Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2010

Par Zeus, par Odin, par Toutatès !

10-10-12-dico-mythologie-art.jpgParce que l’on ne sait plus très bien à qui appartiennent l’arc, le foudre ou le caducée. Parce que l’on donne parfois sa langue au chat devant un tableau de Rubens ou de Titien. Parce que l’Antiquité a inspiré les artistes du Haut Moyen Age à nos jours. Parce que les religions antiques reposaient pour l’essentiel sur la création artistique, qui donnait chair et souffle aux divinités. Autant de bonnes raisons pour feuilleter ce petit volume qui propose 200 reproductions : les plus célèbres trésors archéologiques ( statues, monnaies, bijoux, mosaïques…) y côtoient des chefs-d’œuvre de l’art occidental, des enluminures aux « grands machins » néoclassiques, pour lesquels on se reprendrait d’affection. Indispensable pour organiser une chasse au trésor au Louvre !

 

Dès 8 ans

 

Christiane Lavaquerie-Klein et Laurence Paix-Rusterholtz, Dico des mythologies antiques dans l’art, Bayard Jeunesse, sept 2010, 256 p., 13,90 €

09/10/2010

Tout a commencé le 14 octobre 1792

10_10-08-signé-charlotte.jpg« Je quitte ce soir mon beau château de l’Espérance. […] Je ne peux me faire à l’idée que je pars peut-être pour toujours. […] Je suis devenue ‘Charlotte N’Importe Qui’ ! » Quand la jeune Émilie, en 1886, découvre un « simple paquet de lettres retenues par un ruban de velours bleu », elle ne peut imaginer où cette trouvaille va la mener. Avec son amie Constance, elle n’aura de cesse de reconstituer l’histoire mouvementée de Charlotte et de sa sœur Elisabeth, prises dans la tourmente révolutionnaire. Un roman historique qui montre la Révolution française « de l’autre côté », en évoquant longuement le destin des prêtres réfractaires.

 

 

 A partir de 10 ans

Sophie de Mullenheim, Signé Charlotte, Edifa Mame, sept. 2010, 277 p., 12,50 €

 

 

 

 

07/10/2010

Aimez-vous planter des arbres ?

10-10-07-Giono-arbres.jpgL’histoire d’Elzéard Bouffier, ce berger imaginé par Jean Giono, a fait le tour du monde des programmes, scolaires ou non, consacrés à l’écologie. Par la volonté inlassable d’un généreux fada, la forêt va reconquérir une lande désolée : jour après jour, ce solitaire a semé des milliers de glands et de faines dans sa terre natale. Ignorant les guerres, les techniciens et même le député local, c’est peu dire !

Ce reboisement n’est en effet pas du seul domaine des Eaux et Forêts. Sa vocation, c’est de rendre possible la renaissance d’un terroir et le retour de la vie autour de la fontaine du village. Ici, entre Drôme et Vaucluse. La véritable source de vie, c’est celle que l’on rencontre au détour des chemins : « des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes campagnardes ». Qui dansent autour de l’arbre de mai ou sous les tilleuls.

Quand vous planterez vos arbres, cet automne, ayez une pensée pour le vieil Elzéard !

 

À partir de 10 ans

 

Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres - Illustrations de Willi Glasauer, Gallimard Jeunesse, 2002, 58 p., 6 € - Gallimard, collection Blanche, 1996, 33 p., 8,50 €

 

07:58 Écrit par Madame la Chouette dans A partir de 10 ans, Grands auteurs, Histoires vraies | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2010

Bonjour, Ta Majesté !

10-10-06-Gripari-pipo-grasset.jpg« Une histoire qu’on ne dit pas, une histoire qu’on oublie ne tarde pas à dépérir et finit, tôt ou tard, par mourir d’épuisement. » Au sens strict de mot, comme une source qui se tarit. Et que se passerait-il si cet oubli touchait les plus beaux contes initiatiques ?

Heureusement, nous n’en sommes pas là, et le prince Pipo sait nous en convaincre ! Pierre Gripari réussit le tour de force de reprendre la plupart des « ingrédients » du conte pour élaborer cette magnifique histoire – aussi intemporelle que tout vrai conte qui se respecte. Châteaux, dragon, volcan, cheval qui parle, princesse endormie, métamorphoses, il n’y manque rien de rien !

Bien sûr, nous sommes tout d’abord des parents « royaux » dotés d’enfants parfaits. Mais peu d’entre nous échappent au sortilège : celui de devenir des nains et des sorcières encombrants pour nos adolescents… Pour l’heure, laissons-les galoper sur leur petit cheval de feu et partir à la découverte du vaste, vaste monde pour conquérir leur liberté ! A leur tour, ils deviendront les parents royaux d’enfants parfaits, n’est-ce pas ?

 

A partir de 9 ans

 

Pierre Gripari, Histoire du prince Pipo, Grasset, 1978, 79 p., 22,90 € - Le Livre de poche Jeunesse, Hachette, 2009, 247 p., 5,50 €

27/09/2010

Les cygnes sauvages, parce qu'il est moins difficile de grandir ensemble

10-09-23-Andersen-cygnes-chouette 004.jpgLe personnage central de ce conte est une jeune fille, Elisa, sur les épaules de laquelle repose le destin de sa fratrie. Et quelle fratrie ! Onze frères, jeunes princes que leur marâtre a transformés en cygnes sauvages. Si le maléfice les contraints à voler le jour, ils retrouvent forme humaine à la nuit tombée. Après moult aventures, la fillette devenue une belle adolescente est à son tour chassée du palais. Elle retrouve ses frères et décide de leur rendre la liberté. Le prix en est tout bonnement exorbitant : elle doit cueillir autant d’orties qu’il en faut pour tisser onze tuniques – et le tout en silence, alors même qu’un roi veut l’épouser !

Jeunes filles qui écoutez ce conte, oserez-vous ronchonner quand il vous faudra aider aux soins du ménage pendant que vos frères découvrent le vaste monde ? Beaucoup plus qu’une leçon de muette persévérance, ce conte laisse entendre que le destin de la lignée est dans les mains des femmes : c’est à elles qu’il appartient de tisser, d’entretenir, voire de réparer les liens familiaux. Quant au cygne, dans les mythologies européennes, il est le symbole de la métamorphose, du passage et la délivrance – donc des épreuves que vit l’adolescent pour devenir adulte.

Ce conte classique a été réécrit ici dans une langue musicale et bien rythmée. Les illustrations très seventies adoucissent les phases les plus cruelles du conte, tout en lui donnant une dimension onirique médiévale bienvenue.

 A partir de 8 ans

 Hans Christian Andersen, Les Cygnes sauvages, illustrations de Susan Jeffers, Gautier-Languereau, 1981, 37 p. A rechercher.

10-09-23-Andersen-cygnes-chouette 003.jpg

25/09/2010

L’arbalète de la victoire

10-09-24-Solet-Guillaume Tell.jpgDu chalet de la belle Itta à la taverne de la Corne d’aurochs, de la prairie du Rütli à la place des Tilleuls d’Altdorf, c’est l’histoire légendaire fondatrice de la Suisse que retrace ici Bertrand Solet. Celle de Guillaume Tell et de ses compagnons. Les jeunes lecteurs, vibrant aux récits de leurs aventures, ne trembleront pas plus que le fils de Guillaume ! Courageux et confiant, l’enfant ne bougea pas d’un pouce quand son père, de son carreau d’arbalète, fendit en deux la célèbre pomme, symbole de liberté.

Laissons parler l’auteur : « Ce livre brode sur [les] légendes. Son action se situe en l’an 1307. C’est un roman d’aventures, qui respecte le pays et les hommes, en restant fidèle à ce que Guillaume Tell et les siens représentent aujourd’hui : l’union réalisée de vingt-six cantons, l’amour de la liberté, la nécessité de combattre pour elle. »

 

Dès 9 ans

 

Bertrand Solet, Guillaume Tell, deux flèches ont suffi, Seuil Jeunesse, sept. 2010, 120 p., 8 €.

23/09/2010

Sur les chemins du gai savoir

Humann-Martin, apprenti.jpg« Le jour de la fête de Pâques, 2e du mois d’avril 1468. […] Je passe des heures à essayer d’obtenir des pages bien imprimées. En ajoutant un peu de poudre d’os broyé, j’ai obtenu enfin une encre qui ne bave pas. Mais souvent la forme bouge sous la presse et les lettres sont brouillées. Et moi qui me croyais déjà un maître typographe ! Je comprends bien maintenant pourquoi maître Mentelin m’a dit qu’il fallait dix ans pour apprendre un art. » Le jeune Martin est parti un beau jour de chez Gutenberg, à Mayence, pour tenter sa chance à Paris ; ses pas le mèneront jusqu’en Italie. Son journal de route est rythmé par les nombreuses fêtes du calendrier médiéval, par ses rencontres, ses essais et ses réflexions d’adolescent. Un héros positif, sympathique, entreprenant et tenace, dans un monde étonné par cette immense révolution technique et intellectuelle qu’est l’imprimerie.

La réalisation du livre est particulièrement soignée. Papier ivoire, pages ébarbées, jeux de typographie, tout est fait pour initier le jeune lecteur à la belle ouvrage.

Sophie Humann collabore, entre autres, aux Hors-séries du Figaro et à la rubrique Histoire de Valeurs actuelles. Un gage de sérieux pour un ouvrage qui se lit comme un roman d’aventure.

 

Dès 10 ans

 

Sophie Humann, Martin, apprenti de Gutenberg, Carnet d’un imprimeur, 1467-1468, Gallimard Jeunesse, 144 p., sept. 2010, 8,50 €.

17/09/2010

Un but, une mission, un devoir

10-09-17-Saint-Ex-Milan-Labbé.jpgParmi les nombreuses biographies consacrées à Antoine de Saint-Exupéry, il en est deux qui s’adressent plus particulièrement à de jeunes lecteurs, l’une parue récemment (en 2008), l’autre plus ancienne (en 1961). La comparaison en est riche d’enseignements.

Dans la collection « De vie en vie », éditée par Milan Jeunesse, le récit, très simple, brosse un portrait dynamique du personnage et retrace les grands événements de l’époque héroïque de l’aviation. Les phrases sont courtes, les interlignes larges, les marges généreuses, les dessins inspirés de la bande dessinée. Les auteurs s’adressent à des écoliers qu’ils présument dénués de toute culture historique. Ils vont à l’essentiel sans fioritures, tout en évitant les pièges d’une trop grande simplification. Certes, les enfants vont « en » vélo, Cap-Juby devient cap Juby, mais le courant passe. Ce petit livre permet donc de faire plus ample connaissance avec l’auteur du Petit Prince.

10-09-17-manoll2-st-Ex.jpgLe projet de Michel Manoll, lui, était plus ambitieux. A l’instar de nombreux biographes, il s’est appuyé sur les textes de Saint-Ex pour brosser le portrait du « prince des pilotes ». Les larges morceaux choisis sont présentés en italique, ce qui permet de bien distinguer les citations des commentaires et des liaisons. « Abnégation », « perspicacité », « martyrologe », le vocabulaire est riche et précis. Les dialogues sont soutenus, les phrases ciselées. La mort est présente, sans phrases, mais sans feinte. La religion, la grandeur d’âme, l’héroïsme aussi, bien sûr.

Au-delà du portrait de l’homme Saint-Ex, Michel Manoll invite le jeune lecteur à découvrir une œuvre majeure de notre littérature.

 

 

À partir de 9 ans

 

Brigitte Labbé et P.-F. Dupont-Beurier, Saint-Exupéry, Éditions Milan Jeunesse, 2008, 61 p., 6,50 €

 

A partir de 11 ans

 

Michel Manoll, Saint-Exupéry, prince des pilotes, Collection Spirale, 1961, 252 p. En brocante.

16/09/2010

Quand la mythologie croise l’histoire…

10-09-16-dieux grecs.jpg« Je suis Apollon, le dieu de la musique, des arts et de la divination […] J’aime le chant et la danse. Les Muses se réunissent souvent autour de la source Hippocrène, créée par un coup de sabot du cheval Pégase. » Comme l’indique le titre du livre, ce sont ici dix-sept des plus grands dieux grecs qui racontent les péripéties de leur existence. Des dieux que nous connaissons surtout par les nombreuses œuvres d’art qu’ils ont inspirées : statues, mosaïques, poèmes et tragédies…

A chaque portrait correspondent deux pages qui relient les divinités aux différents aspects de la vie quotidienne : la cité, le mariage, la guerre, la terre féconde…

De belles photos et une mise en page aérée facilitent la lecture, qui passe facilement des récits légendaires à l’archéologie.

 

Dès 9 ans

 

Sylvie Baussier, Les dieux racontent la Grèce ancienne, Milan, septembre 2010, 80 p., 15,90 €

13/09/2010

Un bouquet de romarin dans le vide-greniers de ce dimanche

Contes-leg-provence-couv-compr.jpgUne belle trouvaille, ce dimanche : les Contes et légendes de Provence, qui vibrent encore du chant des cigales.

De « Jean de l’Ours », à « Romieu de Villeneuve », les douze récits de ce volume entremêlent les grandes figures de la Provence païenne et celles de la Provence chrétienne. Que serait en effet la Provence sans le Drac, la Tarasque et la Cabre d’or ? Et que serait-elle sans saint Trophime, saint Césaire et sainte Marthe ? Des saints dont l’histoire, il est vrai, n’est pas toujours très conforme à l’idée que l’on se fait des saints… Quant à la délicieuse et courageuse petite Gayette, j’en chercherai le santon pour le prochain Noël !

Tout normalien, spécialiste de Dante et professeur au Collège de France qu’il fut - ou justement parce qu'il l'était -, André Pézard (1893-1984) a su trouver le ton juste pour transmettre aux plus jeunes ces contes issus de la plus ancienne tradition provençale : une langue ensoleillée, rieuse, parcourue d’une jolie brise marine et parfumée de toutes les senteurs de la garrigue…

 

Extraits

« Saint Honorat était venu jouer aux boules et se salir cordialement les mains avec ses bons amis du Suquet. Il reconnut le diable à distance. Comment l’empêcher de passer la mer ? Saint Honorat implora le ciel, du fond de l’horizon accourut un mistral brusque et glacé, un vrai mistral de capricorne. » Les Îles d’Or

La princesse « parut si adorable que sa marraine voulut l’appeler Maguelonne : c’est le nom qu’alors les riverains de la Méditerranée donnaient à Vénus, se souvenant qu’elle est l’étoile des Mages, la plus charmante des étoiles, pure comme une perle. » Pierre de Provence

 

A partir de 10 ans

 

André Pézard, Contes et légendes de Provence, Fernand Nathan