Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2014

Pierdomenico Baccalario, La Fille qui dévorait les livres

114-04-baccalario-la-fille-qui-dévorait-les-livres-bayard-chouetteunlivre.jpg« Sous le coup de l’émotion, sa respiration s’accéléra. Haletant et tremblant, il sentit son cœur battre à tout rompre quand, tout à coup, s’élevèrent deux nuées de vapeur brûlantes, aussi puissantes que… le souffle d’un dragon. En un instant, elles l’engloutirent.
Brusquement, la lune disparut.
Un long silence embarrassé envahit la bibliothèque. M Antonino fixe les feuilles de son récit, sans dire un mot. Puis il les replace l’une au-dessus de l’autre, en les tapotant délicatement.
- Alors ? demande-t-il, brisant le silence, devenu insupportable. Qu’en penses-tu ?
 »

Et la jeune Domitilla, collégienne éprise de lecture, de lui répondre que, bof, bof, les descriptions, le démon, la villa romaine en ruines, tout ça, ça ne lui convient pas trop… La scène se passe « dans un coin perdu », à quelques kilomètres d’Aoste, au pied du Grand Paradis. Un beau jour, M. Antonino, garde-champêtre retraité de son état, propose à la collégienne de relire, chapitre après chapitre, le drôle de roman qu’il peaufine avec passion. Premier handicap, et non des moindres, le roman se situe dans le haut Moyen Age, lors d’une des nombreuses invasions qu’a connues la vallée. Mais ce n’est pas un roman « historique », puisqu’il vante les exploits du mythique cheval Bayard, le plus célèbre des chevaux païens, ici chevauché par quatre jeunes héros. Le roman que nous lisons est donc composé comme une « tranche napolitaine » : un chapitre « haut Moyen-Age » (en caractères romains), un chapitre contemporain (en italiques), et on recommence jusqu’à épuisement des ingrédients. A vous d’aller voir si les quatre fers de Bayard sont toujours fixés au clocher d’une église du val d’Aoste…

Dès 12 ans

Pierdomenico Baccalario, La Fille qui dévorait les livres, Bayard Jeunesse, 2014, 436 p., 13,90 €

Les commentaires sont fermés.