Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2011

Très chère Martine, avec nos affectueuses pensées

11-016Marlier-Martine-montagne.jpgPetite Martine, toi dont les délicieuses petites aventures te menaient de la ferme au zoo et du grand magasin au cirque, te voilà orpheline : Marcel Marlier, qui t’avait donné ton visage, s'est éteint le 18 janvier dernier, à l'âge de 80 ans. Tu étais notre grande sœur, notre cousine, notre petite voisine – quand nous ne décidions pas, tout de bon, de te ressembler en essayant d’être aussi espiègle que sage.

Mais comme tu as toujours huit ans, tu te consoleras bientôt et tu iras rejoindre des montagnes de rêve pour quelques jours de ski. Loin des doudounes fluo et des surfeurs casqués, tu descendras en chasse-neige entre les sapins, vêtue d’un fuseau et d’un chandail tricoté par Bonne Maman, et tu seras l’invitée de Heidi dans un village tyrolien de carte postale. Tu pousseras la naïveté jusqu’à te lancer dans l’alpinisme hivernal, bévue que nous pardonnerons bien volontiers au Normand Gibert Delahaye et au Tournaisien Marcel Marlier.

Et comme tu es une grande fille très courageuse, chère Martine, tu sécheras vite tes larmes. Tes vieilles amies t’embrassent !

 

Dès 5 ans

 

Gilbert Delahaye et Marcel Marlier, Martine à la montagne, Casterman, 1959 – 1993, 19 p., 5,25 €

Les commentaires sont fermés.