Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2018

Lova Pourrier, Signé Versailles

18-04-17-pourrier signe versailles.jpgVous aviez rêvé d’une série « Gossip Girl » à la cour de Versailles, entre garçons en talons rouges et demoiselles poudrées, cancanant à qui mieux mieux ? Vous aviez rêvé de savoir si Madeleine de Scudéry ou Catherine de Vivonne, entre deux tasses de chocolat, « dans une ambiance conviviale », auraient invité la nièce d’un pâtissier « à une soirée très exclusive » ? Alors, « Signé Versailles » est pour vous ! Péronnelles, snobinardes, imbues d’elles-mêmes, les jeunes filles du XVIIe siècle ne le sont pas qu’à moitié dans ce roman de formation qui voit la jeune Jeanne Colin débarquer de sa province dans l’intention avouée de se faire une place à la cour. Quant aux garçons, ils sont au mieux des flirts élégants, au pire des fiancés transparents et imposés – même si Jeanne finit par acquérir quelque perspicacité à leur égard. Dans un pastiche digne de Sofia Coppola, Lova Pourrier fait quelques clins d’œil à Molière (ah, le beau Valère !), ajoute un soupçon de Corneille (la peste de Chimène… mais sans Rodrigue) et emprunte aux romans par lettres – celles-ci formant le nœud du roman : car Jeanne va sciemment, en signant « Versailles » des lettres corrosives, mettre une pagaille monstre dans les élans du cœur de cette « belle » jeunesse, avant de faire amende honorable. « Ne vous fiez pas aux apparences, fiez-vous à votre cœur », cette conclusion sèmera sans doute quelques grains de sagesse dans la cervelle de nos adolescentes !

Adolescentes, dès 13 ans

Lova Pourrier, Signé Versailles, Fleurus, 2018, 362 p., 15,90 €