Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2018

Lova Pourrier, Signé Versailles

18-04-17-pourrier signe versailles.jpgVous aviez rêvé d’une série « Gossip Girl » à la cour de Versailles, entre garçons en talons rouges et demoiselles poudrées, cancanant à qui mieux mieux ? Vous aviez rêvé de savoir si Madeleine de Scudéry ou Catherine de Vivonne, entre deux tasses de chocolat, « dans une ambiance conviviale », auraient invité la nièce d’un pâtissier « à une soirée très exclusive » ? Alors, « Signé Versailles » est pour vous ! Péronnelles, snobinardes, imbues d’elles-mêmes, les jeunes filles du XVIIe siècle ne le sont pas qu’à moitié dans ce roman de formation qui voit la jeune Jeanne Colin débarquer de sa province dans l’intention avouée de se faire une place à la cour. Quant aux garçons, ils sont au mieux des flirts élégants, au pire des fiancés transparents et imposés – même si Jeanne finit par acquérir quelque perspicacité à leur égard. Dans un pastiche digne de Sofia Coppola, Lova Pourrier fait quelques clins d’œil à Molière (ah, le beau Valère !), ajoute un soupçon de Corneille (la peste de Chimène… mais sans Rodrigue) et emprunte aux romans par lettres – celles-ci formant le nœud du roman : car Jeanne va sciemment, en signant « Versailles » des lettres corrosives, mettre une pagaille monstre dans les élans du cœur de cette « belle » jeunesse, avant de faire amende honorable. « Ne vous fiez pas aux apparences, fiez-vous à votre cœur », cette conclusion sèmera sans doute quelques grains de sagesse dans la cervelle de nos adolescentes !

Adolescentes, dès 13 ans

Lova Pourrier, Signé Versailles, Fleurus, 2018, 362 p., 15,90 €

13/04/2018

Les Fables du Labyrinthe, illustrées par Carine Sanson

18-04-fables labyrinthe.jpg« Les grenouilles se lassant / De l’état démocratique, / Par leurs clameurs firent tant / Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique. » Mais ce roi est si pacifique, que les grenouilles s’en plaignent à Jupiter, lequel, las de leurs criailleries, leur envoie une grue « qui les croque, qui les tue / qui les gobe à son plaisir ». Cette célèbre fable de La Fontaine vient en contrepoint d’une fable antique, une des 39 fables dont les personnages et les animaux peuplaient, dans le parc de Versailles, le « bosquet du labyrinthe ». Un bosquet féérique, conçu par Le Nôtre, dont la vie dura à peine un siècle, et dont le souvenir reste dans de belles gravures. Carine Sanson a mis ces fables en images dans ce somptueux album. Elle a aussi dessiné le plan interactif du labyrinthe et conçu quelques petits films animés, à découvrir sur le site internet des Fables du Labyrinthe.

Dès 10 ans et pour toute la famille

Les Fables du Labyrinthe, Esope, Phèdre, La Fontaine et les autres, illustrées par Carine Sanson, Editions Illador, 2018, 96 p., 33 €

04/04/2018

Radio Libertés, émission du 31 mars 2018

logo-rl-small2.jpgPour écouter ou réécouter ma chronique du 31 mars 2018, c'est ici!


podcast

Au programme:

Claudine et Roland Sabatier, Le Livre des chansons, Chansons de France et d'ailleurs, Gallimard, 2009, 464 p., 15,50 €

Anouk Filippini, Les plus belles légendes du Moyen Age, illustrations de Carole Hénaff, Auzou, 2017

José Ramón Alonso, L’Ourse, illustrations de Lucía Cobo, Didier Jeunesse, 2017, 32 p., 14,20 € - Traduit de l’espagnol.

18-03-sabatier - chansons de France et d'ailleurs.jpg  18-03-les plus belles légendes moyen age-ok.jpg

17-04-alonso -l'ourse.jpg

Poèmes d’Europe, choisis par Christine Meunier

18-04-meunier- poemes europe illador.jpg« Le lac des forêts, bleu, / Lourd de nymphéas jaunes, / Ridé de blanches fronces / Fait trembler une barque. / Et moi je passe au long des rives, / Avec un air d’écouter et d’attendre / Qu’elle surgisse des roseaux / Et qu’elle chavire dans mes bras. » Mihai Eminescu. Connaissiez-vous ce superbe poème roumain ? De L’île du lac d’Innisfree de Yeats à la Castille d’Unamuno, de l’Eté de Trakl à la Neige de Vigny, de l’âne de Jammes aux Oiseaux d’Aristophane, des enfants chantés par Rimbaud aux amours de Du Bellay ou de Camões, des Satires de Juvénal à la Chanson à boire le punch de Schiller, cet album propose un merveilleux voyage dans la poésie européenne.

Paysages, saisons, flore, bestiaire, amour, enfance… autant de domaines où s’est exprimé le génie de notre Europe. Cette anthologie bilingue regroupe 83 auteurs, une centaine de poèmes en plus de vingt langues. Les aquarelles qui illustrent chaque poème sont d’une douceur et d’une élégance un peu désuètes mais charmantes. Lire ces poèmes d’Europe, c’est mieux faire connaissance avec la civilisation européenne, se l’approprier et ainsi prendre conscience de son appartenance à une même culture, véritable ciment entre des peuples si variés.

Dès 10 ans et pour toute la famille

Poèmes d’Europe, choisis par Christine Meunier et illustrés par Michèle Warluzel, Editions Illador, coll. « Couleurs », 2015, 260 p., 33 €

30/03/2018

Nicolas Jolivot, Japon, à pied sous les volcans, carnet de voyage

18-03-jolivot-japon.jpgUn sac à dos (prénommé Wilson), un bob, quelques boîtes de sardines, et un seul mot de japonais : « Aligatô ! » pour dire merci… Beaucoup d’énergie et de patience aussi, un sens de l’humour à toute épreuve, un bon coup de crayon et trois carnets. C’est avec ce bagage que Nicolas Jolivot nous fait découvrir un Japon bien éloigné des clichés touristiques. Pluies diluviennes, brouillard, auberges de jeunesse fermées, campings improbables, il raconte – texte et images - son périple dans sa simplicité quotidienne de routard : marcher, manger, se laver, dormir ; autant de tranches de vie qui lui permettent, jour après jour, d’observer non seulement les paysages mais aussi, et surtout, les Japonais, jeunes et vieux. Les « héros » de ce récit en images restent les volcans dont les réveils sont impressionnants. Nicolas Jolivot retrace bien l’influence que ces géants imprévisibles ont sur la vie quotidienne et sur la vision du monde des Japonais.

Adolescents

Nicolas Jolivot, Japon, à pied sous les volcans, carnet de voyage, Hongfei Culture Editions, 2018, 72 p., 23 €

21/03/2018

Héros de jeunesse, émission de radio du 17 mars

logo-rl-small2.jpgAu sommaire de cette chronique, trois titres:

Angela Portella, Il n’est jamais trop tôt pour dire je t’aime, illustrations de Marie Bretin, Larousse, 2018, 40 p., 12,90 €

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Un petit pois pour six, Histoires des Jean-Quelque-Chose, illustrations de Dominique Corbasson, Gallimard Jeunesse, 2018, 176 p., 12 €

Erik L’Homme, Phaenomen, Folio SF, 452 p., 10,50 €


podcast

 

18-03-portella il n'est jamais trop tot pour dire je t'aime- ok.jpg

 18-02-arrou vignod petit pois pousr six.jpgphaenomen integrale.jpg

12/03/2018

Le lion, le corbeau et la baleine, sur Radio Libertés

logo-rl-small2.jpgRetrouvez Madame la Chouette en compagnie d'un lion, d'un corbeau et d'une baleine - non, ce n'est pas une fable de La Fontaine, mais une émission de Radio Libertés!

podcast

Les livres présentés:

18-02-fatio - lion heureux.jpg  18-02- may angeli caruso.jpg17-12- melville moby dick.jpg

05/03/2018

Jules Verne, Deux ans de vacances

18-03-verne deux ans vacances.jpg« Un peu avant minuit, un tel paquet de mer s’abattit sur le flanc du yacht que ce fut miracle s’il ne fut pas démonté de son gouvernail.
Les enfants, qui avaient été renversés du coup, purent se relever presque aussitôt.
« Gouverne-t-il, Briant ? demanda l’un d’eux.
— Oui, Gordon, » répondit Briant. […]
À ce moment, la porte du capot d’escalier fut vivement ouverte. Deux petites têtes apparurent en même temps que la bonne face d’un chien.
« Briant ?… Briant ?… s’écria un enfant de neuf ans. Qu’est-ce qu’il y a donc ?
— Rien, Iverson, rien ! répliqua Briant. Veux-tu bien redescendre avec Dole,… et plus vite que ça !
— C’est que nous avons grand-peur ! ajouta le second enfant, qui était un peu plus jeune.
— Et les autres ?… demanda Doniphan.
— Les autres aussi ! répliqua Dole.
— Voyons, rentrez tous ! répondit Briant. Enfermez-vous, cachez-vous sous vos draps, fermez les yeux, et vous n’aurez plus peur ! Il n’y a pas de danger !
— Attention !… Encore une lame ! » s’écria Moko.

Malgré leur courage et leur énergie, les 14 jeunes pensionnaires anglais, américains et français, ainsi que le mousse Moko vont faire naufrage sur une île déserte du Pacifique. Comment vont-ils s’organiser pour survivre ? Cette célèbre robinsonnade a inspiré bien des grands jeux scouts et fait rêver des générations de galopins. Deux ans de vacances, qui n’en aurait pas rêvé ?

« Ni adaptation ni résumé, ce livre propose une version abrégée du texte original : les coupures y sont effectuées de manière à laisser intacts le ton et le style de l’auteur », précise un avertissement de l’éditeur.

Dès 10 ans

Jules Verne, Deux ans de vacances, Hachette Romans, 2018, 192 p., 10 €

12/02/2018

David Almond, La Chanson d’Orphée

18-02-almond chanson  orphée.jpg« Le Nord ! gémissions-nous. Pourquoi faut-il vivre dans ce Nord glacial ? Pourquoi pas en Italie ? Ou en Grèce ? Nous éclations de rire. […]Tant pis, avions-nous dit. Nous inventerions notre propre Italie. Nous inventerions notre foutue Grèce à nous. Où ça ? Dans le Northumberland, bien sûr. »
Quelques grands lycéens. Du camping sauvage dans les dunes au nord de Newcastle. Des haricots tièdes dans des gamelles de fer blanc – mais aussi de la musique, des idéaux un peu flous, de très sérieuses amourettes. Et Orphée. Orphée qui passe, sa lyre en bandoulière, fascinant, envoûtant. Qui dompte les dauphins. Qui choisit Ella Grey, la meilleure amie de Claire, la narratrice. Ella mordue par une vipère, Ella descendue aux enfers. Une variation menée de main de maître sur le thème d’Orphée et d’Eurydice : romantisme, mystère, lyrisme sont au rendez-vous, sans compromis ni dans le tragique, ni dans la peinture de ces adolescents, « poètes disparus », capables de se soûler sur la plage comme de rêver aux grands mystères de la vie et de la mort.

Grands adolescents, jeunes adultes

David Almond, La Chanson d’Orphée, Gallimard Jeunesse, 2018, 288 p., 15 € - Traduit de l’anglais

08/02/2018

Natalia Sanmartin Fenollera, L’Éveil de Mademoiselle Prim

Natalia Sanmartin Fenollera, L’Éveil de Mademoiselle Prim, Pocke« - Que faisaient de si jeunes enfants à la galerie Tretiakov ? Moscou est bien loin.
- On y est allés pour étudier l’art, répondit Septimus.
- Tu veux dire avec l’école ?
Les enfants échangèrent des regards joyeux.
- Oh non ! dit le petit. Nous, on est jamais allés à l’école. »

Ce qui est un avantage certain pour recopier, de tête, la célèbre icône de Roublev ou pour citer, de mémoire, Homère ou Virgile. Des enfants que découvre un beau jour Mlle Prim, recrutée comme bibliothécaire par un étrange gentleman « exilé de la confusion et de l’agitation moderne ». Des enfants mais aussi tout un village, Saint-Irénée d’Arnois, où la vie s’est recentrée sur quelques fondamentaux : la culture, les relations de bon voisinage, le temps passé autour d’une tasse de thé ou dans le silence d’une abbaye. Un tantinet bavard, mais absolument délicieux.

Adolescents, jeunes parents

Natalia Sanmartin Fenollera, L’Éveil de Mademoiselle Prim, Pocket, 2015, 360 p., 7,40 € - Traduit de l’espagnol.