Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2017

Mes ancêtres

LB_Ancetres_2.jpgDis-moi, Maman, comment s’appelait le papa de ta grand-mère ? Grand-Papa, qui était la maman de votre papa ? Au-delà de ses grands-parents qu’il connaît le plus souvent, un enfant a du mal à situer ses ancêtres, et pourtant, il y en a tant à dire sur ces aïeux ! Leur nom, leurs prénoms, la ville ou le village où ils ont vécu, leur métier… Qui est revenu de la Grande Guerre ? Qui a fait pousser la vigne ou le blé ? Qui a brodé cette robe de baptême ? Ce livret généalogique pourra être rempli par chaque enfant et restera un précieux témoignage de son histoire familiale. Pratique et astucieux, il est imprimé sur du beau papier vergé, en deux couleurs. Il s’ouvre par le milieu, et quelques petites fenêtres permettent de passer d’une génération à l’autre – jusqu’aux trisaïeux. Il y a même de la place pour coller des photos. Un conseil : commencez à remplir de livret au crayon, car il s’agit de ne pas se tromper entre « le grand-père paternel de ma grand-mère paternelle » et « la grand-mère maternelle de mon grand-père paternel ».

Dès 8 ans et pour toute la famille

Mes ancêtres, Editions d’art Derveaux, 2007, 20 p., 13 € + frais de port – Imprimé en France. www.editionsdanielderveaux.fr

16/05/2017

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur

17-05-merle - merlin l enchanteur.jpg« Le vieil homme le déposa sur le sol, le saisit par la main, et le conduisit vers un cheval blanc attaché à un arbre, à l’orée de la forêt.
Il ne faisait aucun doute que le personnage aux allures de moine, avec sa robe de laine blanche, était l’auteur de ce phénomène miraculeux.
- Merci, Messire, articula John d’une voix étranglée. Il reçut en retour un éclair d’yeux bleus où se lisaient la malice et la tendresse.
- Sais-tu qui tu es ? demanda le vieil homme. »
Ce vieil homme n’est autre que Merlin, le magicien, l’enchanteur, le faiseur de rois – lequel annonce à John, jeune paysan poursuivi par des « tueurs sans Dieu » qu’il n’est autre que Tristan, fils et héritier du défunt duc Henry de Salisbury. Au fil d’un récit mené tambour battant, nous rencontrerons les rois Uther et Pendragon, Arthur et Morgane, des dragons et des traîtres, des Saxons et des Irlandais, la belle Ygreine et la fée Viviane, Excalibur et la Table ronde… autant dire une excursion trépidante au cœur de la matière de Bretagne. Le roman est lisible dès 9 ans, mais les histoires d’amour un peu… compliquées n’intéresseront guère les jouvenceaux avant 12 ans.

Dès 12 ans

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur, coll. « Héros de légende », Bayard, 2017, 160 p., 6,50 €

11/05/2017

Eric Senabre, Star Trip

17-05-senabre - star trip.jpg« Dans le poste de télévision, le capitaine Burke et le commander Rock, son officier en second, se figèrent dans une posture défensive à peine moins outrée que celle d’un éphèbe grec sur un tableau de la Renaissance. Leurs uniformes colorés – formés d’un sous-pull moulant en acrylique et d’un pantalon de treillis – scintillèrent un petit moment devant le décor en carton. Puis l’écran de télévision devint noir, et afficha bientôt un ciel constellé d’étoiles. […] Alors retentit une musique glorieuse et les mots STAR TRIP s’affichèrent sur toute la hauteur de l’écran. » Taratata, taratata… Nous sommes en 1968, les effets spéciaux des séries intergalactiques ne sont pas encore très au point. Cela permet à May, la grande sœur du jeune Sam, de lui construire, en cachette, une réplique de la navette spatiale USS Intrepid. Non sans l’aide de son boyfriend Will, parangon du jeune Américain à l’aise au volant d’un vieux combi. Le jeu tourne à l’aigre quand le capitaine Burke - ou plutôt l’acteur en titre Benjamin Spike - débarque dans leur grange au fin fond de l’Idaho. Commence un voyage déjanté, où la réalité rejoint et dépasse souvent la fiction. Si l’Amérique est « conquérante » quand il s’agit d’aller dans l’espace et d’en faire du cinéma, le roman s’attarde plus sur l’Amérique des paumés : hippies, révérend évangéliste insistant, patron de motel en déshérence, Indien chaman, jusqu’à cet acteur qui se révèle un pur looser… 1968 : Star Wars n’avait pas encore évincé Star Trek et la Nasa flirtait gaiement avec les extraterrestres. Cela donne un roman un peu psychédélique, mais haut en couleur et quasiment intergénérationnel. Et si la navette allait décoller, pour de bon ?

Dès 12 ans

Eric Senabre, Star Trip, Didier Jeunesse, 2017, 288 p., 15,90 €

18/04/2017

Judith Bouilloc, Les Maîtres du vent

17-04-bouilloc maitres du vent.jpg« Maître Ginkgo ?
- Oui, Yann.
- Comment devient-on Gardien comme vous ?
- En s’entraînant encore et encore.
- Oui, mais il y a beaucoup de Waldgangers qui souhaitent intégrer la Garde ! Et tous n’y arrivent pas !
- C’est Finn Shermann, le général de la Garde qui sélectionne en personne les guerriers de l’armée professionnelle de Waldgan parmi les volontaires qui ont seize ans passés. »
Or la mère de Yann, veuve d’un officier et guérisseuse de son métier, ne tient pas à lui donner la précieuse autorisation. Elle verrait mieux son fils reprendre l’atelier de sculpture de son oncle Frans.
De chapitre en chapitre, le jeune Yann suit les cours de l’école des Maîtres du vent, puis de l’école de guerre de SoenTsu. Il s’y lie d’amitié avec des adolescents venus d’autres contrées de ce continent imaginaire – une amitié qui leur permettra, le temps venu, de garantir une paix bienvenue après de terribles batailles. Un roman astucieux, où les forêts se nomment Dodone, Barento ou Verzy, et la capitale de Waldgan, Yggdrasil – et dont les chapitres sont placés sous la haute bienveillance du Cimetière marin de Paul Valéry. Un roman dynamique, dans la lignée des romans de collège et d’initiation, mais avec cette « touche française » qui le démarque des séries industrielles anglo-américaines.

Dès 10 ans

Judith Bouilloc, Les Maîtres du vent, Artège, 2016, 438 p., 17,90 €

13/04/2017

Sophie Humann, Les Compagnons de la cigogne, Le Fantôme des Trois Châteaux

17-04-humann compagnons cigogne 2.jpg« De qui je parle ? a ricané l’homme. Il veut savoir de qui je parle, le gamin ! D’un fantôme, mon gars, et même que si tu l’avais vu, a-t-il ajouté en baissant la voix, tu ne dormirais pas plus que moi. »

Gaspard, Basile et sa sœur Margot ont quitté Strasbourg pour Ribeauvillé, la ville aux trois châteaux. Mais quel château hante le fantôme ? Le Saint-Ulrich ou le Girsberg ? Quand deux belles coupes d’argent sont dérobées au trésor des seigneurs de Ribeaupierre, l’aventure ne fait que commencer pour notre trio… Les villageois soupçonnent le vieux Popi Hans, qui vit dans sa cabane avec Bastien, son petit-fils à l’esprit « dérangé ». Mais à quoi peut s’occuper un certain jeune homme rencontré dans la diligence ? De plus, le « méchant » (celui qui s’était fait prendre à la fin du tome 1), le dénommé l’Anguille, s’est échappé...

S’il a pour cadre l’Alsace du XIXe siècle, ce roman d’aventure rappelle avec bonheur les séries des Clubs des Cinq, Clans des Sept et autres Michel : une intrigue à rebondissements, des lieux où se faire peur, des innocents à réhabiliter, des adolescents vifs, astucieux et attentionnés, avec juste ce qu’il faut de bons sentiments et de belles actions pour encourager à l’optimisme.

De 9 à 12 ans

Sophie Humann, Les Compagnons de la cigogne, Le Fantôme des Trois Châteaux, Gulf Stream, 2017, 224 p., 12,90 €

03/04/2017

Abigail Wheatley, Je cultive mon potager

17-04-je cultive mon potager.jpgFines herbes, haricots, courgettes, tomates, fraises, framboises – et jusqu’au maïs à pop-corn, même s’ils préfèrent la pleine terre du potager, tous peuvent pousser sur un balcon. Il suffit d’un peu de méthode et de patience pour voir germer, fleurir et pousser quelques plants de chaque espèce. Les explications et les conseils sont clairs, les dessins colorés et pleins de vie. Comme les enfants sont ici pris au sérieux, l’auteur précise aussi que les plants peuvent être attaqués par des parasites, des ravageurs ou des maladies – mais qu’il y a des moyens de s’en préserver. Quelle joie ensuite de croquer dans une tomate bien mûre ou de laisser fondre une framboise sur le bout de sa langue…

De 9 à 12 ans

Abigail Wheatley, Je cultive mon potager, illustrations d’Anni Betts et de John Russell, Usborne, 2017, 61 p. plastifiées et spiralées, 10 €. Traduit de l’anglais.

28/03/2017

Hombeline Passot, Les grands classiques de la poésie française

17-03-passot- grands classiques poésie française.jpgDe « Que sont mes amis devenus » de Rutebeuf à « L’enfant qui va aux commissions » de Claude Roy, Hombeline Passot a sélectionné plus de cent poèmes de la littérature française – pas toujours les plus simples, mais les plus musicaux, ceux dont, bon an mal an, on se dit qu’un jour, on les a lus ou même récités. Que de génie dans notre belle langue française ! Les illustrations, gaies et colorées, accompagnent à merveille ces « grands classiques »  - ne reste plus qu’à les apprendre par cœur – pour les aimer « par le cœur ».

Dès 8 ans et pour toute la famille

Hombeline Passot, Les grands classiques de la poésie française, illustrations de Pauline Duhamel, Fleurus, 2016, 352 p., 19,90 €

24/03/2017

Pâques de la Sainte Russie, contes

paques-de-la-sainte-russie.jpgMoujiks et barines, fils de tsar ou popes, tous, au matin de Pâques, regardent le monde avec des yeux neufs, ceux d’une fraternité retrouvée, sous les ors des ornements sacerdotaux de la liturgie orthodoxe. Contes païens – comme les célébrissimes « Oiseau de feu » ou le « Kolobok » – et contes à consonance plus religieuse – tels « Le Petit Cierge » ou « Le Poisson de Notre Seigneur » – rivalisent de fantaisie et de naïveté pour nous faire pénétrer le sens profond de l’imaginaire slave. Gérard Letailleur a sélectionné les plus belles versions de ces contes, qui portent ici la signature d’écrivains exceptionnels : Alexandre Pouchkine, Léon Tolstoï, Anton Tchékhov, Alexandre Kouprine ou Fédor Dostoïevski. Parce que les contes ne sont pas l’apanage de la seule fête de Noël, prenez plaisir à les lire en famille, au coin du feu si l’hiver se prolonge, ou sous la tonnelle si le printemps s’est déjà annoncé. N’oubliez ni les œufs peints, ni la brioche pascale !

Pour toute la famille

Pâques de la Sainte Russie, contes recueillis par Gérard Letailleur, Via Romana, 2017, 200 p., 19 €

21/03/2017

Aude Le Pichon, Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie

17-03-Le Pichon petit livre d'art pour raconter la mythologie.jpgDu A de La Colère d’Achille, peinte en 1757 par Tiepolo, au V de Vulcain forgeant la foudre de Jupiter de Rubens (vers 1636-1638), 60 œuvres d'art - tableaux, mosaïques, enluminures... - permettent de rencontrer les grands héros, héroïnes, dieux et déesses de la mythologie grecque et romaine : Adonis, peint par Titien, Iphigénie, représentée sur une fresque romaine, Narcisse, revu par Salvador Dalí, Orphée, immortalisé par François Boucher… Ces dieux, déesses et héros sont restés autant de sources d’inspiration pour les artistes les plus divers. Un choix intéressant, une documentation pertinente, derrière une couverture convenue.

Dès 10 ans

Aude Le Pichon, Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie, Seuil Jeunesse, 2017, 144 p., 15 €

17-03.jpg

17/03/2017

Gwenaële Barussaud, Lucille, À l’Heure gourmande

17-03-barussaud - lucille.jpg« L’enseigne, surtout, la ravissait. C’était un médaillon au centre duquel une religieuse nappée d’un rose pâle était entourée de branchages dorés. Au-dessus, de grandes lettres dorées affichaient fièrement le nom de l’établissement : « À l’Heure gourmande, salon de thé ». Lucille hocha la tête, sourit. Elle n’avait pas de doute, elle éprouvait même une grande confiance. »
Lucille Bordier est la sœur de Pauline, la jeune « demoiselle des grands magasins » (voir ici). Comme elle, elle tente de se faire une place dans le Paris exubérant du Second Empire. Après bien des mésaventures – femme de chambre d’une jeune fille à la mode, puis servante dans un luxueux hôtel de Dinard – elle décide d’ouvrir le premier salon de thé de la capitale. Les clientes afflueront enfin quand son amie Juliette (voir ici), styliste en vogue, organise la réception de son mariage À l’heure gourmande. Un roman « positif », aux rebondissements bien agencés.

Dès 12 ans

Gwenaële Barussaud, Lucille, À l’heure gourmande, coll. « Les Lumières de Paris », Fleurus, 2016, 320 p., 15,90 €