Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2013

Nobles maîtres de l’investigation

13-01-Akounine-prisonnière-tour-points-chouetteunlivre.jpgSi les romans policiers classiques un peu désuets n’ont plus de secret pour vous, si vous aimez la parodie intelligente, ces trois nouvelles de Boris Akounine auront de quoi vous réjouir ! Crimes aux mobiles étranges, disparitions mystérieuses, énigmes alambiquées, rebondissements imprévisibles… rien ne manque ! Vous retrouverez la noirceur d’Edgar Poe dans «Conversation de salon» et la gouaille de Georges Simenon dans «De la vie des copeaux». Quant à «La prisonnière de la tour», le narrateur n’en est autre que le docteur Watson - parfois interrompu par la voix de Shibata, le serviteur japonais du détective russe. Qui sera le plus fin limier ? Sherlock Holmes, Arsène Lupin ou… Eraste Fandorine ?

Adolescents

Boris Akounine, La Prisonnière de la tour et autres nouvelles, Points, 2012, 280 p., 7 €

Les commentaires sont fermés.