Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2013

Fière de ses nobles aïeux

13-01-Lambert-reine-vengeance-mango-fleurus-chouetteunlivre.jpg« An 60 après Jésus-Christ, province romaine de Bretagne. Fière et droite, la grande femme rousse regardait le bûcher funéraire. Elle s’appelait Boadicée. » Comme le veut la tradition celte, c’est elle qui va succéder à son époux et devenir reine de la tribu des Icènes. Humiliée par l’occupant romain, qui n’hésite pas à violer ses deux filles Caitrin et Ana, Boadicée entraîne quelques tribus dans une résistance héroïque. Voilà pour la trame historique. Mais, tel un tartan coloré, le roman comprend aussi des pages de « fantasy », qui voient intervenir des dieux romains inquiets de leur déclin. Curieusement, Minerve, la déesse guerrière, va apporter son soutien à Boadicée... Rappelons que cette reine est à l’histoire de la Grande-Bretagne ce que Vercingétorix est à la nôtre. Alors, on se prend à rêver…

Un récit sauvage, parfois violent, qui emmène le lecteur des landes ventées de Bretagne au sommet de l’Olympe.

A partir de 12 ans

Christophe Lambert, La Reine de vengeance, Fleurus Mango, coll. « Royaumes perdus », 2010, 245 p., 9

Les commentaires sont fermés.