, 2015, 128 p., 4,95 €

 

14/04/2016

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Une belle brochette de bananes, Histoires des Jean-Quelque-Chose

16-04-arrou vignod brochette bananes.jpg« Auriez-vous l’extrême amabilité de m’expliquer ce que fait ceci au milieu de mes photos de cloîtres et de Vierges à l’Enfant ?
Il avait tiré de la pochette une photographie sur papier glacé. Quand il nous l’a mise sous le nez, le fou rire que j’ai tenté d’étouffer s’est transformé en un atroce gargouillement.
- C’est la lune ? a demandé Jean-D. en ouvrant des yeux ronds.
- Une soucoupe volante ? a proposé Jean-C.
- Pas exactement, a corrigé papa en se pinçant l’arête du nez.
A côté de moi, Jean-A. était secoué de spasmes comme s’il avait mis les doigts dans une prise de courant.
- Il s’agit de fesses, messieurs, a dit papa en faisant un terrible effort pour conserver son calme. »
Clic, clac, Kodak… Les six Jean-Quelque-Chose – de Jean-A. à Jean-F.-, sont de retour ! Pour notre plus grand bonheur, ils nous invitent à feuilleter les albums dans lesquels papa colle les photos de famille. De Cherbourg à Toulon (papa est médecin dans la Royale), de la colonie de vacances à la maison des grands-parents, de chaussettes sales en campagnes de vaccinations, la vie quotidienne d’une famille de six garçons juste avant Mai 68 est criante de vérité : pleine de sottises, de blagues, de chahuts et de tous ces petits riens partagés qui, au fil des ans, deviennent autant de « mots de passe ». Ne vous étonnez pas si les jeunes lecteurs en demandent les clés à leurs jeunes grands-parents, ceux qui avaient leur âge quand Killy décrochait ses médailles d’or… « Eh, banane ! »

Dès 9 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Une belle brochette de bananes, Histoires des Jean-Quelque-Chose, Gallimard Jeunesse, 2016, 176 p., 12 €

11/04/2016

Jean-Pierre Kerloc’h, L’Enfant et le Masque de fer

16-03-kerloch- enfant masque de fer - didier jeunesse.jpg« Le grenier, c’était son évasion. Son Ailleurs. Dans la solitude, Marie-Anne venait y laisser s’écouler ses pensées et ses rêves. Avec une question qui sans cesse revenait : ‘Reviendra-t-il bientôt ?’
Elle y répondait par des paroles d’espérance :
- Oui, un jour, il reviendra… Il viendra nous chercher toutes les deux… Je le connaîtrai et je découvrirai la liberté. »
Enfermée avec sa mère dans un château isolé, « quelque part en Bretagne sous le règne de Louis XIV », la jeune Marie-Anne reçoit, à chacun de ses anniversaires, la visite de d’Artagnan qui - même lui ! – s’interdit de lui parler de son père. De château en couvent, de la légende du Minotaure aux partitions pour clavecin, de Paris à Chambord, de son amie Apolline à Louis XIV, Marie-Anne découvre (mais le titre du roman nous avait mis sur la voie) que son père n’est autre que le célèbre Masque de fer. Alors, roman historique ou variations sur un thème légendaire ? Jean-Pierre Kerloc’h reste sur la ligne de crête, digne successeur en cela d’Alexandre Dumas ou de Maurice Leblanc, pour ne citer que les plus célèbres romanciers dont ce mystérieux prisonnier a piqué l’imagination.

Dès 12 ans, adolescents

Jean-Pierre Kerloc’h, L’Enfant et le Masque de fer, Didier Jeunesse, 2016, 144 p., 14,20 €

07/04/2016

Maud Ovazza et Jean-Noël Rochut, Les Chevaliers de la Table ronde

16-04-table ronde rochut ouest france.jpg« Merlin déclara un jour : ‘ Parmi tous ces chevaliers, je vais choisir les douze meilleurs, sire. Vous les réunirez autour de la Table Ronde qu’a restaurée Uterpenndragon, votre père.’ Ainsi fut fait. Lorsque les douze furent devant la Table, ils virent que leurs noms s’étaient inscrits sur les fauteuils de pierre qui leur étaient réservés. Sur le Siège Interdit, on pouvait lire : ‘Seul le meilleur chevalier du monde pourra s’asseoir ici.’ Ni Gauvain, ni Lancelot, ni aucun autre n’osa se proclamer le meilleur. » Qui donc sera ce chevalier exemplaire ? Maud Ovazza reprend la « matière de Bretagne » dans une langue simple et limpide ; les illustrations de Jean-Noël Rochut sont bien venues – vous admirerez en dernière page l’épée brandie sur le lac avant de disparaître à nos yeux. Car « Merlin ne reparut plus aux yeux des hommes, qui attendent le retour du roi Arthur. Mais quand cela se produira-t-il ? » Qui donc a la réponse ?

Dès 10 ans

Maud Ovazza et Jean-Noël Rochut, Les Chevaliers de la Table ronde, Ouest France, 2016, 64 p., 9,90 €