Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2010

Prends le large mon gars, c’est le vent qui t'appelle

10-10-15-mer-de-Chine.jpg« - Amenez l’artimon ! Orientez la voilure au près ! Au près, je vous dis ! Coupez l’écoute de la grand-voile à tribord !

Quelques gabiers étaient montés dans la mâture. Les soldats, accourus à la rescousse, se suspendaient aux drisses. L’angoisse nous étreignait. »

Et nous donc ! Quelle tempête ! A quatorze ans, le jeune Jan découvre la vie à bord du Geldermalsen, parti chercher, dans la Chine lointaine, une précieuse cargaison : du thé, mais aussi des lingots d’or. Ce roman historique plonge le lecteur dans l’univers maritime du XVIIIe siècle.

Des dialogues enlevés et parfois lestes alternent avec des descriptions techniques précises - pas de doute, nous sommes bien dans le monde de la marine à voile ! Il a fallu attendre 1985, pour que le Geldermalsen, naufragé le 3 janvier 1752, révèle ses secrets. La découverte de l’épave est à elle seule un second roman.

 

A partir de 10 ans

 

Anne de Preux, Naufrage en mer de Chine, Gallimard Jeunesse, oct. 2010, 300 p., 11 €

Les commentaires sont fermés.