Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2013

Quand il remue la queue, Y a d’la joie dans nos yeux

Chipperfield-capi-fils-de-loup-rouge-et-or-chouetteunlivre.jpgNuit de tempête dans les montagnes du Harz… Un vieux bûcheron à l’oreille fine perçoit « un faible jappement, tel celui d’un chien qui souffre ». N’écoutant que son courage, il affronte la neige et découvre une brave chienne qui vient de mettre bas. Quelques pages plus loin, le jeune lecteur s’est, lui aussi, attaché à l’un des chiots, le jeune Capi, que le bûcheron a eu le droit de garder. Il suivra donc Capi dans de multiples aventures : après une enfance dans la forêt, le chien, réquisitionné, devient auxiliaire de la police (allemande, cela va sans dire) et de la douane, puis est racheté par des cinéastes américains, qui feront de Capi la vedette de grands films animaliers. Pas trop mélo pour son époque, le roman de l’anglais Chipperfield enchantera les enfants qui rêvent de partager leurs jeux avec un bon gros toutou.

L’éditeur, dans une démarche « marketing » (eh oui, même en 1956) annonce « les montagnes du Tyrol » sur le rabat de la couverture – alors que l’aventure se déroule dans le massif du Harz, à l’ombre du Brocken, au cœur de l’Allemagne romantique.

PS : il m’a donc fallu près de cinquante ans pour que je comprenne pourquoi mes cousins avaient nommé leur chien… Capi !

Dès 10 ans

 

Joseph E. Chipperfield, Capi, fils de loup, collection Rouge et Or, 1956, 188 p. En brocante

Les commentaires sont fermés.